L’alimentation physiologique

ATTENTION : avant de lire cet article, je t’invite à relire ma page d’accueil  en suivant le lien suivant :

ça va mieux en le disant

ATTENTION : Le régime alimentaire ici décrit est celui qui permet de garder ou de retrouver durablement la santé physique et psychique et son poids de forme que l’on ait grossi ou maigri, mais ça n’est que le but à atteindre, en fonction de l’état de tes intestins, de ton système nerveux, de ton système endocrinien, de l’histoire de ta maladie et de ton passé médicamenteux, de ton hérédité, de ton poids ramené à ta taille, et de nombreux autres facteurs, il faudra introduire certains aliments très très progressivement et pratiquer en parallèle les méthodes de régénération de l’intestin et des pratiques de santé ainsi que des mesures de renforcement de l’organisme que je décrirai dans d’autres articles, elles aussi très très progressivement en fonction des mêmes facteurs et dans un certain ordre.

« Que ton aliment soit ton seul médicament. « Hippocrate (460 – 370 av JC).

« L’alimentation optimale est la médecine de l’avenir. » Linus Pauling (prix Nobel de la paix et prix Nobel de chimie)

« Mangez 5 fruits et légumes par jour » qu’y disent à la télé, alors voyons… le radis fané en déco de mon friand en entrée, deux haricots verts et des frites, beaucoup de frites, en accompagnement de mon steak, trois feuilles de salade avec mon pain et mon fromage et la pomme noyée de caramel industriel de ma tarte tatin en dessert, le compte est bon.

Nan, ça c’est de la malbouffe !

Augmenter la part de fruits et légumes dans son alimentation ne peut être que bénéfique, mais il faut savoir ce que l’on entend par fruits et légumes et il faut aussi considérer le mode de cuisson (voir : les modes de cuisson) et les additifs alimentaires (agents de texture, exhausteurs de goût, colorants, etc…, voir : les poisons majeurs) s’il s’agit d’un plat préparé chez soi avec des produits frais du marché ou d’un repas pris au restaurant ainsi que les associations alimentaires.

Essayons d’y voir un peu plus clair…

L’alimentation occidentale moderne nous apporte pléthore de macronutriments (protéines, lipides, glucides), mais nous laisse en grande carence de micronutriments (minéraux, vitamines, oligoéléments, antioxydants, etc…). Ce qui fait le bonheur des labos, pharmacies et marchands de « compléments alimentaires » en tous genres !

Or tous ces compléments synthétiques, isolés des autres composants de l’aliment qui devrait nous les fournir ne sont que très peu ou pas du tout assimilable (voire nocifs pour certains excipients). On a toujours tendance à considérer ce qu’on ingère et pas ce qu’on assimile, or ce qui nous nourrit est ce qu’on assimile (on y reviendra dans un prochain article).

Tant que notre organisme n’est pas rassasié en micronutriments, nous continuerons d’ingérer des macronutriments qui nous font grossir !

Où trouve-t-on ces micro-nutriments ? Justement dans les fruits et les légumes bios (surtt s’ils sont crus), mais pas n’importe lesquels !

Donc l’alimentation physiologique doit faire la part belle au fruits et légumes bios, frais, de saison, crus.

Les fruits et légumes d’aujourd’hui sont beaucoup moins riches en micro-nutriments que ceux de 1930 ou 1940, ils poussent sur une terre morte qu’on perfuse en azote et autres composants isolés, qui dans un cadre naturel, agissent en synergie, une terre qu’on arrose qui plus est généreusement de pesticides et de fongicides. Même en bio, un fruit ou un légume ne sera jamais plus riche que la terre sur laquelle il a poussé, les meilleurs végétaux poussent en bio sur un sol vivant (voir : Qu’est-ce que la permaculture), attention donc à ne pas acheter les produits bios en supermarché ou dans des boutiques bios à « bobos ».

