Le pouvoir de la peur

ATTENTION : avant de lire cet article, je t’invite à relire ma page d’accueil  en suivant le lien suivant :

ça va mieux en le disant

Pour garder notre santé physique et psychique et/ou notre poids de forme ou les retrouver durablement (voir : pourquoi on grossit et comment prendre du poids), il nous faut respecter les lois du vivant  et adopter une alimentation physiologique.

Quelles sont nos pires peurs ?

Qu’il arrive malheur à nos enfants.

Qu’ils contractent une maladie handicapante ou mortelle, qu’ils soient victimes d’un accident, qu’ils se fassent agresser, qu’ils deviennent accros à la drogue, qu’ils aient de mauvaises fréquentations, qu’ils tombent dans les griffes d’une secte !

Nous y voilà ! Les sectes, épouvantail suprême s’il en est.

Comment rendre un peuple docile ?

En jouant sur ses peurs.

Ainsi on peut obtenir de lui qu’il se fasse injecter une substance dont on ne sait rien en prévention d’une maladie présentée comme mortelle, qu’il vote pour un candidat assurant avant tout l’ordre public, qu’il accepte de perdre un peu de liberté pour gagner un peu de sécurité.

Mais quand le retour à l’ordre public passe par une normalisation de tous les comportements et un contrôle strict de la vie privée, de la liberté de croire, de la liberté de penser, sommes-nous toujours dans un état de droit ?

Nos dirigeants n’auraient-ils pas trouvé, en entretenant la peur, le moyen de museler toute opposition ?

Je me souviens avoir lu, adolescente, le roman « 1984 » de Georges Orwell qui avait fait grande impression sur moi. 

En effet, j’ai été élevée avec une discipline militaire, j’ai coutume de dire comme une boutade, que chez mes parents, tout ce qui n’était pas obligatoire était interdit. 

Mon seul espace de liberté était ma pensée, mes croyances, mon imaginaire. 

La fin de « 1984 » m’avait bouleversée. Je cite de mémoire : « Ils avaient gagné, j’aimais Big Brother ! ». 

Ne laissons pas gagner ceux qui tentent d’éradiquer toute croyance non reconnue officiellement en la qualifiant de sectaire.

ATTENTION, de nombreux paramètres sont à changer pour retrouver durablement la santé ou ton poids de forme : adopter l’alimentation physiologique, la gestion du stress (voir : comment le stress actuel impacte notre santé et la composante psychique de toutes les maladies), une hygiène de vie optimale, des pratiques de santé quotidiennes (voir par exemple : les compresses d’huile de ricin) ainsi que des mesures de renforcement de l’organisme (voir par exemple : renforcement par le froid), le tout très individualisé en fonction de ton état de santé général et SURTOUT actualisé au jour le jour en fonction des réponses de ton organisme. 

Il est de ma responsabilité professionnelle de te prévenir qu’afin d’éviter certaines catastrophes (voir : ma transition), tu peux avoir besoin de te faire suivre par un coach de santé (ou coach de régénération) qui évaluera ton état de santé général en fonction de l’état de santé de tes systèmes immunitaire, nerveux, endocrinien, circulatoire, digestif, de ton poids rapporté à ta taille, de ton âge, de l’histoire de ta maladie, de ton histoire médicamenteuse, de ta génétique, et de nombreux autres facteurs. 

Tu peux également avoir besoin de te faire suivre par un psychologue pour venir à bout de ton stress. De plus les éliminations provoquées par ces changements d’alimentation et ces pratiques de santé, risquent de faire remonter des sentiments dépressifs pouvant aller jusqu’à des idées noires. Il est conseillé de se faire suivre par un psychologue, d’autant que de plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques consultations par an chez un psychologue. L’idéal serait que ce psychologue soit très au fait de ces pratiques de santé et du mode de vie physiologique.

Je suis psychologue clinicienne, hygiéniste, coach de santé et de régénération et propose notamment des consultations par SKYPE ou téléphone.

De plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques séances de psychologues, renseigne toi auprès de ta mutuelle, je peux envoyer des reçus.

Pour connaitre mon parcours, voir : 

Qui suis-je

Si tu souhaites davantage de renseignements, n’hésite pas à me contacter à l’adresse suivante : 

osersavie66@gmail.com

ou au 06 87 20 54 58

Les dangers de la consommation de viande

ATTENTION : avant de lire cet article, je t’invite à relire ma page d’accueil  en suivant le lien suivant :

ça va mieux en le disant

Pour garder notre santé physique et psychique et/ou notre poids de forme ou les retrouver durablement (voir : pourquoi on grossit et comment prendre du poids), il nous faut respecter les lois du vivant  et adopter une alimentation physiologique.

Sous nos latitudes, les animaux sont majoritairement élevés de façon industrielle. Cette concentration de bétail dans des lieux clos favorisant les contaminations au risque de mettre en péril tout l’élevage, les bêtes sont largement traitées par des médicaments allopathiques qui se retrouvent dans les chair et produits animaux (lait, œufs, etc…) que le consommateur ingère. Ces animaux sont nourris avec des végétaux bourrés de pesticides et/ou d’OGM, qu’on retrouve également dans l’assiette du « normo-mangeur ». Le confinement en lieux clos même seulement une partie de l’année, est une source importante de stress pour des animaux qui devraient vivre en plein air. L’abattage dans des conditions cruelles du fait de cadences intenables, est également source de stress. Ce sont donc en plus des médicaments et pesticides, des hormones du stress comme le cortisol, qu’ingèrent ceux qui se nourrissent d’animaux ou de leurs dérivés (œufs, laitages).

En bio, les animaux sont moins nombreux au mètre carré, mais souvent parkés tout de même une partie de l’année, ils sont nourris de produits bios, soignés avec des remèdes naturels, mais abattus dans les mêmes conditions que les animaux d’élevage intensif. 

Or, tout ce dont l’organisme ne sait que faire (pesticides, résidus de médicaments ou d’hormone de stress, etc…) est considéré comme un déchet, s’il ne parvient pas à l’éliminer par les émonctoires, il va tenter :         

-soit de diluer ce qu’il considère alors comme un poison en retenant de l’eau (c’est un mécanisme d’urgence), on fera alors de l’œdème, jambes qui gonflent, par exemple,  

-soit il va enrober ces résidus acides donc toxiques pour l’organisme par une couche de graisse qu’il déposera à un endroit ou un autre de de notre corps, c’est ainsi qu’on grossit,                                                                                                                            

-soit, pour pouvoir les éliminer sans brûler les émonctoires, il va enkyster ces résidus acides et en fonction de l’hérédité, ces kystes iront se loger à tel ou tel endroit du corps avec les risques de cancérisation qui s’ensuivent,                                               

-soit il va tamponner ces résidus acides, avec des minéraux qu’il va puiser dans les tissus de l’organisme (peau, cheveux, dent, os, tissus de soutien, etc…), d’où, carie dentaire, ostéoporose, peau sèche, chute de cheveux, hernies, descente d’organes, etc…

-soit enfin, ces résidus acides vont aller se déposer dans les articulations, « bouffant » littéralement tes cartilages provoquant arthrose déformante ou pas ou spondylarthrite ankylosante par exemple, ou bien vont déformer les os (Hallux valgus au niveau du gros orteil, ou scoliose ou attaque de la colonne vertébrale, ou au niveau des intestins (recto colite hémorragique, maladie de Crohn, etc…), ou dans toute autre partie du corps en fonction des prédispositions de chacun. 

Ces dernières stratégies de l’organisme conduisent, de plus, lentement mais sûrement, vers le développement de maladies chroniques handicapantes à l’orée de la cinquantaine. Mais le plus fréquemment, l’organisme se défend par une combinaison de toutes ces solutions dans des proportions qui varient d’une personne à l’autre, ça n’est pas parce qu’on grossit qu’on ne développera pas de maladie.

ATTENTION, de nombreux paramètres sont à changer pour retrouver durablement la santé ou ton poids de forme : adopter l’alimentation physiologique, la gestion du stress (voir : comment le stress actuel impacte notre santé et la composante psychique de toutes les maladies), une hygiène de vie optimale, des pratiques de santé quotidiennes (voir par exemple : les compresses d’huile de ricin) ainsi que des mesures de renforcement de l’organisme (voir par exemple : renforcement par le froid), le tout très individualisé en fonction de ton état de santé général et SURTOUT actualisé au jour le jour en fonction des réponses de ton organisme. 

Il est de ma responsabilité professionnelle de te prévenir qu’afin d’éviter certaines catastrophes (voir : ma transition), tu peux avoir besoin de te faire suivre par un coach de santé (ou coach de régénération) qui évaluera ton état de santé général en fonction de l’état de santé de tes systèmes immunitaire, nerveux, endocrinien, circulatoire, digestif, de ton poids rapporté à ta taille, de ton âge, de l’histoire de ta maladie, de ton histoire médicamenteuse, de ta génétique, et de nombreux autres facteurs. 

Tu peux également avoir besoin de te faire suivre par un psychologue pour venir à bout de ton stress. De plus les éliminations provoquées par ces changements d’alimentation et ces pratiques de santé, risquent de faire remonter des sentiments dépressifs pouvant aller jusqu’à des idées noires. Il est conseillé de se faire suivre par un psychologue, d’autant que de plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques consultations par an chez un psychologue. L’idéal serait que ce psychologue soit très au fait de ces pratiques de santé et du mode de vie physiologique.

Je suis psychologue clinicienne, hygiéniste, coach de santé et de régénération et propose notamment des consultations par SKYPE ou téléphone.

De plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques séances de psychologues, renseigne toi auprès de ta mutuelle, je peux envoyer des reçus.

Pour connaitre mon parcours, voir : 

Qui suis-je

Si tu souhaites davantage de renseignements, n’hésite pas à me contacter à l’adresse suivante : 

osersavie66@gmail.com

ou au 06 87 20 54 58

La vitamine B12

ATTENTION : avant de lire cet article, je t’invite à relire ma page d’accueil  en suivant le lien suivant :

ça va mieux en le disant

Pour garder notre santé physique et psychique et/ou notre poids de forme ou les retrouver durablement (voir : pourquoi on grossit et comment prendre du poids), il nous faut respecter les lois du vivant  et adopter une alimentation physiologique.

Une des principales craintes des végétaliens (qui n’ingèrent ni chairs, ni produits animaux) est de manquer de vitamine B12 ou cobalamine, absente du règne végétal. C’est une vitamine hydrosoluble contribuant au bon fonctionnement du cerveau, du système nerveux et du sang et dont la carence peut provoquer des troubles graves.

Les réserves en vitamines B12 dans l’organisme humain sont de plusieurs années (variables d’un individu à l’autre, jusqu’à environ cinq ans).

La vitamine B12 est synthétisée par des bactéries présentes dans la terre. Les animaux sauvages comme les sangliers par exemple qui fouissent la terre, ingèrent ainsi ces bactéries. Ces micro-organismes sont inaccessibles aux porcs élevés hors sol. Les animaux des élevages industriels sont donc tous supplémentés en vitamine B12. Les « normo-mangeurs » sont ainsi supplémentés en vitamine B12 via la supplémentation animale.

Les systèmes digestifs des ruminants permettent aux bactéries produisant la B12 de se multiplier par fermentation pré-gastrique. C’est pourquoi certaines vaches sont utilisées pour « fabriquer » de la vitamine B12 à destination d’autres animaux.

Aujourd’hui, nous, occidentaux modernes, vivons dans des environnements de plus en plus aseptisés, nous lavons nos légumes souvent à l’excès. Un végétalien n’a donc plus aucune chance d’ingérer les fameuses bactéries à l’origine de la vitamine B12, c’est pourquoi, en général, il se supplémente en B12.

Mais comment, avant de devenir chasseurs, nos ancêtres préhistoriques ont-ils survécu sans vitamine B12, lorsqu’ils étaient cueilleurs ?

Tout d’abord, ils consommaient de la terre, non seulement sur leurs légumes racines, mais aussi de la terre argileuse (pour Jade Allègre, spécialiste en matière d’argile, l’homme aurait besoin, pour rester en bonne santé de consommer au minimum son poids en argile au cours de sa vie).

Ensuite, de nombreux médecins légistes témoignent du fait que les intestins des occidentaux modernes (nourris au blé, aux laitages et au sucre) sont tapissés de matières non digérées collées par le gluten et desséchées, entravant non seulement leur fonction d’assimilation, mais également de synthèse de certaines vitamines et enzymes nécessaires à la biochimie du corps humain.

Il semblerait que les intestins humains sains des hommes préhistoriques (avant la sédentarisation), aient été capables, de synthétiser la vitamine B12 nécessaire au fonctionnement de leur organisme. On peut imaginer qu’un organisme humain actuel qui aurait assaini ses intestins puisse retrouver cette capacité.

ATTENTION, de nombreux paramètres sont à changer pour retrouver durablement la santé ou ton poids de forme : adopter l’alimentation physiologique, la gestion du stress (voir : comment le stress actuel impacte notre santé et la composante psychique de toutes les maladies), une hygiène de vie optimale, des pratiques de santé quotidiennes (voir par exemple : les compresses d’huile de ricin) ainsi que des mesures de renforcement de l’organisme (voir par exemple : renforcement par le froid), le tout très individualisé en fonction de ton état de santé général et SURTOUT actualisé au jour le jour en fonction des réponses de ton organisme. 

Il est de ma responsabilité professionnelle de te prévenir qu’afin d’éviter certaines catastrophes (voir : ma transition), tu peux avoir besoin de te faire suivre par un coach de santé (ou coach de régénération) qui évaluera ton état de santé général en fonction de l’état de santé de tes systèmes immunitaire, nerveux, endocrinien, circulatoire, digestif, de ton poids rapporté à ta taille, de ton âge, de l’histoire de ta maladie, de ton histoire médicamenteuse, de ta génétique, et de nombreux autres facteurs. 

Tu peux également avoir besoin de te faire suivre par un psychologue pour venir à bout de ton stress. De plus les éliminations provoquées par ces changements d’alimentation et ces pratiques de santé, risquent de faire remonter des sentiments dépressifs pouvant aller jusqu’à des idées noires. Il est conseillé de se faire suivre par un psychologue, d’autant que de plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques consultations par an chez un psychologue. L’idéal serait que ce psychologue soit très au fait de ces pratiques de santé et du mode de vie physiologique.

Je suis psychologue clinicienne, hygiéniste, coach de santé et de régénération et propose notamment des consultations par SKYPE ou téléphone.

De plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques séances de psychologues, renseigne toi auprès de ta mutuelle, je peux envoyer des reçus.

Pour connaitre mon parcours, voir : 

Qui suis-je

Si tu souhaites davantage de renseignements, n’hésite pas à me contacter à l’adresse suivante : 

osersavie66@gmail.com

ou au 06 87 20 54 58

Edito du 11 novembre 2021

ATTENTION : avant de lire cet article, je t’invite à relire ma page d’accueil en cliquant sur le lien suivant :

ça va mieux en le disant

Pour garder notre santé physique et psychique et/ou notre poids de forme ou les retrouver durablement (voir : pourquoi on grossit et comment prendre du poids), il nous faut respecter les lois du vivant  et adopter une alimentation physiologique.

Bonjour à tous,

Un édito très bref aujourd’hui.

Par avance je te demande de bien vouloir excuser l’orthographe fantaisiste de certains mots, ceci afin de tenter d’échapper à la sang sûre…

Je suis très occupée en ce moment à me former, à m’initier à de nouvelles pratiques et à plein d’autres choses dont je te parlerai plus tard, pas le temps d’écrire des articles ou de filmer des vidéos. 

Je te parlerai de tout ça au printemps prochain et pourrai à ce moment-là te proposer plusieurs solutions d’aide complémentaires à celles que t’offre déjà dans mes articles et vidéos ainsi que dans ma pratique.

Pourtant je déborde d’idées d’articles et de vidéos fondamentaux pour notre évolution vers un mieux-être, et on en a tellement besoin en ce moment ! 

Tant pis, ça attendra encore un peu, c’est frustrant pour moi, mais je ne peux pas être partout à la fois.

Si je trouve le temps, j’en écrirai tout de même un ou deux très précieux en ces temps troublés.

Comme tu le sais, je me prépare également à un effondrement et te propose quelques clés pour le vivre au mieux.

En attendant, au vu des restrictions de libertés toujours plus importantes chaque jour sur les réseaux sociaux (quand je suis absente quelques jours ou semaines de Facebook, c’est que j’ai été punie pour avoir trop posté sur le co vide), je m’attends d’un jour à l’autre à être définitivement bannie de FB.

J’espère simplement ne pas être bannie avant la sortie de Onpassive (en principe fin 2021), qui nous offrira la possibilité de communiquer en toute liberté sur son réseau social. C’est pourquoi je fais particulièrement attention à ce que je poste en ce moment sur FB.

Dès la sortie de Onpassive, je t’inviterai via FB à me rejoindre sur ce réseau social qui ne nous censurera pas.

Cependant, au cas où FB me bannisse définitivement avant la sortie de Onpassive, pour être sûre de continuer à me suivre, tu peux m’envoyer ton adresse mail sur :

Osersavie66@gmail.com

Afin que je t’envoie par mail une invitation à me rejoindre gratuitement sur mon réseau social libre de Onpassive dès sa sortie.

En attendant, prends bien soin de ta santé, renforce ton immunité, contrairement à ceux qui ont attrapé le co vide et ont acquis une immunité naturelle, les vax  innés sont potentiellement contaminants et ils sont de plus en plus nombreux autour de nous, alors relis mes articles concernant l’alimentation, les aliments acidifiants et alcalinisants, les pratiques de santé comme le bain dérivatif par exemple, etc…

A très bientôt,

ATTENTION, de nombreux paramètres sont à changer pour retrouver durablement la santé ou ton poids de forme : adopter l’alimentation physiologique, la gestion du stress (voir : comment le stress actuel impacte notre santé et la composante psychique de toutes les maladies), une hygiène de vie optimale, des pratiques de santé quotidiennes (voir par exemple : les compresses d’huile de ricin) ainsi que des mesures de renforcement de l’organisme (voir par exemple : renforcement par le froid), le tout très individualisé en fonction de ton état de santé général et SURTOUT actualisé au jour le jour en fonction des réponses de ton organisme. 

Il est de ma responsabilité professionnelle de te prévenir qu’afin d’éviter certaines catastrophes (voir : ma transition), tu peux avoir besoin de te faire suivre par un coach de santé (ou coach de régénération) qui évaluera ton état de santé général en fonction de l’état de santé de tes systèmes immunitaire, nerveux, endocrinien, circulatoire, digestif, de ton poids rapporté à ta taille, de ton âge, de l’histoire de ta maladie, de ton histoire médicamenteuse, de ta génétique, et de nombreux autres facteurs. 

Tu peux également avoir besoin de te faire suivre par un psychologue pour venir à bout de ton stress. De plus les éliminations provoquées par ces changements d’alimentation et ces pratiques de santé, risquent de faire remonter des sentiments dépressifs pouvant aller jusqu’à des idées noires. Il est conseillé de se faire suivre par un psychologue, d’autant que de plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques consultations par an chez un psychologue. L’idéal serait que ce psychologue soit très au fait de ces pratiques de santé et du mode de vie physiologique.

Je suis psychologue clinicienne, hygiéniste, coach de santé et de régénération et propose notamment des consultations par SKYPE ou téléphone.

De plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques séances de psychologues, renseigne toi auprès de ta mutuelle, je peux envoyer des reçus.

Pour connaitre mon parcours, voir : 

Qui suis-je

Si tu souhaites davantage de renseignements, n’hésite pas à me contacter à l’adresse suivante : 

osersavie66@gmail.com

ou au 06 87 20 54 58

L’alimentation ne peut pas tout…

ATTENTION : avant de lire cet article, je t’invite à relire ma page d’accueil  en suivant le lien suivant :

ça va mieux en le disant

Pour garder notre santé physique et psychique et/ou notre poids de forme ou les retrouver durablement (voir : pourquoi on grossit et comment prendre du poids), il nous faut respecter les lois du vivant  et adopter une alimentation physiologique.

Que ton but soit le retour vers la santé physique ou psychique, la perte ou la prise de poids, le changement régime alimentaire ne suffit pas, il doit être complété par une hygiène de vie optimale incluant la gestion du stress, des pratiques de santé et des mesures de renforcement de l’organisme, tout cela individualisé en fonction de ton état de santé et surtout réactualisé au jour le jour aux réactions de ton organisme (perte de poids insuffisante ou excessive, persistance de symptômes ou apparition de nouveaux symptômes) qui peuvent être très handicapantes ou inquiétantes.

Je ne peux que te donner des conseils très généraux, tu en trouveras de nombreux gratuitement sur les articles et vidéos de mon blog.

Pour des conseils plus individualisés, j’ai besoin de connaître l’état de santé de tes systèmes immunitaire, nerveux, endocrinien, circulatoire, digestif, de ton poids rapporté à ta taille, de ton âge, de l’histoire de ta maladie, de ton histoire médicamenteuse, de ta génétique, et de nombreux autres facteurs.

Je ne peux pas engager ma responsabilité professionnelle sans étudier consciencieusement un questionnaire de santé de 7 pages avec des questions très simple, ne nécessitant aucun examen médical que j’adresse avant la première consultation d’une heure et demie qui seule me permettra de t’aider de façon individualisée. 

