Exemple d’adaptation du programme de régénération

ATTENTION : avant de lire cet article, je t’invite à relire ma page d’accueil  en suivant le lien suivant :

ça va mieux en le disant

Nous avons vu dans de nombreux articles précédents comment garder ou retrouver durablement la santé physique et psychique ainsi que son poids de forme (voir : pourquoi on grossit et comment prendre du poids) . Cependant, il est important d’adapter le programme décrit dans ces articles à chaque cas, nous sommes tous différents et surtt de l’affiner au fur et à mesure en fonction des réactions de l’organisme.

Aujourd’hui deux vidéos autour de dix minutes chacune dans un long article explicatif.

Lorsqu’on tente d’aller trop vite sur le chemin de la régénération, ou simplement lorsqu’on ne prend pas en compte tous les paramètres en présence, on peut passer par des moments pénibles de douleurs, comme les larmes acides et la peau « brulée » par les sorties d’acides (voir : aliments acidifiants ou alcalinisants), de démangeaisons, de difficultés et/ou, où l’on donne à voir une apparence physique peu flatteuse (voir photo). Tous ces symptômes de détoxination peuvent perdurer plus ou moins longtemps en fonction du temps qu’on mettra à redresser la barre.

On voit bien sur la première vidéo (d’un peu plus de 8 minutes) que toute la peau du visage est très sèche. Cela est dû à la sortie d’acides en quantité trop importante, remis en circulation dans le sang, que les émonctoires principaux ne parviennent pas à éliminer, dans le cas exposé ici, c’est la peau et les paupières (larmes acides) qui sont venus à la rescousse pour tenter d’éliminer ces acides.


J’ai oublié de dire dans cette première vidéo que cet état de mes paupières, de mon front et de ma peau en général, durait depuis quelques semaines, je n’ai pas eu le loisir de m’en soucier tant j’ai été occupée par d’autres problèmes quotidiens importants et urgents.

Il me faut avouer également que je n’ai pas l’habitude de me regarder dans la glace et ne ressens la douleur que lorsqu’elle est devenue totalement insupportable, de plus je n’avais que des fruits (qui accélèrent la détox) à la maison et pas le temps de faire des courses, ce qui a permis aux symptômes d’empirer jusqu’au stade montré sur la vidéo, le retour à la normale a donc été plus long, dans l’idéal il faut s’en occuper dès les premiers signes de dessèchement de la peau ou de larmoiements acides des yeux.

Fais ce que je dis, pas ce que je fais…

Comment en suis-je arrivée là ?

Depuis mon jeûne en direct (voir les vidéos de ce jeûne) qui avait déjà bien boosté la détoxination, j’avais décidé d’en profiter pour accélérer la détox, pensant qu’à présent mes émonctoires principaux étaient suffisamment puissants pour encaisser cela. J’ai donc pratiqué de façon intensive le bain dérivatif pendant et après le jeûne et mangé, après mon jeûne, davantage de fruits (les fruits sont la pédale d’accélérateur de la détoxination et les légumes sa pédale de frein), plus que d’habitude (6 cherimoyas par jour, j’adore ça ! plus les pommes que je mets dans mes jus de légumes et au moins 2 citrons dont un avec sa peau dans mon jus de légumes et le jus d’un citron dans ma tisane et/ou dans ma salade).

Tous ces fruits contiennent des acides faibles qui provoquent une détoxination importante et, bien que j’ai aidé mes émonctoires principaux avec des plantes, la charge toxinique à éliminer les a débordés, sans doute pcq j’avais fait de très nombreux et très gros écarts les mois précédents et avais donc bcp de toxines à éliminer.

Il me faut aussi mentionner que chez moi la sphère haute (tête et cou) est très facilement engorgée du fait qu’on m’a ôté les amygdales à l’âge de deux ans… De plus, je traverse une période de stress intense du fait de la grande précarité financière dans laquelle je me trouve actuellement et comme chacun sait, le stress est acidifiant.

Alors que faire ?

Il s’est donc agi de ralentir l’élimination des acides, d’aider les émonctoires principaux et de bien reminéraliser le terrain pour tamponner les acides qui sortaient afin que la peau reprenne son élasticité habituelle (j’avais déjà vécu ce genre de déboires plusieurs fois du fait de mes nombreux écarts de régime dus à ma vie sociale depuis que j’ai adopté le mode de vie physiologique, voir : ma transition).

J’ai commencé par soutenir mes émonctoires avec des plantes.

j’ai tenté d’accélérer l’élimination par les émonctoires principaux en faisant une purge, d’activer l’émonctoire peau en passant à deux fois par jour pour le brossage à sec et en pratiquant des bains de pieds au bicarbonate de sodium pour aider à la sortie des acides par cette voie (dans l’idéal, il aurait fallu des bains de tt le corps au bicarbonate, mais mes finances ne me permettent pas actuellement de remplir une à deux fois par jour une baignoire d’eau chaude).

J’ai bien eu l’idée de jeûner puisque le jeûne est le meilleur remède à tous les maux, mais dans ce cas précis, j’essayais de ralentir la détox alors que le jeûne l’aurait accélérée.

Je me suis donc appliquée à ralentir la détoxination par les méthodes exposée dans la vidéo, et aussi en arrêtant le bain dérivatif et en remplaçant tous les fruits par des bananes (seul fruit qui ne contiennent pas d’acides faibles et ne provoque donc pas de détox) et par de bonnes graisses en choisissant avec soin la qualité et la quantité des ces graisses dans la mesure où je n’ai plus de vésicule biliaire, ce qui complique leur digestion, d’ailleurs de ce fait, j’ai suspendu mon jeûne séquentiel et ai fait plusieurs repas par jour.

