Les enzymes digestives

ATTENTION : avant de lire cet article, je t’invite à relire ma page d’accueil  en suivant le lien suivant :

ça va mieux en le disant

Pour garder notre santé physique et psychique et/ou notre poids de forme ou les retrouver durablement (voir : pourquoi on grossit et comment prendre du poids), il nous faut respecter les lois du vivant. La plupart de mes articles parlent du fonctionnement du vivant et t’expliquent comment le non respect de ces règles mène au dysfonctionnement de l’organisme.

La digestion s’effectue notamment par des réactions chimiques de dégradation visant à décomposer les grosses molécules (non assimilables) des macronutriments en leurs éléments constitutifs, c’est à dire en molécules beaucoup plus petites, les nutriments, qui eux sont assimilables. Ainsi  les sucres complexes sont décomposés (avec plus ou moins de succès) en sucres simples (voir : les céréales), les graisses en acides gras, les peptides des protéines en acides aminés (voir : les protéines).

Pour le bon déroulement de la digestion, ces réactions chimiques de dégradation doivent se faire en quelques secondes ou quelques dixièmes de secondes, elles pourraient prendre des mois sans l’action d’un catalyseur enzymatique.

« Un catalyseur enzymatique, qu’est-ce que c’est ? »

Un catalyseur est un accélérateur de réaction chimique qui agit en très petite quantité, il permet d’accélérer un processus chimique. Les catalyseurs enzymatiques (appelés aussi enzyme) semblent ne pas jouer d’autre rôle dans la réaction chimique. Chaque enzyme est spécifique d’un aliment (concernant les enzymes digestives) et d’une réaction chimique. Les enzymes sont très variées. Sans enzymes, toute vie humaine, animale ou végétale serait impossible. 

Un.e enzyme (le mot enzyme peut être féminin ou masculin) est une macromolécule qui est constituée d’une chaine d’acides aminés. Cet enchainement d’acides aminés liés par des liaisons de covalence (liaison chimique très forte) forme les protéines. Une enzyme est donc une protéine. Chaque enzyme a une forme et une fonction spécifique.

Revenons en à la digestion, les enzymes entrent en jeu dès la mise en bouche de l’aliment. 

Par exemple, si tu croques un fruit, il est important de bien le mâcher, cela permet non seulement un broyage du fruits mais aussi une bonne insalivation qui enrobe chaque tout petit morceau de fruit de salive chargée d’une enzyme, l’amylase salivaire. Tu vas avaler ensuite ta bouchée et le fruit va rester très peu de temps dans l’estomac qui n’a pas de travail particulier à effectuer sur lui. Dès que le bol alimentaire aura passé le pylore (sphincter de sortie de l’estomac), il sera aspergé par l’amylase pancréatique (et par du bicarbonate de soude pour alcaliniser le bol alimentaire acide qui sort de l’estomac) qui continuera la digestion du fruit.

Pour Jean Seignalet, qui a mis en évidence l’importance primordiale des enzymes digestives dans la santé humaine, le répertoire enzymatique de chaque individu est variable, inégal même. Ainsi, selon ta génétique ton potentiel enzymatique sera plus ou moins riche et plus ou moins adaptable à des molécules inconnues. 

Une même enzyme, suivant les conditions d’acidité (pH) dans lesquelles elle se trouve, peut inverser son action, elle peut ainsi construire ou détruire une même molécule. Par exemple, la salive est un milieu alcalin quand l’estomac, lui, est un milieu acide. Cela nous rappelle l’importance des combinaisons alimentaires. En effet, il n’est pas recommandé de manger les fruits (digérés par l’amylase en milieu alcalin), qui restent peu de temps dans l’estomac en même temps ou après les protéines qui elles sont digérées par la protéase en milieu acide (dans l’estomac). C’est pourquoi le fruit en fin de repas est une aberration, pour peu qu’on ait mangé des protéines animales (chair, œuf, laitage) ou végétales (céréales, légumineuses), il restera piégé dans l’estomac où sa digestion sera empêchée par le pH acide du milieu et où il fermentera risquant d’être à l’origine de gaz, ballonnements, douleurs, troubles du transit ou autres joyeusetés. C’est ainsi que des personnes n’ayant jamais bu une goutte d’alcool ont pu se retrouver avec une cirrhose du foie !

D’autre part, de nombreuses vitamines et oligoéléments jouent un rôle de co-enzyme, c’est-à-dire qu’ils sont nécessaires à l’action de l’enzyme, ce qui nous rappelle à quel point l’apport en ces micronutriments est important pour une digestion correcte qui ne génère pas de déchets afin de ne pas encrasser l’organisme.

