Une progression type vers l’alimentation physiologique

ATTENTION : avant de lire cet article, je t’invite à relire ma page d’accueil  en suivant le lien suivant :

ça va mieux en le disant

On l’a vu dans de nombreux articles précédents, l’alimentation physiologique est un des leviers permettant de guérir de toutes les maladies physiques et psychiques et de retrouver durablement son poids de forme en santé (voir : pourquoi on grossit et comment prendre du poids).

Que ton aliment soit ton seul médicament. Hippocrate (460 – 370 av JC).

« Ton alimentation physiologique, c’est mission impossible »

Oui, je suis d’accord, ça peut-être vécu comme ça si tu essaies de passer du jour au lendemain de l’alimentation d’une normo-mangeuse à l’alimentation physiologique. C’est pourquoi je vais te proposer ici une progression type.

Mais attention, chacun est différent et en fonction de ton état de santé, de l’état de tes intestins, de ton système nerveux, de ton système endocrinien, de l’histoire de ta maladie, de ton histoire médicamenteuse, de ton âge, de ton poids ramené à ta taille, de ton hérédité, etc, il faudra bcp individualiser cette progression. Tu peux avoir besoin pour cela de te faire aider par un hygiéniste très au courant de ce genre d’alimentation.

Etape 1 :

Tu ne changes rien à ta vie ni à ton alimentation, mais tu ajoutes un verre de jus de légumes maison fraichement pressé avant chaque repas, en guise d’apéritif, à boire lentement (Voir aussi la vidéo sur les jus de légumes).

Si tu fais 3 repas par jours, alors tu ajoutes 3 verres de jus de légumes par jour, quitte à commencer par une cuillère à café de jus si tes intestins ne les supportent pas pour le moment, mais une cuillère à café avant chaque repas et au fur et à mesure que ça passera mieux, tu pourras augmenter les doses jusqu’à en arriver à un verre avant chaque repas. Sois bien attentive aux réactions de ton organisme, ce sont elles qui vont te guider.

Dans ce cas, pour mieux supporter les jus de légumes, il te faudra alterner avec des pratiques de régénération de l’intestin (voir : comment guérir du SII et des maladies). De la même manière, tu pourras commencer par certaines de ces pratiques plutôt que par d’autres en fonction de tous tes facteurs de santé personnels cités précédemment, tu peux avoir besoin de te faire aider par un hygiéniste.

« Seulement ajouter des jus de légumes, ça me paraît faisable, il faut juste que j’achète un juicer, après je mange ce que je veux ? »

Oui, tu peux continuer à manger comme à ton habitude après chaque verre de jus et on trouve aujourd’hui des extracteurs de jus pas trop coûteux.

Etape 2 :

Tu te reposes le plus possible, n’essaie pas de faire des tas de choses le week end si tu es épuisée, tu peux passer un week end à ne rien faire chez toi, sans voir personne si tu n’as pas envie de voir du monde, quitte à confier les enfants à une personne de confiance, ça n’est pas une perte de temps. Ne te fais plus d’obligations, ta seule obligation est de prendre soin de toi, ta santé doit devenir ta priorité. La plupart d’entre nous sommes surmenés par la vie actuelle, il est temps d’appuyer sur la pédale de frein.

« Ca aussi ça me convient ! »

Je savais que ça te plairait !

Etape 3 :

Lorsque tu ne pourras plus te passer de ton verre de jus avant chaque repas (sauf urgence médicale, prends le temps qu’il te faudra, un jour, une semaine, un mois, un an ou davantage), tu ajouteras après chaque verre de jus (environ un quart d’heure après, le temps que le jus quitte l’estomac) le fruit cru de saison, mûr à point qui te fera envie : pomme, banane, poire, mandarine, orange, pêche, abricot, melon, pastèque, cerise, ou autre, à consommer sans modération, tant que tu en as envie, tu peux manger 5 ou 6 fruits identiques ou différents, ce qui te tente et ensuite seulement, tu prendras ton repas normalement. Si tu veux manger différentes sortes de fruits au même repas, il faut commencer par les fruits acides (les plus rapidement digérés) comme les agrumes, les kiwis ou les ananas, par exemple, puis les fruits doux comme les pommes et poires et enfin les fruits sucrés comme les bananes. Selon ton état, tu peux avoir besoin de te faire guider par un hygiéniste pour le choix des fruits à consommer ou à ne pas consommer dans un premier temps.