ATTENTION, de nombreux paramètres sont à changer pour retrouver durablement la santé ou ton poids de forme : adopter l’alimentation physiologique, la gestion du stress (voir : comment le stress actuel impacte notre santé et la composante psychique de toutes les maladies), une hygiène de vie optimale, des pratiques de santé quotidiennes (voir par exemple : les compresses d’huile de ricin) ainsi que des mesures de renforcement de l’organisme (voir par exemple : renforcement par le froid), le tout très individualisé en fonction de ton état de santé général et SURTOUT actualisé au jour le jour en fonction des réponses de ton organisme. 

Il est de ma responsabilité professionnelle de te prévenir qu’afin d’éviter certaines catastrophes (voir : ma transition), tu peux avoir besoin de te faire suivre par un coach de santé (ou coach de régénération) qui évaluera ton état de santé général en fonction de l’état de santé de tes systèmes immunitaire, nerveux, endocrinien, circulatoire, digestif, de ton poids rapporté à ta taille, de ton âge, de l’histoire de ta maladie, de ton histoire médicamenteuse, de ta génétique, et de nombreux autres facteurs. 

Tu peux également avoir besoin de te faire suivre par un psychologue pour venir à bout de ton stress. De plus les éliminations provoquées par ces changements d’alimentation et ces pratiques de santé, risquent de faire remonter des sentiments dépressifs pouvant aller jusqu’à des idées noires. Il est conseillé de se faire suivre par un psychologue, d’autant que de plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques consultations par an chez un psychologue. L’idéal serait que ce psychologue soit très au fait de ces pratiques de santé et du mode de vie physiologique.

Je suis psychologue clinicienne, hygiéniste, coach de santé et de régénération et propose notamment des consultations par SKYPE ou téléphone.

De plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques séances de psychologues, renseigne toi auprès de ta mutuelle, je peux envoyer des reçus.

Pour connaitre mon parcours, voir : 

Qui suis-je

Si tu souhaites davantage de renseignements, n’hésite pas à me contacter à l’adresse suivante : 

osersavie66@gmail.com

ou au 06 87 20 54 58

I had a dream

ATTENTION : avant de lire cet article, je t’invite à relire ma page d’accueil  en suivant le lien suivant :

ça va mieux en le disant

Pour garder notre santé physique et psychique et/ou notre poids de forme ou les retrouver durablement (voir : pourquoi on grossit et comment prendre du poids), il nous faut respecter les lois du vivant  et adopter une alimentation physiologique.

Il est nécessaire également pour notre santé psychique de faire ce qui nous semble juste pour nous quel que soit ce qu’en pense la majorité qui nous entoure. La totale sérénité est à ce prix là. Renforcés par ce calme intérieur, des rêves nocturnes comme diurnes peuvent émerger et insister jusqu’au’à ce qu’on leur donne réalité.

J’ai fait un rêve. 

J’avais suffisamment d’argent pour acheter un très grand terrain dans les Pyrénées, à l’orée de la forêt, non loin de la mer Méditerranée, dans un coin où j’ai passé les plus beaux moments de mon enfance et où demeure toujours une partie de ma famille. Dans mon rêve, j’avais les moyens de faire construire dessus de petites maisons de bois autonomes en énergie, en eau et en épuration des eaux grises. 

Pas d’eaux noires puisque toutes les toilettes de ce village étaient des toilettes sèches.

J’ai un ami, en fait c’est une connaissance qui a les même valeurs que moi, qui livre ce genre de maisons autonomes en bois clés en main.

Dans mon rêve, j’habitais l’une de ces maisons et accueillais dans les autres maisons des personnes qui souhaitaient quitter la société liberticide qu’on voit se profiler pour demain. 

Pas de loyer, seulement quelques heures de travail par jour au jardin nourricier en permaculture ou bien, en fonction de ses capacités propres, quelques heures à s’occuper des enfants de parents qui travaillent aux champs, ou encore à entretenir et réparer les maisons, à couper le bois de chauffage dans la forêt pour la communauté, etc…

Dans la société que les autorités nous promettent, l’argent liquide aura disparu, instaurant un contrôle total des « consommateurs » qu’ils veulent faire de nous. Qu’à cela ne tienne, revenons à mon rêve, dans ce village, nous vivions exclusivement d’échanges de services. 

J’ai une solide formation en permaculture, mais pas les biceps pour planter les arbres fruitiers, par contre je peux effectuer de petits travaux au jardin. Tu as peut-être des biceps pour planter des arbres, ou bien la motivation pour t’occuper du poulailler, ou encore des compétences en plomberie, en menuiserie ou en électricité, etc…

Au-delà de nos métiers ou formations respectives, nous avons tous de très nombreuses compétences à mettre au service les uns des autres. 


L’avenir sera collectif ou il ne sera pas.

J’avais bien pensé, il y a quelques temps, à rejoindre une « oasis en tous lieux » de Pierre Rabhi, mais point de maisons, uniquement des appartements et puis je souhaitais aller encore au-delà de cette magnifique réalisation de pierre Rabhi, avec l’autonomie totale (énergétique, en eau, de santé, alimentaire, éducation, etc…) qui nous libère complètement d’un système corrompu jusqu’à la moelle.

Bien sûr, dans mon rêve, les personnes admises dans ce village devaient présenter certaines qualités humaines indispensables à cette vie en semi-communauté. C’était une des raisons pour lesquelles je prêtais ces maisons plutôt que de les louer, je me laissais la possibilité de refuser qui ne remplissait pas les conditions minimales. 

Ces personnes devaient être des gens dignes de confiance et très respectueux des autres, elles devaient s’engager à remplir ces deux conditions ou à quitter les lieux pour laisser la place à des gens plus motivés par ce mode de vie. A partir de cette base, des stages de communication non violente pouvaient être organisés en faisant venir des formateurs dans le village.

Ce village « modèle » avait de plus l’intérêt de permettre à des gens désargentés (du fait de la crise financière qui ne manquera pas d’advenir tôt ou tard dans le contexte actuel ou du fait d’une séparation par exemple) de vivre dans des conditions idéales, à des enfants de grandir au contact d’adultes responsables et d’animaux en liberté et ainsi d’apprendre tout ce qui est nécessaire à une vie riche et heureuse, chacun à leur rythme et selon leurs centres d’intérêt du moment. 

Il s’agit à peu près du contraire de ce qui est proposé à l’école avec son cortège de décrocheurs et de drames. Ainsi, plus d’échec scolaire, seulement des enfants épanouis et heureux d’apprendre ce qui les intéresse à un moment donné.

Bien sûr, je sensibilisais la population du village à l’alimentation physiologique et au mode de vie adapté à l’humain, à certaines pratiques de santé et mesures de renforcement de l’organisme afin qu’elle puisse se passer de médecin et ainsi réduire ses dépenses. 

Dans mon rêve, les herbes médicinales étaient toutes cultivées dans le jardin nourricier et la permaculture permettait de parvenir assez rapidement à une autonomie alimentaire quasi-totale des villageois.

 Les animaux offraient leurs services : œufs de poules, force du cheval de trait, énergie animale des chevaux qui tiraient les calèches partagées (il faut prévoir l’après pétrole…), sécurité assurée par les chiens de garde, limitation des populations de limaces par les canards, de pucerons par les coccinelles, débroussaillage par les moutons ou les chèvres, pollinisation des cultures par les abeilles à qui nous offrions des ruches, présence réconfortante de chats par exemple, etc… 

Et bien sûr, agrément de leur compagnie pour tous les animaux vivants sur le terrain. Dans mon rêve, en échange de ces services, tous ces animaux étaient nourris de l’alimentation qui convenait le mieux à leur espèce, alimentation crue il va sans dire, ce qui évitait les visites du vétérinaire puisqu’un animal correctement nourri qui tombe malade ou se blesse, se guérit spontanément par le jeûne et le repos qu’il s’impose. 

Ces animaux pouvaient finir leurs jours paisiblement sur le terrain même longtemps après n’être plus « utiles ». De la même manière que nous prenions collectivement soin des personnes âgées ayant participé pendant des années à la vie du village lorsqu’elles ne pouvaient plus fournir de travail à la communauté.

Nul besoin d’être végétarien pour habiter ce village, mais engagement ferme à ne jamais faire le moindre mal aux animaux présents avec nous. Il y a fort à parier qu’à leur contact, le désir de manger viandes ou poissons passera aux plus carnivores, cela transitera peut-être par la médiation des enfants qui dans bien des domaines devraient être nos maîtres. 

Je me souviens d’un temps ou l’un de mes enfants, petit, avait, comme animal de compagnie, un lapin. Et chaque fois que je cuisinais du lapin (je n’étais pas encore végé à l’époque), il allait vérifier si son lapin était toujours en vie… Cela a sans doute participé à ma conversion (lente) au veganisme.

Ce n’était qu’un rêve, bien sûr, mais si je faisais vraiment fortune, avec Onpassive par exemple ?

Je sais, on avait réussi à me convaincre que Onpassive ne rapporterait jamais rien, que c’était un placement risqué, j’avais même mis tous mes contacts en garde contre ce risque. 

Pourtant la philosophie humaniste de Onpassive m’attirait tant qu’avant de terminer ma désinscription, j’ai soumis toutes les réserves qu’on m’avait opposées à propos dOnpassive et j’ai reçu des réponses sérieuses et argumentées. Alors je suis restée chez Onpassive qui devrait sortir d’ici la fin 2021 et donc commencer à rapporter très rapidement après sa sortie.

RDV dans quelques mois à la sortie d’Onpassive

Et peut-être dans quelques années dans le village de mes rêves…

Pour devenir fondateur Onpassive :

https://www.onpassive.com/?reg=3ly8eGDCkqY00Ex8dpCYcA%3D%3D

ATTENTION, de nombreux paramètres sont à changer pour retrouver durablement la santé ou ton poids de forme : adopter l’alimentation physiologique, la gestion du stress (voir : comment le stress actuel impacte notre santé et la composante psychique de toutes les maladies), une hygiène de vie optimale, des pratiques de santé quotidiennes (voir par exemple : les compresses d’huile de ricin) ainsi que des mesures de renforcement de l’organisme (voir par exemple : renforcement par le froid), le tout très individualisé en fonction de ton état de santé général et SURTOUT actualisé au jour le jour en fonction des réponses de ton organisme. 

Il est de ma responsabilité professionnelle de te prévenir qu’afin d’éviter certaines catastrophes (voir : ma transition), tu peux avoir besoin de te faire suivre par un coach de santé (ou coach de régénération) qui évaluera ton état de santé général en fonction de l’état de santé de tes systèmes immunitaire, nerveux, endocrinien, circulatoire, digestif, de ton poids rapporté à ta taille, de ton âge, de l’histoire de ta maladie, de ton histoire médicamenteuse, de ta génétique, et de nombreux autres facteurs. 

Tu peux également avoir besoin de te faire suivre par un psychologue pour venir à bout de ton stress. De plus les éliminations provoquées par ces changements d’alimentation et ces pratiques de santé, risquent de faire remonter des sentiments dépressifs pouvant aller jusqu’à des idées noires. Il est conseillé de se faire suivre par un psychologue, d’autant que de plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques consultations par an chez un psychologue. L’idéal serait que ce psychologue soit très au fait de ces pratiques de santé et du mode de vie physiologique.

Je suis psychologue clinicienne, hygiéniste, coach de santé et de régénération et propose notamment des consultations par SKYPE ou téléphone.

De plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques séances de psychologues, renseigne toi auprès de ta mutuelle, je peux envoyer des reçus.

Pour connaitre mon parcours, voir : 

Qui suis-je

Si tu souhaites davantage de renseignements, n’hésite pas à me contacter à l’adresse suivante : 

osersavie66@gmail.com

ou au 06 87 20 54 58

Trucs éco et zéro déchets

ATTENTION : avant de lire cet article, je t’invite à relire ma page d’accueil  en suivant le lien suivant :

ça va mieux en le disant

Pour garder notre santé physique et psychique et/ou notre poids de forme ou les retrouver durablement (voir : pourquoi on grossit et comment prendre du poids), il nous faut respecter les lois du vivant  et adopter une alimentation physiologique. Mais il va falloir apprendre à faire cela avec moins, en effet, dans les années à venir nous risquons d’être obligés de restreindre notre consommation d’eau et d’électricité, mieux vaut le faire de façon choisie et s’y préparer.

Aujourd’hui une vidéo d’un peu plus de 13 minutes :

J’ai oublié d’expliquer dans la vidéo que pour faire ma toilette, je fais chauffer une petite casserole d’eau sur la plaque électrique (je n’ai pas le gaz chez moi) et mélange ensuite cette eau très chaude avec de l’eau froide du robinet pour arriver à de l’eau tiède. Parce que lorsqu’on fait couler de l’eau chaude au robinet, le temps qu’elle devienne tiède, c’est l’eau chaude qui est facturée, pas très économique… Avec ma technique, ma consommation d’électricité est de 1 euro par jour d’après EDF.

Les liens vers mes articles et vidéos pour le brossage des dents dont je parle dans la vidéo :

Je parle des toilettes sèches dans cet article, je te renvoie à mon article à ce sujet :

J’ai également oublié de dire que c’est l’effet cumulatif des poisons qu’on ingère qui est toxique, les différents poisons contenus dans différents produits autant que le même poison contenu dans un seul produit comme le chocolat dont je parle dans la vidéo, par exemple.

Concernant le bocal où on urine, il doit avoir un couvercle qui ferme bien pour éviter les odeurs si elle séjourne dans le bocal quelques heures avant d’être vidée dans l’arrosoir d’eau pour l’arrosage du jardin.

Je voulais aussi dire que plusieurs personnes autour de moi ont remarqué que chez Lidl il y avait toujours des produits comptés plusieurs centimes en plus que le prix affiché et que les produits en promo ne passaient jamais en promo mais au prix fort. Et que chez Leclerc, ça n’st pas quelques centimes mais quelques euros en plus par ticket, donc vérifiez systématiquement vos tickets. Je n’ai jamais eu ce problème à ma biocoop (je vérifie systématiquement mon ticket), donc le chocolat biocoop à 1,80 euros la tablette à la composition plus saine, ne revient finalement pas plus cher que le chocolat Lidl à 1,10 euros la tablette…

Tu trouveras une recette de chocolat maison avec le moins d’ingrédient possible dans mon article de recettes, bien sûr tu peux ajouter noisettes, raisins secs ou amandes à la recette :

Pour ce qui est du retour Lidl sur les deux débits de carte bleue que je conteste, je vous tiendrai au courant.

Je ne parviens pas à enlever cette deuxième vidéo identique à la première de mon article, désolée…

ATTENTION, de nombreux paramètres sont à changer pour retrouver durablement la santé ou ton poids de forme : adopter l’alimentation physiologique, la gestion du stress (voir : comment le stress actuel impacte notre santé et la composante psychique de toutes les maladies), une hygiène de vie optimale, des pratiques de santé quotidiennes (voir par exemple : les compresses d’huile de ricin) ainsi que des mesures de renforcement de l’organisme (voir par exemple : renforcement par le froid), le tout très individualisé en fonction de ton état de santé général et SURTOUT actualisé au jour le jour en fonction des réponses de ton organisme. 

Il est de ma responsabilité professionnelle de te prévenir qu’afin d’éviter certaines catastrophes (voir : ma transition), tu peux avoir besoin de te faire suivre par un coach de santé (ou coach de régénération) qui évaluera ton état de santé général en fonction de l’état de santé de tes systèmes immunitaire, nerveux, endocrinien, circulatoire, digestif, de ton poids rapporté à ta taille, de ton âge, de l’histoire de ta maladie, de ton histoire médicamenteuse, de ta génétique, et de nombreux autres facteurs. 

Tu peux également avoir besoin de te faire suivre par un psychologue pour venir à bout de ton stress. De plus les éliminations provoquées par ces changements d’alimentation et ces pratiques de santé, risquent de faire remonter des sentiments dépressifs pouvant aller jusqu’à des idées noires. Il est conseillé de se faire suivre par un psychologue, d’autant que de plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques consultations par an chez un psychologue. L’idéal serait que ce psychologue soit très au fait de ces pratiques de santé et du mode de vie physiologique.

Je suis psychologue clinicienne, hygiéniste, coach de santé et de régénération et propose notamment des consultations par SKYPE ou téléphone.

De plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques séances de psychologues, renseigne toi auprès de ta mutuelle, je peux envoyer des reçus.

Pour connaitre mon parcours, voir : 

Qui suis-je

Si tu souhaites davantage de renseignements, n’hésite pas à me contacter à l’adresse suivante : 

osersavie66@gmail.com

ou au 06 87 20 54 58

La bio de supermarché

ATTENTION : avant de lire cet article, je t’invite à relire ma page d’accueil  en suivant le lien suivant :

ça va mieux en le disant

Pour garder notre santé physique et psychique et/ou notre poids de forme ou les retrouver durablement (voir : pourquoi on grossit et comment prendre du poids), il nous faut respecter les lois du vivant, cela passe par l’alimentation physiologique(voir aussi : une progression type vers l’alimentation physiologique, aliments acidifiants ou alcalinisantsles modes de cuissonl’instincto-thérapie), par la régénération des intestins, par une hygiène de vie optimale, par la gestion du stress, par le fait de régler tous nos conflits internes , mais aussi par le passage à une alimentation biologique.

Je réponds dans la vidéo ci-dessous en moins de 9 minutes aux questions que vous me posez sur la bio de supermarché, peut-on avoir confiance en ces produits ? Sont-ils vraiment moins chers ? Comment les choisir ? Etc…

Je vous renvoie également à de précédents articles :

La bio c’est pas cher et Haro sur la bio

Pour que manger bio revienne moins cher (et accessoirement pour améliorer notre santé), il est recommandé de changer certaines choses dans ses modes de consommation, là je vous renvoie à deux anciens articles :

Quoi mettre sur sa peau et comment entretenir sa maison

Pour comprendre pourquoi il est important de bien lire la composition des produits industrialisés, je vous renvoie à un ancien article :

Les poisons majeurs

Pour cuisiner le maximum de choses maison de façon saine sans poisons majeurs, même le pain, même le chocolat, je te renvoie à un ancien article :

Mes recettes

S’il vous plait, pourriez vous poser vos questions soit en commentaires des articles, soit en commentaire des vidéos soit en commentaire des posts Facebook, plutôt que de me les envoyer par mail ou par Messenger, ça m’évitera de répondre 10 fois la même chose à 10 personnes différentes et permettra à tous d’en profiter, merci !

ATTENTION, de nombreux paramètres sont à changer pour retrouver durablement la santé ou ton poids de forme : adopter l’alimentation physiologique, la gestion du stress (voir : comment le stress actuel impacte notre santé et la composante psychique de toutes les maladies), une hygiène de vie optimale, des pratiques de santé quotidiennes (voir par exemple : les compresses d’huile de ricin) ainsi que des mesures de renforcement de l’organisme (voir par exemple : renforcement par le froid), le tout très individualisé en fonction de ton état de santé général et SURTOUT actualisé au jour le jour en fonction des réponses de ton organisme. 

Il est de ma responsabilité professionnelle de te prévenir qu’afin d’éviter certaines catastrophes (voir : ma transition), tu peux avoir besoin de te faire suivre par un coach de santé (ou coach de régénération) qui évaluera ton état de santé général en fonction de l’état de santé de tes systèmes immunitaire, nerveux, endocrinien, circulatoire, digestif, de ton poids rapporté à ta taille, de ton âge, de l’histoire de ta maladie, de ton histoire médicamenteuse, de ta génétique, et de nombreux autres facteurs. 

Tu peux également avoir besoin de te faire suivre par un psychologue pour venir à bout de ton stress. De plus les éliminations provoquées par ces changements d’alimentation et ces pratiques de santé, risquent de faire remonter des sentiments dépressifs pouvant aller jusqu’à des idées noires. Il est conseillé de se faire suivre par un psychologue, d’autant que de plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques consultations par an chez un psychologue. L’idéal serait que ce psychologue soit très au fait de ces pratiques de santé et du mode de vie physiologique.

Je suis psychologue clinicienne, hygiéniste, coach de santé et de régénération et propose notamment des consultations par SKYPE ou téléphone.

De plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques séances de psychologues, renseigne toi auprès de ta mutuelle, je peux envoyer des reçus.

Pour connaitre mon parcours, voir : 

Qui suis-je

Si tu souhaites davantage de renseignements, n’hésite pas à me contacter à l’adresse suivante : 

osersavie66@gmail.com

ou au 06 87 20 54 58

Régime physio sans FODMAP

ATTENTION : avant de lire cet article, je t’invite à relire ma page d’accueil en suivant le lien suivant :

ça va mieux en le disant

Pour garder notre santé physique et psychique et/ou notre poids de forme ou les retrouver durablement (voir : pourquoi on grossit et comment prendre du poids), il nous faut respecter les lois du vivant  et adopter une alimentation physiologique.

Cependant l’alimentation physiologique n’est que le but à atteindre, le chemin pour y arriver sera différent pour chacun en fonction de son état de santé, de sa corpulence, de l’état de son système digestif et nombreux autres facteurs. Concernant ceux qui souffrent de colopathie fonctionnelle, le passage par un régime spécifique peut être nécessaire.

On estime que 10 à 20% de la population de l’ensemble des pays industrialisés souffrirait de colopathie fonctionnelle (SII : Syndrôme de l’Intestin Irritable, SCI : Syndrome du Côlon Irritable et/ou SIBO : Small Intestinal Bacterial Overgrow) avec une forte prévalence féminine. Ces troubles ne sont pas graves, mais provoquent un inconfort important pour les personnes qui en souffrent. Les symptômes sont variables, comprenant flatulences, ballonnements, ventre gonflé, crampes abdominales plus ou moins douloureuses jusqu’à devenir handicapantes, diarrhées plus ou moins incontrôlables ou encore constipation. Ils peuvent entraîner de nombreuses autres pathologies d’autres organes contigüs aux intestins comme l’endométriose par exemple.

