Du fait de mon chemin de vie :

Comme tout un chacun, j’ai évolué au cours de ma vie dans mes valeurs, dans ma vie professionnelle et dans ma vie personnelle.

Ayant notamment travaillé avec des enfants à une période de ma vie (en tant que professeur des écoles avec des enfants ordinaires, puis en tant qu’enseignante spécialisée avec des enfants diagnostiqués comme « psychotiques » ou « autistes », enfin en tant que psychologue avec des enfants présentant des souffrances psychiques très diverses), j’ai pu observer à quel point les enfants sont proches ou tendent toujours à se rapprocher de ce qu’ils sont au fond d’eux-mêmes, de refuser la vie qu’on leur offre si elle ne leur convient pas quitte à se « rendre malades » (à l’image des enfants autistes qui s’enferment dans leur monde pour se mettre à l’abri d’un univers qui les agresse).

Ces observations m’ont permis de commencer à m’engager à bas bruit (et presque à mon insu) dans une évolution spirituelle personnelle qui s’est grandement accélérée après avoir traversé une épreuve familiale très traumatisante et peu ordinaire.

Je vois aujourd’hui la spiritualité comme très différente de la religion. Pour moi, la Force Créatrice de ce merveilleux univers est Amour inconditionnel envers tous les êtres vivants, qu’ils soient humains ou non.

Mon évolution vers la spiritualité m’a permis de m’autoriser à me faire confiance, de me reconnecter à ce qui était vivant en moi, en d’autres termes, de me relier à ma « part divine » et à celle de l’autre. Je suis aujourd’hui persuadée que si j’écoute mes ressentis, même lorsqu’ils vont à l’encontre des valeurs prônées par la société actuelle, même lorsqu’ils étonnent mes proches, ou même s’ils me conduisent à emprunter des chemins qui peuvent (me) paraître à première vue périlleux, alors, il adviendra ce qui est juste pour moi.

C’est en remerciant tous les jours l’Univers pour tout ce qu’il m’offre déjà et m’offrira à l’avenir (en y croyant comme si cela était déjà acquis) que j’ai pu voir advenir des événements heureux que je n’envisageais même pas. La gratitude est la clé.

Tout le long du chemin de résilience qu’a été ma vie entière depuis ma plus tendre enfance, je me suis sentie portée. A l’époque je mettais cela sur le compte d’heureux hasards.

Albert Einstein a dit : « le hasard est le nom que prend Dieu pour voyager incognito ».

Plus encore ces derniers temps alors que je décidais de quitter mon conjoint, mon travail, la région où je vis depuis maintenant 16 ans et allais vers l’inconnu, je me suis sentie véritablement portée.

Petit à petit, pataugeant dans les incertitudes, je me suis vue contrainte de lâcher prise et me suis alors rendue compte que tout se mettait en place, ma confiance semblait suffire à déjouer toutes les embûches au fur et à mesure qu’elles se présentaient. Sans cet appui, je n’aurais pas pu réaliser ces changements majeurs dans ma vie.

J’ai ainsi fait l’expérience du fait que la parole détient le pouvoir magique de créer.

La Bible dit : «  Au commencement était la parole, et la parole était avec Dieu, et la parole était Dieu. »

La parole est avant tout le message qu’on se délivre à soi-même. Si l’on prend soin de ne jamais retourner sa parole contre soi-même, nos intentions et nos désirs se réalisent facilement, parce qu’il n’y a plus de résistance, plus de peur, il ne reste que l’amour.

Forte de cette expérience de vie, je me sens à même d’aider celles et ceux d’entre vous qui le souhaiteront à emprunter ce chemin parsemé de doutes et d’angoisses, mais si libérateur lorsqu’on est enfin persuadé de suivre sa voie, lorsqu’on sait qu’il est légitime de vivre comme on le désire, mieux, lorsqu’on comprend que le but de cette vie est d’aller vers ce que l’on est, pour se réaliser et être enfin à même d’aider véritablement les autres.