Attention comme pour les jus, pour les fruits, tu peux avoir besoin de commencer par une bouchée de banane par exemple, en fonction des facteurs de santé énoncés plus haut.

« Mais dis donc, tous ces fruits, ça risque de me couper l’appétit ! »

Oui, c’est un peu le but recherché, tu mangeras moins des poisons majeurs qui composent les repas habituels des normo-mangeurs.

« Je veux bien essayer, mais c’est bizarre les fruits en début de repas. »

Sais tu que les fruits doivent toujours se manger à jeun, parce qu’ils ne doivent pas séjourner dans l’estomac, il sont digérés par l’amylase salivaire dans la bouche (d’où l’intérêt de bien mâcher) et par l’amylase pancréatique dans le duodénum, à la sortie de l’estomac.

Quand le fruit est ingéré en fin de repas, l’estomac plein, donc le pylore (sphincter de sortie de l’estomac) fermé, il séjourne dans l’estomac et fermente provoquant une mauvaise digestion non seulement des fruits, mais aussi de tous les autres aliments présents en même temps dans l’estomac et souviens toi de ce que deviennent les résidus d’aliments mal digérés, ce sont eux qui provoquent les maladies et qui font prendre du poids (voir : pourquoi on grossit).

La fermentation des fruits dans l’estomac est une fermentation alcoolique et c’est ainsi que certaines personnes qui n’avaient jamais bu d’alcool mais étaient de gros consommateurs de fruits ont pu se retrouver avec une cirrhose du foie.

Etape 4 :

Lorsque le verre de jus et les fruits avant chaque repas seront devenus pour toi des habitudes agréables, essaie d’augmenter la quantité de jus et le nombre de fruits au petit déjeuner, mais de ne rien ingérer d’autre à ce repas, sinon une tisane de ton choix non sucrée (pas de café ni de thé, voir : les poisons majeurs).

« Mais j’ai toujours très faim au petit déjeuner ! »

Tu peux manger des fruits à volonté.

« Ca ne me calera pas ! »

Même si tu manges 5 ou 6 bananes ou davantage ? La banane est l’équivalent des pâtes pour les crudivores, bien rassasiante et pas chère.

« Ca me fera grossir ! »

Pas du tout, tu grossiras moins qu’avec tes tartines, tes brioches ou tes céréales actuelles.

« Toujours des fruits au petit déj’, ça risque d’être monotone ! »

Pas si tu varies les fruits au gré de tes envies et des saisons, et tes tartines c’était pas monotone ?

« Bon et si j’y arrive, c’est quoi la suite ? »

Etape 5 :

Augmente encore la quantité de jus de légumes et de fruits à croquer avant chaque repas, ça diminuera encore la quantité de poisons majeurs ingérés pendant ton repas.

« Et je continue de manger tt ce que je veux aux repas ? »

Oui, sauf au petit déjeuner où tu n’ingères que du jus de légumes et des fruits.

Etape 6 :

Continues le petit déjeuner fait de jus de légumes et de fruits.

Ajoute au repas de midi et du soir après le verre de jus de légumes et les fruits que tu croques, une grande salade verte agrémentée de tous les légumes crus que tu souhaites : oignons rouges, carottes râpées, potiron râpé, betterave crue râpée, céleri branche, fenouil, ou autre selon tes envies, tu peux aussi y ajouter des fruits coupés ou des raisins secs, des graines de tournesol ou de courge ou des amandes ou des noisettes. Assaisonnée de jus de citron fraichement pressé ou de vinaigre de cidre et d’un ou deux jaunes d’œufs crus (excellents pour les intestins) ou d’une ou deux cuillerées d’huile d’olive.

Ensuite mange ce que tu veux pour le reste de ton repas, mange à ta faim.

