Les accidents n’existent pas

 ATTENTION : avant de lire cet article, je t’invite à relire ma page d’accueil en suivant le lien suivant :

ça va mieux en le disant

« Tu plaisantes ? Vas dire ça à ma voisine qui a été renversée par une voiture et qui vient de sortir de l’hôpital ! »

Je suis très sérieuse, de la même manière qu’il n’existe pas de hasard, de la même manière qu’une « maladie » est un signal envoyé par notre corps (voir : les maladies n’existent pas), un accident est un message envoyé par notre inconscient pour nous signaler un problème que nous ne voulons ou ne pouvons pas voir.

« ??? »

Je t’invite à lire deux ouvrages de Michel Odoul :

-Dis-moi où tu as mal, je te dirai pourquoi (les cris du corps sont des messages de l’âme), et

-Dis-moi où tu as mal, le lexique (plus de 300 pathologies ou traumatismes décodés).

Cet article est une synthèse essentiellement de ces deux ouvrages mais aussi, bien sûr, comme d’habitude, d’autres lectures (ouvrages et articles) et de mon vécu et ressenti personnels. Je résume et simplifie beaucoup, alors n’hésite pas à te référer à ces ouvrages.

Pour la médecine orientale, la maladie témoigne d’un obstacle à la réalisation du chemin de vie .

« Chemin de vie ??? »

Le chemin de vie de chacun correspond à ce qu’il est venu faire sur cette terre, sa mission de vie en quelque sorte (voir : le sens de la vie). Plus nous nous approchons de notre chemin de vie et plus la vie nous est légère (les difficultés nous semblent beaucoup moins pénibles), plus nous nous en éloignons et plus nous ressentons que la vie est dure. Il n’existe pas d’enfer ailleurs que sur cette terre tant que nous n’avons pas rejoint notre chemin de vie, notre destin si on veut, mais la notion de destin a tendance à occulter le libre arbitre de chacun qui est primordial, celui-là même qui nous conduit à suivre ou pas notre chemin de vie, qui pousse chacun d’entre nous à oser sa vie… ou pas.

« Alors qu’est-ce qui fait qu’on a un accident si ça n’est pas le hasard ? »

On n’a pas un accident comme on n’attrape pas une maladie, on attire un accident ou bien une maladie. La maladie témoigne comme énoncé plus haut, d’un obstacle à la réalisation du chemin de vie, mais la maladie n’est que le dernier avertissement que nous envoie notre organisme.

Lorsque nous nous éloignons de notre chemin de vie, dans un premier temps notre corps se manifeste par des tensions physiques ou nerveuses (douleurs dorsales, difficultés digestives, cauchemars, mal être, etc…). Si nous entendons ce message et mettons en place les changements comportementaux nécessaires, ces tensions disparaissent.

 Si nous ne l’entendons pas,un deuxième type de message nous sera envoyé sous forme de traumatismes (choc, entorse, coupure,fracture, etc…) avec un décalage dans le temps par rapport à l’origine de la tension. C’est ce que nous nommons des accidents et pour lesquels nous sommes sûrs que notre responsabilité n’est pas engagée.

Enfin, si nous restons sourds à ce deuxième type de message, il nous en sera envoyé un troisième,encore plus décalé dans le temps, sous forme de maladies organiques et/ou psychologiques, maladie chronique handicapante voire maladie au pronostic vital à court terme (cancer ou infarctus par exemple). Voir : les maladies n’existent pas.

« Mais tu nous expliques à longueur d’article que les maladies sont dues à la génétique qui va s’exprimer ou pas en fonction de l’environnement et notamment de notre alimentation ??? »

C’est bien le cas, mais chaque chose dans la vie est surdéterminée, c’est à dire qu’elle dépend de nombreux facteurs. L’environnement joue son rôle, mais l’inconscient aussi. La vie est très complexe et on voudrait des explications simples ou des causes monofactorielles à des phénomènes complexes.

De la même manière, certaines personnes semblent attendre LA substance miracle qui les guérirait sans qu’elles n’aient d’autre effort à fournir que de se procurer cette substance, or les coups de baguette magique n’existent que dans les contes de fées.

« Admettons, mais est-il possible de décoder les messages que nous envoient ces accidents ? »

Oui, c’est tout l’intérêt, nous y venons, mais quelques préalables s’imposent.

Le type des signaux :

Le premier type de signaux, les tensions psychiques et psychologiques vont s’exprimer par un ressenti physiologique ou psychologique se traduisant par des désagréments tels douleurs dorsales, difficultés digestives, cauchemars, malaises ou mal-être psychologique, c’est une première alerte.