Certains des acides aminés constitutifs des enzymes sont synthétisés par l’organisme et d’autres doivent être fournit par notre alimentation. De plus, notre réserve d’enzymes diminue avec l’avancée en âge à partir de 20 ans environ et lorsqu’on traverse des périodes de fatigue ou d’épuisement, la production d’enzymes est la première impactée.

Pendant des millions d’années, l’alimentation humaine était constituée de produits frais, bruts et crus auxquels nos enzymes digestives sont parfaitement adaptées. Les enzymes alimentaires, apportées par l’alimentation sont naturellement présentes dans les aliments frais, bruts et crus, ils participent au travail de digestion. Ils facilitent la digestion sans entamer ton capital d’enzymes métaboliques. C’est pourquoi il est si important de les conserver en évitant de les détruire par la cuisson car ils sont très sensibles à la chaleur.

Les fruits et légumes ainsi que le miel, contiennent leur propres enzymes, certains aliments en contiennent plus que d’autres, l’ananas, par exemple, contient une grande quantité de bromélaïne. Notre système digestif pourra bénéficier de ces enzymes à condition de consommer ces aliments frais, bruts et crus. Une graine cuite plantée dans le sol, ne donnera jamais une plante, elle est dépourvue d’enzymes (tués par la cuisson), elle est « morte ». Cela la différencie d’une graine vivante, qui une fois semée, se développera, laissera sortir un germe, puis poussera. De même, chaque aliment cuit ingéré, arrive dans l’organisme dépourvu d’enzymes, il va nécessiter une production d’enzymes digestifs pour combler ce manque.

En cas de manque d’enzymes (ou de co-enzymes), certains aliments ne seront pas complètement digérés. Ces fragments d’aliments non digérés stagneront dans l’intestin, attirant une flore de putréfaction, la multiplication des candidas et de fait la fragilisation de la barrière intestinale.

Or, l’alimentation moderne, instaurée depuis la sédentarisation et l’avènement de l’agriculture, a connu au XXème siècle plus de changements que ces 5000 dernières années. La proportion de substances « incassables » par les enzymes lors de la digestion s’est multipliée, notamment dans l’alimentation industrielle. 

La morale de cet article :

Nous avons le pouvoir de réduire considérablement la quantité de déchets présente dans notre organisme en augmentant beaucoup la part d’aliments frais, cru et bruts dans notre alimentation.

ATTENTION, de nombreux paramètres sont à changer pour retrouver durablement la santé ou ton poids de forme : adopter l’alimentation physiologique, la gestion du stress (voir : comment le stress actuel impacte notre santé et la composante psychique de toutes les maladies), une hygiène de vie optimale, des pratiques de santé quotidiennes (voir par exemple : les compresses d’huile de ricin) ainsi que des mesures de renforcement de l’organisme (voir par exemple : renforcement par le froid), le tout très individualisé en fonction de ton état de santé général et SURTOUT actualisé au jour le jour en fonction des réponses de ton organisme. 

Il est de ma responsabilité professionnelle de te prévenir qu’afin d’éviter certaines catastrophes (voir : ma transition), tu peux avoir besoin de te faire suivre par un coach de santé (ou coach de régénération) qui évaluera ton état de santé général en fonction de l’état de santé de tes systèmes immunitaire, nerveux, endocrinien, circulatoire, digestif, de ton poids rapporté à ta taille, de ton âge, de l’histoire de ta maladie, de ton histoire médicamenteuse, de ta génétique, et de nombreux autres facteurs. 

Tu peux également avoir besoin de te faire suivre par un psychologue pour venir à bout de ton stress. De plus les éliminations provoquées par ces changements d’alimentation et ces pratiques de santé, risquent de faire remonter des sentiments dépressifs pouvant aller jusqu’à des idées noires. Il est conseillé de se faire suivre par un psychologue, d’autant que de plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques consultations par an chez un psychologue. L’idéal serait que ce psychologue soit très au fait de ces pratiques de santé et du mode de vie physiologique.

Je suis psychologue clinicienne, hygiéniste, coach de santé et de régénération et propose notamment des consultations par SKYPE ou téléphone.

De plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques séances de psychologues, renseignes toi auprès de ta mutuelle, je peux envoyer des reçus.

Pour connaitre mon parcours, voir : 

Qui suis-je

Si tu souhaites davantage de renseignements, n’hésite pas à me contacter à l’adresse suivante : 

osersavie66@gmail.com

ou au 06 87 20 54 58

4 réflexions sur « Les enzymes digestives »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s