« Si j’ai encore faim ! »

Oui, seulement si tu as encore faim, sinon, ne te forces pas, cela nous conduit à l’étape 7.

Etape 7 :

Justement essaie de t’entraîner à ressentir tes sensations de faim et de satiété pour déterminer quand t’arrêter à chaque repas. Si tu n’as pas faim à l’heure d’un repas, tu peux sauter ce repas ou le décaler.

« Mais c’est très mauvais de sauter un repas ! »

Oui, c’est ce qu’on tente de nous faire croire parce que c’est mauvais pour la consommation et donc pour la croissance si nous mangeons moins. Les américains ont réussi en plus des 3 ou 4 repas quotidiens à faire augmenter aux gens le nombre de « snacks » dans le journée, et c’est comme ça qu’ils en sont arrivés à avoir le plus grand nombre d’obèses de la planète et le genre d’obèses qu’on ne voit pas ailleurs.

Il faut bien se rende compte que le monde actuel est construit autour du profit financier m^me si on tente de nous faire croire qu’il est bâti autour du bien être humain.

Etape 8 :

Retarde le petit déjeuner d’une demi heure en te levant à la même heure (choisis un week-end ou une période de plusieurs jours de congé si c’est plus facile pour toi).

Lorsque tu es familiarisé avec ce nouvel horaire de petit déjeuner, retarde le encore d’une demi heure, et ainsi de suite jusqu’à arriver à l’heure du repas de midi et donc à sauter le petit déjeuner.

« Pourquoi sauter le petit déjeuner ? »

Tout d’abord pour prolonger le jeûne de la nuit, ce qui laisse un peu plus de temps à l’organisme pour se détoxiner. Le corps reste en mode digestion pdt minimum 6 heures après la fin d’un repas (et bcp plus longtemps si ton repas est complexe), il ne passe en mode détoxination qu’une fois la digestion terminée.

Ensuite pcq jusqu’à midi, l’organisme présente une résistance à l’insuline, selon la chronobiologie (bientôt un article sur la chronobiologie), c’est la période d’élimination, pas de digestion, donc ce que tu ingères ne sera pas correctement digéré, et souviens toi de ce que le corps fait des éléments mal digérés… (voir : pourquoi on grossit).

« Mais je croyais que le petit déjeuner devait être le plus gros repas de la journée ! »

Oui, c’est ce qui est véhiculé par nos institutions gouvernementales, sanitaires et autres, dont la plupart des membres ont des conflits d’intérêt avec les grands producteurs laitiers, les grands céréaliers, les grands industriels de l’agro-alimentaire, la grande distribution, les laboratoires pharmaceutiques (on creuse sa tombe avec ses dents…) etc, qui n’y trouveraient plus leur compte si le petit déj’ disparaissait, d’autant qu’un repas de plus dans la journée augmente la consommation de chaque individu et donc son volume d’achat alimentaire… (un prochain article traitera plus spécifiquement du petit déjeuner).

Etape 9 :

Lorsque tu seras bien familiarisée avec le rythme de deux repas par jour, passe de la même manière à un seul repas par jour, c’est le jeûne séquentiel qui permet à ton organisme d’avoir un temps de nettoyage plus long.

La plupart des gens qui ne font qu’un repas par jour le font le soir pcq c’est le moment où on « craque » le plus et aussi pour garder tte l’énergie du jeûne pour la journée, le soir, après le repas, c’est le sommeil qui nous attend. Il est plus aisé de commencer ainsi.

J’ai pratiqué ainsi pendant quelques temps, aujourd’hui, je fais différemment, je mange lorsque j’ai faim, une seule fois par jour, quelle que soit l’heure et sur une plage maximale de 4 heures, ce qui fait un jeûne séquentiel de 20 heures sur 24.

Etape 10 :

Elimine les poisons majeurs dans l’ordre où ils sont présentés dans l’article.

Tu peux dans un premier temps remplacer le sucre par du miel dans les gâteaux (le miel est bon pour les intestins, contrairement au sucre qui est très mauvais pour les intestins), à condition de le choisir bio sinon il peut receler une part de sucre sans que la loi ne l’oblige à le mentionner sur l’étiquette.