Le deuxième type de signaux, les traumatismes du corps et des membres, représentent comme on l’a vu un deuxième stade dans la gradation des messages, l’individu est inconsciemment en recherche de solution, la première alerte n’ayant pas été entendue. Ces traumatismes visent à obliger la personne à marquer un temps d’arrêt pour comprendre et changer ce qui doit l’être. Le choc, la coupure, l’entorse, la fracture se produisent en un point précis du corps afin de stimuler les énergies qui circulent dans ce point et/ou d’évacuer le blocage d’énergies de ce point. La localisation de ce traumatisme nous signifiant précisément ce qui se passe en nous.

Le troisième type de signaux, les maladies somatiques ou psychiques, n’intervient que si le deuxième type de message n’a pas été entendu et nous oblige à nous arrêter de façon plus longue et plus complète afin de comprendre et changer ce qui doit l’être.

C’est une des raisons pour lesquelles la médecine occidentale rame à contre courant en masquant les symptômes avec des médicaments pour permettre le retour à une vie normale.

Tous ces types de signaux visent à attitrer notre attention comme le ferait un acte manqué.

Et ça fonctionne ! Chaque fois que je me coupe un doigt en coupant les légumes ou que je me cogne le pied ou la hanche contre un meuble, je me pose la question, et lorsque j’ai trouvé ce que me dit mon corps, ces petits accidents cessent. J’ai eu des périodes où je me cognais partt, d’autres où je recoupais le doigt pas encore cicatrisé… Si tu te casses le bras et que sitôt déplâtré tu te le re-casse, c’est que tu n’en n’as pas tiré les conséquences.

La latéralisation :

La latéralisation des traumatismes ou affections (un bras droit cassé n’a pas la même signification qu’un bras gauche cassé) a un sens :

Pour aller très vite, la philosophie taoïste différencie ce qui précède la naissance d’un individu (vie intra utérine), nommé ciel antérieur de ce qui la suit, cad la période qui s’étend de la naissance à la mort, nommé ciel postérieur.

Les accidents de formation du corps avant la naissance, s’ils ont lieu du côté droit du corps seront reliés à la symbolique paternelle (yang), s’ils ont lieu du côté gauche du corps, seront reliés à la symbolique maternelle (yin). Et c’est le contraire pour les traumatismes, accidents ou maladies survenant après la naissance. S’ils ont lieu du côté droit ils sont en lien avec la symbolique maternelle, du côté gauche, en lien avec la symbolique paternelle.

Par exemple : une malformation à la jambe droite s’est passée avant la naissance (ciel antérieur), elle aura une symbolique paternelle, mais si l’individu se casse la jambe droite à n’importe quel âge (donc après la naissance, ciel postérieur), ce sera lié à une symbolique maternelle.

-La symbolique yin, maternelle :

1er degré : la mère, l’épouse, la fille, la sœur.

2ème degré : la femme en général, la féminité, la structure des choses ou de soi-même, le cerveau droit, le sentiment.

Degré social : la famille, l’entreprise (qui représente la mère sociale, celle qui « nourrit et protège en son sein »), la société, l’église.

-La symbolique du Yang, paternelle :

1er degré : le père, l’époux, le fils, le frère.

2ème degré : l’homme en général, la masculinité, la personnalité des choses ou de soi-même, le cerveau gauche, la force.

Degré social : l’individualisme, la hiérarchie (qui représente le père social, celui qui « éduque forme et montre l’exemple »), l’autorité, la police.

« Peut-on en arriver au décodage ? »

Justement, nous y voilà, bien sûr, chaque signification de localisation devra être complétée par la signification de latéralisation pour bien en comprendre le sens :

Le squelette et la colonne vertébrale :

Les os sont ce qu’il y a de plus dense et de plus enfoui dans notre corps, ce autour de quoi tt est construit, ce sur quoi tt repose, s’appuie. Notre squelette représente nos structures intérieures, pour la plupart inconscientes, nos croyances de vie : histoire, coutumes, religions, mais aussi nos croyances personnelles : éthique, perversions ou peurs.

Les traumatismes de chaque vertèbre ont un sens directement lié à la fonction de distribution de la vertèbre en question.

Les vertèbres cervicales desservent la zone tête et cou et les organes qui s’y trouvent, les affections peuvent aller jusqu’aux épaules et aux petits doigts.

Les vertèbres dorsales distribuent les membres supérieurs et tous les organes du torse et de l’abdomen.

Enfin, les vertèbres lombaires agissent sur le gros intestin, l’abdomen, les cuisses, les organes sexuels, les jambes, les fessiers, etc…

Cela est, bien sûr, à affiner en fonction du numéro de la vertèbre touchée.

Les membres inférieurs :

Ils nous permettent de nous déplacer notamment pour aller vers les autres. Les affections des jambes traduisent des problèmes relationnels.