D’autre part, la sélection et les catalogues des semences autorisées, imposés par les puissants acteurs de l’agro-alimentaire (Monsanto et consorts), réduisent encore la palette des nutriments disponibles, les végétaux étant sélectionnés pour leur rendement ou leur aspect, pas pour leur richesse en nutriments. Mais ce sujet ne peut pas être traité en un paragraphe, il fera lui aussi l’objet d’un autre article, en attendant tu peux aller voir les excellents films documentaires de Marie Monique Robin par exemple dont les plus anciens doivent être à présent disponibles gratuitement sur le net.

En bref, manger bio (voir : La bio c’est pas cher et Haro sur la bio) est absolument nécessaire  pour éviter de s’empoisonner à coup de pesticides, bien sûr, pour éviter de détruire sa barrière immunitaire (voir : microbes et microbiote), mais manger bio n’est pas du tout suffisant, il existe de la junk food bio qui te rendra malade et te fera grossir tout autant que la junk food non bio.

« OK pour acheter mes fruits et mes légumes bios, mais je n’ai pas le temps de cuisiner ! »

Ca tombe bien, moins tu les cuisine, plus tu préserves leurs micro-nutriments. La cuisson fait perdre leur charge électromagnétique aux minéraux qui ne sont alors plus biodisponibles pour l’organisme et elle détruit les vitamines.

Les fruits crus, bios, de saison, mûrs à point, c’est délicieux. Les salades aussi, facile, rien à cuisiner (je parle pas de la salade de pâtes ou de la salade de pommes de terre qui n’ont de salades que le nom). Pour limiter la perte de micro-nutriments des légumes, on peut les cuire à basse température, à l’étouffée, à la vapeur douce, ou bien en potage, mais le plus efficace est de les consommer crus en jus fraichement pressés à la maison avec un extracteur de jus à basse vitesse (voir aussi la vidéo : jus au juicer pas cher).

« Des jus de légumes, quelle drôle d’idée ! Quel est l’intérêt ? »

Tu as déjà essayé de croquer crus 4 carottes, 3 betteraves, 2 pommes et un citron avec la peau ? Il te faudra un certain temps, de bonnes dents et tes intestins ne parviendront probablement pas à extraire la moitié des nutriments qu’ils contiennent (si tu les as achetés bios, ça fait cher pour pas grand chose !), mets tout ça dans ton extracteur de jus et tu auras 1 ou 2 grands verres (selon la taille des fruits et légumes et l’efficacité de ton juicer) d’un jus délicieux qui remplacera avantageusement l’anisette ou le whisky à l’apéro. Ce jus te permettra de faire le plein de minéraux, dont nous avons tant besoin avec le mode de vie et l’alimentation acidifiante que nous avons (voir : aliments acidifiants et alcalinisants).

« Oui, mais justement quand on passe des légumes à l’extracteur, il y a énormément de résidus, et si les légumes sont bios, ça fait cher ! »

Je décris dans certains de mes articles ce qu’on peut faire avec les résidus, mais dis toi que ça n’est pas cher si ça a permis d’assimiler deux fois plus de nutriments que si tu les avais croqués, ça revient donc deux fois moins cher, et les résidus tu les aurais évacués de ttes façons dans tes selles !

« Mais je croyais qu’il fallait manger des fibres pour éviter le cancer du côlon… »

Oui, c’est pour ça qu’on croque des fruits, beaucoup de fruits, ils ont des fibres solubles, douces, très bien supportées par nos intestins d’occidentaux normo-mangeurs, contrairement aux fibres de certains légumes plus irritantes. De plus si tes fruits sont bios, tu les croques avec la peau, pleine de fibres elle aussi.

L’intérêt du jus est qu’il ne demande aucune digestion, il passe directement dans les cellules pour les nourrir, quelque soit l’état de tes intestins (voir : comment nettoyer ses intestins) et pour peu qu’on ait mangé du pain et des laitages à un moment de notre vie (même dans l’enfance), nos intestins ont toutes les chances de ne pas être vraiment fonctionnels, c’est à dire d’avoir une capacité d’assimilation si faible qu’il nous faut surmanger pour ne pas dépérir. Un signe : si tu es plus ou moins constipée, c’est que tes intestins sont à la peine. Dans l’idéal on devrait avoir une selle après chaque repas (voir : comment « vas-tu » ?).

