Le poids, la forme et les formes

ATTENTION : avant de lire cet article, je t’invite à relire ma page d’accueil en suivant le lien suivant :

ça va mieux en le disant

Pour garder notre santé physique et psychique et/ou notre poids de forme ou les retrouver durablement (voir : pourquoi on grossit et comment prendre du poids), il nous faut respecter les lois du vivant  et adopter une alimentation physiologique

Une ancienne publicité pour je ne sais plus exactement quoi, un régime ? Une eau minérale ? Autre chose ? Avait pour slogan : « La forme pas les formes ».

Mais comment calcule-t-on le poids de forme ?

Pour les adultes il est recommandé de s’approcher pour les hommes du poids idéal correspondant au complément à un mètre de leur taille par exemple un homme de 1m76 aura comme « poids idéal » 76 kg, pour une femme ce poids correspond à ce même nombre auquel on enlève 10, par exemple une femme de 1m65 aura comme poids idéal 55 kg. Ainsi l’Indice de Masse Corporelle (IMC) sera parfait.

Pour les enfants, les courbes de taille et de poids que les pédiatres remplissent sur les carnets de santé depuis leur naissance, se situent dans une fourchette entre une courbe minimale et une courbe maximale. 

Demandons-nous comment sont calculées ces préconisations et ces courbes standard ?

Pour cela je vais relater l’expérience personnelle qui m’a permis de le comprendre.

Il se trouve que mes enfants ont toujours été sur la courbe minimale avec une croissance harmonieuse d’après tous les médecins et pédiatres qu’ils ont croisés en France (tout comme leur père et comme moi-même durant nos enfances respectives et même à l’âge adulte, les chiens ne font pas des chats). 

Ayant vécu quelques temps aux Etats Unis pour le travail de celui qui est aujourd’hui mon ex-époux, il m’était demandé un certificat médical d’un médecin local pour scolariser mes enfants. Je pensais que cela allait être une formalité, or sur les courbes américaines, mes enfants étaient tant pour leur taille que pour leur poids très très au-dessous de la courbe la plus basse ! J’ai cru que le médecin allait appeler la DDASS locale pour m’enlever mes enfants qu’il pensait dénutris. 

Il se trouve que les courbes américaines sont étalonnées sur une population obèse, quand les courbes françaises ne sont étalonnées que sur une population en surpoids.

Petite parenthèse pour signaler que les enfants américains sont en moyenne très gros parce que mal nourris, mais aussi très grands parce qu’ils boivent beaucoup de lait de vache (du fait d’une production nationale très importante que la publicité omniprésente pousse à écouler), qui est idéal pour… le veau, or le veau a une croissance pondérale et staturale beaucoup plus rapide que le bébé humain, qui lui grandit moins mais développe beaucoup plus son cerveau…

Nous comprenons donc que la norme n’est qu’une moyenne, rien de plus. Il en va de même pour les normes de santé (voir : les examens médicaux).

La composition du corps entre en jeu dans le poids de l’individu. 

Deux personnes de même taille et de même corpulence peuvent présenter un poids différent. Les muscles pèsent beaucoup plus lourd que la graisse. Lorsqu’on jeûne par exemple, on perd de la graisse et si après le jeûne on se trouve très maigre, c’est simplement parce que nos minuscules muscles étaient enrobés de beaucoup de graisse qu’on a perdue.

Une de mes connaissances, pour se donner bonne conscience, disait à chaque fois qu’elle prenait du poids : « c’est parce que j’ai pris du muscle et perdu de la graisse », or elle ne pratiquait aucun sport… Seule la pratique sportive régulière permet de prendre du muscle, comme l’arrêt du sport sonne le début de la fonte musculaire. Il ne faut pas s’imaginer qu’en mangeant davantage on prendra du muscle si on ne bouge pas.

Pour reprendre une image que donne France Guillain dans ses conférences et ouvrages, ce qui nous importe n’est pas notre poids sur la balance, c’est la forme de notre corps, pour la même forme une bouteille d’eau pèse davantage quand elle est pleine que quand elle est vide, mais elle est plus intéressante lorsqu’elle est pleine.

Le poids de nos os intervient lui aussi dans notre poids corporel. Pour la même taille, certaines personnes ont une ossature très fine, d’autres un squelette massif, cela est facilement visible à la mesure du tour du poignet.

Mais il semblerait que la structure même des os longs change en fonction du mode d’alimentation. Un normo-mangeur (donc carencé en micronutriments), verra la structure de ses os longs très compacte mais cassante quand l’alimentation physiologique notamment par l’abondance de minéraux qu’elle apporte, créerait à terme une structure osseuse moins compacte (donc moins lourde sur la balance) mais beaucoup plus résistante aux chocs par l’entrecroisement en trois dimensions de lamelles osseuses très résistantes dont serait faite la structure même des os longs.

Atteindre son poids de forme, c’est donc avoir une belle forme (comme la bouteille d’eau de France Guillain), mais aussi et surtout être en forme (c’est-à-dire en bonne santé et plein d’énergie) à ce poids-là.

ATTENTION, de nombreux paramètres sont à changer pour retrouver durablement la santé ou ton poids de forme : adopter l’alimentation physiologique, la gestion du stress (voir : comment le stress actuel impacte notre santé et la composante psychique de toutes les maladies), une hygiène de vie optimale, des pratiques de santé quotidiennes (voir par exemple : les compresses d’huile de ricin) ainsi que des mesures de renforcement de l’organisme (voir par exemple : renforcement par le froid), le tout très individualisé en fonction de ton état de santé général et SURTOUT actualisé au jour le jour en fonction des réponses de ton organisme. 

Il est de ma responsabilité professionnelle de te prévenir qu’afin d’éviter certaines catastrophes (voir : ma transition), tu peux avoir besoin de te faire suivre par un coach de santé (ou coach de régénération) qui évaluera ton état de santé général en fonction de l’état de santé de tes systèmes immunitaire, nerveux, endocrinien, circulatoire, digestif, de ton poids rapporté à ta taille, de ton âge, de l’histoire de ta maladie, de ton histoire médicamenteuse, de ta génétique, et de nombreux autres facteurs. 

Tu peux également avoir besoin de te faire suivre par un psychologue pour venir à bout de ton stress. De plus les éliminations provoquées par ces changements d’alimentation et ces pratiques de santé, risquent de faire remonter des sentiments dépressifs pouvant aller jusqu’à des idées noires. Il est conseillé de se faire suivre par un psychologue, d’autant que de plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques consultations par an chez un psychologue. L’idéal serait que ce psychologue soit très au fait de ces pratiques de santé et du mode de vie physiologique.

Je suis psychologue clinicienne, hygiéniste, coach de santé et de régénération et propose notamment des consultations par SKYPE ou téléphone.

De plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques séances de psychologues, renseigne toi auprès de ta mutuelle, je peux envoyer des reçus.

Pour connaitre mon parcours, voir : 

Qui suis-je

Si tu souhaites davantage de renseignements, n’hésite pas à me contacter à l’adresse suivante : 

osersavie66@gmail.com

ou au 06 87 20 54 58

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s