Le bain dérivatif

ATTENTION : avant de lire cet article, je t’invite à relire ma page d’accueil  en suivant le lien suivant :

ça va mieux en le disant

Le bain dérivatif est un des outils permettant de régénérer ses intestins (voir : comment guérir de l’intestin irritable) donc de guérir des maladies physiques ou psychiques puisqu’elles partent toutes de l’intestin et de retrouver son poids de forme.

Dans cet article, je m’inspire largement de deux ouvrages de France Guillain :

-Les bains dérivatifs, un moyen de santé simple, efficace et gratuit, éditions Jouvence,

-Le bain dérivatif ou D-CoolinWay, cent ans après Louis Khune… Editions du Rocher.

Ainsi que de mon expérience de plusieurs années de bain dérivatif à l’eau pendant assez longtemps puis à l’aide de poches de gel.

Je résume beaucoup le propos de France Guillain afin de ne pas écrire un article trop long, il s’agit de t’inciter à approfondir par la lecture de ses livres qui m’ont beaucoup aidée dans mon retour vers la santé.

 Le site de France Guillain où tu trouveras des détails supplémentaires sur le bain dérivatif :

Bains dérivatifs

 « Qu’est-ce que c’est le bain dérivatif ? »

C’est un moyen de santé, gratuit, efficace et sans danger permettant la circulation des graisses brunes sous la peau et la détoxification par expulsion de toxines en les acheminant lentement vers l’intestin.

Contrairement aux graisses blanches de stockage, les graisses brunes sont des graisses fonctionnelles, elles contiennent des mitochondries (centrale énergétique de la cellule), elles permettent une meilleure adaptation au froid par augmentation de la thermogenèse et une augmentation de la production d’énergie.

Cette technique consiste à rafraîchir les deux plis inguinaux et le périnée dans le but de faire vibrer, rendre motiles les intestins et l’ensemble du fascia de cette partie du corps (un fascia est une membrane fibro-élastique qui recouvre ou enveloppe une structure anatomique).

Cette technique peut favoriser (attention c’est seulement un outil parmi d’autres, pas une baguette magique) la guérison de nombreuses affections physiques et psychiques ainsi que la régulation du poids, cad la perte de poids sans perte de masse musculaire si on est en surpoids ou la prise de poids si on est en sous poids par rapport à son poids de forme (ou si on se maintient artificiellement en sous-poids).

« D’où ça sort ? »

C’est Louis Khune, au XIXème siècle, cherchant à se guérir de sa pathologie pulmonaire grave qui, en observant les animaux se lécher la zone du sexe, a (re)découvert cette technique (connue depuis l’antiquité, puis oubliée), cela a été repris et diffusé plus récemment par France Guillain.

« Comment on procède ? »

Il s’agit de refroidir très régulièrement (tous les jours pendant quelques mois) le centre du corps (comme le font instinctivement chiens et chats en se léchant la zone du sexe). Pour ce faire, deux possibilités s’offrent à nous :

A l’eau :

Un bidet ou une petite bassine qu’on coince dans la cuvette des WC ou un seau assez solide pour s’asseoir dessus sont nécessaires ainsi qu’un gant de toilette et de l’eau froide (en été on peut ajouter des glaçons dans l’eau). Attention il peut être nécessaire de commencer avec de l’eau seulement  fraiche et ajouter de l’eau de plus en plus froide. Tout le reste du corps doit être tenu bien au chaud, très bien couvert et notamment les pieds, c’est la différence de température entre le corps tt entier et la zone du pubis qui est recherchée.