Les causes de la colopathie fonctionnelle ne sont pas encore totalement connues : un dysfonctionnement du système nerveux mésentérique et une accélération du processus de digestion semblent entrer en jeu, bien souvent ces personnes présentent également une candidose assez importante. Mais les difficultés à digérer certains sucres, les FODMAP (Fermentable by colonic bacteria Oligosaccharides, Disaccharides, Monosaccharides And Polyol, en français : oligosaccharides, disaccharides, monosaccharides et polyols fermentescibles par la flore intestinale), est également en cause. 

Les FODMAP sont des glucides fermentescibles à chaines courtes, Ils sont très peu absorbés par l’intestin, très divers et très nombreux et entraînent une fermentation importante. De plus chaque personne a sa sensibilité propre aux différents FODMAP. 

En limitant ces éléments peu digestes, le temps de renforcer son système digestif afin d’acquérir un capital enzymatique suffisant pour les digérer correctement, on obtient un soulagement des colopathies fonctionnelles dans 75% des cas.

Le régime FODMAP a été développé en 2005 par Sue Shepard, nutritionniste australienne. 

Je vous présente ici ma propre version de ce régime que j’ai rendu compatible avec l’alimentation physiologique (c’est-à-dire par exemple qui évite tous les laitages animaux, la plupart des céréales et autres poisons majeurs) et avec les grandes lois du vivant (c’est-à-dire qui rend possible la réintroduction de la totalité des aliments physiologiques, même ceux contenant des FODMAP, après restauration du capital enzymatique).

La phase d’élimination du régime physiologique FODMAP dure 6 à 8 semaines, pas davantage pour être sûr d’éviter les carences. Elle consiste à supprimer temporairement de son alimentation les aliments les plus riches en FODMAP, et à les remplacer par d’autres pauvres en FODMAP. Ensuite, il faut attendre quelques jours sans symptômes avant de débuter la phase de réintroduction.

La phase de réintroduction est la deuxième phase du régime, on réintroduit petit à petit, en toute petite quantité d’abord, les FODMAP, famille par famille, à raison d’une famille par semaine. « Cela permet de voir à quelle(s) famille(s) d’aliments on réagit mais aussi d’établir notre niveau de tolérance quantitatif » explique le Dr Nys qui a beaucoup travaillé sur les FODMAP.

L’intolérance aux FODMAP n’est en effet pas un mécanisme allergique. Les niveaux de tolérance sont variés pour chaque individu, à chacun de trouver son seuil.

Idéalement, l’aliment à tester sera à réintroduire en dehors des repas pour identifier les symptômes plus facilement. Il est recommandé de tester un même aliment deux à trois fois dans la semaine en intégrant une journée de repos entre chaque test. On conseille également d’augmenter graduellement la quantité de l’aliment consommé au cours de la semaine afin de déterminer la quantité maximale qu’il est possible de consommer sans avoir de symptômes.

S’il y a apparition de symptômes modérés, il est préférable d’arrêter les tests et de passer à un autre aliment.

La phase de maintien : Cette dernière étape consiste à réintroduire progressivement les aliments bien tolérés pendant les tests. On peut aussi tenter de réintroduire les aliments problématiques en trouvant les portions compatibles avec le maintien du confort intestinal.

Après avoir identifié les FODMAP qu’on digère mal, on veille à ne plus les consommer dans son alimentation courante jusqu’à ce qu’on ait suffisamment renforcé son système digestif par certaines pratiques de santé et mesures de renforcement de l’organisme très individualisées en fonction de l’état de santé du moment.

Tous les autres FODMAP peuvent à nouveau être consommés. Il peut cependant être nécessaire, selon les cas, de rester vigilant aux associations alimentaires, notamment à l’association sucres/graisses à un même repas.

La phase de renforcement de l’organisme : Elle commence dès que possible en fonction de l’état de santé de chacun, idéalement dès la première phase d’élimination. Elle vise à renforcer le système digestif afin d’augmenter son potentiel enzymatique. Elle devra être individualisée en fonction de l’état de santé de la personne en veillant à ne pas dépasser ses limites adaptatives et pourra passer par l’exposition au froid, au chaud, le jeûne, le HIIT (High Intensity Interval Training), etc… Elle sera réajustée au jour le jour en fonction des réponses de l’organisme de la personne.

J’ai pu remarquer, d’autre part, à titre personnel que l’alimentation sensorielle permet d’éviter tous les symptômes de la colopathie fonctionnelle, mais ce mode d’alimentation revient cher au quotidien et est difficilement compatible avec la vie sociale.

Liste des aliments A PRIVILEGIER dans un régime physiologique sans FODMAP:

Fruits :

Dans le cadre du régime FODMAP, il est recommandé de favoriser la consommation de fruits à faible teneur en fructose :

  • Tous les agrumes : orange, citron, pamplemousse, clémentine, etc.
  • Fruits exotiques : ananas, banane, fruits de la passion, etc.
  • Baies et fruits rouges : fraises, framboises, canneberges, groseilles, bleuets, etc.
  • Kiwi
  • Raisin

Dans les jus de légumes frais maison, on limitera la consommation de jus de fruits juteux à un tiers de fruits en poids pour 500 ml de jus.

Légumes :

Privilégier les légumes pauvres en fructose et riches en amidon, pour favoriser l’absorption du fructose.

  • Légumes riches en amidon : pomme de terre, patate douce, panais, etc.
  • endives
  • Choux : frisé, brocoli, etc.
  • Poireaux, tomates pelées épépinées, carottes, courgettes, épinards
  • Courges sauf butternut
  • Fèves et haricots

Laits végétaux :

  • Laits végétaux d’amande ou de coco
  • Yaourts maison à base de lait de coco, ou de lait d’amandes, les laits étant de préférence faits maison éventuellement à base de purée d’amandes (voir : mes recettes)
  • Crème de coco

Produits « céréaliers » :

  • Quinoa et sarrasin germés seront admis pour compenser la faible quantité et variété de fruits ingérés

 

Produits sucrés :

  • Chocolat à 85% de cacao minimum et sans additifs, afin de limiter le sucre présent dans le chocolat

Autres aliments conseillés :

  • Viande
  • Volaille
  • Poisson

Les chairs animales seront consommées modérément et de préférence crues.

  • Oléagineux sauf cajou et pistaches
  • Tisanes
  • Epices et condiments
  • Huiles végétales 

Liste des aliments A EVITER dans un régime physiologique sans FODMAP :

Fructanes :

Les fructanes sont des oligosaccharides, on les retrouve principalement dans les aliments suivants :

  • Melon
  • Pêche, brugnon, abricot et nectarine
  • Figue, datte, pruneaux
  • Grenade
  • Ail, oignon, échalote, vert du poireau
  • Champignon
  • Salsifis
  • Choux de Bruxelles
  • Produits céréaliers à base de blé, d’orge ou de kamut : pâtes, biscuits, couscous, etc, qui font partie des poisons majeurs.
  • Barres de céréales et biscuits contenant des agents sucrants qui sont des produits industrialisés et par là-même des poisons majeurs.

Galactanes :

Les galactanes font également partie de la famille des oligosaccharides, on les retrouve dans les aliments suivants :

Légumes : courge butternut, betterave, pois, choux de Bruxelles

  • Oléagineux : Noix de cajou, pistaches
  • Légumineuses
  • Soja
  • Cacao consommé en grande quantité
  • Condiments : Houmous, tzatziki, ketchup, pesto, sauces et épices contenant de l’ail et de l’oignon

Fructose :

Les aliments riches en fructose à éviter dans le cadre du régime FODMAP sont les suivants :

  • Fruits : cerise, tomate séchée ou en concentré, coing, figue, goyave, mangue, melon, pomme, poire, nectars de fruits, fruits en conserve et confitures classiques
  • Légumes : Asperge, coeur d’artichaut, pois sucrés
  • Produits sucrés : sirop de maïs, fructose, bonbons
  • Boissons alcoolisées : vins liquoreux et rhum, liqueur et porto

Ces deux dernières catégories (produits sucrés et boissons alcoolisées) font partie des poisons majeurs.

Disaccharides :

On recommande d’éviter le lactose, quoi qu’il en soit un régime physiologique exclut tous les laitages animaux qui font partie des poisons majeurs.

Polyols :

  • Fruits : Abricot, avocat, cassis, cerise, melon, mûre, prune, pruneaux, pêche, pomme, poire
  • Noix de coco
  • Légumes : Champignon, chou-fleur, pois, maïs sucré, choux de Bruxelles
  • Produits sucrés et produits contenant du sorbitol, mannitol, xylitol, isomalt, lactilol, érythritol et polydextrose qui ne font pas partie des aliments physiologiques puisqu’on les trouve dans les aliments industrialisés (poisons majeurs)

Autres aliments à éviter :

  • Tous les « aliments » industrialisés puisque non physiologiques
  • Tous les aliments non bios puisqu’ils altèrent le microbiote intestinal
  • Tous les poisons majeurs
  • Boissons prises à la paille, les boissons doivent être longuement insalivées
  • Eau du robinet
  • Repas trop rapides, chaque bouchée doit être longuement insalivée pour être digérée correctement.

Le régime FODMAP physiologique n’a pas pour but de faire perdre du poids, cependant, son suivi strict, comme pour le régime physiologique simple, peut favoriser la perte de poids chez des personnes habituées aux plats industriels, pâtisseries, malbouffe, etc. A terme avec un régime physiologique ou FODMAP physiologique bien menés, chacun se stabilisera sans effort à son poids de forme.

Un suivi est vivement conseillé lors de la transition vers un régime physiologique sans FODMAP afin de ne pas se trouver en carences de certains nutriments essentiels. Concernant les personnes végétariennes ou vegan ce suivi est indispensable.

ATTENTION, de nombreux paramètres sont à changer pour retrouver durablement la santé ou ton poids de forme : adopter l’alimentation physiologique, la gestion du stress (voir : comment le stress actuel impacte notre santé et la composante psychique de toutes les maladies), une hygiène de vie optimale, des pratiques de santé quotidiennes (voir par exemple : les compresses d’huile de ricin) ainsi que des mesures de renforcement de l’organisme (voir par exemple : renforcement par le froid), le tout très individualisé en fonction de ton état de santé général et SURTOUT actualisé au jour le jour en fonction des réponses de ton organisme. 

Il est de ma responsabilité professionnelle de te prévenir qu’afin d’éviter certaines catastrophes (voir : ma transition), tu peux avoir besoin de te faire suivre par un coach de santé (ou coach de régénération) qui évaluera ton état de santé général en fonction de l’état de santé de tes systèmes immunitaire, nerveux, endocrinien, circulatoire, digestif, de ton poids rapporté à ta taille, de ton âge, de l’histoire de ta maladie, de ton histoire médicamenteuse, de ta génétique, et de nombreux autres facteurs. 

Tu peux également avoir besoin de te faire suivre par un psychologue pour venir à bout de ton stress. De plus les éliminations provoquées par ces changements d’alimentation et ces pratiques de santé, risquent de faire remonter des sentiments dépressifs pouvant aller jusqu’à des idées noires. Il est conseillé de se faire suivre par un psychologue, d’autant que de plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques consultations par an chez un psychologue. L’idéal serait que ce psychologue soit très au fait de ces pratiques de santé et du mode de vie physiologique.

Je suis psychologue clinicienne, hygiéniste, coach de santé et de régénération et propose notamment des consultations par SKYPE ou téléphone.

De plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques séances de psychologues, renseigne toi auprès de ta mutuelle, je peux envoyer des reçus.

Pour connaitre mon parcours, voir : 

Qui suis-je

Si tu souhaites davantage de renseignements, n’hésite pas à me contacter à l’adresse suivante : 

osersavie66@gmail.com

ou au 06 87 20 54 58

Bonne année 2021

ATTENTION : avant de lire cet article, je t’invite à relire ma page d’accueil  en suivant le lien suivant :

ça va mieux en le disant

Pour garder notre santé physique et psychique et/ou notre poids de forme ou les retrouver durablement (voir : pourquoi on grossit et comment prendre du poids), il nous faut notamment respecter les lois du vivant et adopter une hygiène de vie et une alimentation physiologiques. 

Une hygiène de vie physiologique inclut le contact quotidien avec la nature et les microbes qui en font partie sans se badigeonner de gel hydro-alcoolique, la respiration profonde en extérieur la majorité du temps et les contacts humains chaleureux, se sourire, s’étreindre, s’embrasser, se toucher, etc, tout ce qui nous est interdit aujourd’hui… On voudrait nous faire tomber malades qu’on ne s’y prendrait pas autrement !

Je ne sais pas pour vous, mais moi je suis contente d’en finir avec 2020… En espérant que 2021 ne soit pas pire !

Bonne nouvelle : comme chaque année, 2021 sera pour une bonne part ce que nous en ferons

Accepterons-nous, confits que nous sommes dans la peurmasques, confinements, couvre-feux, « distanciation sociale », tests invasifs non fiables, vaccin élaboré en un temps record porteur de nombreux effets secondaires, fin des libertés individuelles, et, au moindre doute exprimé, accusations de complotisme, menaces d’incarcérationinternement d’office en hôpital psychiatrique, « accident » fatal ? Ou bien trouverons nous, grâce à cette crise, force, motivation et courage pour réagir en masse ?

Eh oui, n’en déplaise à certains, nous avons une grande responsabilité dans ce qui « nous arrive ». L’idée est peut-être inconfortable, mais elle est tellement porteuse d’espoir… Et cette responsabilité est valable dans tous les domaines, pas seulement dans celui de la santé comme je le rabâche à longueur d’articles et de vidéos.

En matière de santé nous sommes responsables mais non coupable, comme dirait l’autre. 

Cela signifie que nous considérons notre santé de façon biaisée parce que les lobbies de la viande, des céréales, des laitages, des médicaments (« Big pharma »), etc, nous font croire à force de le marteler à longueur de publicités :

– que « les produits laitiers sont nos amis pour la vie » quand aucun animal ne boit le lait d’une autre espèce, ni même celui de sa propre mère passé le temps de l’allaitement, 

–  que les céréales doivent être la base de la pyramide alimentaire alors que l’homme n’est pas équipé pour les digérer correctement, sans même parler du gluten, dont les mutations successives avec la rentabilité comme seul objectif n’ont pas tenu compte des effets désastreux sur la santé humaine, 

–  que la croissance exponentielle, en occident, du nombre de cancers et autres maladies chroniques qu’elles soient auto-immunes ou pas, plus ou moins handicapantes, n’ont aucun rapport avec les excès de viandes et de poisons majeurs,

-que notre vieillissement est forcément synonyme d’altération de la santé et de recours aux médicaments,

-que le symptôme est LE problème à faire taire absolument, quand il n’est que le signal d’alarme qui devrait nous alerter sur les dérives de nos modes de vie qui mettent en danger notre santé.

Tant qu’on ne sait pas, on ne peut pas faire de choix libre et éclairé, en matière de santé comme en tout autre domaine.

Restons dans le sujet de la santé avec le COVID19.

Quid alors du choix libre et éclairé de se faire tester ou pas ? De se faire vacciner ou pas ?

Les informations délivrées par les médias main stream ne sont pas fiables pour les raisons énumérées plus haut, donc une seule solution, se renseigner par soi-même.

Allons chercher l’information par nous même pour nous faire une idée la plus exacte et la plus précise possible de la balance bénéfices-risques et en cas de doute, optons pour le principe de précaution comme on nous le recommande (ou même nous l’impose) dans tous les autres domaines de la vie.

Un seul mot d’ordre pour 2021 : Responsabilisons-nous !

Ne faites jamais confiance les yeux fermés, ni au gouvernement, ni aux journalistes, ni aux « spécialistes » en blouse blanche, ni à certains « chercheurs » dont les recherches sont financées par les laboratoires pharmaceutiques, ni à moi, ni à personne. Trop de décideurs dans tous les domaines sont pris dans des conflits d’intérêts et notre santé n’est pas leur priorité, loin s’en faut. 

Ne vous contentez pas de ce que dit la médecine officielle, allez directement à la source en lisant les études de chercheurs reconnus qui publient dans des journaux à comités de lecture comme « Science », « Nature » ou « The Lancet » pour ne citer que les plus connus. Vous pouvez trouver ces publications sur le site pubmed (publications médicales) par exemple. Puis expérimentez ce qui vous semble juste dans ces informations et faites-vous votre propre idée.

Adoptons la démarche scientifique expérimentale du vrai chercheur qui sait se laisser étonner par ce qu’il perçoit et qui, devant une observation qui le questionne, n’hésite pas à formuler une hypothèse, à expérimenter pour vérifier cette hypothèse et à tirer les conclusions de l’interprétation qu’il fera des résultats obtenus lors de ses expérimentations afin de cerner au plus près la vérité. C’est ainsi par cercles concentriques qu’on se rapproche chaque jour de la vérité scientifique qui, par définition, ne peut être figée à jamais comme on tente de nous le faire croire.

Cette démarche de recherche n’est pas confortable, elle oblige souvent à ramer à contre-courant et à s’exposer. Comme le chantait Guy Béart : « Le premier qui dit la vérité, il doit être exécuté ». Heureusement pour nous, nombreux, par le passé, ont eu ce courage, sinon nous penserions toujours que la terre est plate, qu’elle est le centre de l’univers ou que le soleil tourne autour de la terre…

Ce n’est qu’à ce prix que nous sauverons non seulement nos libertés individuelles, mais plus largement nos vies.

Nous sommes de plus en plus nombreux à ouvrir nos yeux, l’heure est à l’espoir. Je vous souhaite lucidité et courage pour cette nouvelle année.

Bonne année 2021 !

ATTENTION, de nombreux paramètres sont à changer pour retrouver durablement la santé ou ton poids de forme : adopter l’alimentation physiologique, la gestion du stress (voir : comment le stress actuel impacte notre santé et la composante psychique de toutes les maladies), une hygiène de vie optimale, des pratiques de santé quotidiennes (voir par exemple : les compresses d’huile de ricin) ainsi que des mesures de renforcement de l’organisme (voir par exemple : renforcement par le froid), le tout très individualisé en fonction de ton état de santé général et SURTOUT actualisé au jour le jour en fonction des réponses de ton organisme. 

Il est de ma responsabilité professionnelle de te prévenir qu’afin d’éviter certaines catastrophes (voir : ma transition), tu peux avoir besoin de te faire suivre par un coach de santé (ou coach de régénération) qui évaluera ton état de santé général en fonction de l’état de santé de tes systèmes immunitaire, nerveux, endocrinien, circulatoire, digestif, de ton poids rapporté à ta taille, de ton âge, de l’histoire de ta maladie, de ton histoire médicamenteuse, de ta génétique, et de nombreux autres facteurs. 

Tu peux également avoir besoin de te faire suivre par un psychologue pour venir à bout de ton stress. De plus les éliminations provoquées par ces changements d’alimentation et ces pratiques de santé, risquent de faire remonter des sentiments dépressifs pouvant aller jusqu’à des idées noires. Il est conseillé de se faire suivre par un psychologue, d’autant que de plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques consultations par an chez un psychologue. L’idéal serait que ce psychologue soit très au fait de ces pratiques de santé et du mode de vie physiologique.

Je suis psychologue clinicienne, hygiéniste, coach de santé et de régénération et propose notamment des consultations par SKYPE ou téléphone.

De plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques séances de psychologues, renseigne toi auprès de ta mutuelle, je peux envoyer des reçus.

Pour connaitre mon parcours, voir : 

Qui suis-je

Si tu souhaites davantage de renseignements, n’hésite pas à me contacter à l’adresse suivante : 

osersavie66@gmail.com

ou au 06 87 20 54 58

Le poids, la forme et les formes

ATTENTION : avant de lire cet article, je t’invite à relire ma page d’accueil en suivant le lien suivant :

ça va mieux en le disant

Pour garder notre santé physique et psychique et/ou notre poids de forme ou les retrouver durablement (voir : pourquoi on grossit et comment prendre du poids), il nous faut respecter les lois du vivant  et adopter une alimentation physiologique

Une ancienne publicité pour je ne sais plus exactement quoi, un régime ? Une eau minérale ? Autre chose ? Avait pour slogan : « La forme pas les formes ».

Mais comment calcule-t-on le poids de forme ?

Pour les adultes il est recommandé de s’approcher pour les hommes du poids idéal correspondant au complément à un mètre de leur taille par exemple un homme de 1m76 aura comme « poids idéal » 76 kg, pour une femme ce poids correspond à ce même nombre auquel on enlève 10, par exemple une femme de 1m65 aura comme poids idéal 55 kg. Ainsi l’Indice de Masse Corporelle (IMC) sera parfait.

Pour les enfants, les courbes de taille et de poids que les pédiatres remplissent sur les carnets de santé depuis leur naissance, se situent dans une fourchette entre une courbe minimale et une courbe maximale. 

Demandons-nous comment sont calculées ces préconisations et ces courbes standard ?

Pour cela je vais relater l’expérience personnelle qui m’a permis de le comprendre.

Il se trouve que mes enfants ont toujours été sur la courbe minimale avec une croissance harmonieuse d’après tous les médecins et pédiatres qu’ils ont croisés en France (tout comme leur père et comme moi-même durant nos enfances respectives et même à l’âge adulte, les chiens ne font pas des chats). 

Ayant vécu quelques temps aux Etats Unis pour le travail de celui qui est aujourd’hui mon ex-époux, il m’était demandé un certificat médical d’un médecin local pour scolariser mes enfants. Je pensais que cela allait être une formalité, or sur les courbes américaines, mes enfants étaient tant pour leur taille que pour leur poids très très au-dessous de la courbe la plus basse ! J’ai cru que le médecin allait appeler la DDASS locale pour m’enlever mes enfants qu’il pensait dénutris. 