La hanche : c’est d’elle que partent tous les mouvements potentiels des membres inférieurs. Tout traumatisme de la hanche nous indique que nous traversons une situation où le basique de nos croyances profondes est remis en cause (notions de trahison ou d’abandon).

Le genou : sert à plier, à se mettre à genoux, c’est l’articulation de l’humilité, de la souplesse intérieure, il signifie la capacité à lâcher, à céder, voire à reculer. Tout problème de genou nous signifie notre difficulté à plier, à accepter un vécu particulier.

La cheville : c’est l’articulation qui donne la finesse de mobilité à la jambe, elle représente les appuis conscients de nos relations avec le monde. Elle symbolise notre capacité à décider et à engager des changements dans notre vie, à nous impliquer.

Le pied : il nous permet d’avancer ou de camper sur nos positions, les maux des pieds expriment les tensions que nous ressentons par rapport à nos positions face au monde.

Les orteils : chaque orteil représente un élément particulier que l’on décode grâce au méridien énergétique qui se termine ou qui débute dans l’orteil concerné.

La cuisse et le mollet, se prêtent de la même manière à une interprétation de leurs maux qui serait trop longue à détailler ici.

Les membres supérieurs :

Les membres supérieurs nous permettent d’agir sur les autres ou les événements.

Nous pouvons interpréter les traumatismes à l’épaule, au coude, au poignet, à la main, aux doigts, au bras et à l’avant bras de la même manière que nous avons interprété les maux de chaque partie de la jambe, mais nous n’entrerons pas dans les détails parce que cela rallongerait trop cet article.

Les différents types d’accident :

-Les fractures sont des atteintes à nos structures profondes.

-L’arrachement ou la déchirure de ligament signifie la perte momentanée de l’élasticité du ligament permettant le mouvement, ainsi que du maintien de l’articulation.

-Les claquages et déchirures musculaires nous obligent à nous arrêter et à nous questionner sur notre rythme de vie.

-Les élongations, foulures ou entorses rendent l’articulation touchée difficile voire impossible  à bouger, elle nous parlent de notre difficulté à changer de direction, d’attitude ou de position dans un domaine de notre vie.

-La tendinite est l’inflammation d’un tendon qui signe le feu, l’émotion rentrée, la colère.

Ces différents types d’accidents sont à interpréter en fonction de leur localisation et de leur latéralisation.

Les accidents n’existent pas ! Ce sont des messages de notre inconscient à décoder pour nous aider à rejoindre notre chemin de vie.

J’espère que cet éclairage t’aura aidée.

Bonne route à toi.

ATTENTION, de nombreux paramètres sont à changer pour retrouver durablement la santé ou ton poids de forme : adopter l’alimentation physiologique, la gestion du stress (voir : comment le stress actuel impacte notre santé et la composante psychique de toutes les maladies), une hygiène de vie optimale, des pratiques de santé quotidiennes (voir par exemple : les compresses d’huile de ricin) ainsi que des mesures de renforcement de l’organisme (voir par exemple : renforcement par le froid), le tout très individualisé en fonction de ton état de santé général et SURTOUT actualisé au jour le jour en fonction des réponses de ton organisme. 

Il est de ma responsabilité professionnelle de te prévenir qu’afin d’éviter certaines catastrophes (voir : ma transition), tu peux avoir besoin de te faire suivre par un coach de santé (ou coach de régénération) qui évaluera ton état de santé général en fonction de l’état de santé de tes systèmes immunitaire, nerveux, endocrinien, circulatoire, digestif, de ton poids rapporté à ta taille, de ton âge, de l’histoire de ta maladie, de ton histoire médicamenteuse, de ta génétique, et de nombreux autres facteurs. 

Tu peux également avoir besoin de te faire suivre par un psychologue pour venir à bout de ton stress. De plus les éliminations provoquées par ces changements d’alimentation et ces pratiques de santé, risquent de faire remonter des sentiments dépressifs pouvant aller jusqu’à des idées noires. Il est conseillé de se faire suivre par un psychologue, d’autant que de plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques consultations par an chez un psychologue. L’idéal serait que ce psychologue soit très au fait de ces pratiques de santé et du mode de vie physiologique.

Je suis psychologue clinicienne, hygiéniste, coach de santé et de régénération et propose notamment des consultations par SKYPE ou téléphone.

De plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques séances de psychologues, renseignes toi auprès de ta mutuelle, je peux envoyer des reçus.

Pour connaitre mon parcours, voir : Qui suis-je

Si tu souhaites davantage de renseignements, n’hésite pas à me contacter à l’adresse suivante : 

osersavie66@gmail.com

ou au 06 87 20 54 58


4 réflexions sur « Les accidents n’existent pas »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s