S’asseoir confortablement, le périnée, le sexe et les fesses ne touchant pas l’eau. Plonger le gant de toilette (ou l’éponge) dans l’eau (l’eau ne doit pas geler les doigts). Placer le gant mouillé sur le périnée, sensiblement au niveau de l’anus, le faire glisser sur le périnée en remontant sur le pli de l’aine à droite par exemple, jusqu’à la hauteur de l’os du pubis (de la racine du pénis, pour les hommes) et redescendre par le même chemin. Plonger de nouveau le gant de toilette dans l’eau et recommencer la même chose de l’autre côté. Ne pas essorer le gant de toilette pendant le bain dérivatif. Procéder ainsi de suite sans discontinuer pendant 20 à 40 minutes selon les besoins (fonction du poids de la personne, de son état de santé, etc…).

Le bidet ou la cuvette doivent être parfaitement nettoyés après chaque utilisation et le gant changé tous les jours. Le corps doit être lavé avant chaque bain dérivatif.

Il faut laisser passer au moins une demi-heure après un bain dérivatif à l’eau avant de manger, et il faut attendre au minimum une heure et demie après un repas avant de faire un bain dérivatif à l’eau.

A l’aide d’une poche de gel :

Quatre poches de gel sont nécessaire (le gel doit être de qualité alimentaire parce qu’il sera au contact du sexe si l’enveloppe de la poche se rompt) et quatre petites enveloppes de coton bio pour y placer les poches de gel.

Il faut porter sous ses vêtements habituels un slip qui tienne bien la poche (pas de string).

Mettre les 4 poches de gel dans une poche plastique ou dans une boite au congélateur ou au freezer et les y laisser au moins deux heures. Au bout de ce temps sortir une poche de gel, l’envelopper de sa housse de coton ou à défaut de papier essuie tout. La fraicheur ressentie doit être douce.Placer la poche de gel la partie large vers l’avant au fond du slip, comme une couche de bébé, que l’on soit un homme ou une femme. On échange la poche de gel avec une autre sortie du congélateur dès qu’on ne sent plus le froid (alors que la poche de gel ôtée est encore froide).

Mon truc, lorsque la poche de gel sortie du congélateur est trop froide, je la pose sur ma chaise de bureau et m’assois dessus en travaillant sur mon ordinateur, l’épaisseur du pantalon et du slip font alors isolation, je ne la mets dans ma culotte que lorsqu’elle n’est plus trop froide.

Pour un adulte qui n’a pas de problème grave, on peut compter 3 heures de poches de gel par jour, mais on peut les porter tte la journée si on reste chez soi.

Je lave mes poches de gel à la main (elles peuvent aller en lave linge à 30 degrés) toutes les semaines et mes housses de coton tous les jours. Attendre le séchage complet avant de remettre les poches de gel au congélateur.

On peut porter les poches de gel juste avant, pendant et même après le repas si on les a portées pendant le repas. Attention, si on n’a pas mis de poche pendant le repas, il faut attendre au moins une heure après le repas pour mettre une poche de gel, sinon cela interfèrerait avec la digestion.

Pendant la nuit, on peut sortir du congélateur une petite bouteille d’eau gelée (pas remplie jusqu’en haut pour éviter qu’elle n’éclate), la mettre dans un gant de toilette et entre les cuisses au contact du périnée, elle restera froide plusieurs heures.

Pour en savoir plus sur les poches de gel (mais celles-ci sont très onéreuses) :

https://www.yokool.fr/fr/page/yokool

NOUVEAU poches de gel « 36°6FREEZSNOW » deux fois moins chères présentées en vidéo par France Guillain :




Comment les utiliser :

Pour commander :

« Mais l’homme a vécu des milliers d’années sans bain dérivatif ! »

Oui, il n’en avait pas besoin parce qu’il marchait toute la journée nu sous les tropiques et sa sueur ruisselait le long de son corps jusqu’à la zone du pubis qu’elle rafraîchissait ainsi naturellement. C’est l’effet de la friction lors de la marche et du rafraichissement du périnée que reproduit le bain dérivatif à l’eau. Celui à l’aide des poches de gel dissocie la friction (tu marches dans la journée) du rafraichissement de cette zone.

