Haro sur la bio

ATTENTION : avant de lire cet article, je t’invite à relire ma page d’accueil  en suivant le lien suivant :

ça va mieux en le disant

On l’a vu dans de nombreux articles précédents, l’alimentation physiologique est un des leviers permettant de guérir de toutes les maladies physiques et psychiques et de retrouver durablement son poids de forme en santé (voir : pourquoi on grossit et comment prendre du poids). Une alimentation physiologique est au minimum de qualité bio, au mieux cultivée dans son propre jardin et cueillie mûre à point.

Mais attention, depuis que les gens comprennent que leur santé est en jeu et achètent de plus en plus bio, les acteurs de l’agriculture conventionnelle trouvent des subterfuges pour regagner du terrain sur la bio, comme cet engouement pour le local par exemple !

« Moi je ne mange pas bio, mais local. »

L’un n’empêche pas l’autre, mais je suis sûre que tu manges aussi des bananes, du chocolat, du café, du thé, c’est pas très local tout ça. Et puis, l’agriculteur local, s’il n’est pas bio empoisonne trois fois tes enfants d’abord par les pesticides qu’ils ingèrent en mangeant sa production, ensuite par les pesticides qu’ils respirent puisqu’il est local, c’est leur air qu’il empoisonne et enfin par l’eau qu’il a polluée à proximité de chez toi qui est celle que tes enfants boivent, celle avec laquelle ils se lavent et lavent leurs vêtements (n’oublie pas la peau et les muqueuses aussi absorbent ce qui est à leur contact, voir : Quoi mettre sur sa peau et Comment entretenir sa maison ?).

Dans l’idéal, il faudrait manger bio et local.

« Ca revient moins cher d’acheter des produits de l’agriculture raisonnée plutôt que de l’agriculture bio, c’est aussi bien, non ? »

Si tu veux éviter de grossir ou de développer une maladies chronique plus ou moins handicapante, évite les pesticides (voir : pourquoi on grossit). Il y a (en principe) un petit peu moins de pesticides dans l’agriculture raisonnée que dans l’agriculture conventionnelle. L’agriculture raisonnée c’est seulement polluer un petit peu moins pour s’octroyer le droit de polluer beaucoup plus longtemps. Et puis c’est l’agriculteur qui décide ce que c’est qu’une quantité « raisonnée » de pesticides. A ton avis sa préoccupation principale sera ta santé ou sa récolte ?

Le seul label fiable est le label bio (AB pour l’alimentation). Voir : la bio c’est pas cher. Malheureusement on peut parfois retrouver quelques (infimes) traces de pesticides dans les fruits et légumes bios du fait de la contamination des sols et nappes phréatiques par l’agriculture intensive.Il faut aussi être vigilent, parce que la réglementation européenne (feuille verte stylisée) est bcp moins exigeante sur le cahier des charges de la bio que la réglementation française (AB). On peut trouver mieux encore dans certaines boutiques bio, des labels comme Demeter qui sont une excellente garantie.

« Moi j’achète mes aliments bios en supermarché, c’est moins cher »

Les hypermarchés et supermarchés tentent de surfer sur la vague du bio, et en profitent pour faire des marges supérieures sur la bio, ce qui fait que la bio est beaucoup plus chère en supermarché qu’en boutique bio, au moins pour les produits bruts (je n’achète jamais de produits transformés, alors je ne peux pas comparer, mais les produits transformés sont mauvais pour la santé bios ou pas). Pour exemple je paie mes amandes vrac à 14,90 euros le kilo en boutique bio alors quand je les ai vues affichées à 2,30 euros en supermarché, j’ai regardé de plus près, c’était en fait 2,30 euros les 100 grammes soit 23 euros le kilo ! De plus, cela entretient l’idée auprès des clients de supermarché que la bio revient très cher. Les fruits sont vendus en barquettes de 500g en général en supermarché, au prix du kilo dans ma biocoop !

De plus bio ne signifie pas uniquement sans pesticide, mais aussi agriculteur mieux rémunéré pour son travail pour davantage de justice sociale et évitement des serres chauffées par exemple afin de moins polluer. Acheter bio est un acte militant. La bio de supermarché ne respecte pas ces critères écologiques.

Les supermarchés ne sont mus que par le souci de profit immédiat et oublient donc toutes les conditions qui ne sont pas dans le cahier des charges de la bio mais que des boutiques comme les biocoop, par exemple, respectent. La charte des biocoop et de quelques autres boutiques bio comme Satoriz, par exemple, sont plus exigeantes que le cahier des charges bio.

L’idéal étant, bien sûr, d’acheter au marché bio directement à ton petit producteur bio.

En achetant bio, on choisit le monde dans lequel on veut vivre, comme disait Coluche : « On a un bulletin de vote dans son assiette trois fois par jour », il disait aussi : « Et dire qu’il suffirait qu’on n’achète pas pour que ça ne se vende pas ! ».

« J’ai vu récemment une pub pour la « nouvelle agriculture », c’est pas mal ça aussi ? »

C’est tout nouveau, « La nouvelle agriculture », élevages sans OGM et sans antibiotiques a été mise en place aussi pour concurrencer la bio qui gagne du terrain, mais tu ingèreras autant de pesticides avec la nouvelle agriculture qu’avec l’agriculture conventionnelle. Et il ne faut pas oublier que les pesticides détruisent ton microbiote siège principal de ton immunité, ce qui fait le lit de ttes les maladies puisque ttes les maladies partent de l’intestin. La prise de poids aussi part de l’intestin…

ATTENTION, de nombreux paramètres sont à changer pour retrouver durablement la santé ou ton poids de forme : adopter l’alimentation physiologique, la gestion du stress (voir : comment le stress actuel impacte notre santé et la composante psychique de toutes les maladies), une hygiène de vie optimale, des pratiques de santé quotidiennes (voir par exemple : les compresses d’huile de ricin) ainsi que des mesures de renforcement de l’organisme (voir par exemple : renforcement par le froid), le tout très individualisé en fonction de ton état de santé général et SURTOUT actualisé au jour le jour en fonction des réponses de ton organisme. 

Il est de ma responsabilité professionnelle de te prévenir qu’afin d’éviter certaines catastrophes (voir : ma transition), tu peux avoir besoin de te faire suivre par un coach de santé (ou coach de régénération) qui évaluera ton état de santé général en fonction de l’état de santé de tes systèmes immunitaire, nerveux, endocrinien, circulatoire, digestif, de ton poids rapporté à ta taille, de ton âge, de l’histoire de ta maladie, de ton histoire médicamenteuse, de ta génétique, et de nombreux autres facteurs. 

Tu peux également avoir besoin de te faire suivre par un psychologue pour venir à bout de ton stress. De plus les éliminations provoquées par ces changements d’alimentation et ces pratiques de santé, risquent de faire remonter des sentiments dépressifs pouvant aller jusqu’à des idées noires. Il est conseillé de se faire suivre par un psychologue, d’autant que de plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques consultations par an chez un psychologue. L’idéal serait que ce psychologue soit très au fait de ces pratiques de santé et du mode de vie physiologique.

Je suis psychologue clinicienne, hygiéniste, coach de santé et de régénération et propose notamment des consultations par SKYPE ou téléphone.

De plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques séances de psychologues, renseigne toi auprès de ta mutuelle, je peux envoyer des reçus.

Pour connaitre mon parcours, voir : Qui suis-je

Si tu souhaites davantage de renseignements, n’hésite pas à me contacter à l’adresse suivante : 

osersavie66@gmail.com

ou au 06 87 20 54 58

8 réflexions sur « Haro sur la bio »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s