Edito du 15 août 2019

ATTENTION : avant de lire cet article, je t’invite à relire ma page d’accueil  en suivant le lien suivant :

ça va mieux en le disant

Aujourd’hui, 15 août 2019, j’ai « t’huit ans » !  Comme disait, à l’époque, la mère d’une de mes amies, alors qu’elle venait d’avoir 48 ans, refusant la dizaine par peur de vieillir. Moi je n’ai pas peur de dire que j’ai 58 ans aujourd’hui… Cinquante huit ans que je me suis incarnée sur cette terre et si peu de temps que je commence à vivre !

Ca me rappelle une histoire drôle :

Un curé, un pasteur et un rabbin débattent du début de la vie, « la vie commence lorsque le spermatozoïde féconde l’ovule » affirme le curé d’un ton docte, « pas du tout réplique le pasteur sûr de lui, la vie débute lorsque l’embryon devient fœtus », « non, non, non, tonne le rabbin sur un ton qui sent le vécu, le début de la vie c’est quand les enfants sont partis et que le chien est mort ! ».

Ca peut sembler égoïste à première vue, mais je pense aussi que la vie commence lorsqu‘on s’est libérée de toutes les contraintes qui nous empêchaient d’être nous même. Et ça n’est pas de l’égoïsme, parce qu’on ne peut pas donner quoi que ce soit d’authentique aux autres, fut-ce à ses propres enfants, tant qu’on n’est pas pleinement soi-même.

La vie est belle lorsqu’on est libre de suivre son chemin de vie, finies les angoisses, le stress du temps qui passe, le « qu’en dira-t-on ? ».

Je m’autorise enfin à être qui je suis et à aller chaque jour davantage vers ce que je veux être. Fini de me perdre dans le désir de l’autre, fini de me soucier du regard de l’autre, fini de me comparer aux autres. Je suis moi, c’est à prendre ou à laisser, que ceux à qui ça ne plait pas passent leur chemin.

Sur cette voie, mes enfants ont été mes maîtres et je les en remercie ici, une part de leur éducation qui est réussie ! Peut-on transmettre quelque chose qu’on n’a pas acquis ?

Cinquante huit ans et contrairement à tou.t.e.s mes ami.e.s, cousin.e.s, voisin.e.s et connaissances de plus de 50 ans, je n’ai mal nulle part, aucun de mes mouvements n’est difficile ni entravé, aucune allergie ou autre « maladie » d’aucune sorte, pas même les « maladies familiales » censées être héréditaires (maux de dos, varices, pathologies intestinales, etc…), aucun blocage psychologique. Ça n’a pas toujours été le cas (voir : témoignage, évolution de mon état de santé) mais j’ai retrouvé une excellente santé grâce au mode de vie physiologique (alimentation, hygiène de vie, régénération intestinale, etc).

Pour cela, j’accepte certains petits désagréments passagers comme :

  • un teint jaune en ce moment puisque je détoxine mon foie avec du jus de carottes et de betterave. Lorsque le foie se détoxine, il relâche un pigment jaune qui colore la peau. Lorsque mon teint ne sera plus jaune, je saurai que mon foie aura terminé son nettoyage, mais cela peut durer des mois voire des années.
  • des cheveux bicolores (transition cheveux blancs), j’attends qu’ils aient suffisamment poussé pour passer sous les mains expertes de ma cousine qui me les coupera en un petit carré court, mais mes cheveux poussent très lentement en ce moment puisque je suis souvent en jeûne sec (1 à 3 jours sur 7 et environ 20 heures sur 24 les jours où je mange), et lors d’un jeûne tt ce qui n’est pas nécessaire comme la pousse des cheveux, des poils et des ongles est interrompu.

Ne pas se soucier du « qu’en dira-t-on ? » nous libère !

Cinquante huit ans et la pleine possession de mes moyens physiques, psychiques et émotionnels, le sentiment profond d’être aux commandes de ma vie, beaucoup plus qu’à 20 ans, aujourd’hui je sais faire le tri dans mes relations, choisir qui je souhaite fréquenter ou pas, éviter les personnes qui me jugent et me rapprocher de celles qui me respectent. Cinquante huit ans et je n’ai jamais été aussi heureuse !

Avec le recul, je me rends compte que tout ce que je considérais comme des « coups durs de la vie », ont en fait été des moteurs pour me guider dans cette voie, à commencer par ma cholécystectomie (ablation de la vésicule biliaire) en 2005, qui m’a amenée à m’intéresser, à lire puis à me passionner et à me former sur les rapports entre alimentation et santé, entre mode de vie et santé, en passant par mon burn out lorsque je travaillais à l’hôpital et par d’autres événements de vie plus personnels.

