Les maladies n’existent pas

ATTENTION : avant de lire cet article, je t’invite à relire ma page d’accueil  en suivant le lien suivant :

ça va mieux en le disant

« Qu’est-ce que c’est que ce titre ? C’est de la provocation ! Tu vas vraiment te faire des amis de tous ceux qui luttent contre la maladie ! »

Je vais t’expliquer ce que j’entends par là, mais sois attentive, tu risques d’aller de surprises en surprises.

L’organisme humain est fait pour fonctionner parfaitement jusqu’à un âge très avancé et pour s’éteindre sans douleur ni maladie physique ou psychique, ni handicap, avec maintien à son poids de forme, lorsque il est trop usé, aux environs de 120 ans.

« 120 ans ! Et pourquoi pas 1000 ans tant qu’on y est ? »

C’est le fruit des dernières recherches scientifiques, il en ressort que l’homme est programmé pour vivre jusqu’à plus ou moins 120 ans dans un environnement optimal, mais il ne peut semble-t-il pas beaucoup dépasser 120 ans, c’est une buttée. L’homme peut vivre jusqu’à cinq fois le temps de croissance de ses os longs, ce temps est de 25 ans (25 X 5= 125). D’ailleurs dans ma culture, à chaque anniversaire on souhaite à celui qui vient de prendre un an de vivre jusqu’à 120 ans en bonne santé.

« Je n’ai pas envie de vivre jusqu’à 120 ans avec Alzheimer ou Parkinson ! »

Mais justement je te dis que l’Homme peut vivre en pleine possession de ses moyens physiques et psychiques jusqu’à cet âge avancé.

« J’ai du mal à le croire, regarde autour de toi les personnes âgées à partir de 60, 70 ou 80 ans sont toutes touchées de maladies handicapantes, ma voisine à 60 ans avait déjà du mal à monter un escalier du fait de son arthrose. »

Oui, et aujourd’hui l’arthrose et les maux de dos handicapent de plus en plus de cinquantenaires !

« Tu vois que je ne délire pas… »

As-tu déjà entendu parler des centenaires de l’ile japonaise d’Okinawa qui avant que la « civilisation » ne les rattrape (et avant Fukushima !) vivaient et restaient actifs jusqu’à plus de 100 ans en excellente santé physique et psychique ? Leur vie était proche des conditions optimales de vie de l’homme : vie à l’extérieur plus de 90% du temps (climat tropical très agréable 20°C de moyenne dans l’année). Pas de stress. Exercice physique varié, modéré et quotidien pour aller chercher l’eau à des kilomètres et la rapporter, couper le bois pour la cuisson des repas, entretenir leur potager, etc… Ils se nourrissaient de façon très  frugale des végétaux qu’ils cultivaient dans leur jardin et du produit de leur pêche, presque pas de viande,  pas de laitages, de sucre ni d’alcool, des modes de cuisson lente et douce qui préservent une partie des vitamines des végétaux. Ils vivaient en petites communautés solidaires. Ils avaient une vie spirituelle importante qui donnait sens à leur vie. Puis vers 115 ou 120 ans ils s’éteignaient paisiblement dans leur sommeil après une journée de travail intensif au jardin. On en rêve tous non ?

« Oui, enfin, ça fait un peu image d’Epinal ! Mais nous on attrape des maladies et on a du mal à les guérir, alors tu ne peux pas dire que les maladies n’existent pas ! »

Ce qu’on appelle « maladies » sont des « crises guérisseuses », cad des réactions de notre organisme à des conditions anti-physiologiques et au lieu de tenter de les éradiquer, cad de faire taire ces symptômes, on ferait mieux de les écouter pour en comprendre les causes et mettre en place les mesures adéquates pour faire cesser les conditions qui ont présidé à leur survenue.

L’organisme tente simplement, par ces réactions, de se débarrasser des poisons ingérés par l’alimentation, on devrait l’aider à éliminer ces poisons au lieu de faire taire le symptôme, ce qui oblige le corps à enfouir ces poisons, plus profondément à chaque crise guérisseuse interrompue par un traitement médical, au lieu de les évacuer.