Il se trouve que les courbes américaines sont étalonnées sur une population obèse, quand les courbes françaises ne sont étalonnées que sur une population en surpoids.

Petite parenthèse pour signaler que les enfants américains sont en moyenne très gros parce que mal nourris, mais aussi très grands parce qu’ils boivent beaucoup de lait de vache (du fait d’une production nationale très importante que la publicité omniprésente pousse à écouler), qui est idéal pour… le veau, or le veau a une croissance pondérale et staturale beaucoup plus rapide que le bébé humain, qui lui grandit moins mais développe beaucoup plus son cerveau…

Nous comprenons donc que la norme n’est qu’une moyenne, rien de plus. Il en va de même pour les normes de santé (voir : les examens médicaux).

La composition du corps entre en jeu dans le poids de l’individu. 

Deux personnes de même taille et de même corpulence peuvent présenter un poids différent. Les muscles pèsent beaucoup plus lourd que la graisse. Lorsqu’on jeûne par exemple, on perd de la graisse et si après le jeûne on se trouve très maigre, c’est simplement parce que nos minuscules muscles étaient enrobés de beaucoup de graisse qu’on a perdue.

Une de mes connaissances, pour se donner bonne conscience, disait à chaque fois qu’elle prenait du poids : « c’est parce que j’ai pris du muscle et perdu de la graisse », or elle ne pratiquait aucun sport… Seule la pratique sportive régulière permet de prendre du muscle, comme l’arrêt du sport sonne le début de la fonte musculaire. Il ne faut pas s’imaginer qu’en mangeant davantage on prendra du muscle si on ne bouge pas.

Pour reprendre une image que donne France Guillain dans ses conférences et ouvrages, ce qui nous importe n’est pas notre poids sur la balance, c’est la forme de notre corps, pour la même forme une bouteille d’eau pèse davantage quand elle est pleine que quand elle est vide, mais elle est plus intéressante lorsqu’elle est pleine.

Le poids de nos os intervient lui aussi dans notre poids corporel. Pour la même taille, certaines personnes ont une ossature très fine, d’autres un squelette massif, cela est facilement visible à la mesure du tour du poignet.

Mais il semblerait que la structure même des os longs change en fonction du mode d’alimentation. Un normo-mangeur (donc carencé en micronutriments), verra la structure de ses os longs très compacte mais cassante quand l’alimentation physiologique notamment par l’abondance de minéraux qu’elle apporte, créerait à terme une structure osseuse moins compacte (donc moins lourde sur la balance) mais beaucoup plus résistante aux chocs par l’entrecroisement en trois dimensions de lamelles osseuses très résistantes dont serait faite la structure même des os longs.

Atteindre son poids de forme, c’est donc avoir une belle forme (comme la bouteille d’eau de France Guillain), mais aussi et surtout être en forme (c’est-à-dire en bonne santé et plein d’énergie) à ce poids-là.

ATTENTION, de nombreux paramètres sont à changer pour retrouver durablement la santé ou ton poids de forme : adopter l’alimentation physiologique, la gestion du stress (voir : comment le stress actuel impacte notre santé et la composante psychique de toutes les maladies), une hygiène de vie optimale, des pratiques de santé quotidiennes (voir par exemple : les compresses d’huile de ricin) ainsi que des mesures de renforcement de l’organisme (voir par exemple : renforcement par le froid), le tout très individualisé en fonction de ton état de santé général et SURTOUT actualisé au jour le jour en fonction des réponses de ton organisme. 

Il est de ma responsabilité professionnelle de te prévenir qu’afin d’éviter certaines catastrophes (voir : ma transition), tu peux avoir besoin de te faire suivre par un coach de santé (ou coach de régénération) qui évaluera ton état de santé général en fonction de l’état de santé de tes systèmes immunitaire, nerveux, endocrinien, circulatoire, digestif, de ton poids rapporté à ta taille, de ton âge, de l’histoire de ta maladie, de ton histoire médicamenteuse, de ta génétique, et de nombreux autres facteurs. 

Tu peux également avoir besoin de te faire suivre par un psychologue pour venir à bout de ton stress. De plus les éliminations provoquées par ces changements d’alimentation et ces pratiques de santé, risquent de faire remonter des sentiments dépressifs pouvant aller jusqu’à des idées noires. Il est conseillé de se faire suivre par un psychologue, d’autant que de plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques consultations par an chez un psychologue. L’idéal serait que ce psychologue soit très au fait de ces pratiques de santé et du mode de vie physiologique.

Je suis psychologue clinicienne, hygiéniste, coach de santé et de régénération et propose notamment des consultations par SKYPE ou téléphone.

De plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques séances de psychologues, renseigne toi auprès de ta mutuelle, je peux envoyer des reçus.

Pour connaitre mon parcours, voir : 

Qui suis-je

Si tu souhaites davantage de renseignements, n’hésite pas à me contacter à l’adresse suivante : 

osersavie66@gmail.com

ou au 06 87 20 54 58

Tirer parti du confinement

ATTENTION : avant de lire cet article, je t’invite à relire ma page d’accueil en suivant le lien suivant :

ça va mieux en le disant

Pour garder notre santé physique et psychique et/ou notre poids de forme ou les retrouver durablement (voir : pourquoi on grossit et comment prendre du poids), il nous faut respecter les lois du vivant  et adopter une alimentation physiologique. Le confinement pourrait nous y aider.

Cette nouvelle période de confinement risque de durer ou de se répéter dans le temps, alors au lieu de nous lamenter je vous propose de tenter de voir le verre à moitié plein et d’en tirer parti.

Ci-dessous une vidéo d’un peu moins de 10 minutes :

Nombreux sont ceux qui ont profité de la première période de confinement pour cuisiner. Pourquoi ne pas apprendre une autre façon de cuisiner, plus saine, qui évite les poisons majeurs (voir aussi : le gluten, les laitages, le sucre) ? La plupart des gens ont pris du poids pendant le confinement, 2,5 kg en moyenne pendant les deux mois qu’a duré la première période de confinement, alors dans cette série d’articles et de vidéos pour tirer partie du confinement, je donnerai des recettes de cuisine ou de crusine saine qui ne devraient pas vous faire prendre de poids.

La recette dont je parle dans la vidéo ci-dessus (bientôt une vidéo de cette recette) : 

Pour la petite histoire ce gâteau s’était vu attribuer le nom de « Kloug de Pessah » (la Pâque juive) parce que ayant procédé par essais/erreurs, les premiers spécimens de ma fabrication n’ont pas tous été véritablement comestibles, et l’un d’entre eux, de sinistre mémoire « pétait » (il faisait de grosses bulles qui venaient exploser bruyamment à la surface du gâteau) le rendant aussi appétissant que le Kloug du film « le père Noël est une ordure »…

Version cuite (plutôt pour les enfants) :

1 tasse de lait d’amandes blanches maison assez épais

1 tasse ou 1 tasse et demie de raisins secs trempés quelques heures dans du rhum (l’alcool s’évapore à la cuisson) ou dans de l’eau de fleur d’oranger à verser avec le liquide dans la pâte

2 tasses de poudre d’amandes émondées ou pas (maison si possible)

1 tasse de farine de sarrasin pré-germé maison moulue sur le moment

½ tasse d’huile d’olive (peu fruitée)

3 jaunes d’œufs

3 blancs d’œufs montés en neige

1 cas rase de bicarbonate de sodium alimentaire

1cas de vinaigre de cidre

1 pincée de sel

Des fruits pour garnir le fond du moule

On peut aussi faire un glaçage au chocolat

Enfourner à 110 °C, cuire pendant environ 45 minutes ou davantage en fonction du four. La cuisson à relativement basse température est moins nocive.

Version crue vegan :

Remplacer la farine de sarrasin par de la farine de coco ou par une 3ème tasse de poudre d’amandes, remplacer les œufs, le bicarbonate et le vinaigre par de l’agar agar, faire des petits gâteaux individuels dans des petits moules ou emportes pièces ou mieux des verrines et laisser prendre au frigo.

Comme je vous l’indique dans la vidéo, il existe bien d’autres moyens de tirer parti du confinement, en profiter pour :

réduire nos besoins (voir : zéro déchets, ma routine de soins) en vivant mieux, puisque pour la plupart d’entre nous cette période de confinement est synonyme de perte de revenus,

-prendre en main sa santé en s’attaquant à la cause de nos symptômes plutôt que de continuer de masquer les symptômes en se faisant aider à distance si besoin et pourquoi pas tenter un jeûne accompagné à distance ou seul.e ?

-décompresser et apprendre à gérer son stress,

-adopter une bonne hygiène de vie en faisant notamment de l’exercice physique chez soi, en adoptant certaines pratiques de santé ou certaines mesures de renforcement de l’organisme,

-se poser des questions sur ce qu’on veut faire du reste de sa vie…

Nous aborderons toutes ces questions dans d’autres articles de cette série.

ATTENTION, de nombreux paramètres sont à changer pour retrouver durablement la santé ou ton poids de forme : adopter l’alimentation physiologique, la gestion du stress (voir : comment le stress actuel impacte notre santé et la composante psychique de toutes les maladies), une hygiène de vie optimale, des pratiques de santé quotidiennes (voir par exemple : les compresses d’huile de ricin) ainsi que des mesures de renforcement de l’organisme (voir par exemple : renforcement par le froid), le tout très individualisé en fonction de ton état de santé général et SURTOUT actualisé au jour le jour en fonction des réponses de ton organisme. 

Il est de ma responsabilité professionnelle de te prévenir qu’afin d’éviter certaines catastrophes (voir : ma transition), tu peux avoir besoin de te faire suivre par un coach de santé (ou coach de régénération) qui évaluera ton état de santé général en fonction de l’état de santé de tes systèmes immunitaire, nerveux, endocrinien, circulatoire, digestif, de ton poids rapporté à ta taille, de ton âge, de l’histoire de ta maladie, de ton histoire médicamenteuse, de ta génétique, et de nombreux autres facteurs. 

Tu peux également avoir besoin de te faire suivre par un psychologue pour venir à bout de ton stress. De plus les éliminations provoquées par ces changements d’alimentation et ces pratiques de santé, risquent de faire remonter des sentiments dépressifs pouvant aller jusqu’à des idées noires. Il est conseillé de se faire suivre par un psychologue, d’autant que de plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques consultations par an chez un psychologue. L’idéal serait que ce psychologue soit très au fait de ces pratiques de santé et du mode de vie physiologique.

Je suis psychologue clinicienne, hygiéniste, coach de santé et de régénération et propose notamment des consultations par SKYPE ou téléphone.

De plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques séances de psychologues, renseigne toi auprès de ta mutuelle, je peux envoyer des reçus.

Pour connaitre mon parcours, voir : 

Qui suis-je

Si tu souhaites davantage de renseignements, n’hésite pas à me contacter à l’adresse suivante : 

osersavie66@gmail.com

ou au 06 87 20 54 58

Jeune coco fraiche

ATTENTION : avant de lire cet article, je t’invite à relire ma page d’accueil  en suivant le lien suivant :

ça va mieux en le disant

Pour garder notre santé physique et psychique et/ou notre poids de forme ou les retrouver durablement (voir : pourquoi on grossit et comment prendre du poids), il nous faut respecter les lois du vivant et adopter une alimentation physiologique nous permettant de nous reminéraliser.

Les jeunes cocos fraiches sont délicieuses, elles sont une excellente source de minéraux.

Pour ceux qui ne les connaissent pas, ces cocos sont gorgées d’une eau délicieuse très légèrement sucrée, fortement désaltérante et pleine de minéraux. La chair est tendre, fine, toute molle et d’une saveur raffinée et légère.

La composition du lait des cocos fraiches (eau et chair mixées ensemble) est très proche de celle du lait maternel

L’eau de coco nous reminéralise en profondeur et ce faisant, nous permet de lutter contre les méfaits des déchets acides résidus des aliments non adaptés à l’humain qu’on a pu manger depuis l’enfance (gluten, laitages, sucre, sel, etc…).

La chair de la coco fraiche nous apporte un acide gras, l’acide caprylique, qui a des propriétés antifongiques et ainsi nous aide à lutter contre la candidose dont la grande majorité des occidentaux moderne que nous sommes est atteinte (du fait d’une l’alimentation délétère et d’un stress chronique omniprésent tant dans nos vies professionnelles que personnelles) à un degré plus ou moins important.

Pour les conserver le plus longtemps possible, il suffit d’ôter la pellicule de film étirable qui les emballe et de les mettre au frigo (j’en ai déjà gardé 15 jours sans problème, je n’ai pas essayé de les conserver plus longtemps).

Ces cocos sont blanches, taillées en diamant ou en pagode (d’où leur nom de coco pagodes). 

Pour ouvrir la coco, l’idéal est de disposer d’une machette comme sur la première photo, mais un grand couteau et un marteau font aussi l’affaire. 

On commence par faire 3 entailles profondes en triangle au sommet du diamant, puis on fait sauter le « toit » de la pagode et on insère une paille, sur la photo c’est une paille en bambou, j’en ai d’autres en métal, exit le plastique…

Une fois qu’on a bu l’eau ou qu’on l’a transférée dans une carafe, on pose la coco bien à plat sur sa base et on donne un grand coup de machette vertical au milieu pour la séparer en deux, comme sur la photo. 

Ne reste plus qu’à décoller la chair de la coque à l’aide d’une grande cuillère utilisée « à l’envers », face concave vers la coque (voir photo).

On peut ôter ensuite les petites peaux brunes collées à la chair avant de la déguster.

Cette coco avait une chair très épaisse, d’autres ont une chair très fine, dans tous les cas elle reste tendre, pour preuve la photo ou je l’enroule entre mes doigts.

La chair de coco peut se manger nature, c’est comme ça que je la préfère, mais du fait de la grande digestibilité de ses graisses, la coco peut également être mélangée à des fruits dans un smoothie par exemple ou entrer dans la composition d’un dessert fruité.

Une petite recette de « panacotta » : dans un blender mettre l’eau et la chair de coco ajouter des graines de chia verser dans des verrines et laisser « prendre » au frigo 2 ou 3 heures, les graines de chia vont faire épaissir le mélange. Ensuite dans le blender mettre les pêches ou les cerises dénoyautées, ou le fruit de votre choix. Verser cette purée de fruit dans les verrines au-dessus du mélange précédent devenu ferme, remettre au frigo jusqu’à dégustation. Au sortir du frigo, juste avant dégustation, décorer avec des morceaux du fruit qui a servi à confectionner cette panacotta. 

Bon appétit !

ATTENTION, de nombreux paramètres sont à changer pour retrouver durablement la santé ou ton poids de forme : adopter l’alimentation physiologique, la gestion du stress (voir : comment le stress actuel impacte notre santé et la composante psychique de toutes les maladies), une hygiène de vie optimale, des pratiques de santé quotidiennes (voir par exemple : les compresses d’huile de ricin) ainsi que des mesures de renforcement de l’organisme (voir par exemple : renforcement par le froid), le tout très individualisé en fonction de ton état de santé général et SURTOUT actualisé au jour le jour en fonction des réponses de ton organisme. 

Il est de ma responsabilité professionnelle de te prévenir qu’afin d’éviter certaines catastrophes (voir : ma transition), tu peux avoir besoin de te faire suivre par un coach de santé (ou coach de régénération) qui évaluera ton état de santé général en fonction de l’état de santé de tes systèmes immunitaire, nerveux, endocrinien, circulatoire, digestif, de ton poids rapporté à ta taille, de ton âge, de l’histoire de ta maladie, de ton histoire médicamenteuse, de ta génétique, et de nombreux autres facteurs. 

Tu peux également avoir besoin de te faire suivre par un psychologue pour venir à bout de ton stress. De plus les éliminations provoquées par ces changements d’alimentation et ces pratiques de santé, risquent de faire remonter des sentiments dépressifs pouvant aller jusqu’à des idées noires. Il est conseillé de se faire suivre par un psychologue, d’autant que de plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques consultations par an chez un psychologue. L’idéal serait que ce psychologue soit très au fait de ces pratiques de santé et du mode de vie physiologique.

Je suis psychologue clinicienne, hygiéniste, coach de santé et de régénération et propose notamment des consultations par SKYPE ou téléphone.

De plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques séances de psychologues, renseigne toi auprès de ta mutuelle, je peux envoyer des reçus.

Pour connaitre mon parcours, voir : 

Qui suis-je

Si tu souhaites davantage de renseignements, n’hésite pas à me contacter à l’adresse suivante : 

osersavie66@gmail.com

ou au 06 87 20 54 58

Les compléments alimentaires

ATTENTION : avant de lire cet article, je t’invite à relire ma page d’accueil  en suivant le lien suivant :

ça va mieux en le disant

Pour garder notre santé physique et psychique et/ou notre poids de forme ou les retrouver durablement (voir : pourquoi on grossit et comment prendre du poids), il nous faut respecter les lois du vivant.

Certaines personnes dont j’assure le suivi en coaching santé attendent que je leur conseille des compléments alimentaires mais espèrent avoir à changer le moins possible leur alimentation et leur mode de vie, voire même, ne pas avoir à explorer leurs sources de stress, d’anxiété ou de dépression qui les mine.

Je les comprends, j’explique à longueur de temps que pour retrouver la santé nous devons ingérer davantage de micronutriments. Pourtant l’alimentation n’est pas seule responsable des problèmes de santé. Mais quand bien même elle le serait, les compléments alimentaires resteraient très largement insuffisants à inverser le cours de la « maladie ».

Pour les besoins de la démonstration, considérons la seule alimentation :

Nous l’avons vu à de nombreuses reprises, l’alimentation occidentale moderne est saturée en macronutriments (glucides, lipides, protides) mais souvent vide en micronutriments (vitamines, minéraux, oligo-éléments, anti-oxydants, etc).

Alors pourquoi ne pas prendre des compléments alimentaires en micronutriments et continuer de se nourrir comme tout le monde, ce serait plus facile, beaucoup plus cher, certes, mais tellement plus facile…

Les fruits et légumes frais poussés sur un sol riche sans intrants chimiques et mûrs à point sont des trésors pour les humains. 

En effet, ils recèlent en leur sein non seulement tous les micronutriments dont nous avons besoin, mais également les enzymes qui boostent notre digestion. Ces micronutriments jouent un rôle de co-facteur pour certains, de ferments pour d’autres, nous permettant de bien assimiler tel ou tel micronutriment. 

Ces aides à l’assimilation sont en proportion idéales dans chaque aliment pour optimiser sa digestion. Pas assez de ces co-facteurs ou ferments et l’assimilation sera incomplète, trop et l’assimilation pourra être bloquée. 

L’humain est une mécanique de précision dont nous ne connaissons pas encore tous les détails.

Cela est d’autant plus nécessaire que les intestins des occidentaux modernes sont le plus fréquemment en très mauvais état et ont besoin de toutes ces conditions favorables pour être capables d’une assimilation correcte.

C’est une des raisons pour lesquelles les fruits et légumes doivent être consommés entiers avec leurs fibres et leur peau (sauf cas particulier des jus de légumes).

L’état délétère des intestins des occidentaux modernes entraine également une très faible assimilation des compléments alimentaires dépourvus de toutes les aides à l’assimilation présentes dans les aliments entiers. C’est pourquoi bien souvent leur effet est faible, même à forte dose.

D’autre part l’alimentation des occidentaux modernes apporte trop de macronutriments, or les fruits frais, par les micro-nutriments, le sucre et l’eau qu’ils contiennent sont très rassasiants, beaucoup plus qu’un plat de céréales ou de légumineuses apportant pour le même poids beaucoup plus de sucres, mais vide de micronutriments et complètement déshydratés par la cuisson

C’est pour cette raison que les céréales nous rendent tous boulimiques engendrant le surpoids.

Il peut arriver cependant que certains compléments alimentaires bien ciblés en fonction de l’état de santé général de la personne soient nécessaires en plus d’une alimentation et d’un mode de vie physiologique.

Les plantes médicinales ne sont pas des compléments alimentaires puisqu’elles sont des aliments entiers, pourvus de tous leurs micronutriments. Elles seront d’autant plus efficaces qu’elles seront consommées fraiches, mais pour davantage de commodité elles sont en général prises séchées en tisanes ou en gélules.

Les plantes qu’on nomme « médicinales » sont en fait des plantes sauvages comestibles peu intéressantes pour les cultivateurs et qui de ce fait n’ont pas subi les mutations génétiques qui permettent à nos légumes d’être plus gros, plus doux, plus résistants au gel, au froid ou à la chaleur, perdant au passage le plus gros de leurs micronutriments. 

Ces plantes sont restées sauvages et ont gardé toute leur richesse en micronutriments, nous citerons par exemple l’ortie, la mauve, le chardon marie, très fréquemment présentes dans nos campagnes, mais la liste serait longue. Il en est de même, mais dans une moindre mesure, des herbes aromatiques.

L’effet médicinal des plantes sera d’autant plus important que l’alimentation sera proche de l’alimentation physiologique.

En ce qui me concerne, la quasi-totalité de ma pharmacie se trouve dans mon frigo et dans mon garde-manger.

Hippocrate ne disait-il pas : « Que ton aliment soit ton seul médicament » ?

ATTENTION, de nombreux paramètres sont à changer pour retrouver durablement la santé ou ton poids de forme : adopter l’alimentation physiologique, la gestion du stress (voir : comment le stress actuel impacte notre santé et la composante psychique de toutes les maladies), une hygiène de vie optimale, des pratiques de santé quotidiennes (voir par exemple : les compresses d’huile de ricin) ainsi que des mesures de renforcement de l’organisme (voir par exemple : renforcement par le froid), le tout très individualisé en fonction de ton état de santé général et SURTOUT actualisé au jour le jour en fonction des réponses de ton organisme. 