Je me rends compte que toutes les personnes que je considérais comme toxiques que j’ai croisées dans ma vie ou celles avec lesquelles j’ai partagé un bout de chemin plus ou moins long, m’ont fait grandir, aujourd’hui, je les en remercie. La vie met toujours sur notre chemin ceux que nous avons besoin de rencontrer pour nous aider à nous construire.

Je n’ai ni remords, ni regrets.

Une fois qu’on s’est débarrassée de tous ceux qui entravaient notre évolution, qui nous pompaient l’air ou notre énergie ou bien qui nous instrumentalisaient, la vie est belle, elle n’a jamais été aussi belle pour moi.

L’avance en âge me comble, alors je suis sereine sur le chemin de la soixantaine. Cinquante huit ans et je n’ai jamais été aussi heureuse de toute ma vie ! Je ne reviendrais en arrière pour rien au monde… La clé du bonheur : être soi-même et aller chaque jour un peu plus vers ce qu’on veut être, même au risque de sa vie !

Je ne sais plus qui a dit : « l’enfer est un endroit où l’on ne peut pas conjuguer le verbe être au futur ».

Aujourd’hui mes seuls soucis sont financiers, quand pourrais-je subvenir à mes besoins ? Cette question peut sembler angoissante, pourtant je n’ai jamais été aussi sereine.

Suite à un changement de région pour retrouver ma famille, ayant laissé tout mon réseau professionnel derrière moi, j’ai créé ma propre activité professionnelle, j’aide les autres à retrouver la santé physique et psychique et leur poids de forme ainsi qu’à dépasser leurs blocages psychologiques afin de se réaliser pleinement dans leur vie, à passer de la survie à l’épanouissement. Je ne pouvais espérer activité plus adaptée à ce que je suis (voir : parallèle entre psychanalyse et régénération de l’organisme).

Mon seul espoir à présent est de pouvoir gagner ma vie avec cette activité, mais j’ai confiance, ça prendra le temps qu’il faudra, mais il adviendra ce qui est juste pour moi puisque je suis sur mon chemin de vie. Aujourd’hui le temps qui passe est mon allié !

ATTENTION, de nombreux paramètres sont à changer pour retrouver durablement la santé ou ton poids de forme : adopter l’alimentation physiologique, la gestion du stress (voir : comment le stress actuel impacte notre santé et la composante psychique de toutes les maladies), une hygiène de vie optimale, des pratiques de santé quotidiennes (voir par exemple : les compresses d’huile de ricin) ainsi que des mesures de renforcement de l’organisme (voir par exemple : renforcement par le froid), le tout très individualisé en fonction de ton état de santé général et SURTOUT actualisé au jour le jour en fonction des réponses de ton organisme. 

Il est de ma responsabilité professionnelle de te prévenir qu’afin d’éviter certaines catastrophes (voir : ma transition), tu peux avoir besoin de te faire suivre par un coach de santé (ou coach de régénération) qui évaluera ton état de santé général en fonction de l’état de santé de tes systèmes immunitaire, nerveux, endocrinien, circulatoire, digestif, de ton poids rapporté à ta taille, de ton âge, de l’histoire de ta maladie, de ton histoire médicamenteuse, de ta génétique, et de nombreux autres facteurs. 

Tu peux également avoir besoin de te faire suivre par un psychologue pour venir à bout de ton stress. De plus les éliminations provoquées par ces changements d’alimentation et ces pratiques de santé, risquent de faire remonter des sentiments dépressifs pouvant aller jusqu’à des idées noires. Il est conseillé de se faire suivre par un psychologue, d’autant que de plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques consultations par an chez un psychologue. L’idéal serait que ce psychologue soit très au fait de ces pratiques de santé et du mode de vie physiologique.

Je suis psychologue clinicienne, hygiéniste, coach de santé et de régénération et propose notamment des consultations par SKYPE ou téléphone.

De plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques séances de psychologues, renseigne toi auprès de ta mutuelle, je peux envoyer des reçus.

Pour connaitre mon parcours, voir : Qui suis-je

Si tu souhaites davantage de renseignements, n’hésite pas à me contacter à l’adresse suivante : 

osersavie66@gmail.com

ou au 06 87 20 54 58

4 réflexions sur « Edito du 15 août 2019 »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s