Les laitages

ATTENTION : avant de lire cet article, je t’invite à relire ma page d’accueil  en suivant le lien suivant :

ça va mieux en le disant

Puisque toutes les maladies physiques et psychiques ainsi que la gestion du poids de forme (voir : pourquoi on grossit et comment prendre du poidspartent des intestins, cad de notre assiette, il est important d’en savoir le maximum sur l’alimentation physiologique.

Dans l’alimentation physiologique, on évite les laits animaux et tous leurs dérivés, les laitages (voir : les poisons majeurs).

« Mais depuis la nuit des temps on a fait du fromage ou des yaourts et on en a consommé, tu ne me feras pas croire que c’est mauvais pour la santé »

Les laitages actuels n’ont rien à voir avec ceux d’antan. 

A force de sélection, les énormes vaches à lait Holstein, sont devenues des usines à lait elles produisent 9,276 kg de lait brut en 355 jours, c’est la race laitière la plus répandue en France et dans le monde parce que la plus rentable, mais son lait est très indigeste pour l’humain, la caséine (protéine du lait) passe la barrière intestinale devenue poreuse.

Les petites vaches Jersiaises, exploitées en France pour leur lait depuis le XVIème siècle, produisent 5,222 kg de lait en 325 jours. Les protéines de lait de vaches Jersiaise sont moins indigestes pour l’homme que celles des vaches Holstein. Elles ne sont que très peu exploitées aujourd’hui. 

Le lait qu’on buvait autrefois était du lait de vache Jersiaise, bio sans le savoir à l’époque puisque les pesticides n’existaient pas encore, cru et fermenté, aujourd’hui c’est du lait pasteurisé (c’est à dire qui a perdu tous les micronutriments qu’il contenaient) de vaches Holstein. De plus, le lait non bio est un concentré de pesticides, d’antibiotiques et de pus.

« De pesticides, d’antibiotiques et de pus !!!??? »

Oui, de pesticides si on n’est pas en bio, comme pour la viande de ces animaux, de pus parce que les traites répétées occasionnent des infections qu’il faut bien traiter par des antibiotiques si on veut passer les contrôles vétérinaires…

« Tu parles de difficultés digestives, mais les yaourts et le fromage sont plus digestes que le lait, ils ne contiennent pas de lactose »

Ca n’est pas le lactose (sucre du lait) qui est le plus problématique, même si on note aujourd’hui de plus en plus d’allergies au lactose, mais la caséine (protéine du lait de vache) que l’homme n’est pas équipé pour digérer.

De plus autrefois les fermentations des produits laitiers (yaourts, fromages), comme celles du levain pour le pain, étaient très lentes et permettaient une prédigestion des longues chaines de protéines (caséine pour le lait, gluten pour le pain) ainsi que des acides gras. Aujourd’hui les produits laitiers fermentés le sont dans un temps beaucoup trop bref, rentabilité oblige.

Quoi qu’il en soit, aucun animal ne tète sa mère à l’âge adulte et encore moins ne consomme le lait d’une autre espèce animale.

Le lait de vache est fait pour le veau qui doit développer sa masse musculaire très rapidement, mais pas son cerveau… 

Le lait maternel est parfaitement adapté aux besoins du nourrisson, d’ailleurs il s’adapte en temps réel, à chaque tétée aux besoins du nourrisson, il existe une interaction étroite entre la physiologie du bébé et celle du lait maternel avec échanges d’informations à chaque tétée, mais après 2 ans et demi ou trois ans, le petit d’homme ne peut plus digérer le lait, même celui de sa mère, puisqu’il n’en n’a plus besoin.

Il ne faut pas oublier non plus que l’industrie du lait produit des veaux, qu’il faudra tuer et consommer, une des raisons de la sur-consommation de viande sous nos latitudes (voir : les protéines) qui amène à de nombreux problèmes de santé dont le développement de cancers.