L’alimentation physiologique c’est l’alimentation la plus adaptée à l’être humain. Elle consiste donc en des aliments bruts, bios crus : fruits, jus de légumes coriaces, légumes tendres ou légumes fruits à croquer (comme les salades, les tomates, le concombre, le poivron, la courgette, etc…), fruits séchés (dattes, raisins secs, figues sèches, etc…), noix (noisettes, amandes, etc…), graines, algues, miel, éventuellement et en très petite quantité : jaune d’oeuf cru, poisson cru mariné maison dans citron ou vinaigre de cidre mais sans sel, viande séchée maison sans sel ou marinée en carpaccio (voir : mes recettes de crusine). Tu peux aussi retenir la règle des 3 V : manger très majoritairement Végétal, Vert, Vivant.

« Vivant ? »

Oui, les fruits et légumes crus mis en terre (avec leurs graines, pépins ou noyau) donneront un nouveau végétal, l’oeuf couvé, donnera un poussin, mais la viande ou le poisson sont morts ainsi que les fruits et légumes cuits.

Des comparaisons anatomiques avec différentes autres espèces animales (ongles ou griffes, dents ou crocs, système digestif et notamment longueur de l’intestin rapportée à la longueur du tronc de la bouche à l’anus) montrent que l’homme est certes omnivore, c’est à dire qu’il peut survivre en mangeant aussi bien des végétaux que des animaux ou des graines, des céréales, des légumineuses, des racines etc… (à l’image des inuits qui se nourrissent de graisse de phoque, mais dont l’espérance de vie ne dépasse pas 50 ans), mais l’alimentation à laquelle il est le mieux adapté se compose majoritairement de fruits accompagnés de feuilles vertes et d’une toute petite portion (quelques grammes par semaine) de chair et/ou de produits animaux de bonne qualité (je ne parle pas d’éthique, seulement de biologie), le tout, cru bien sûr (donc pas du tt de céréales ou légumineuses par exemple, ou bien une petite portion de céréales germées), l’homme n’est pas apparu sur terre avec un four à micro ondes dans ses bagages…

« Mais il n’est pas apparu avec un juicer non plus ! »

En effet, l’extracteur de jus permet d’ingérer et d’assimiler une très grande quantité de minéraux dont nous manquons tous cruellement après des années d’alimentation vide de nutriments. Les jus de légumes sont thérapeutiques en quelques sorte, quand tu seras crudivore depuis 10, 20 ou 30 ans selon ton état de santé, tu pourras t’en passer sans problème.

Quoique, si tu manges beaucoup de fruits, il faut faire attention à tes dents, et le jus de légumes permet l’apport en minéraux qui ne seront pas pris sur tes dents (voir : comment éviter les caries naturellement et le brossage de la peau, des cheveux et des dents).

Astuce : pour que tes jus de légumes soient délicieux, il vaut mieux éviter trop de mélanges de goûts, maximum deux sortes de légumes et une sorte de fruit, il est judicieux aussi d’ajouter aux légumes environ 1/3 de fruits (pas plus pour éviter un pic glycémique) pour en adoucir le goût.

L’organisme qui a besoin de minéraux pour fonctionner se sert dans les os (provoquant de l’ostéoporose), dans les dents (caries), dans les cheveux (cheveux blancs), etc… Si nous avions tous eu depuis des générations notre comptant de minéraux par l’alimentation, nous n’aurions pas besoin de juicer.