Il est de ma responsabilité professionnelle de te prévenir qu’afin d’éviter certaines catastrophes (voir : ma transition), tu peux avoir besoin de te faire suivre par un coach de santé (ou coach de régénération) qui évaluera ton état de santé général en fonction de l’état de santé de tes systèmes immunitaire, nerveux, endocrinien, circulatoire, digestif, de ton poids rapporté à ta taille, de ton âge, de l’histoire de ta maladie, de ton histoire médicamenteuse, de ta génétique, et de nombreux autres facteurs. 

Tu peux également avoir besoin de te faire suivre par un psychologue pour venir à bout de ton stress. De plus les éliminations provoquées par ces changements d’alimentation et ces pratiques de santé, risquent de faire remonter des sentiments dépressifs pouvant aller jusqu’à des idées noires. Il est conseillé de se faire suivre par un psychologue, d’autant que de plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques consultations par an chez un psychologue. L’idéal serait que ce psychologue soit très au fait de ces pratiques de santé et du mode de vie physiologique.

Je suis psychologue clinicienne, hygiéniste, coach de santé et de régénération et propose notamment des consultations par SKYPE ou téléphone.

De plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques séances de psychologues, renseigne toi auprès de ta mutuelle, je peux envoyer des reçus.

Pour connaitre mon parcours, voir : 

Qui suis-je

Si tu souhaites davantage de renseignements, n’hésite pas à me contacter à l’adresse suivante : 

osersavie66@gmail.com

ou au 06 87 20 54 58

Zéro déchet 2

ATTENTION : avant de lire cet article, je t’invite à relire ma page d’accueil  en suivant le lien suivant :

ça va mieux en le disant

Pour garder notre santé physique et psychique et/ou notre poids de forme ou les retrouver durablement (voir : pourquoi on grossit et comment prendre du poids), il nous faut respecter les lois du vivant  et adopter une alimentation physiologique.

Prendre soin de notre environnement agit également sur notre santé. Aujourd’hui nous allons voir dans deux très courtes vidéos (de moins de 3 minutes pour la première et de moins d’une minute pour la seconde), comment éviter l’utilisation de papier toilette. J’avais commencé à en parler dans une précédente vidéo.

La fabrication, le transport et l’utilisation du papier toilette sont générateurs de pollution de l’air et de l’eau. La pollution nuit à notre santé.

Comme dans ma précédente vidéo zéro déchet, les astuces écologiques zéro déchets sont également des astuces économiques.

Mon truc en plus : afin d’éviter les odeurs d’urine, la poubelle des toilettes qui reçoit les lingettes usagées en attente de lavage ferme de façon étanche et la première lingette usagée est humectée de quelques gouttes d’huile essentielle de lavandin (moins onéreuse que l’HE de lavande, je l’achète en gros conditionnement chez aromazone), ainsi à chaque ouverture de cette poubelle, une odeur de lavande se dégage.

Par souci d’économie, j’ai depuis confectionné des « lingettes à pipi » à partir d’anciens chiffons en microfibres de récup qui sont un peu défraichis. On m’a fait remarquer que les chiffons microfibres sont synthétiques et donc pas très sains au contact du corps, je suis bien d’accord, mais le papier toilette n’est pas très sain non plus. J’ai donc confectionné des lingettes à pipi à partir de vieilles serviettes de toilettes en coton un peu usées ou tachées, on peut aussi les fabriquer en coton bio, à chacun de choisir, mais le recyclage de vieilles serviettes de toilettes en fin de vie me semble assez satisfaisant.

ATTENTION, de nombreux paramètres sont à changer pour retrouver durablement la santé ou ton poids de forme : adopter l’alimentation physiologique, la gestion du stress (voir : comment le stress actuel impacte notre santé et la composante psychique de toutes les maladies), une hygiène de vie optimale, des pratiques de santé quotidiennes (voir par exemple : les compresses d’huile de ricin) ainsi que des mesures de renforcement de l’organisme (voir par exemple : renforcement par le froid), le tout très individualisé en fonction de ton état de santé général et SURTOUT actualisé au jour le jour en fonction des réponses de ton organisme. 

Il est de ma responsabilité professionnelle de te prévenir qu’afin d’éviter certaines catastrophes (voir : ma transition), tu peux avoir besoin de te faire suivre par un coach de santé (ou coach de régénération) qui évaluera ton état de santé général en fonction de l’état de santé de tes systèmes immunitaire, nerveux, endocrinien, circulatoire, digestif, de ton poids rapporté à ta taille, de ton âge, de l’histoire de ta maladie, de ton histoire médicamenteuse, de ta génétique, et de nombreux autres facteurs. 

Tu peux également avoir besoin de te faire suivre par un psychologue pour venir à bout de ton stress. De plus les éliminations provoquées par ces changements d’alimentation et ces pratiques de santé, risquent de faire remonter des sentiments dépressifs pouvant aller jusqu’à des idées noires. Il est conseillé de se faire suivre par un psychologue, d’autant que de plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques consultations par an chez un psychologue. L’idéal serait que ce psychologue soit très au fait de ces pratiques de santé et du mode de vie physiologique.

Je suis psychologue clinicienne, hygiéniste, coach de santé et de régénération et propose notamment des consultations par SKYPE ou téléphone.

De plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques séances de psychologues, renseigne toi auprès de ta mutuelle, je peux envoyer des reçus.

Pour connaitre mon parcours, voir : 

Qui suis-je

Si tu souhaites davantage de renseignements, n’hésite pas à me contacter à l’adresse suivante : 

osersavie66@gmail.com

ou au 06 87 20 54 58

Comment prendre soin de ses dents

ATTENTION : avant de lire cet article, je t’invite à relire ma page d’accueil  en suivant le lien suivant :

ça va mieux en le disant

Pour garder notre santé physique et psychique et/ou notre poids de forme ou les retrouver durablement (voir : pourquoi on grossit et comment prendre du poids), il nous faut respecter les lois du vivant et adopter une alimentation physiologique.

Or, l’alimentation physiologique comprend beaucoup de fruits.

De nombreux crudivores tendance frugivores ont les dents très abîmées, de là à en déduire qu’une grande consommation de fruits est mauvaise pour les dents, il n’y a qu’un pas. Mais regardons-y de plus près, et pour cela faisons appel à des chirurgiens-dentistes.

Je me baserai essentiellement pour cela sur les travaux du Dr Marie Solange Raymond, chirurgien-dentiste ayant travaillé des décennies durant sur une approche holistique des pathologies bucco-dentaires et par ailleurs crudivore depuis deux ou trois décennies.

Je me permettrai d’y ajouter certaines observations issues de ma propre (courte) expérience de chirurgien-dentiste (je n’ai exercé cette profession que 4 ans) et de crudi tendance frugi (depuis janvier 2015 seulement) elles vont toutes dans le même sens que les travaux de Marie Solange Raymond et finalement les confirment.

Pour faire le plus court possible :        

La carie dentaire vient d’un problème de glycémie. Le taux de sucre dans le sang ne pouvant pas varier, il est maintenu par homéostasie. Or l’alimentation moderne perturbe la glycémie pendant les cinq heures suivant le repas. Elle perturbe par voie de conséquence le rapport phospho-calcique (en temps normal le taux de calcium est deux fois plus élevé que celui de phosphore). 

Pour pallier à cet état de fait, l’organisme va chercher du calcium dans le corps et notamment dans les dents, c’est la genèse des caries.

Les fruits augmentent bien la glycémie pendant cinq heures, mais pas le rapport phospho-calcique, et le miel augmente également la glycémie mais seulement pendant trois heures. 

Pour pallier à l’augmentation de la glycémie, mais également à la sortie d’acides par les muqueuses (dont la muqueuse buccale) lors de la détoxination induite par les fruits, il suffit de porter une attention particulière à son alimentation et à son hygiène bucco-dentaire.

Au niveau alimentaire, une consommation importante de minéraux va éviter la déminéralisation des dents, ça signifie que si ton repas comprend beaucoup de fruits, il te faudrait dans la journée :

– soit boire beaucoup de jus de légumes maison fraichement pressés à l’extracteur de jus,

de jus de cocos fraiches, et/ou d’eau de Quinton ramenée à l’isotonie (1/3 de Quinton dans 2/3 d’eau de source), qui sont tous très riches en minéraux,

– soit manger beaucoup d’algues crues séchées par exempleet/ou de plantes sauvages crues notamment dans les jus(pissenlit, plantain, mauve, ortie par exemple) et/ou de graines germées (alfalfa, fenugrec, tournesol, etc…),qui sont tous également riches en minéraux,

– soit les deux,

Tout cela, bien sûr, dans le cadre d’une alimentation physiologique, c’est-à-dire notamment qui exclut tout sucre autre que celui des fruits croqués entiers avec la peau. Les céréales, légumineuses et farineux (qui contiennent beaucoup plus de sucres que les fruits à poids égal lorsqu’ils n’ont pas un goût sucré), ainsi que tous les laitages animaux (très déminéralisants) très cariogènes, sont exclus de ce régime alimentaire.

Concernant l’hygiène bucco-dentaire, il te faudrait changer tes habitudes, le bénéfice secondaire étant une économie financière substantielle en dentifrices et bains de bouche :

Le matin, après une nuit de détoxination (ou pendant la détoxination d’un jeûne plus long que celui de la nuit), toutes les muqueuses de l’organisme rejettent des acides y compris les muqueuses buccales, donc la bouche est pleine d’acides. Un brossage des dents étalerait ces acides (responsables des caries) sur les dents, ce qui aurait un effet contre-productif ! De la même manière en fonction du contenu de ton repas, tes muqueuses buccales seront plus ou moins acides après le repas.

C’est pourquoi, le matin au réveil avant d’avaler quoi que ce soit, il est intéressant de faire précéder le lavage des dents par un raclage de la langue (avec un gratte langue ou à défaut une petite cuillère), contre la mauvaise haleine du matin (qui est bienvenue puisqu’elle témoigne de l’activité de détoxination de la nuit), puis (et surtout) faire précéder le lavage des dents par un « oil-pulling » : faire passer l’huile entre les dents vivement plusieurs fois puis faire tourner dans la bouche (ou simplement garder en bouche) une cuillère à café d’huile de ton choix, coco, sésame ou autre pendant 20 minutes (dans l’idéal, mais ça peut être moins longtemps) avant de cracher le liquide blanc et mousseux plein de toxines qui s’est formé (dans les toilettes pour ne pas boucher la tuyauterie du lavabo) et rincer très soigneusement la bouche à l’eau pure. L’huile va attirer toutes les toxines rejetées par la muqueuse buccale qui seront éliminées lorsqu’on recrachera cette huile devenue une mousse blanchâtre. 

L’oil-pulling active, de plus, les fonctions émonctorielles tout le long du tube digestif.

Ensuite, il est préférable de se laver les dents à l’argile (verte, micronisée ou surfine, en boutique bio) ou au charbon activé (poudre noire à base de coque de noix de coco, en boutique bio). Mettre l’argile (ou le charbon) sur la brosse à dents manuelle ou électrique et brosser. 

Attention ne jamais mettre de métal au contact de l’argile, utiliser une cuillère en bois ou en plastique. Le charbon est très assainissant. L’argile est reminéralisante et fortifiera ainsi l’émail des dents, contrairement au bicarbonate de sodium, qui, certes, blanchit les dents, mais les déminéralise au passage (garde le pour nettoyer le lavabo qui en a bien besoin après un brossage au charbon !). 

On peut alterner périodes de brossages à l’argile et périodes au charbon activé.

Enfin, pour terminer, un bon coup de Kärcher (jet dentaire oral B pour ma part) pour éliminer tous les résidus interdentaires accumulés lors des repas de la journée ainsi que les acides rejetés par les muqueuses durant la nuit, ou à défaut (en camping par exemple, ou pour ceux qui souhaitent utiliser le moins possible l’électricité), fil interdentaire (moins agréable, moins efficace, et potentiellement traumatisant pour la gencive si mal utilisé).

Si les gencives ont saigné, un bon rinçage au gros sel dans de l’eau suivi d’un bon rinçage de la bouche à l’eau pure permet d’enrayer l’inflammation gingivale.

Le soir, le rituel est le même à l’exception du racle langue qui n’est pas nécessaire.

Au coucher tu peux mettre un peu d’argile verte en cristaux à fondre dans ta bouche dont les vertus reminéralisantes contrebalanceront l’effet des acides relargués par les muqueuses buccales lors de la détoxination de la nuit.

De cette façon, tu peux continuer de manger autant de fruits que tu veux et de sourire à pleines dents !

ATTENTION, de nombreux paramètres sont à changer pour retrouver durablement la santé ou ton poids de forme : adopter l’alimentation physiologique, la gestion du stress (voir : comment le stress actuel impacte notre santé et la composante psychique de toutes les maladies), une hygiène de vie optimale, des pratiques de santé quotidiennes (voir par exemple : les compresses d’huile de ricin) ainsi que des mesures de renforcement de l’organisme (voir par exemple : renforcement par le froid), le tout très individualisé en fonction de ton état de santé général et SURTOUT actualisé au jour le jour en fonction des réponses de ton organisme. 

Il est de ma responsabilité professionnelle de te prévenir qu’afin d’éviter certaines catastrophes (voir : ma transition), tu peux avoir besoin de te faire suivre par un coach de santé (ou coach de régénération) qui évaluera ton état de santé général en fonction de l’état de santé de tes systèmes immunitaire, nerveux, endocrinien, circulatoire, digestif, de ton poids rapporté à ta taille, de ton âge, de l’histoire de ta maladie, de ton histoire médicamenteuse, de ta génétique, et de nombreux autres facteurs. 

Tu peux également avoir besoin de te faire suivre par un psychologue pour venir à bout de ton stress. De plus les éliminations provoquées par ces changements d’alimentation et ces pratiques de santé, risquent de faire remonter des sentiments dépressifs pouvant aller jusqu’à des idées noires. Il est conseillé de se faire suivre par un psychologue, d’autant que de plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques consultations par an chez un psychologue. L’idéal serait que ce psychologue soit très au fait de ces pratiques de santé et du mode de vie physiologique.

Je suis psychologue clinicienne, hygiéniste, coach de santé et de régénération et propose notamment des consultations par SKYPE ou téléphone.

De plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques séances de psychologues, renseigne toi auprès de ta mutuelle, je peux envoyer des reçus.

Pour connaitre mon parcours, voir : 

Qui suis-je

Si tu souhaites davantage de renseignements, n’hésite pas à me contacter à l’adresse suivante : 

osersavie66@gmail.com

ou au 06 87 20 54 58

Comment consommer les fruits ?

ATTENTION : avant de lire cet article, je t’invite à relire ma page d’accueil en suivant le lien suivant :

ça va mieux en le disant

Pour garder notre santé physique et psychique et/ou notre poids de forme ou les retrouver durablement (voir : pourquoi on grossit et comment prendre du poids), il nous faut respecter les lois du vivant et adopter une alimentation physiologique

L’alimentation physiologique se compose en grande partie de fruits crus.

Pour ta santé, aussi souvent que possible, mange tes fruits avec la peau, elle renferme le plus gros des vitamines. Bien sûr, évite de manger la peau des fruits traités chimiquement, cela ajouterait à la charge toxinique de ton organisme. 

De plus, les sucres des fruits ne provoquent pas de pic glycémique, contrairement à tous les autres sucres (sauf le miel) à condition que les fruits soient mangés entiers avec leurs fibres, or la peau des fruits renferme une bonne partie de leurs fibres. Rappelons que les fibres des fruits sont très digestes puisque solubles et excellentes pour notre transit intestinal.

En ce qui me concerne, je mange souvent les mangues avec leur peau (si elle est belle) et même parfois les kiwis avec leur peau (si elle n’est pas trop duveteuse). Mangés ainsi, les fruits rassasient plus rapidement et surtout cette façon de manger nous permet de percevoir l’arrêt physiologique. 

Nous avons, pour la plupart d’entre nous, été habitués dès l’enfance, à consommer un ou deux fruits en fin de repas en guise de dessert. Cela s’explique par le besoin du goût sucré, après un repas de légumes, viandes et céréales accompagné de pain et parfois même de vin.

En effet, l’homme est attiré naturellement depuis sa plus tendre enfance par le goût sucré des fruits parce qu’il est essentiellement frugivore comme les grands singes avec qui il partage le même appareil digestif. 

Or le plaisir est le moteur le plus puissant de toutes nos actions dans la vie. La vie humaine est indexée sur le plaisir, ce qui est bon pour la vie d’un individu ou pour la survie de l’espèce est agréable, ce qui est mauvais pour la vie est désagréable. Je parle ici bien sûr de produits naturels, non transformés, consommés tels que la nature nous les offre. Le nutella peut être perçu comme bon alors qu’il est mauvais pour la santé.

Un fruit consommé en dessert va stagner dans l’estomac le temps que soient digérés tous les aliments qui doivent l’être à cet endroit, notamment les protéines des céréales, des légumineuses et des produits et chairs animales. 

Ce séjour prolongé du fruit dans l’estomac va provoquer des fermentations alcooliques. Ainsi certaines personnes qui mangeaient beaucoup de fruits sans prendre la précaution de les manger à jeun, mais qui par ailleurs n’avaient jamais bu une goutte d’alcool ont-elles pu développer une cirrhose du foie !

Par contre l’homme des origines n’avait la possibilité de se nourrir qu’en mono-aliment puisqu’il était nomade et mangeait des mangues à satiété lorsqu’il rencontrait sur son chemin un manguier, puis après quelques heures de marche il se régalait de bananes à satiété lorsqu’il croisait un bananier, etc…

Cette façon de se nourrir, connue sous l’appellation d’alimentation sensorielle, est très bénéfique notamment pour les personnes atteintes de maladies chroniques handicapantes.

Les fruits sont donc les aliments les plus bénéfiques à l’organisme humain, mais demandent à respecter quelques règles quant à leur consommation lors de repas à plusieurs aliments.

Les fruits se digèrent plus rapidement que tous les autres aliments, ils seront donc mangés à jeun, en tout début de repas. Les fruits n’ont pas tous la même vitesse de digestion, les plus rapides à digérer se mangent en premier. 

Melons et pastèques se consomment seuls parce qu’ils se digèrent très vite. Puis les fruits acides (agrumes, petits fruits rouges, kiwis, ananas, etc…) qui se digèrent plus rapidement que les autres fruits seront consommés après digestion des melons. 

Ce sera ensuite le tour des fruits mi-doux (pommes, pêche, poires, prunes, etc…) puis nous mangerons les fruits doux(bananes, mangues, abricots, etc…), les fruits secs (dattes, figues sèches, raisins secs, etc…) quant à eux se prendront en dernier.

Il est important d’attendre que chaque sorte de fruit ait passé le duodénum en étant à l’écoute de ses ressentis. 

En effet, les tableaux des temps de digestion théoriques de chaque fruit qu’on trouve un peu partout sur le net, ne sont qu’indicatifs, ils varient énormément en fonction des capacités digestives de chacun et de la composition des repas, plus un repas est complexe, plus les temps de digestion sont allongés.

Les fruits gras (avocats, oléagineux) ne seront consommés qu’après digestion des derniers fruits sucrés. Concernant les fruits sucrés, rien ne nous oblige à manger de toutes les sortes de fruits à un même repas.

Selon l’état de nos intestins, il peut même être nécessaire de ne pas consommer de graisses (pas même de fruits gras comme les avocats ou les oléagineux) à un repas où on a consommé des fruits, le gras et le sucre demandent des conditions de digestion différentes.

Dans un régime physiologique les fruits remplacent les céréales du régime « normo-mangeur » pour l’apport d’énergie. On a donc besoin d’en consommer des quantités beaucoup plus importantes que les pauvres fruits pris habituellement au dessert, au moins en début de transition alimentaire.

Pour déterminer quel type de fruit ou quels fruits manger, le plus efficace est de se fier à son instinct en se délectant de celui qui nous attire le plus à un moment donné. 

Cas particulier des melons et pastèques : 

Il est très important de varier les différentes sortes de melons ou de pastèques ou d’autres fruits qu’on déguste. D’abord pour le plaisir authentique de découvrir un goût ou une texture légèrement différente, ensuite pour satisfaire sa curiosité gustative, même au risque d’être déçu et enfin pour varier encore les apports micro-nutritionnels qui ne sont pas absolument identiques d’une variété de fruit à une autre.

Par exemple j’adore croquer les pépins des pastèques, les pastèques sans pépins me semblent nues.

Autre chose, ne jamais rester sur un « échec », par exemple j’ai goûté, il y a quelques temps les fruits du dragon et je n’ai pas aimé. Mais d’ici quelques mois ou bien l’an prochain à la même époque, je retenterai les fruits du dragon, parce qu’il est possible que je n’aie simplement aucun besoin en ce moment de ce que ces fruits pourraient m’apporter comme micronutriments, or notre état est évolutif et si un jour j’ai besoin de leurs micronutriments, les fruits du dragon me combleront probablement gustativement, je ne voudrais pas passer à côté de ce plaisir !

Mais revenons-en aux melons et pastèques, ils se digèrent très rapidement, beaucoup plus rapidement que les autres fruits, aussi faut-il les manger seuls, à jeûn, bien sûr, comme tous les fruits.

