Comment le stress chronique actuel impacte notre santé

ATTENTION : avant de lire cet article, je t’invite à relire ma page d’accueil  en suivant le lien suivant :

ça va mieux en le disant

Le stress chronique impacte notre santé physique et psychique (voir : pourquoi on grossit et comment prendre du poids) et augmente même la difficulté à maintenir durablement notre poids de forme (voir : pourquoi on grossit et comment prendre du poids).

« Comment ça ? »

Le stress est très acidifiant (voir : aliments acidifiants ou alcalinisants) et peut venir ruiner tous nos efforts alimentaires et d’hygiène de vie pour alcaliniser notre terrain.

Et puis tu te souviens que toutes les maladies partent de l’intestin ? Eh bien le stress participe autant que la mauvaise alimentation à la mauvaise santé des intestins.

Le stress aggrave l’hyper perméabilité du grêle. En cas de stress, les neurones libèrent des neuropeptides. Ces messagers vont activer des cellules productrices d’un médiateur, l’interféron gamma. Ce médiateur se fixe sur la membrane des entérocytes (un des quatre types de cellules de la muqueuse intestinale) et les écarte les uns des autres laissant ainsi entrer dans l’organisme une quantité importante de déchets, ce qui provoque la poussée. Les stress interviennent souvent dans le déclenchement de la poussée initiale et des poussées ultérieures de diverses affections. Cela a été observé par le Dr Seignalet.

« Je n’ai pas l’impression d’être particulièrement stressée, pas plus que quelqu’un d’autre »

Contrairement à ce qu’on pourrait imaginer, nous sommes soumis aujourd’hui à des stress chroniques beaucoup plus importants qu’autrefois et notre organisme n’est pas équipé pour gérer le stress chronique, mais le stress aigu comme nous l’avons vu dans de précédents articles.

En effet, un stress aigu comme la rencontre d’un tigre dans la jungle nous permettra de mobiliser ttes nos ressources dans un temps très bref, le temps d’échapper au fauve ou de devenir son repas.

Le stress chronique de l’homme n’a pas été prévu par la nature. Ce petit chef qui nous surcharge de travail et nous humilie, cette collègue qui nous harcèle parce qu’elle nous envie pour telle ou telle raison, alors que nous ne pouvons pas quitter ce travail, vu la conjoncture actuelle, dont nous avons besoin pour payer les factures, ce conjoint que nous n’aimons plus mais avec qui nous restons par peur du lendemain, nous tuent à petit feu. C’est l’inhibition de l’action qui nous mine, si nous pouvions fuir comme devant le tigre, nous évacuerions tout ce stress qui faute d’être évacué s’accumule. Ce stress qui dure dans le temps et cette inhibition de l’action qui nous minent n’étaient pas prévu dans notre programme de départ.

Autrefois on cultivait ses terres pour se nourrir et on n’avait pas besoin du dernier iphone ou de connexion internet ni même de vêtements à la dernière mode, on vivait sobrement et à l’abri du stress chronique. Alors bien sûr la belle mère qui vivait avec nous nous tapait sur les nerfs, mais nous pouvions partager cet agacement avec une soeur ou une belle soeur, toujours présente à nos côtés puisque toute la tribu vivait dans le même village sinon dans la même maison…

« Mais il y avait aussi les famines quand les récoltes n’étaient pas bonnes »

Très juste, mais même là, le stress était partagé, on vivait avec toute la famille élargie autour, dans le même village et parfois même dans la même maison, on se soutenait mutuellement. Ce n’est pas la gravité des événements extérieurs qui détermine le stress, mais la façon dont ils sont vécus tous les psys te le diront. Un stress partagé est vécu beaucoup plus légèrement. C’est d’ailleurs une des raisons de la multiplication actuelle des psys…

Il n’y avait pas cette exigence de performance au travail, avec la menace du chômage de masse actuelle qui sont des facteurs de stress chronique.

« Oui, mais autrefois il y avait les guerres »

En effet, et si on perdait son mari à la guerre, on élevait ses enfants avec ses parents, grands parents, tantes, etc… On ne se retrouvait pas seule, menacée de chômage, avec une responsabilité écrasante sur les épaules ou seule en cas de détresse.

D’autant qu’aujourd’hui on a envers les parents des exigences de « bonne parentalité », qui font que chaque fois que l’un de nos enfants va mal, on se demande ce qu’on a loupé dans son éducation, ça aussi c’est facteur de stress. Sans compter l’inquiétude pour l’avenir de nos enfants dans cette société sans travail, bientôt sans retraite, dans ce monde pollué, bientôt invivable… Et avec les petits salaires actuels, la plupart des gens ne peuvent même pas aider leurs enfants à démarrer dans la vie, sans parler des travailleurs pauvres de plus en plus nombreux.

Et puis autrefois on vivait davantage au rythme du soleil, on se couchait tôt et se levait tôt, et on vivait majoritairement à l’extérieur, on travaillait dans les champs tte la journée, l’exposition au soleil, au grand air, l’exercice physique modéré (pas le sport à outrance !) et le contact avec la nature réduisent grandement le stress.