« Depuis des générations ? Comment ça ? Explique. »

Depuis des générations, car nous héritons du capital minéral de notre mère, souviens toi (voir : ma transition), c’est elle qui fournit les minéraux de construction à son fœtus. Par conséquent, avec l’alimentation moderne vide de micronutriments et acidifiante (voir : aliments acidifiants ou alcalinsants), les tissus qui constituent nos organes s’appauvrissent de génération en génération. De fait, on trouve aujourd’hui des maladies chroniques handicapantes ou des maladies qui ne touchaient autrefois que les plus âgés, chez les plus jeunes : hernie inguinale (autrefois maladie des vieux, après 60 ans, aujourd’hui en recrudescence à partir de 25 ou 30 ans), affections de la prostate avant 50 ans, cancers chez les enfants, ménopause très précoces avant 40 ans, etc…

« Donc le fait de manger cru nous protège contre toutes les maladies ? »

Non ! Faut pas exagérer, mais déjà ça évite de trop nous affaiblir, d’autant que certains modes de cuisson (friture, barbecue, cuisson à haute température, autocuiseur, four micro-ondes, etc…) génèrent des composés cancérogènes, tu as déjà dû entendre parler de molécules de Maillard ? Sinon vas rapidement faire un tour sur gogol et wikiki te renseignera le temps de le dire, m’évitant une digression supplémentaire.

Le fait de manger physiologique permet aussi de passer le cap de la ménopause sans aucun symptôme, je peux en témoigner !

Et puis, je fais très souvent des écarts à mon régime alimentaire du fait de ma vie sociale et même si souvent après plusieurs écarts importants, je ressens le besoin de jeûner quelques jours, l’efficacité de ce régime en est réduite de beaucoup.

« C’est pas un peu orthorexique ta façon de manger ? C’est pour ça que tu fais des écarts et que tu es obligée de jeûner ensuite ! Je suis sûre qu’il vaut mieux manger un peu de tout comme préconisé par les recommandations officielles ».

Ca n’est pas la première fois qu’on me qualifie d’orthorexique, quoi qu’il en soit cette façon de manger m’a permis de guérir de nombreux maux (voir : témoignage, évolution de mon état de santé) et je connais bon nombre de personnes dont la base de l’alimentation est les céréales, qui consomment trois laitages par jour, mangent cuit etc, tout cela conformément aux recommandations officielles et qui sont tous atteints de maladies chroniques handicapantes après 50 ans (cancer compris). Voir : Les céréales, les laitages, les protéines.

Revenons au fonctionnement de l’organisme humain, les cellules du corps humain se nourrissent de glucides simples (molécules de glucose, de fructose, de saccharose ou de galactose) qui passent directement dans la cellule.

Donc les fruits, contrairement aux céréales, composés de glucides simples sont immédiatement et totalement digérés (s’ils sont mûrs) même si ton appareil digestif n’est pas très fonctionnel.

« Et les graisses, tu n’en manges pas ? »

Si bien sûr, surtt si tu as les intestins enflammés (voir : comment « guérir » du côlon irritable et du SII), je ne saurais trop te recommander les bonnes graisses comme le jaune d’oeuf cru ou le beurre cru de vache jersiaise si tu le supporte, ou mieux encore les jeunes noix de coco fraiches ou l’huile de coco qui sont très cicatrisants pour les intestins. Natascha Campbell recommande le bouillon d’os qui n’a pas réussi à endiguer l’inflammation de mes intestins, je trouve les jaunes d’oeufs crus et l’huile de coco beaucoup plus efficaces, mais c’est comme pour tout, ne me crois jamais sur parole, ni moi ni personne d’autre d’ailleurs, expérimente ce qui te semble pertinent et ne retient que ce qui aura fonctionné pour toi, nous sommes tous différents.

Lorsqu’on se nourrit d’alimentation physiologique, on voit rapidement son teint foncer du fait du nettoyage du sang que cette alimentation opère. Fini le teint cachet d’aspirine, signe de mauvaise santé, qui était dû à l’afflux de globules blancs dans le sang du fait de la cuisson des aliments et des aliments inadaptés à la physiologie humaine.

Un dernier détail, pour être sûr d’assimiler le mieux possible ce qu’on ingère, il est important de respecter une règle : on mange en premier ce qui se digère le plus vite, sinon on crée des embouteillages !