C’est du fait de la sédentarisation et du vêtement, que nous avons besoin aujourd’hui pour rester en forme, de mimer la façon de vivre des hommes originels par le bain dérivatif.

« Il n’y a pas d’effets secondaires ? »

On peut présenter des « crises de guérison » (voir : rechute ou détox).

Tu prendras du poids sur la balance mais tu ne prendras du volume que si tu étais en dessous de ton poids de forme. Cela est dû au fait que tu perdras de la graisse qui sera remplacée par du muscle (plus lourd que la graisse). S’il est dans ta constitution d’avoir un fessier rebondi ou une poitrine opulente, ne t’attends pas à les perdre.

« Tout le monde peut pratiquer le bain dérivatif sans risques ? »

Sauf contre indications listées ci-dessous, oui, tous les adultes, enfants, adolescents et bébés, avec dans chaque cas des techniques adaptées.

Contre indications au bain dérivatif :

-Ne pas faire de bain dérivatif à l’eau pdt au moins 6 mois si l’on sort d’une opération avec pause de matériel ou greffe d’organe : implant dentaire, broche, pace-maker, botox, greffe de cornée, etc… Dès qu’on est capable de marcher d’un bon pas une demi heure, on peut faire des bains dérivatifs avec poches de gel si la fraicheur est DOUCE.

-Après une césarienne attendre deux semaines avant de faire des bains dérivatifs.

-Contre indication absolue en cas de grossesse non naturelle (FIV par exemple) ou de nécessité médicale de ne pas bouger pendant la grossesse.

-Contre indication absolue pour une personne en fin de vie.

Cette pratique de santé peut aider à se débarrasser de toutes les pathologies et notamment des pathologies intestinales. Elle permet souvent un retour à un transit intestinal normal.

ATTENTION, de nombreux paramètres sont à changer pour retrouver durablement la santé ou ton poids de forme : adopter l’alimentation physiologique, la gestion du stress (voir : comment le stress actuel impacte notre santé et la composante psychique de toutes les maladies), une hygiène de vie optimale, des pratiques de santé quotidiennes (voir par exemple : les compresses d’huile de ricin) ainsi que des mesures de renforcement de l’organisme (voir par exemple : renforcement par le froid), le tout très individualisé en fonction de ton état de santé général et SURTOUT actualisé au jour le jour en fonction des réponses de ton organisme. 

Il est de ma responsabilité professionnelle de te prévenir qu’afin d’éviter certaines catastrophes (voir : ma transition), tu peux avoir besoin de te faire suivre par un coach de santé (ou coach de régénération) qui évaluera ton état de santé général en fonction de l’état de santé de tes systèmes immunitaire, nerveux, endocrinien, circulatoire, digestif, de ton poids rapporté à ta taille, de ton âge, de l’histoire de ta maladie, de ton histoire médicamenteuse, de ta génétique, et de nombreux autres facteurs. 

Tu peux également avoir besoin de te faire suivre par un psychologue pour venir à bout de ton stress. De plus les éliminations provoquées par ces changements d’alimentation et ces pratiques de santé, risquent de faire remonter des sentiments dépressifs pouvant aller jusqu’à des idées noires. Il est conseillé de se faire suivre par un psychologue, d’autant que de plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques consultations par an chez un psychologue. L’idéal serait que ce psychologue soit très au fait de ces pratiques de santé et du mode de vie physiologique.

Je suis psychologue clinicienne, hygiéniste, coach de santé et de régénération et propose notamment des consultations par SKYPE ou téléphone.

De plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques séances de psychologues, renseignes toi auprès de ta mutuelle, je peux envoyer des reçus.

Pour connaitre mon parcours, voir : Qui suis-je

Si tu souhaites davantage de renseignements, n’hésite pas à me contacter à l’adresse suivante : 

osersavie66@gmail.com

ou au 06 87 20 54 58



8 réflexions sur « Le bain dérivatif »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s