« Qu’est-ce qu’elle a d’indigeste la caséine du lait par rapport aux autres protéines animales ? »

La caséine du lait est faite de très longues chaines d’acides aminés que l’organisme humain n’est pas capable de découper complètement en acides aminés, sa digestion n’est pas totale, il reste des peptides, c’est à dire des chaines d’acides aminés, plus courtes que les protéines d’origine, mais dont l’organisme ne sait que faire si elles passent la barrière intestinale. Or la barrière intestinale (voir : toutes les maladies partent de l’intestin) des occidentaux modernes est une vraie passoire et de nombreux composés qui ne devraient pas la traverser se retrouvent dans l’organisme. Et le corps traite comme des déchets ce dont il ne sait que faire (voir : pourquoi on grossit).

« Mais les laits de brebis et de chèvre sont bons pour la santé ? »

S’il fallait faire un classement, le lait de chèvre est le moins mauvais de tous, celui de brebis est moins mauvais que celui de vache, mais à condition bien sûr que la chèvre ou la brebis ait été élevée en liberté, nourrie au plus proche de sa nourriture naturelle et biologique, et son lait cru, fermenté et non pasteurisé, bio…

Mais si tu veux retrouver la santé, il est préférable, dans un premier temps d’exclure de ton alimentation tous les laits et produits laitiers qui sont très aisément remplaçables par des laits, fromages et beurres végétaux (amandes, sésame, noisette, cajou, graines de tournesol, etc…). Si tu y tiens, lorsque tu seras complètement guérie de tous tes maux, tu pourras, selon ta génétique, très occasionnellement consommer un peu de laitage cru de chèvre élevée et nourrie comme une chèvre sauvage.

« Pourquoi seulement occasionnellement ? »

Les laits animaux provoquent de nombreux problèmes de santé, notamment l’encombrement de la sphère haute (tête et cou), ils sont pro-inflammatoires et contiennent des facteurs de croissance qui, à l’âge adulte, favorisent le développement des kystes, tumeurs et cancers.

Si tu as des problèmes respiratoires, ou de vue, ou auditifs, ou de gorge, ou encore de thyroïde, il est urgent d’arrêter les laits animaux et d’autant plus si tu n’as plus tes amygdales ou tes végétations qui sont des ganglions lymphatiques aidant à drainer cette zone là…

« Mais il faut boire du lait ou manger des yaourts ou du fromage pour avoir un apport de calcium ! »

C’est ce que veut nous faire croire l’industrie du lait, mais le calcium du lait n’est pas assimilable par l’homme dans la mesure où l’homme n’est pas équipé pour digérer les laits animaux, et pire que cela, la tentative de digestion du lait laisse des résidus acides qui attaquent tous nos tissus mous et durs par déminéralisation (les minéraux sont prélevés dans nos tissus pour tamponner ces acides afin de pouvoir les éliminer sans brûler nos voies d’élimination). Cela signifie que plus tu consomme de laitages, plus tu te déminéralise. Si les minéraux sont pris dans les os, c’est l’ostéoporose, s’ils sont pris dans les dents, ce sont les caries, dans la gencive, le déchaussement des dents, dans les tissus de soutien, la hernie, etc, dans les autres tissus, ce sont des altérations plus ou moins graves de ces tissus.

« Alors tu le trouves où ton calcium ? »

Dans les minéraux des légumes crus bios que je bois en jus et que je mange, en plus dans ces aliments, il est très facilement assimilable et en quantité optimale pour l’humain.

« Mais les laits animaux sont la base de mon alimentation avec le gluten que j’ai déjà éliminé, qu’est-ce que je vais manger ??? »

Les laits animaux sont très facilement remplaçables par des laits végétaux à faire soi-même : lait d’amandes blanches (très neutre, convient pour ttes les préparations culinaires salées), d’amandes avec peau brune (pour les pâtisseries), de noisettes (pour le chocolat chaud), de cajou (pour davantage de crémeux et pour certains fauxmages, bien qu’on puisse en fabriquer à partir de graines de tournesol), d’autres noix ou même de graines comme les graines de tournesol (les plus économiques).