Lorsque le jus de légume arrive dans l’estomac, le pylore (sphincter de sortie de l’estomac) s’ouvre parce qu’il identifie que l’estomac n’a aucun travail à fournir dessus et le jus continue sa course dans le duodénum etc, jusqu’aux cellules, s’il arrive en même temps qu’un morceau de viande ou qu’un autre aliment solide dans l’estomac, le pylore se referme parce que l’estomac a du boulot sur ce bol alimentaire, donc la digestion du jus est retardée.

Les fruits aussi ne font que passer dans l’estomac puisque leur digestion commence dans la bouche avec une enzyme, l’amylase salivaire (d’où l’intérêt de bien mâcher) et se poursuit dans le duodénum avec l’amylase pancréatique. Un fruit se mange l’estomac vide (et surtout pas en fin de repas, le fruit en dessert est une aberration !), en effet, s’il est obligé de séjourner dans l’estomac du fait de la présence d’autres aliments à digérer, le fruit va fermenter, d’où ballonnements, gaz, voire cirrhose du foie en cas d’excès ou d’effet cumulatif sur toute une vie (ainsi on rencontre des cas de cirrhose du foie chez des gens âgés qui n’ont jamais bu une goutte d’alcool !).

Donc la règle est d’ingérer les aliments dans un certain ordre, du plus rapide au plus long à digérer :

On commence par le jus de légume (qui se retrouve en 20 min environ dans les cellules), dès qu’on sent son estomac vide (après environ 5 ou 10 min), on peut manger des fruits, puis ensuite les fruits gras (avocat par exemple), les graines (courge, tournesol) et noix (amandes, noisettes, etc…) plus longs à digérer et les produits animaux si on en consomme.

Je serai amenée à aborder à nouveau l’alimentation physiologique sous différents aspects, et on me suggère dans mon entourage de donner quelques recettes rapide pour manger chaud (mais cru) en hiver, ce sera pour une prochaine fois…

ATTENTION, de nombreux paramètres sont à changer pour retrouver durablement la santé ou ton poids de forme : adopter l’alimentation physiologique décrite dans cet article, la gestion du stress (voir : comment le stress actuel impacte notre santé et la composante psychique de toutes les maladies), une hygiène de vie optimale, des pratiques de santé quotidiennes (voir par exemple : les compresses d’huile de ricin) ainsi que des mesures de renforcement de l’organisme (voir par exemple : renforcement par le froid), le tout très individualisé en fonction de ton état de santé général et SURTOUT actualisé au jour le jour en fonction des réponses de ton organisme. 

Il est de ma responsabilité professionnelle de te prévenir qu’afin d’éviter certaines catastrophes (voir : ma transition), tu peux avoir besoin de te faire suivre par un coach de santé (ou coach de régénération) qui évaluera ton état de santé général en fonction de l’état de santé de tes systèmes immunitaire, nerveux, endocrinien, circulatoire, digestif, de ton poids rapporté à ta taille, de ton âge, de l’histoire de ta maladie, de ton histoire médicamenteuse, de ta génétique, et de nombreux autres facteurs. 

Tu peux également avoir besoin de te faire suivre par un psychologue pour venir à bout de ton stress. De plus les éliminations provoquées par ces changements d’alimentation et ces pratiques de santé, risquent de faire remonter des sentiments dépressifs pouvant aller jusqu’à des idées noires. Il est conseillé de se faire suivre par un psychologue, d’autant que de plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques consultations par an chez un psychologue. L’idéal serait que ce psychologue soit très au fait de ces pratiques de santé et du mode de vie physiologique.

Je suis psychologue clinicienne, hygiéniste, coach de santé et de régénération et propose notamment des consultations par SKYPE ou téléphone.

De plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques séances de psychologues, renseignes toi auprès de ta mutuelle, je peux envoyer des reçus.

Pour connaitre mon parcours, voir : Qui suis-je

Si tu souhaites davantage de renseignements, n’hésite pas à me contacter à l’adresse suivante : 

osersavie66@gmail.com

ou au 06 87 20 54 58

142 réflexions sur « L’alimentation physiologique »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s