Ne jette surtout pas leur peau, elle est très riche en minéraux et peut être passée à l’extracteur de jus (coupée en tous petits morceaux selon la performance de ton juicer), la peau de pastèque remplace le légume, la peau de melon (comme celle de l’ananas) remplace le fruit, ça te fait un jus gratuit !

Pour paraphraser une pub, pour le saucisson je crois, je terminerai sur cette phrase : dans la pastèque et le melon tout est bon !

Cas particulier des agrumes :

Je mets du citron partout, mon organisme me le réclame, sans doute parce que mon foie est à la peine depuis l’ablation de ma vésicule biliaire…

Le citron est excellent pour le foie, j’en rajoute à toutes mes salades, dans mes tisanes et parfois dans mon eau de boisson. Je garde les peaux près de l’évier une fois le citron pressé pour me laver les mains, ça blanchit les ongles et en plus ça rend la peau douce par effet desquamant des acides qu’il referme !

Ma tisane préférée pour le foie : romarin (en ce moment on en cueille partout par chez moi, sinon à planter en pot ou au jardin au soleil, plante très résistante, peut même être envahissante), jus de citron, miel, j’y ajoute souvent la chair d’aloe-vera.

Par pitié n’achète pas le jus de citron déjà pressé en bouteille qui a perdu la quasi-totalité de ses vertus bienfaisantes. Si elles sont vendues hors du rayon frais, les bouteilles de jus de fruits ont été flash-pasteurisées, c’est la loi française qui l’impose, donc plus aucun micronutriment. Lorsqu’elles sont vendues en rayon frais, elles ont perdu d’autant plus de micronutriments que le pressage a été effectué il y a plusieurs heures ou plusieurs jours. 

Un jus de citron se boit immédiatement après pressage si on souhaite bénéficier de ses nombreuses vertus.

Les oranges, délicieuses à déguster telles quelles, font merveille en remplacement du jus de citron de temps en temps dans la salade, soit en morceaux pour un effet sucré-salé, soit en jus dans la sauce salade. Les agrumes sont les fruits les mieux tolérés en mélanges avec les graisses de la sauce salade.

Il est particulièrement délicat d’acheter des agrumes. Les agrumes sont des fruits exotiques, ils viennent en général de pays chauds éloignés de chez nous bien qu’on rencontre parfois des orangers isolés dans des jardins de particuliers par chez moi (Perpignan), mais aucun producteur local ne semble suffisamment téméraire pour se lancer dans la production d’agrumes trop risquée sous nos climats. 

Les contraintes de transport pour les importations venues de loin imposent la plupart du temps de cueillir ces fruits longtemps avant maturité, or les agrumes sont des fruits non climactériques, c’est-à-dire qu’ils ne continuent pas de mûrir après récolte.

Autant un fruit mûr à point est alcalinisant pour l’organisme et peut lui apporter tous ses bienfaits, autant un fruit non mûr est acidifiant pour l’organisme et sera donc déminéralisant (caries dentaires, ostéoporose, descente d’organes, etc…). 

Et puisque les agrumes ont un goût plus ou moins acide, on ne se rend pas toujours compte qu’ils ne sont pas mûrs, contrairement à une pastèque qui sera immédiatement identifiée comme non mûre si elle n’est pas sucrée.

D’où l’importance de ne pas acheter ses agrumes, ainsi que tous les fruits non climactériques, n’importe où. 

Les agrumes sont les fruits qui contiennent le plus d’acides faibles très détoxinants pour l’organisme. Il serait dommage de se priver de leurs vertus curatives et préventives.

ATTENTION, de nombreux paramètres sont à changer pour retrouver durablement la santé ou ton poids de forme : adopter l’alimentation physiologique, la gestion du stress (voir : comment le stress actuel impacte notre santé et la composante psychique de toutes les maladies), une hygiène de vie optimale, des pratiques de santé quotidiennes (voir par exemple : les compresses d’huile de ricin) ainsi que des mesures de renforcement de l’organisme (voir par exemple : renforcement par le froid), le tout très individualisé en fonction de ton état de santé général et SURTOUT actualisé au jour le jour en fonction des réponses de ton organisme. 

Il est de ma responsabilité professionnelle de te prévenir qu’afin d’éviter certaines catastrophes (voir : ma transition), tu peux avoir besoin de te faire suivre par un coach de santé (ou coach de régénération) qui évaluera ton état de santé général en fonction de l’état de santé de tes systèmes immunitaire, nerveux, endocrinien, circulatoire, digestif, de ton poids rapporté à ta taille, de ton âge, de l’histoire de ta maladie, de ton histoire médicamenteuse, de ta génétique, et de nombreux autres facteurs. 

Tu peux également avoir besoin de te faire suivre par un psychologue pour venir à bout de ton stress. De plus les éliminations provoquées par ces changements d’alimentation et ces pratiques de santé, risquent de faire remonter des sentiments dépressifs pouvant aller jusqu’à des idées noires. Il est conseillé de se faire suivre par un psychologue, d’autant que de plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques consultations par an chez un psychologue. L’idéal serait que ce psychologue soit très au fait de ces pratiques de santé et du mode de vie physiologique.

Je suis psychologue clinicienne, hygiéniste, coach de santé et de régénération et propose notamment des consultations par SKYPE ou téléphone.

De plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques séances de psychologues, renseigne toi auprès de ta mutuelle, je peux envoyer des reçus.

Pour connaitre mon parcours, voir : 

Qui suis-je

Si tu souhaites davantage de renseignements, n’hésite pas à me contacter à l’adresse suivante : 

osersavie66@gmail.com

ou au 06 87 20 54 58

Pourquoi manger des fruits ?

ATTENTION : avant de lire cet article, je t’invite à relire ma page d’accueil  en suivant le lien suivant :

ça va mieux en le disant

Pour garder notre santé physique et psychique et/ou notre poids de forme ou les retrouver durablement (voir : pourquoi on grossit et comment prendre du poids), il nous faut respecter les lois du vivant et adopter une alimentation physiologique. 

L’alimentation physiologique se compose en grande partie de fruits.

« Pourquoi manger des fruits ? »

Les fruits peuvent faire des merveilles pour notre santé. Ils contiennent des acides faibles qui détoxinent l’organisme en douceur à condition de les manger crus.

Certains fruits sont composés de davantage d’acides faibles que d’autres. Les fruits acides (agrumes, kiwis, ananas, etc…) en contiennent le plus, les fruits mi-doux (pêches, pommes, poires, prunes, etc…) en contiennent un peu moins, les fruits doux (abricots, mangues, bananes, kakis, chirimoyas, etc…) en contiennent peu ou très peu.

Les acides faibles des fruits dissolvent les toxines contenues dans nos cellules et les remettent en circulation dans la lymphe qui les acheminera aux émonctoires pour les éliminer.

Les fibres solubles des fruits jouent un rôle de balai intestinal très doux pour les intestins enflammés, contrairement aux fibres insolubles de certains légumes qui peuvent être irritants pour des intestins enflammés.

La richesse en eau des fruits frais en fait un aliment privilégié pour accéder à une frugalité heureuse et par là-même à une perte de poids.

En fonction de ton état de santé général du moment, tu tireras davantage de bénéfices de l’une ou l’autre de ces catégories de fruits, à ce moment précis.

« Comment le savoir ? »

Facile, suis ton instinct, les fruits qui t’attirent le plus à un moment donné sont très probablement ceux dont tu as le plus besoin à ce moment-là et cela d’autant plus que ton organisme sera nettoyé de ses toxines. 

Si malgré les bananes mûres, les mangues mûres, les cerises mûres, entreposées sur la table, c’est l’odeur des pêches mûres qui te saute aux narines, cela signifie que ton organisme a besoin des nutriments présents dans les pêches, c’est sa façon de te les réclamer.

Alors fais-toi du bien en te régalant !

« Ce sont des denrées périssables, comment conserver les fruits ? »

Les fruits mûrs à point, en général il s’agit des fruits non climactériques (qui ne continuent pas de mûrir après récolte), vont être les premiers à consommer mais pas besoin de se dépêcher de les manger, ils tiennent très bien au frigo.

Les fruits climactériques (qui continuent de mûrir après récolte), s’ils ne sont pas encore mûrs, seront entreposés hors du frigo et testés tous les jours, voire deux fois par jour en période chaude, visuellement sur toutes les faces et à la palpation. Lorsqu’ils sont mûrs, on consomme ceux qui nous tentent et on entrepose les autres au réfrigérateur. 

Attention, ils continuent de mûrir dans le frigo, mais moins rapidement, donc les avocats par exemple sont à mettre au frigo dès qu’ils commencent à être moins fermes, mais pas avant ! 

Pour les fruits qui ne mûrissent pas assez rapidement, les placer sous les pommes, à température ambiante, sur la table dans la corbeille de fruits. Les pommes relâchent un gaz incolore et inodore, l’éthylène, qui les fera mûrir plus rapidement.

C’est tout un art de bien conserver ses fruits, mais il s’apprend rapidement pour qui aime se délecter de fruits mûrs à point.

Pour t’aider deux petites listes non exhaustives : 

Fruits non climactériques : cerises, fraises, agrumes (orange, citrons, mandarines, pamplemousses, etc), pastèque, concombre, litchi, myrtille, raisin, etc… Donc à consommer tout de suite, ou bien frigo !

Fruits climactériques : banane, pomme, poire, pêche, abricot, kiwi, melon, figue, goyave, mangue, tomate, etc… A laisser mûrir avant consommation.

On trouve des listes plus complètes de fruits climactériques (qui continuent de mûrir après récolte) et non climactériques sur le net.

Pour protéger tes fruits des insectes, rien de mieux que le garde-manger de nos grand-mères, à défaut, des cloches moustiquaires à poser sur les corbeilles de fruits sont efficaces. 

On s’enrichit toujours les uns des autres, alors si tu as des trucs pour la conservation des fruits, n’hésite pas à les partager sous ce post, merci à toi !

Protégeons nos fruits comme ils nous protègent ! 

ATTENTION, de nombreux paramètres sont à changer pour retrouver durablement la santé ou ton poids de forme : adopter l’alimentation physiologique, la gestion du stress (voir : comment le stress actuel impacte notre santé et la composante psychique de toutes les maladies), une hygiène de vie optimale, des pratiques de santé quotidiennes (voir par exemple : les compresses d’huile de ricin) ainsi que des mesures de renforcement de l’organisme (voir par exemple : renforcement par le froid), le tout très individualisé en fonction de ton état de santé général et SURTOUT actualisé au jour le jour en fonction des réponses de ton organisme. 

Il est de ma responsabilité professionnelle de te prévenir qu’afin d’éviter certaines catastrophes (voir : ma transition), tu peux avoir besoin de te faire suivre par un coach de santé (ou coach de régénération) qui évaluera ton état de santé général en fonction de l’état de santé de tes systèmes immunitaire, nerveux, endocrinien, circulatoire, digestif, de ton poids rapporté à ta taille, de ton âge, de l’histoire de ta maladie, de ton histoire médicamenteuse, de ta génétique, et de nombreux autres facteurs. 

Tu peux également avoir besoin de te faire suivre par un psychologue pour venir à bout de ton stress. De plus les éliminations provoquées par ces changements d’alimentation et ces pratiques de santé, risquent de faire remonter des sentiments dépressifs pouvant aller jusqu’à des idées noires. Il est conseillé de se faire suivre par un psychologue, d’autant que de plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques consultations par an chez un psychologue. L’idéal serait que ce psychologue soit très au fait de ces pratiques de santé et du mode de vie physiologique.

Je suis psychologue clinicienne, hygiéniste, coach de santé et de régénération et propose notamment des consultations par SKYPE ou téléphone.

De plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques séances de psychologues, renseigne toi auprès de ta mutuelle, je peux envoyer des reçus.

Pour connaitre mon parcours, voir : 

Qui suis-je

Si tu souhaites davantage de renseignements, n’hésite pas à me contacter à l’adresse suivante : 

osersavie66@gmail.com

ou au 06 87 20 54 58

Fruits et candidose

ATTENTION : avant de lire cet article, je t’invite à relire ma page d’accueil  en suivant le lien suivant :

ça va mieux en le disant

Pour garder notre santé physique et psychique et/ou notre poids de forme ou les retrouver durablement (voir : pourquoi on grossit et comment prendre du poids), il nous faut respecter les lois du vivant et adopter une alimentation physiologique.

Or l’alimentation physiologique se compose en grande partie de fruits. On m’a parfois dit : je ne peux pas manger de fruits, j’ai une candidose.

Pour peu que tu aies mangé, comme la plupart des occidentaux modernes, à un moment ou à un autre de ta vie, du gluten ou des céréales sans gluten ou des légumineuses ou des farineux comme la pomme de terre par exemple, tu es susceptible de présenter une candidose plus ou moins développée.

Notre organisme abrite une levure (le candida) de façon physiologique mais son développement excessif appelé candidose et sa transformation en champignons avec leurs filaments qui attaquent les jonctions serrées de l’épithélium intestinal et rendent l’intestin poreux, sont pathologiques.

Les microbes (bactéries, levures, champignons, virus) sont très importants en nombre sur la planète et dans notre organisme. Ils sont en équilibredans notre corps et communiquent entre eux.

Les levures, champignons et bactéries sont les décomposeurs finaux de l’organisme, ils décomposent la matière et la transforment par digestion, chélation, synthèse, ils produisent également des enzymes nécessaires à la digestion et assurent aussi notre immunité mucosale, nous en avons besoin pour vivre.

Les champignons se nourrissent préférentiellement de fragments de glucides complexes incomplètement digérés puisque nous ne sommes pas équipés pour digérer correctement les glucides complexes des céréales, légumineuses et farineux.

Il faut noter de plus, que le gluten, comme son nom l’indique, c’est de la glue, il colle aux parois de l’intestin et y séjourne très longtemps, entretenant ainsi la candidose.

C’est donc notamment la digestion imparfaite des sucres complexes des céréales, légumineuses et farineux qui provoque le surdéveloppement des candidas à des fins de nettoyage des déchets occasionnés par cette digestion incomplète. 

L’augmentation des candidas se fait au détriment de bactéries de notre microbiote, apparaît alors une dysbiose intestinale.

D’autre part le carburant de nos cellules est le sucre. Plus précisément les sucres simples, c’est-à-dire ceux des fruits (les seuls sucres simples sains).

Lorsque nous mangeons des fruits, leurs sucres simples sont complètement digérés par notre organisme, ne laissant aucun résidu, aucune pitance pour les candidas. 

L’ingestion de fruits ne déséquilibre donc pas le microbiote intestinal, elle permet d’apporter les sucres nécessaires au fonctionnement de nos cellules sans engendrer le développement des candidas.

Par ailleurs, si on ingère suffisamment de fruits, par les acides faibles qu’ils contiennent, ils vont permettre le nettoyage de l’organisme et notamment des intestins infestés de candidas.

Je parle ici de fruits frais et non des fruits secs comme les dattes, figues sèches ou raisins secs par exemple qui devront être ingérés avec certaines précaution en cas de candidose.

Attention selon l’état de tes intestins et ton état général, les fruits en excès peuvent provoquer des symptômes de détoxination plus ou moins important, il est conseillé d’augmenter les quantités ingérées progressivement.

Les fruits ont donc sur notre organisme en général et sur la candidose en particulier, des vertus préventives et curatives, alors pourquoi nous en priver. 

ATTENTION, de nombreux paramètres sont à changer pour retrouver durablement la santé ou ton poids de forme : adopter l’alimentation physiologique, la gestion du stress (voir : comment le stress actuel impacte notre santé et la composante psychique de toutes les maladies), une hygiène de vie optimale, des pratiques de santé quotidiennes (voir par exemple : les compresses d’huile de ricin) ainsi que des mesures de renforcement de l’organisme (voir par exemple : renforcement par le froid), le tout très individualisé en fonction de ton état de santé général et SURTOUT actualisé au jour le jour en fonction des réponses de ton organisme. 

Il est de ma responsabilité professionnelle de te prévenir qu’afin d’éviter certaines catastrophes (voir : ma transition), tu peux avoir besoin de te faire suivre par un coach de santé (ou coach de régénération) qui évaluera ton état de santé général en fonction de l’état de santé de tes systèmes immunitaire, nerveux, endocrinien, circulatoire, digestif, de ton poids rapporté à ta taille, de ton âge, de l’histoire de ta maladie, de ton histoire médicamenteuse, de ta génétique, et de nombreux autres facteurs. 

Tu peux également avoir besoin de te faire suivre par un psychologue pour venir à bout de ton stress. De plus les éliminations provoquées par ces changements d’alimentation et ces pratiques de santé, risquent de faire remonter des sentiments dépressifs pouvant aller jusqu’à des idées noires. Il est conseillé de se faire suivre par un psychologue, d’autant que de plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques consultations par an chez un psychologue. L’idéal serait que ce psychologue soit très au fait de ces pratiques de santé et du mode de vie physiologique.

Je suis psychologue clinicienne, hygiéniste, coach de santé et de régénération et propose notamment des consultations par SKYPE ou téléphone.

De plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques séances de psychologues, renseignes toi auprès de ta mutuelle, je peux envoyer des reçus.

Pour connaitre mon parcours, voir : 

Qui suis-je

Si tu souhaites davantage de renseignements, n’hésite pas à me contacter à l’adresse suivante : 

osersavie66@gmail.com

ou au 06 87 20 54 58

Et si on ne supporte pas les fruits ?

ATTENTION : avant de lire cet article, je t’invite à relire ma page d’accueil  en suivant le lien suivant :

ça va mieux en le disant

Pour garder notre santé physique et psychique et/ou notre poids de forme ou les retrouver durablement (voir : pourquoi on grossit et comment prendre du poids), il nous faut respecter les lois du vivant et notamment adopter une alimentation physiologique.

On me dit parfois : « Je ne supporte pas les fruits, ça me fait gonfler le ventre, ça me donne des gaz, de la diarrhée, etc… », pourtant nous pouvons tous bénéficier des formidables vertus santé des fruits, il suffit à ceux d’entre nous qui présentent une inflammation des intestins de prendre, pour un temps, certaines précautions.

Pour qui a les intestins fragiles, le fruit en dessert est une aberration. 

Les fruits ne devraient pas séjourner dans l’estomac, mais simplement y passer, ils sont digérés dans la bouche par l’amylase salivaire puis dans le duodénum, à la sortie de l’estomac par l’amylase pancréatique

S’ils sont ingérés en même temps ou après d’autres classes d’aliments (oléagineux, céréales, légumineuses, produits animaux, etc…), ils se retrouvent piégés dans l’estomac et fermentent.

Ces produits de fermentation peuvent être irritants pour les intestins enflammés de certains anciens (ou actuels) « normo-mangeurs », bien souvent il s’agit de personnes en état de fatigue chronique ou d’épuisement généralisé

C’est cette fermentation qui risque de provoquer, chez ce type de personnes, ballonnements et flatulences.

Il suffit, si nos intestins sont fragilisés, de déguster nos fruits en dehors des repas ou avant les repas, et pourquoi ne pas essayer carrément un repas de fruits, ponctuellement ou une fois de temps en temps ? Le matin au petit déjeuner, par exemple, puisque les fruits se mangent à jeun. Ou bien le soir, à condition que le repas précédent soit déjà digéré, un repas de fruits est bien plus digeste qu’un dîner classique.

Un de mes trucs pour ceux qui font quotidiennement et toute l’année des repas de fruits : boire au même repas : soit l’eau d’une coco fraiche, soit de l’eau de mer microfiltrée diluée au tiers dans de l’eau de source, soit un jus frais de légumes maison, ou bien manger des algues entières séchées de qualité crue, cela afin d’apporter des minéraux à ses dents qui risqueraient à la longue de se voir déminéralisées par les sorties de toxines acides par la muqueuse buccale (dues à la détoxination induite par les fruits).

Les fruits sont détoxifiants, ingérés en trop grande quantité lors d’une transition alimentaire trop rapide vers le cru, sur un organisme épuisé, ils peuvent provoquer des « chasses » qu’on ne devrait pas redouter, en effet, elles sont bienvenues, puisqu’elles procèdent à l’expulsion de vieilles matières. 

Ces « chasses » sont souvent confondues avec des diarrhées, pourtant elles n’en n’ont pas le caractère incontrôlable. Elles consistent en l’expulsion rapide de grandes quantités de matières liquides ou semi-liquides, vous débarrassant au passage de grosses quantités de toxines et vous permettant, au fur et à mesure du nettoyage de votre organisme ainsi réalisé, de mieux supporter les fruits et par là même de mieux bénéficier de toutes leurs vertus santé.

A chacun de déterminer, si besoin avec l’aide d’un professionnel bien au fait de l’action des fruits sur l’organisme, la quantité de fruits qui lui convient à un moment donné pour que la détox se passe tout en douceur.

Bien sûr, en fonction de ton état de santé il pourra être nécessaire d’adopter en parallèle de l’introduction de fruits crus dans ton régime alimentaire certaines pratiques de santé bien ciblées permettant de te débarrasser de l’accumulation de déchets présents dans ton organisme et qui entravent le fonctionnement de tes organes et notamment de tes intestins.

Les fruits sont magiques, ils nous détoxifient en nous régalant, ne nous en privons pas !

ATTENTION, de nombreux paramètres sont à changer pour retrouver durablement la santé ou ton poids de forme : adopter l’alimentation physiologique, la gestion du stress (voir : comment le stress actuel impacte notre santé et la composante psychique de toutes les maladies), une hygiène de vie optimale, des pratiques de santé quotidiennes (voir par exemple : les compresses d’huile de ricin) ainsi que des mesures de renforcement de l’organisme (voir par exemple : renforcement par le froid), le tout très individualisé en fonction de ton état de santé général et SURTOUT actualisé au jour le jour en fonction des réponses de ton organisme. 