« Tu ne vas pas nous faire revenir au temps de la bougie ! »

Il ne s’agit pas de cela, mais de la surexposition actuelle à la lumière artificielle et aux écrans de tte sorte, de la vie en appartement, dans la voiture, dans nos bureaux, de la sédentarité la semaine avec excès de sport le week end, du manque de sommeil pour faire quelque chose de sa soirée, des insomnies dues au mode de vie trop sédentaire, de l’air pollué qu’on respire, bref tt notre mode de vie qui provoque un stress chronique.

Sans oublier que le stress dû à l’alimentation moderne ultra transformée et à l’eau polluée qu’on boit s’ajoute à cela.

« Le stress dû à l’alimentation ? »

Oui, les poisons majeurs qui composent l’alimentation de tout normo-mangeur occidental, provoquent un stress sur l’organisme par les difficultés à gérer ces aliments pour lesquels nous ne sommes pas équipés.

« Tu ranges le gluten dans les poisons majeurs, mais nos grand mères se nourrissaient de pain »

Oui, mais autrefois, le gluten du pain n’était pas le même et se digérait mieux. Le blé a été sélectionné jusqu’à devenir suffisamment élastique (cad surchargé en gluten) pour que les pâtes à pain et à pâtes puisse être pétries en machine sans se casser, dans un seul souci de rentabilité et cela sans se soucier des effets que ça aurait sur la santé humaine, toujours la prédominance du seul facteur de rentabilité et de profit.

Le gluten (comme les autres céréales) produit des déchets que notre organisme ne sait pas éliminer, du coup des champignons comme les candidas viennent à la rescousse pour le nettoyage, ces champignons, physiologiquement présents dans l’intestin en petite quantité, se multiplient alors et se transforment en levures dont les filaments vont infiltrer les jonctions serrées entre les cellules de la paroi intestinale qui n’est constituée que d’une seule couche de cellules et ensuite par cette brèche pourront passer tous les résidus d’aliments mal digérés puisque non adaptés à l’alimentation humaine : longues chaines de protéines ou de sucres complexes comme ceux provenant des céréales, légumineuses ou des produits laitiers par exemple.

Tout ces problèmes digestifs créent un stress chronique dans l’organisme qui se surajoute au stress chronique de notre mode de vie. Ce stress intestinal se propage au cerveau par le nerf vague, ce qui peut provoquer des troubles psychiques comme la dépression ou l’anxiété par exemple. Et comme ttes les maladies partent de l’intestin, on finit par déclarer une maladie chronique physique ou psychique plus ou moins handicapante à l’orée de la cinquantaine et actuellement souvent plus tôt, qui va ajouter à notre stress chronique. On prend aussi du poids du fait de tous ces aliments mal digérés (voir : pourquoi on grossit).

« Alors qu’est-ce qu’on peut faire pour réduire ce stress chronique ? »

Tu peux déjà essayer de :

-changer ton hygiène de vie (voir : l’alimentation physiologique, l’hygiène de vie optimale , y’a pas que la bouffe dans la vie), c’est le plus facile

-changer ce qui ne te convient pas ou plus dans ta vie (travail, couple, région…), pas toujours évident,

-apprendre à gérer ton stress concernant ce que tu ne peux pas changer pour le moment.

ATTENTION, de nombreux paramètres sont à changer pour retrouver durablement la santé ou ton poids de forme : adopter l’alimentation physiologique, la gestion du stress (voir : comment le stress actuel impacte notre santé et la composante psychique de toutes les maladies), une hygiène de vie optimale, des pratiques de santé quotidiennes (voir par exemple : les compresses d’huile de ricin) ainsi que des mesures de renforcement de l’organisme (voir par exemple : renforcement par le froid), le tout très individualisé en fonction de ton état de santé général et SURTOUT actualisé au jour le jour en fonction des réponses de ton organisme. 

Il est de ma responsabilité professionnelle de te prévenir qu’afin d’éviter certaines catastrophes (voir : ma transition), tu peux avoir besoin de te faire suivre par un coach de santé (ou coach de régénération) qui évaluera ton état de santé général en fonction de l’état de santé de tes systèmes immunitaire, nerveux, endocrinien, circulatoire, digestif, de ton poids rapporté à ta taille, de ton âge, de l’histoire de ta maladie, de ton histoire médicamenteuse, de ta génétique, et de nombreux autres facteurs. 

Tu peux également avoir besoin de te faire suivre par un psychologue pour venir à bout de ton stress. De plus les éliminations provoquées par ces changements d’alimentation et ces pratiques de santé, risquent de faire remonter des sentiments dépressifs pouvant aller jusqu’à des idées noires. Il est conseillé de se faire suivre par un psychologue, d’autant que de plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques consultations par an chez un psychologue. L’idéal serait que ce psychologue soit très au fait de ces pratiques de santé et du mode de vie physiologique.

Je suis psychologue clinicienne, hygiéniste, coach de santé et de régénération et propose notamment des consultations par SKYPE ou téléphone.

De plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques séances de psychologues, renseignes toi auprès de ta mutuelle, je peux envoyer des reçus.

Pour connaitre mon parcours, voir : Qui suis-je

Si tu souhaites davantage de renseignements, n’hésite pas à me contacter à l’adresse suivante : 

osersavie66@gmail.com

ou au 06 87 20 54 58

120 réflexions sur « Comment le stress chronique actuel impacte notre santé »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s