 Tu peux aussi fabriquer (pour éviter les produits industriels pleins de sucres ajoutés et d’additifs même en bio) des laits végétaux (à partir de purées d’oléagineux et d’eau tiède par exemple) pr remplacer les laits animaux, adopter dans un premier temps des céréales sans gluten (attention plus de blé, avoine, épeautre, kamut, orge, maïs, etc…) pour remplacer les céréales à gluten, les moins nocives sont le sarrasin et la quinoa qui ne sont pas vraiment des céréales, tu peux aussi pendant la transition cuire des légumes à la vapeur douce ou à l’étouffée  (voir : les modes de cuisson) l’hiver afin de manger chaud et même manger encore un peu de pommes de terre vapeur (bien que les sucres complexes soient mauvais pour les intestins).

En principe avec cette façon de manger, tu ne ressentiras pas le besoin de grignoter. Si c’est encore le cas, c’est que c’est du grignotage nerveux, il sera peut être nécessaire de te faire aider par un psychologue pour dépasser cela. Tu peux dans un premier temps remplacer tes grignotages par des raisins secs et des amandes ou noisettes trempés la veille et bien rincés pour les débarrasser de leur acide phytique (voir : les céréales) par exemple, ou mieux par des feuilles de laitues iceberg ou par des graines de haricots mungo que tu auras fait germer.

Etape 11 :

Ne garde que fruits, légumes, algues, noix, graines crus éventuellement (si tu n’es pas végétalienne) jaune d’oeuf cru, un tt petit peu de viande crue séchée bio ou de poisson mariné cru bio pour arriver à l‘alimentation physiologique et qu’un seul repas par jour. Elimine tous les poisons majeurs restants. Attention, le porc est la viande la plus polluée, même en bio, préfères par exemple la bresaola (viande de boeuf séchée) qu’on trouve facilement en boutique bio.

ATTENTION, de nombreux paramètres sont à changer pour retrouver durablement la santé ou ton poids de forme : adopter l’alimentation physiologique, la gestion du stress (voir : comment le stress actuel impacte notre santé et la composante psychique de toutes les maladies), une hygiène de vie optimale, des pratiques de santé quotidiennes (voir par exemple : les compresses d’huile de ricin) ainsi que des mesures de renforcement de l’organisme (voir par exemple : renforcement par le froid), le tout très individualisé en fonction de ton état de santé général et SURTOUT actualisé au jour le jour en fonction des réponses de ton organisme. 

Il est de ma responsabilité professionnelle de te prévenir qu’afin d’éviter certaines catastrophes (voir : ma transition), tu peux avoir besoin de te faire suivre par un coach de santé (ou coach de régénération) qui évaluera ton état de santé général en fonction de l’état de santé de tes systèmes immunitaire, nerveux, endocrinien, circulatoire, digestif, de ton poids rapporté à ta taille, de ton âge, de l’histoire de ta maladie, de ton histoire médicamenteuse, de ta génétique, et de nombreux autres facteurs. 

Tu peux également avoir besoin de te faire suivre par un psychologue pour venir à bout de ton stress. De plus les éliminations provoquées par ces changements d’alimentation et ces pratiques de santé, risquent de faire remonter des sentiments dépressifs pouvant aller jusqu’à des idées noires. Il est conseillé de se faire suivre par un psychologue, d’autant que de plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques consultations par an chez un psychologue. L’idéal serait que ce psychologue soit très au fait de ces pratiques de santé et du mode de vie physiologique.

Je suis psychologue clinicienne, hygiéniste, coach de santé et de régénération et propose notamment des consultations par SKYPE ou téléphone.

De plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques séances de psychologues, renseignes toi auprès de ta mutuelle, je peux envoyer des reçus.

Pour connaitre mon parcours, voir : Qui suis-je

Si tu souhaites davantage de renseignements, n’hésite pas à me contacter à l’adresse suivante : 

osersavie66@gmail.com

ou au 06 87 20 54 58

6 réflexions sur « Une progression type vers l’alimentation physiologique »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s