Il est de ma responsabilité professionnelle de te prévenir qu’afin d’éviter certaines catastrophes (voir : ma transition), tu peux avoir besoin de te faire suivre par un coach de santé (ou coach de régénération) qui évaluera ton état de santé général en fonction de l’état de santé de tes systèmes immunitaire, nerveux, endocrinien, circulatoire, digestif, de ton poids rapporté à ta taille, de ton âge, de l’histoire de ta maladie, de ton histoire médicamenteuse, de ta génétique, et de nombreux autres facteurs. 

Tu peux également avoir besoin de te faire suivre par un psychologue pour venir à bout de ton stress. De plus les éliminations provoquées par ces changements d’alimentation et ces pratiques de santé, risquent de faire remonter des sentiments dépressifs pouvant aller jusqu’à des idées noires. Il est conseillé de se faire suivre par un psychologue, d’autant que de plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques consultations par an chez un psychologue. L’idéal serait que ce psychologue soit très au fait de ces pratiques de santé et du mode de vie physiologique.

Je suis psychologue clinicienne, hygiéniste, coach de santé et de régénération et propose notamment des consultations par SKYPE ou téléphone.

De plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques séances de psychologues, renseignes toi auprès de ta mutuelle, je peux envoyer des reçus.

Pour connaitre mon parcours, voir : 

Qui suis-je

Si tu souhaites davantage de renseignements, n’hésite pas à me contacter à l’adresse suivante : 

osersavie66@gmail.com

ou au 06 87 20 54 58

Troubles psy

ATTENTION : avant de lire cet article, je t’invite à relire ma page d’accueil  en suivant le lien suivant :

ça va mieux en le disant

Pour garder notre santé physique et psychique et/ou notre poids de forme ou les retrouver durablement (voir : pourquoi on grossit et comment prendre du poids), il nous faut respecter les lois du vivant.

En tant que psychologue clinicienne, j’ai longtemps suivi des patients atteints de dépression, d’anxiété, de toutes sortes de névroses et psychoses et de troubles du spectre autistique. Sans aller jusque-là, nous sommes nombreux à être soumis à un stress chronique dévastateur.

Il y a quelques années, mon seul outil pour aider ces personnes était la psychothérapie. Depuis que j’ai découvert le pouvoir de l’alimentation, des pratiques de santé (voir par exemple le bain dérivatif) et du renforcement de l’organisme (voir par exemple : bain de glace) sur nos intestins et donc états émotionnels, je suis beaucoup plus efficace dans l’aide que je peux leur apporter. 

Bien sûr le suivi psychologique reste bien souvent nécessaire, mais l’outil alimentation notamment, accélère de façon très importante le retour vers la santé psychique.

Mon questionnement par rapport à l’effet de l’alimentation sur nos pathologies psychiques ou même sur nos états émotionnels ne date pas d’hier. 

J’ai, en effet, exercé dans ma vie de nombreuses professions dont celle d’enseignante spécialisée pour les enfants et adolescents présentant des troubles psychiques importants. A cette époque je travaillais en hôpital psychiatrique pudiquement nommé hôpital spécialisé.

N’étant pas personnel médical ni para médical, je recevais les confidences des parents d’enfants et d’adolescents diagnostiqués autistes et fréquentant l’hôpital de semaine et de nuit (c’est-à-dire l’internat) qu’ils quittaient uniquement le week-end et pendant les vacances où ils retournaient dans leurs familles.

Combien de fois, à, la rentrée de septembre, n’ai-je entendu le même récit de la part de mamans émerveillées. 

Elles me racontaient que suivant certaines de leurs lectures, ou simplement des conseils d’autres parents d’enfants autistes, elles avaient soigneusement évité de donner à manger à leur enfant tous les aliments contenant du gluten pendant toutes les vacances, ou pour d’autres tous les aliments contenant du gluten et du lait ou d’autres encore avaient éliminé des menus de leur enfant également le sucre, et toutes, sans exception, me rapportait que cet enfant que je connaissais « en crise » au moins 2 ou 3 fois par jour, cet enfant que toutes les infirmières psychiatriques aidées de leur dévouement sans bornes ne parvenaient que difficilement à contenir, n’avait pas « crisé » une seule fois de toutes les vacances…

Ces mamans me racontaient cela à moi « l’instit » parce que tous les psys à qui elles tentaient de raconter cet événement depuis des années ne les avaient jamais prises au sérieux.

N’étant pour ma part enfermée dans aucune doctrine, bien que déjà en analyse depuis longtemps à l’époque, cette profession d’enseignante spécialisée étant déjà mon troisième métier alors que je n’avais pas encore 40 ans, ces témoignages m’avaient tellement bouleversée que j’ai commencé à me documenter sur la question.

Au fil des années, d’articles (encore très rares à l’époque) en ouvranourrir

ges et de témoignages vidéo en reportages, je me suis fait peu à peu mon idée. Cela a guidé mon cheminement vers un intérêt croissant pour le contenu de nos assiettes.

En effet, comment peut-on considérer le cerveau comme indépendant du reste de l’organisme ? N’est-il pas fait de cellules qui ont toutes les mêmes besoins quel que soit l’organe auquel elles appartiennent ?

Une cellule a besoin pour fonctionner correctement de se nourrir de sucres simples (les sucres des fruits) et d’éliminer ses toxines dans un milieu extra cellulaire qui n’en soit pas déjà lui-même saturé.

Et tout comme les vaches ne seraient jamais devenues folles si on n’avait pas nourri de farines animales ces herbivores, nos enfants ne deviendraient pas aujourd’hui massivement autistes ou schizophrènes ou dépressifs si on les nourrissait correctement.

Pour enrayer ces épidémies d’autisme, de dépression, d’anxiété, de psychoses de toutes sortes comme la schizophrénie, la paranoïa ou même la génération spontanée actuelle de pervers narcissiques, revenons au régime alimentaire originel de l’homme ou au moins augmentons très largement la part de fruits et légumes dans nos assiettes et dans celles de nos enfants.

Je ne parle pas là de solution magique, mais d’un outil extrêmement puissant et sans effets secondaires permettant de potentialiser de façon extraordinaire tous les autres modes de thérapies… 

En se régalant de fruits, légumes, noix et graines !

ATTENTION, de nombreux paramètres sont à changer pour retrouver durablement la santé ou ton poids de forme : adopter l’alimentation physiologique, la gestion du stress (voir : comment le stress actuel impacte notre santé et la composante psychique de toutes les maladies), une hygiène de vie optimale, des pratiques de santé quotidiennes (voir par exemple : les compresses d’huile de ricin) ainsi que des mesures de renforcement de l’organisme (voir par exemple : renforcement par le froid), le tout très individualisé en fonction de ton état de santé général et SURTOUT actualisé au jour le jour en fonction des réponses de ton organisme. 

Il est de ma responsabilité professionnelle de te prévenir qu’afin d’éviter certaines catastrophes (voir : ma transition), tu peux avoir besoin de te faire suivre par un coach de santé (ou coach de régénération) qui évaluera ton état de santé général en fonction de l’état de santé de tes systèmes immunitaire, nerveux, endocrinien, circulatoire, digestif, de ton poids rapporté à ta taille, de ton âge, de l’histoire de ta maladie, de ton histoire médicamenteuse, de ta génétique, et de nombreux autres facteurs. 

Tu peux également avoir besoin de te faire suivre par un psychologue pour venir à bout de ton stress. De plus les éliminations provoquées par ces changements d’alimentation et ces pratiques de santé, risquent de faire remonter des sentiments dépressifs pouvant aller jusqu’à des idées noires. Il est conseillé de se faire suivre par un psychologue, d’autant que de plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques consultations par an chez un psychologue. L’idéal serait que ce psychologue soit très au fait de ces pratiques de santé et du mode de vie physiologique.

Je suis psychologue clinicienne, hygiéniste, coach de santé et de régénération et propose notamment des consultations par SKYPE ou téléphone.

De plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques séances de psychologues, renseignes toi auprès de ta mutuelle, je peux envoyer des reçus.

Pour connaitre mon parcours, voir : 

Qui suis-je

Si tu souhaites davantage de renseignements, n’hésite pas à me contacter à l’adresse suivante : 

osersavie66@gmail.com

ou au 06 87 20 54 58

S’inscrire dans la durée

ATTENTION : avant de lire cet article, je t’invite à relire ma page d’accueil  en suivant le lien suivant :

ça va mieux en le disant

Pour garder notre santé physique et psychique et/ou notre poids de forme ou les retrouver durablement (voir : pourquoi on grossit et comment prendre du poids), il nous faut respecter les lois du vivant. Et il est nécessaire de tenir sur le long terme, tant pour ce qui est du régime alimentaire, des pratiques de santé, etc, que sur le plan psychique, s’inscrire dans la durée.

S’inscrire dans la durée, signifie garder le cap par vents et marées parce qu’on garde confiance. La confiance interne se construit par la compréhension des phénomènes du vivant. Contrairement en la confiance aveugle, religieuse, la confiance interne est une confiance éclairée qui prend appui sur une compréhension dans le détail des phénomènes dont notre organisme ou notre psychisme sont le siège. 

Même si ta « maladie » s’est déclarée hier, elle était en préparation depuis des décennies. Concernant les enfants ou les bébés, leur maladie était en germe dans l’organisme de leurs parents. Lors de la naissance par voie basse, le bébé ingère la flore vaginale de sa mère qui va aller coloniser ses intestins pour former son microbiote intestinal. Si le bébé nait par césarienne, son microbiote sera très pauvre, il se formera à partir des germes de l’air ambiant.

Nous avons vu dans de précédents articles que notre état de santé dépend de la variété et de la quantité de notre microbiote.

Il ne faut pas imaginer se débarrasser en 2 ou 3 semaines ni même parfois en 6 ou 7 mois d’un trouble qui a mis des décennies à s’installer. Parfois des années de détox et de régénération seront nécessaires.

C’est pourquoi j’accueille toujours avec plaisir vos questions visant à mieux comprendre ces phénomènes, c’est pourquoi je continue à expliquer le plus clairement possible dans mes articles le fruit de mes 15 ans de recherches sur les rapports entre santé et mode de vie. 

C’est pourquoi lors des suivis, je fais en sorte que tu sois le plus rapidement possible totalement autonome par la compréhension de la physiologie de ton organisme.

Je vous remercie tous de bien vouloir poser vos questions en commentaire de mes articles ou en commentaires FB et non en MP ou par mails parce que cela permettra à tout le monde de profiter de la réponse et m’évitera de répondre vingt fois la même chose à vingt personnes différentes en privé.

S’inscrire dans la durée, c’est avoir confiance en la vie en nous, avoir confiance dans le fait que notre organisme est autoréparant, certes, mais c’est également avoir confiance en l’Univers qui nous propose de trouver et de rejoindre notre chemin de vie pour goûter au plaisir de la réalisation de soi et pour être en mesure de faire aux autres le cadeau de qui on est. 

Nous avons tous une compétence, une capacité, une attirance pour quelque chose et nous avons tous, au fond de nous, plus ou moins enfoui, le désir profond d’être utile aux autres. 

Mais la vie est telle que notre priorité n’est pas forcément de trouver notre voie d’épanouissement

La condition humaine est telle que notre priorité immédiate est bien souvent matérielle, et en effet, si on ne pallie pas aux besoins de notre organisme, à ceux de notre famille, nous ne pourrons pas accéder à l’épanouissement de nos qualités.

ATTENTION, de nombreux paramètres sont à changer pour retrouver durablement la santé ou ton poids de forme : adopter l’alimentation physiologique, la gestion du stress (voir : comment le stress actuel impacte notre santé et la composante psychique de toutes les maladies), une hygiène de vie optimale, des pratiques de santé quotidiennes (voir par exemple : les compresses d’huile de ricin) ainsi que des mesures de renforcement de l’organisme (voir par exemple : renforcement par le froid), le tout très individualisé en fonction de ton état de santé général et SURTOUT actualisé au jour le jour en fonction des réponses de ton organisme. 

Il est de ma responsabilité professionnelle de te prévenir qu’afin d’éviter certaines catastrophes (voir : ma transition), tu peux avoir besoin de te faire suivre par un coach de santé (ou coach de régénération) qui évaluera ton état de santé général en fonction de l’état de santé de tes systèmes immunitaire, nerveux, endocrinien, circulatoire, digestif, de ton poids rapporté à ta taille, de ton âge, de l’histoire de ta maladie, de ton histoire médicamenteuse, de ta génétique, et de nombreux autres facteurs. 

Tu peux également avoir besoin de te faire suivre par un psychologue pour venir à bout de ton stress. De plus les éliminations provoquées par ces changements d’alimentation et ces pratiques de santé, risquent de faire remonter des sentiments dépressifs pouvant aller jusqu’à des idées noires. Il est conseillé de se faire suivre par un psychologue, d’autant que de plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques consultations par an chez un psychologue. L’idéal serait que ce psychologue soit très au fait de ces pratiques de santé et du mode de vie physiologique.

Je suis psychologue clinicienne, hygiéniste, coach de santé et de régénération et propose notamment des consultations par SKYPE ou téléphone.

De plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques séances de psychologues, renseignes toi auprès de ta mutuelle, je peux envoyer des reçus.

Pour connaitre mon parcours, voir : 

Qui suis-je

Si tu souhaites davantage de renseignements, n’hésite pas à me contacter à l’adresse suivante : 

osersavie66@gmail.com

ou au 06 87 20 54 58

Edito du 15 août 2020

ATTENTION : avant de lire cet article, je t’invite à relire ma page d’accueil  en suivant le lien suivant :

ça va mieux en le disant

En fin d’article, une vidéo d’un peu plus de 5 minutes.

Aujourd’hui c’est mon anniversaire. J’ai 59 ans

Dans mes précédents éditos d’anniversaire j’ai beaucoup parlé de mon état d’esprit (voir par exemple l’édito du 15 août 2019), jamais de mon physique, alors nous y voilà !

Le peintre Edgar Degas a dit : « A partir de quarante ans, on a la gueule qu’on mérite ». 

Même si les peintres sont de grands observateurs, je n’ai jamais compris ce qui pouvait justifier cette affirmation jusqu’à il y a peu…

Nous avons tous reçu une donne différente, tout le monde ne naît pas avec le physique de Julia Roberts ou de Georges Clooney, mais chacun peut tirer le meilleur parti de sa donne de départ… ou pas. 

Il suffit de brûler la chandelle par les deux bouts, de boire et/ou de fumer un peu trop et/ou de vivre une vie d’excès pour vieillir par exemple comme Brigitte Bardot.

Mais on peut aussi tirer le meilleur parti de son capital de départ.

Tout d’abord, qu’est-ce qu’une belle gueule ou une bonne gueule ? Pour moi quelqu’un de beau est une personne au visage et au physique harmonieux, quelqu’un qui a une bonne tête, quelqu’un d’authentique, pas la beauté plastique figée sur papier glacé, plutôt une émanation de la personne, un certain charme.

Sont exclus, bien sûr, tous les artifices : maquillage, colorations capillaires, soutifs push up ou pas, collants ventre plat, chirurgie ou médecine esthétique, moumoutes, autobronzants ou cabines d’UV pour les hommes, etc. 

Ainsi une belle brune sera plus attirante qu’une fausse blonde, une Jane Birkin plus belle qu’une Pamela Anderson aux implants mammaires disproportionnés, un beau chauve plus agréable à regarder qu’un complexé avec mèche à la Giscard ou comme c’est la mode actuellement une boule à zéro censée servir de camouflage, une femme aux cheveux gris plus jolie qu’une femme aux cheveux trop rouges ou trop foncés pour son teint ou aux racines blanches…

Beauté naturelle rime bien souvent avec bonne santé physique, psychique et émotionnelle ainsi que poids de forme maintenu sans artifice ni effort.

Sujet casse gueule s’il en est, vu la tronche que je me trimballe depuis ma transition alimentaire et de mode de vie ainsi que ma transition cheveux blancs…

A quarante-cinq ans, j’en paraissais 15 de moins aux dires de ceux qui me côtoyaient à l’époque (avec un peu d’anticernes et de rose à joues certes, mais sans chirurgie ni médecine esthétique, avec soutif et colorations capillaires quelques tons plus clairs que ma couleur naturelle, comme la plupart des femmes).

Du temps de Degas, une femme de 40 ans était une vieille femme, je crois que pour rafraichir sa citation qui date tout de même du XIXème siècle, on pourrait aujourd’hui l’énoncer ainsi : 

« A partir de 60 ans on a la gueule qu’on mérite ».

Ouf ! J’ai 59 ans aujourd’hui, il me reste donc un an jour pour jour pour obtenir la gueule que je pense mériter. 

Chiche ! Rendez-vous est pris.

Question physique ça va je suis mince, menue même, j’ai gardé ma silhouette de 20 ans, je pèse le même poids depuis que j’ai atteint ma taille adulte, jamais été très musclée (surtout des bras) je le concède, mais mon exercice physique quotidien consiste essentiellement à marcher et à monter des escaliers. Donc de ce côté-là, tenter peut-être de soulever des charges lourdes au quotidien, à voir…

 Sans soutif, ma silhouette est moins flatteuse, mais une alimentation physiologique devrait empêcher ma poitrine de succomber davantage à l’appel de la pesanteur avec le temps. L’absence de contention devrait aider à développer le « soutien-gorge naturel » puisque toute fonction à laquelle on pallie s’atrophie. Après tout ça fait à peine trois ou quatre ans que je ne porte plus de soutif.

Donc continuer d’éviter le soutif et faire le moins d’écart possible à mon régime alimentaire actuel, fastoche !

C’est plus au niveau de l’épuisement que j’ai à travailler. Jusqu’à présent, ça n’a jamais été pour moi le moment de m’occuper de mon état d’épuisement.

En épuisement généralisé depuis mon enfance difficile, surmenée tout au long de ma vie, stressée par des événements de vie plus récents, depuis que je n’ai plus à faire illusion au travail, je ne mets plus de soutif (voir : jette ton soutif) ni ne me maquille ni ne me colore les cheveux, comme vu précédemment. 

Sans ces artifices, mon épuisement se lit sur mon visage. 

Paradoxalement, c’est depuis que j’ai renoncé à mon rythme infernal que j’ai une tête de déterrée. C’est bien connu, c’est lorsqu’on s’arrête que la fatigue nous tombe dessus. 

Lorsque les enfants ont quitté le nid, lorsqu’on met fin à un travail qui ne nous convient plus, lorsqu’on quitte un conjoint avec qui ça ne va pas depuis longtemps, lorsqu’on fuit une région qu’on n’a jamais appréciée, lorsqu’on plonge à pieds joints dans l’inconnu et qu’on a enfin surmonté le plus gros des difficultés d’un nouveau départ, la fatigue qu’on tenait à distance par une hyperactivité nécessaire, nous rattrape.

Donc programme de l’année qui vient, récupérer de 59 ans d’épuisement, j’espère qu’une année y suffira !

Bref une bonne gueule, ça se mérite. 

Comment ? Par un mode de vie sain, une alimentation physiologique, quelques pratiques de santé individualisées (voir par exemple : huile de ricin ou bain dérivatif), des mesures de renforcement de l’organisme bien ciblées (voir par exemple : le froid) et la gestion du stress.  Et tout cela bien sûr réajusté au jour le jour en fonction des réaction de l’organisme.

Mais lorsqu’on est comme moi en burn out sans discontinuer depuis l’enfance, la meilleure alimentation du monde et toutes les pratiques de santé ou de renforcement de l’organisme ne peuvent pas faire de miracles. Il va falloir que je m’occupe sérieusement de mon épuisement généralisé.

Pourtant depuis ma séparation et mon divorce, depuis la fin de ma transition cheveux blancs, depuis que j’ose ma vie, je vois mes niveaux d’énergie remonter lentement et ma gueule devient un peu plus sortable sans aucun artifice, malgré l’écart avec l’apparence que j’avais lorsque j’employais de tous les artifices usuels des femmes. 

Pourquoi ne pas user d’artifices me diras-tu ? 

Le maquillage, les colorations capillaires et le soutif, par exemple, sont comme les médicaments, ils cachent le symptôme, le signal d’alarme qui te notifie qu’il y a quelque chose à réformer dans ta vie.

D’autant que j’ai érigé depuis l’enfance en système de défense une insensibilité à la douleur et un seuil de tolérance à la fatigue assez impressionnants. J’ai été hospitalisée d’urgence, en 2005, pour l’ablation de ma vésicule biliaire, je n’avais pas ressenti les douleurs pourtant considérées comme insupportables, qui auraient dû m’alerter à temps. J’étais même retournée travailler, il y a quelques années en sortant de chez mon médecin un arrêt de travail pour burn-out en poche (je pensais qu’il se trompait…) !

Alors sans tous ces artifices, au lieu d’entendre de nombreuses sources très différentes comme c’était le cas à 45 ans : « Quoi ? Tu as 45 ans ??? Mais je t’en donnais 30 !!! », aujourd’hui j’entends : « Tu as l’air épuisée, morte de fatigue, tu es malade ? Non ??? Tu es sûre ? Tu devrais faire un check-up complet. Essaie au moins de te reposer » et il m’aura fallu cela pour prendre conscience qu’en effet, je suis épuisée.

Bon, je ne vais pas me défiler devant une vidéo qui s’impose lorsqu’on parle d’apparence physique et tant pis pour les commentaires que j’entends d’ici.