Nous en avons déjà parlé dans plusieurs articles (notamment : rechute ou détox ?). Relis les. Si on a une éruption cutanée, le dermato va nous prescrire une crème pour que ces boutons disparaissent, si on a mal à la tête on va prendre de l’aspirine pour faire taire la douleur, si on a un kyste, on va nous l’ôter.

En faisant taire le symptôme, on agit comme si, lorsque la jauge du réservoir à essence de notre voiture se mettait à clignoter, on mettait un cache dessus pour ne plus la voir clignoter, mais cela ne nous empêchera pas de tomber en panne d’essence quelques kilomètres plus loin, il eût été plus efficace de comprendre le message de la jauge et de remplir le réservoir d’essence !

Si on écoute l’éruption cutanée, elle nous dit que nos émonctoires principaux sont surchargés par la quantité de déchets qu’ils ont à traiter. Un problème de peau nous alerte plus précisément sur le mauvais fonctionnement de nos reins, la peau est considérée comme le troisième rein, elle prend le relais pour l’élimination des déchets lorsqu’ils ne sont plus en mesure de traiter tous les déchets. Cela signifie qu’il faut réformer son alimentation pour avoir moins de déchets à traiter et soutenir les reins par des plantes médicinales (voir « les émonctoires« ). Un autre signe du mauvais fonctionnement des reins est les marques autour des yeux (poches, cernes), mais reins et surrénales sont très proches et bien souvent cela est dû à une déficience des surrénales, cad à un état d’épuisement généralisé (nerveux, endocrinien et immunitaire), mais nous traiterons de l’épuisement dans un prochain article.

Si on écoute son mal de tête, on va essayer d’en déterminer la source (règles douloureuses, problème aux sinus, aux dents, mal être psychique ou autre jusqu’à la tumeur au cerveau) afin de prendre les mesures adéquates pour éliminer la source plutôt que de faire taire le symptôme. Mais dans tous les cas il s’agit, à l’origine, d’une surcharge d’origine alimentaire, donc la première mesure à prendre est une réforme alimentaire (voir : l’alimentation physiologique).

Si on a un kyste, quelle que soit sa localisation (qui ne dépend que de l’hérédité), il suffit de se souvenir que le corps enkyste les déchets (toujours acides, voir aliments acidifiants ou alcalinisants) qui ont traversé indûment la barrière intestinale et dont il ne sait que faire pour éviter qu’ils ne nuisent au reste de l’organisme. Il suffit donc, en plus d’une réforme alimentaire (pour éviter d’en rajouter),  d’aider l’émonctoire intestin (voir « comment régénérer ses intestins ») afin qu’il soit moins poreux. Si on ôte le kyste chirurgicalement sans faire aucune des réformes précédemment citées, il y a fort à parier qu’au bout de quelques mois, d’autres kystes apparaitront au même endroit ou ailleurs dans l’organisme.

Si on a développé un cancer du sein, par exemple, c’est que notre milieu interne est très acidifié et tant qu’on ne met pas en oeuvre des mesures pour alcaliniser notre organisme (alimentation par exemple), on risque le développement de cancers ailleurs dans l’organisme, qu’on appeler métastases, les même causes qui produisent les mêmes effets, à savoir acidification de l’organisme menant au cancer, d’ailleurs d’autres cancers  peuvent apparaître après rémission totale du cancer initial. Je suis sûre que tu connais des gens qui ont été successivement atteints de plusieurs cancers différents au cours de leur vie, s’ils n’ont rien changé à leur alimentation et à leur mode de vie après le premier cancer. L’organe le plus faible génétiquement ou le plus exposé aux pollutions (poumon chez le fumeur par exemple) se cancérisera le premier, mais les autres organes suivront si des mesures d’hygiène de vie (incluant bien sûr l’alimentation) ne sont pas prises.

Le précurseur de toutes les maladies est l’inflammation et notre alimentation moderne occidentale est très inflammatoire.