« Pourquoi ne pas les acheter tout faits, j’en ai vu en briques dans ma boutique bio ? »

Les boissons industrielles sont pasteurisées si elles ne sont pas vendues au rayon frais (c’est la loi), de plus, elles contiennent souvent des additifs (conservateurs, épaississant, sucres, arômes, etc…),même en bio. Donc il est plus sain de les fabriquer soi-même au fur et à mesure de ses besoins (pas besoin de conservateurs) et de choisir des épaississants comme les graines de chia qui apportent à l’organisme les si précieux acides gras omégas3 ainsi que des sucrants comme la pâte de dattes ou des raisins secs, bcp plus sains que tous les sucrants ou édulcorants du commerce.

« Et comment tu les fabriques ? »

Le mieux et le plus économique, si tu as un blender professionnel est de blender les noix ou graines (trempées une nuit et rincées plusieurs fois préalablement) avec un peu d’eau puis d’allonger ensuite avec davantage d’eau et filtrer si besoin, pour les amandes, au préalable, les tremper au moins un jour et une nuit dans l’eau pour pouvoir les éplucher le lendemain si tu veux du lait d’amandes blanches plutôt que de les ébouillanter pour pouvoir les éplucher, elles perdraient leurs micro nutriments. Si tu n’as pas de blender professionnel, il te faudra partir de purée d’oléagineux diluées au blender dans un peu d’eau tiède et allonger ensuite avec de l’eau froide, c’est plus rapide, mais les purées d’oléagineux reviennent plus cher que les oléagineux bruts. Il peut être intéressant d’investir dans un blender professionnel si tu fais souvent des laits végétaux.

ATTENTION, de nombreux paramètres sont à changer pour retrouver durablement la santé ou ton poids de forme : adopter l’alimentation physiologique, la gestion du stress (voir : comment le stress actuel impacte notre santé et la composante psychique de toutes les maladies), une hygiène de vie optimale, des pratiques de santé quotidiennes (voir par exemple : les compresses d’huile de ricin) ainsi que des mesures de renforcement de l’organisme (voir par exemple : renforcement par le froid), le tout très individualisé en fonction de ton état de santé général et SURTOUT actualisé au jour le jour en fonction des réponses de ton organisme. 

Il est de ma responsabilité professionnelle de te prévenir qu’afin d’éviter certaines catastrophes (voir : ma transition), tu peux avoir besoin de te faire suivre par un coach de santé (ou coach de régénération) qui évaluera ton état de santé général en fonction de l’état de santé de tes systèmes immunitaire, nerveux, endocrinien, circulatoire, digestif, de ton poids rapporté à ta taille, de ton âge, de l’histoire de ta maladie, de ton histoire médicamenteuse, de ta génétique, et de nombreux autres facteurs. 

Tu peux également avoir besoin de te faire suivre par un psychologue pour venir à bout de ton stress. De plus les éliminations provoquées par ces changements d’alimentation et ces pratiques de santé, risquent de faire remonter des sentiments dépressifs pouvant aller jusqu’à des idées noires. Il est conseillé de se faire suivre par un psychologue, d’autant que de plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques consultations par an chez un psychologue. L’idéal serait que ce psychologue soit très au fait de ces pratiques de santé et du mode de vie physiologique.

Je suis psychologue clinicienne, hygiéniste, coach de santé et de régénération et propose notamment des consultations par SKYPE ou téléphone.

De plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques séances de psychologues, renseignes toi auprès de ta mutuelle, je peux envoyer des reçus.

Pour connaitre mon parcours, voir : Qui suis-je

Si tu souhaites davantage de renseignements, n’hésite pas à me contacter à l’adresse suivante : 

osersavie66@gmail.com

ou au 06 87 20 54 58

15 réflexions sur « Les laitages »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s