Les finances étant pour moi, en ce moment, un facteur limitant, je me suis nourrie de bananes, de jus de carottes (légume le moins cher en bio) et ai ré-introduit du cuit avec des pommes de terre vapeur (très alcalinisantes et bon marché même en bio), bien que ce soit un aliment à éviter du fait de ma candidose. J’en étais à gérer les urgences.

J’ai continué aussi les compresses d’huile de ricin sur les intestins et l’argile en interne (voir : comment guérir de toutes les maladies), les compresses d’eau de bleuet et de camomille sur les yeux et le visage.

La deuxième vidéo dure un peu plus de 10 minutes, j’ai oublié d’y mentionner que lors des 15 jours passés en dehors de chez moi, j’ai fait de nombreux écarts à l’alimentation physiologique, ce qui a encore accentué mon problème de peau et de paupières.



Dans cette vidéo je parle de mon « diplôme » d’hygiéniste, or la formation d’hygiéniste est non diplômante, il s’agit simplement d’un approfondissement de ma formation d’hygiéniste.

J’ai oublié de mentionner dans ma deuxième vidéo que j’avais réalisé, malheureusement un peu tard, que les pommes de terre cuites ajoutaient à la charge toxinique à éliminer et qu’avant d’entamer le deuxième jeûne, j’avais attendu environ une semaine, le temps de reprendre tout le poids perdu.

Autre oubli, je parle du fait que j’ai été très occupée ces derniers temps, je parle de ma formation, de mon blog, de mes groupes facebook, mais j’oublie ce qui a été pour moi le plus chronophage cad toutes les démarches que je continue de faire auprès de différentes administrations pour essayer de retrouver mon nom de naissance et pour que mon courrier me soit envoyé à mon adresse actuelle alors que mon divorce a été prononcé il y a plus d’un an !

Un facteur dont j’ai hésité à parler jusqu’ici, mais je vous le livre à présent : L’intensité et la durée de ma réaction sur les paupières me semblait très disproportionnée. Je me suis demandée qu’est-ce qui me « ressortait par les yeux » à ce point (je sais ça peut faire psychologie de bazar), et la réponse s’est imposée à moi…

J’étais très soucieuse, à cette période, par le fait que j’envisageais de renouer une relation rompue par moi-même depuis très longtemps avec un proche ayant une attitude toxique, mais j’y allais « à reculons », pétrie de peurs… Cette prise de conscience a permis aux symptômes de devenir presque instantanément moins douloureux. Cela pour montrer qu’il est très important de prendre également en compte la dimension psychologique de ce que l’on vit.

D’autre part, bonne nouvelle, mes cils repoussent plus rapidement que prévu, sans doutes du fait que mon alimentation est très riche en micro nutriments, je n’ai déjà plus mon regard de batracien !

Enfin, j’ai gardé les bouteilles qui me restaient d’eau gazeuse très salée, impropre à la consommation, comme détachant pour le linge, c’est le meilleur détachant que je connaisse et le moins cher (voir : comment entretenir sa maison).

Bilan :

Malgré les moments difficiles traversés, je ne regrette pas du tout cette expérience parce que le savoir que j’en ai retiré est bien plus intéressant que le savoir théorique que j’avais à ce sujet auparavant et me permettra de mieux aider ceux qui en auront besoin.

ATTENTION, de nombreux paramètres sont à changer pour retrouver durablement la santé ou ton poids de forme : adopter l’alimentation physiologique, la gestion du stress (voir : comment le stress actuel impacte notre santé et la composante psychique de toutes les maladies), une hygiène de vie optimale, des pratiques de santé quotidiennes (voir par exemple : les compresses d’huile de ricin) ainsi que des mesures de renforcement de l’organisme (voir par exemple : renforcement par le froid), le tout très individualisé en fonction de ton état de santé général et SURTOUT actualisé au jour le jour en fonction des réponses de ton organisme. 

Il est de ma responsabilité professionnelle de te prévenir qu’afin d’éviter certaines catastrophes (voir : ma transition), tu peux avoir besoin de te faire suivre par un coach de santé (ou coach de régénération) qui évaluera ton état de santé général en fonction de l’état de santé de tes systèmes immunitaire, nerveux, endocrinien, circulatoire, digestif, de ton poids rapporté à ta taille, de ton âge, de l’histoire de ta maladie, de ton histoire médicamenteuse, de ta génétique, et de nombreux autres facteurs. 

Tu peux également avoir besoin de te faire suivre par un psychologue pour venir à bout de ton stress. De plus les éliminations provoquées par ces changements d’alimentation et ces pratiques de santé, risquent de faire remonter des sentiments dépressifs pouvant aller jusqu’à des idées noires. Il est conseillé de se faire suivre par un psychologue, d’autant que de plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques consultations par an chez un psychologue. L’idéal serait que ce psychologue soit très au fait de ces pratiques de santé et du mode de vie physiologique.

Je suis psychologue clinicienne, hygiéniste, coach de santé et de régénération et propose notamment des consultations par SKYPE ou téléphone.

De plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques séances de psychologues, renseignes toi auprès de ta mutuelle, je peux envoyer des reçus.

Pour connaitre mon parcours, voir : Qui suis-je

Si tu souhaites davantage de renseignements, n’hésite pas à me contacter à l’adresse suivante : 

osersavie66@gmail.com

ou au 06 87 20 54 58

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s