L’organisme humain est parfaitement bien fait, il est plein de ressources, il est auto-réparant, à condition de vivre dans un environnement physiologique. Ce que nous appelons maladies ne sont en fait que des réactions de détoxination prouvant que l’organisme a encore la force de se défendre, ce qui est bon signe. On peut toujours guérir une « maladie » sauf si on est en phase terminale, cad si le corps n’a plus les ressources pour lutter.

« Mais lorsqu’on attrape une bactérie ou un virus ou une mycose ? »

Tous ces micro-organismes sont les grands nettoyeurs du corps (souviens toi, les ganglions lymphatiques qui sont les stations d’épuration de l’organisme sont pleins de bactéries), si ton organisme est encrassé par l’alimentation et qu’il n’a plus l’énergie nécessaire au nettoyage, les bactéries, virus ou autres vont venir l’aider à faire le ménage. Si ton corps n’est pas encrassé, les bactéries auront beau être dans tout ton environnement, tu ne les « attraperas » pas. C’est ce qui explique que certaines personnes en contact avec des malades très contagieux ne sont jamais contaminées (voir : microbes et microbiote).

Il ne dépend que de nous de faire disparaître les « maladies ». Trop de facteurs sont pour nous, simple citoyen, difficiles à contrôler, comme la pollution de l’air, de l’eau, le stress, etc… Alors changeons le plus facile, l’alimentation qu’on ingère et tt ce qu’on met sur notre peau ou qu’on respire (produits d’entretien, vernis à ongles, etc…). Régénérons nos intestins puisque ttes les maladies partent de là.

ATTENTION, de nombreux paramètres sont à changer pour retrouver durablement la santé ou ton poids de forme : adopter l’alimentation physiologique, la gestion du stress (voir : comment le stress actuel impacte notre santé et la composante psychique de toutes les maladies), une hygiène de vie optimale, des pratiques de santé quotidiennes (voir par exemple : les compresses d’huile de ricin) ainsi que des mesures de renforcement de l’organisme (voir par exemple : renforcement par le froid), le tout très individualisé en fonction de ton état de santé général et SURTOUT actualisé au jour le jour en fonction des réponses de ton organisme. 

Il est de ma responsabilité professionnelle de te prévenir qu’afin d’éviter certaines catastrophes (voir : ma transition), tu peux avoir besoin de te faire suivre par un coach de santé (ou coach de régénération) qui évaluera ton état de santé général en fonction de l’état de santé de tes systèmes immunitaire, nerveux, endocrinien, circulatoire, digestif, de ton poids rapporté à ta taille, de ton âge, de l’histoire de ta maladie, de ton histoire médicamenteuse, de ta génétique, et de nombreux autres facteurs. 

Tu peux également avoir besoin de te faire suivre par un psychologue pour venir à bout de ton stress. De plus les éliminations provoquées par ces changements d’alimentation et ces pratiques de santé, risquent de faire remonter des sentiments dépressifs pouvant aller jusqu’à des idées noires. Il est conseillé de se faire suivre par un psychologue, d’autant que de plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques consultations par an chez un psychologue. L’idéal serait que ce psychologue soit très au fait de ces pratiques de santé et du mode de vie physiologique.

Je suis psychologue clinicienne, hygiéniste, coach de santé et de régénération et propose notamment des consultations par SKYPE ou téléphone.

De plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques séances de psychologues, renseignes toi auprès de ta mutuelle, je peux envoyer des reçus.

Pour connaitre mon parcours, voir : Qui suis-je

Si tu souhaites davantage de renseignements, n’hésite pas à me contacter à l’adresse suivante : 

osersavie66@gmail.com

ou au 06 87 20 54 58

25 réflexions sur « Les maladies n’existent pas »

    1. Thank you for your message, rollex11 test. When you eat varied raw vegetal whole food, specially what you like at a precise moment which is called instinctotherapy, you get every vitamins and micronutrients you need at that precise moment for your health. You don’t need to know what kind of nutrient you get in each food. I yet explained this many time, but thank you for asking, I will write about this later.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s