ATTENTION, de nombreux paramètres sont à changer pour retrouver durablement la santé ou ton poids de forme : adopter l’alimentation physiologique, la gestion du stress (voir : comment le stress actuel impacte notre santé et la composante psychique de toutes les maladies), une hygiène de vie optimale, des pratiques de santé quotidiennes (voir par exemple : les compresses d’huile de ricin) ainsi que des mesures de renforcement de l’organisme (voir par exemple : renforcement par le froid), le tout très individualisé en fonction de ton état de santé général et SURTOUT actualisé au jour le jour en fonction des réponses de ton organisme. 

Il est de ma responsabilité professionnelle de te prévenir qu’afin d’éviter certaines catastrophes (voir : ma transition), tu peux avoir besoin de te faire suivre par un coach de santé (ou coach de régénération) qui évaluera ton état de santé général en fonction de l’état de santé de tes systèmes immunitaire, nerveux, endocrinien, circulatoire, digestif, de ton poids rapporté à ta taille, de ton âge, de l’histoire de ta maladie, de ton histoire médicamenteuse, de ta génétique, et de nombreux autres facteurs. 

Tu peux également avoir besoin de te faire suivre par un psychologue pour venir à bout de ton stress. De plus les éliminations provoquées par ces changements d’alimentation et ces pratiques de santé, risquent de faire remonter des sentiments dépressifs pouvant aller jusqu’à des idées noires. Il est conseillé de se faire suivre par un psychologue, d’autant que de plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques consultations par an chez un psychologue. L’idéal serait que ce psychologue soit très au fait de ces pratiques de santé et du mode de vie physiologique.

Je suis psychologue clinicienne, hygiéniste, coach de santé et de régénération et propose notamment des consultations par SKYPE ou téléphone.

De plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques séances de psychologues, renseignes toi auprès de ta mutuelle, je peux envoyer des reçus.

Pour connaitre mon parcours, voir : 

Qui suis-je

Si tu souhaites davantage de renseignements, n’hésite pas à me contacter à l’adresse suivante : 

osersavie66@gmail.com

ou au 06 87 20 54 58

Le lavement en pratique

ATTENTION : avant de lire cet article, je t’invite à relire ma page d’accueil  en suivant le lien suivant :

ça va mieux en le disant

Pour garder notre santé physique et psychique et/ou notre poids de forme ou les retrouver durablement (voir : pourquoi on grossit et comment prendre du poids), il nous faut respecter les lois du vivant, et notamment adopter certaines pratiques de santé dont le lavement fait partie. Le lavement permet notamment de combattre la constipation.

On m’a demandé une vidéo de lavement parce que certaines personnes éprouvent des difficultés à s’y mettre. Je vous présente donc dans cet article 4 courtes vidéos, désolée, je ne sais toujours pas faire le montage…

La première vidéo d’un peu plus de 2 min 15 a été interrompue du fait d’une fausse manip de ma part et est complétée par une deuxième vidéo de 5 min 44, ces deux vidéos présentent le lavement à l’aide d’une poche à lavement ainsi que le massage du côlon pendant le lavement.

La troisième vidéo présente le lavement à l’aide de la planche « côlon-net », elle dure 3 min 56.

La quatrième vidéo dure 2 min 57 et montre le remplissage du bidon de la planche côlon-net avec de l’eau filtrée à bonne température.

LavementPoche1

Dans cette vidéo je parle de canule anale, le terme exact est canule rectale…

LavementPoche2

LavementPlanche1

On ne voit pas bien sur la vidéo, mais la planche côlon-net repose d’un côté sur les toilettes et de l’autre sur une chaise.

LavementPlanche2

Bien sûr on peut de la même manière remplir la poche à lavement avec de l’eau filtrée.

D’autre types de lavements que le lavement à l’eau sont utilisés couramment, le lavement au jus d’herbe d’orge ou au jus d’herbe de blé ou au jus vert frais maison plus ou moins dilués à l’eau filtrée (ou encore l’injection de chlorophylle liquide dans l’eau) sont très intéressants parce qu’ils offrent un apport de chlorophylle qui nettoie bien les intestins. Par contre les lavements au café ou au café vert ne sont pas recommandés à tous en fonction de l’état de santé de chacun, il vaut mieux prendre un avis avant de les mettre en oeuvre.

Ces ajouts à l’eau du lavement se font lors du tout dernier passage, ils sont toujours précédés d’un ou plusieurs passages d’eau filtrée.

Lien pour commander le filtre à eau de douche :

https://www.biovie.fr/atelier-nature/accessoires-ecologiques/filtres-a-eau/filtre-a-douche

ATTENTION, de nombreux paramètres sont à changer pour retrouver durablement la santé ou ton poids de forme : adopter l’alimentation physiologique, la gestion du stress (voir : comment le stress actuel impacte notre santé et la composante psychique de toutes les maladies), une hygiène de vie optimale, des pratiques de santé quotidiennes (voir par exemple : les compresses d’huile de ricin) ainsi que des mesures de renforcement de l’organisme (voir par exemple : renforcement par le froid), le tout très individualisé en fonction de ton état de santé général et SURTOUT actualisé au jour le jour en fonction des réponses de ton organisme. 

Il est de ma responsabilité professionnelle de te prévenir qu’afin d’éviter certaines catastrophes (voir : ma transition), tu peux avoir besoin de te faire suivre par un coach de santé (ou coach de régénération) qui évaluera ton état de santé général en fonction de l’état de santé de tes systèmes immunitaire, nerveux, endocrinien, circulatoire, digestif, de ton poids rapporté à ta taille, de ton âge, de l’histoire de ta maladie, de ton histoire médicamenteuse, de ta génétique, et de nombreux autres facteurs. 

Tu peux également avoir besoin de te faire suivre par un psychologue pour venir à bout de ton stress. De plus les éliminations provoquées par ces changements d’alimentation et ces pratiques de santé, risquent de faire remonter des sentiments dépressifs pouvant aller jusqu’à des idées noires. Il est conseillé de se faire suivre par un psychologue, d’autant que de plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques consultations par an chez un psychologue. L’idéal serait que ce psychologue soit très au fait de ces pratiques de santé et du mode de vie physiologique.

Je suis psychologue clinicienne, hygiéniste, coach de santé et de régénération et propose notamment des consultations par SKYPE ou téléphone.

De plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques séances de psychologues, renseignes toi auprès de ta mutuelle, je peux envoyer des reçus.

Pour connaitre mon parcours, voir : 

Qui suis-je

Si tu souhaites davantage de renseignements, n’hésite pas à me contacter à l’adresse suivante : 

osersavie66@gmail.com

ou au 06 87 20 54 58

Les enzymes digestives

ATTENTION : avant de lire cet article, je t’invite à relire ma page d’accueil  en suivant le lien suivant :

ça va mieux en le disant

Pour garder notre santé physique et psychique et/ou notre poids de forme ou les retrouver durablement (voir : pourquoi on grossit et comment prendre du poids), il nous faut respecter les lois du vivant. La plupart de mes articles parlent du fonctionnement du vivant et t’expliquent comment le non respect de ces règles mène au dysfonctionnement de l’organisme.

La digestion s’effectue notamment par des réactions chimiques de dégradation visant à décomposer les grosses molécules (non assimilables) des macronutriments en leurs éléments constitutifs, c’est à dire en molécules beaucoup plus petites, les nutriments, qui eux sont assimilables. Ainsi  les sucres complexes sont décomposés (avec plus ou moins de succès) en sucres simples (voir : les céréales), les graisses en acides gras, les peptides des protéines en acides aminés (voir : les protéines).

Pour le bon déroulement de la digestion, ces réactions chimiques de dégradation doivent se faire en quelques secondes ou quelques dixièmes de secondes, elles pourraient prendre des mois sans l’action d’un catalyseur enzymatique.

« Un catalyseur enzymatique, qu’est-ce que c’est ? »

Un catalyseur est un accélérateur de réaction chimique qui agit en très petite quantité, il permet d’accélérer un processus chimique. Les catalyseurs enzymatiques (appelés aussi enzyme) semblent ne pas jouer d’autre rôle dans la réaction chimique. Chaque enzyme est spécifique d’un aliment (concernant les enzymes digestives) et d’une réaction chimique. Les enzymes sont très variées. Sans enzymes, toute vie humaine, animale ou végétale serait impossible. 

Un.e enzyme (le mot enzyme peut être féminin ou masculin) est une macromolécule qui est constituée d’une chaine d’acides aminés. Cet enchainement d’acides aminés liés par des liaisons de covalence (liaison chimique très forte) forme les protéines. Une enzyme est donc une protéine. Chaque enzyme a une forme et une fonction spécifique.

Revenons en à la digestion, les enzymes entrent en jeu dès la mise en bouche de l’aliment. 

Par exemple, si tu croques un fruit, il est important de bien le mâcher, cela permet non seulement un broyage du fruits mais aussi une bonne insalivation qui enrobe chaque tout petit morceau de fruit de salive chargée d’une enzyme, l’amylase salivaire. Tu vas avaler ensuite ta bouchée et le fruit va rester très peu de temps dans l’estomac qui n’a pas de travail particulier à effectuer sur lui. Dès que le bol alimentaire aura passé le pylore (sphincter de sortie de l’estomac), il sera aspergé par l’amylase pancréatique (et par du bicarbonate de soude pour alcaliniser le bol alimentaire acide qui sort de l’estomac) qui continuera la digestion du fruit.

Pour Jean Seignalet, qui a mis en évidence l’importance primordiale des enzymes digestives dans la santé humaine, le répertoire enzymatique de chaque individu est variable, inégal même. Ainsi, selon ta génétique ton potentiel enzymatique sera plus ou moins riche et plus ou moins adaptable à des molécules inconnues. 

Une même enzyme, suivant les conditions d’acidité (pH) dans lesquelles elle se trouve, peut inverser son action, elle peut ainsi construire ou détruire une même molécule. Par exemple, la salive est un milieu alcalin quand l’estomac, lui, est un milieu acide. Cela nous rappelle l’importance des combinaisons alimentaires. En effet, il n’est pas recommandé de manger les fruits (digérés par l’amylase en milieu alcalin), qui restent peu de temps dans l’estomac en même temps ou après les protéines qui elles sont digérées par la protéase en milieu acide (dans l’estomac). C’est pourquoi le fruit en fin de repas est une aberration, pour peu qu’on ait mangé des protéines animales (chair, œuf, laitage) ou végétales (céréales, légumineuses), il restera piégé dans l’estomac où sa digestion sera empêchée par le pH acide du milieu et où il fermentera risquant d’être à l’origine de gaz, ballonnements, douleurs, troubles du transit ou autres joyeusetés. C’est ainsi que des personnes n’ayant jamais bu une goutte d’alcool ont pu se retrouver avec une cirrhose du foie !

D’autre part, de nombreuses vitamines et oligoéléments jouent un rôle de co-enzyme, c’est-à-dire qu’ils sont nécessaires à l’action de l’enzyme, ce qui nous rappelle à quel point l’apport en ces micronutriments est important pour une digestion correcte qui ne génère pas de déchets afin de ne pas encrasser l’organisme.

Certains des acides aminés constitutifs des enzymes sont synthétisés par l’organisme et d’autres doivent être fournit par notre alimentation. De plus, notre réserve d’enzymes diminue avec l’avancée en âge à partir de 20 ans environ et lorsqu’on traverse des périodes de fatigue ou d’épuisement, la production d’enzymes est la première impactée.

Pendant des millions d’années, l’alimentation humaine était constituée de produits frais, bruts et crus auxquels nos enzymes digestives sont parfaitement adaptées. Les enzymes alimentaires, apportées par l’alimentation sont naturellement présentes dans les aliments frais, bruts et crus, ils participent au travail de digestion. Ils facilitent la digestion sans entamer ton capital d’enzymes métaboliques. C’est pourquoi il est si important de les conserver en évitant de les détruire par la cuisson car ils sont très sensibles à la chaleur.

Les fruits et légumes ainsi que le miel, contiennent leur propres enzymes, certains aliments en contiennent plus que d’autres, l’ananas, par exemple, contient une grande quantité de bromélaïne. Notre système digestif pourra bénéficier de ces enzymes à condition de consommer ces aliments frais, bruts et crus. Une graine cuite plantée dans le sol, ne donnera jamais une plante, elle est dépourvue d’enzymes (tués par la cuisson), elle est « morte ». Cela la différencie d’une graine vivante, qui une fois semée, se développera, laissera sortir un germe, puis poussera. De même, chaque aliment cuit ingéré, arrive dans l’organisme dépourvu d’enzymes, il va nécessiter une production d’enzymes digestifs pour combler ce manque.

En cas de manque d’enzymes (ou de co-enzymes), certains aliments ne seront pas complètement digérés. Ces fragments d’aliments non digérés stagneront dans l’intestin, attirant une flore de putréfaction, la multiplication des candidas et de fait la fragilisation de la barrière intestinale.

Or, l’alimentation moderne, instaurée depuis la sédentarisation et l’avènement de l’agriculture, a connu au XXème siècle plus de changements que ces 5000 dernières années. La proportion de substances « incassables » par les enzymes lors de la digestion s’est multipliée, notamment dans l’alimentation industrielle. 

La morale de cet article :

Nous avons le pouvoir de réduire considérablement la quantité de déchets présente dans notre organisme en augmentant beaucoup la part d’aliments frais, cru et bruts dans notre alimentation.

ATTENTION, de nombreux paramètres sont à changer pour retrouver durablement la santé ou ton poids de forme : adopter l’alimentation physiologique, la gestion du stress (voir : comment le stress actuel impacte notre santé et la composante psychique de toutes les maladies), une hygiène de vie optimale, des pratiques de santé quotidiennes (voir par exemple : les compresses d’huile de ricin) ainsi que des mesures de renforcement de l’organisme (voir par exemple : renforcement par le froid), le tout très individualisé en fonction de ton état de santé général et SURTOUT actualisé au jour le jour en fonction des réponses de ton organisme. 

Il est de ma responsabilité professionnelle de te prévenir qu’afin d’éviter certaines catastrophes (voir : ma transition), tu peux avoir besoin de te faire suivre par un coach de santé (ou coach de régénération) qui évaluera ton état de santé général en fonction de l’état de santé de tes systèmes immunitaire, nerveux, endocrinien, circulatoire, digestif, de ton poids rapporté à ta taille, de ton âge, de l’histoire de ta maladie, de ton histoire médicamenteuse, de ta génétique, et de nombreux autres facteurs. 

Tu peux également avoir besoin de te faire suivre par un psychologue pour venir à bout de ton stress. De plus les éliminations provoquées par ces changements d’alimentation et ces pratiques de santé, risquent de faire remonter des sentiments dépressifs pouvant aller jusqu’à des idées noires. Il est conseillé de se faire suivre par un psychologue, d’autant que de plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques consultations par an chez un psychologue. L’idéal serait que ce psychologue soit très au fait de ces pratiques de santé et du mode de vie physiologique.

Je suis psychologue clinicienne, hygiéniste, coach de santé et de régénération et propose notamment des consultations par SKYPE ou téléphone.

De plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques séances de psychologues, renseignes toi auprès de ta mutuelle, je peux envoyer des reçus.

Pour connaitre mon parcours, voir : 

Qui suis-je

Si tu souhaites davantage de renseignements, n’hésite pas à me contacter à l’adresse suivante : 

osersavie66@gmail.com

ou au 06 87 20 54 58

Le gluten

ATTENTION : avant de lire cet article, je t’invite à relire ma page d’accueil  en suivant le lien suivant :

ça va mieux en le disant

Ayant parlé du gluten dans de nombreux articles, je regroupe ici et réorganise des fragments de certains de mes articles afin d’obtenir une vision d’ensemble de l’action du gluten sur l’organisme.

Comme on l’a vu dans de précédents articles : toutes les maladies physiques ou psychiques partent de l’intestin, et la régulation de notre poids dépend, elle aussi, de l’état de nos intestins. Le gluten détériore notre barrière intestinale.

« Alors quel est l’effet du gluten sur l’organisme humain ? »

Le gluten du blé (mais aussi de nombreuses autres céréales) se dépose sur les parois de l’intestin et y adhère comme de la glue, entravant à ces endroits-là tout travail d’assimilation. Si ces endroits englués se multiplient jusqu’à devenir très nombreux, la portion encore fonctionnelle de l’intestin diminue, réduisant ainsi la capacité d’assimilation de l’organisme, de ce fait la personne aura toutes les difficultés du monde à assimiler ce qu’elle ingère, cad à nourrir son organisme, et par voie de conséquence à prendre du poids. Elle devra manger énormément et de ce fait épuiser son organisme à digérer de grosses quantités d’aliments et dépenser beaucoup d’argent en alimentation si elle mange bio.

Sans vouloir te faire peur, mais juste pour te donner une idée de la quantité de déchets présents dans ton intestin,

Quelques photos des dépôts décollés des parois intestinales qui peuvent sortir lors d’un lavement :

Nettoyage intestinal : le nettoyage profond qui déchaîne les passions

En général cette atteinte de la fonction d’absorption de l’intestin se complique d’une porosité intestinale

Les dépôts collés attirent des champignons, les candidas, qui se multiplient et se transforment en levures qui attaquent les jonctions serrées de la paroi intestinale qui n’est faite que d’une mince couche de cellules, cela autorise des molécules non complètement digérées, parce que notre organisme n’est pas fait pour les digérer (protéines du lait, longues chaînes de sucres complexes des céréales, additifs des aliments industriels, pesticides, fongicides, etc… Voir : Les poisons majeurs), comme décrit notamment dans les modes de cuisson, à passer indûment la barrière intestinale pour se retrouver dans l’organisme et y développer des pathologies variables en fonction des molécules qui sont passées, de la génétique de l’individu concerné, et de nombreux autres facteurs pas forcément tous connus.

C’est ce qui explique la plupart des pathologies humaines (mais aussi de nos animaux de compagnie qu’on nourrit aussi mal que nous).

Mais le stress lui aussi joue un rôle important dans la santé intestinale. Il est souvent nécessaire de déterminer d’où vient notre stress (vie professionnelle, relations humaines toxiques au quotidien, fatigue chronique, etc…), de tenter de baisser les niveaux de stress et dans la mesure où on ne peut pas éliminer toutes les sources de stress, d’apprendre à le gérer.

Il est absolument nécessaire de se débarrasser des résidus collés sur la paroi intestinale (dont on parlera plus loin dans cet article) non seulement parce qu’ils empêchent l’absorption des nutriments et l’élimination des déchets, entravant l’intestin dans sa fonction digestive, mais également parce qu’ils empêchent l’intestin de remplir correctement son rôle de barrière immunitaire, nous conduisant lentement mais sûrement à l’orée de la cinquantaine vers toute sorte de maladies chroniques handicapantes.

En effet, l’intestin est la première barrière de défense de l’organisme, il est le siège de l‘immunité mucosale et joue un rôle de défense immunitaire (voir : microbes et microbiote) très important. La muqueuse de tout l’appareil digestif est un interface entre le milieu extérieur et le milieu intérieur. Tant que le morceau de pomme que tu as avalé n’a pas passé la barrière filtrante de la muqueuse intestinale, il est toujours dans le milieu extérieur.

« Comment ça ? »

Eh bien, l’intérieur du tube digestif communique avec l’extérieur par la bouche et par l’anus, tu as sûrement déjà vu certains composants non digestibles ressortir intacts, non ? Moi, l’été dernier je me nourrissais (et me régalais) de pastèques en avalant tous les pépins que je croquais pour la plupart, j’adore ! Eh bien une partie de ces pépins, ceux que je n’avais pas croqués mais gobés, ressortait comme elle était entrée, intacte.

Je vais faire un parallèle un peu osé, un de mes enfants me disait qu’en informatique, tant qu’on n’a pas enregistré, on n’a rien gagné ni rien perdu, avec l’appareil digestif, c’est pareil, tant que ton morceau de pomme n’a pas passé la barrière intestinale, il ne fait pas encore partie de ton organisme.

« Sauf s’il s’est collé sur les parois de l’intestin… »

S’il est collé sur la paroi de l’intestin,  il n’est pas entré dans l’organisme et il y aura encore moyen de l’éliminer par les méthodes dont je parle dans d’autres articles, mais un morceau de pomme ne se collera pas sur les parois de l’intestin. Ce sont les glues qui collent et notamment le gluten (c’est une protéine constitutive du blé, entre autre), c’est pour ça que j’ai arrêté le pain même si j’adore ça.

Mais il n’est pas facile d’arrêter sa consommation de pain du fait de l’accoutumance et dépendance que provoque le gluten (et les laitages) comme à une drogue puisque le gluten (et la caséine du lait) sont partiellement décomposés dans l’organisme en substances appelées peptides opioïdes, qui ont une structure chimique semblable à la morphine.

« Pourtant ma grand mère a toujours mangé du pain en grande quantité, c’était même la base de son alimentation et elle a vécu très âgée et en pleine forme »

Oui, avant les années 50, le blé n’était pas le même que celui d’aujourd’hui. Depuis, on a fait muter la protéine de blé pour l’enrichir le plus possible en gluten afin que la pâte à pain puisse être pétrie mécaniquement, pour qu’elle s’étire dans la machine au lieu de se casser. Le génome de l’ancêtre du blé comprend 7 paires de chromosomes quand le blé actuel en possède jusqu’à 21 paires.

Comme pour tout, c’est un impératif de rentabilité qui a prévalu, on ne s’est pas soucié des incidences sur la santé humaine qu’auraient ces mutations (d’autant qu’elles surviennent tard avec l’effet d’accumulation, donc personne ne fait le lien…) et malheureusement le blé ainsi muté n’est pas un poison foudroyant, auquel cas après un ou deux morts, personne n’y toucherait plus même s’il a bon goût, non, c’est un poison à très long terme qui ne tue pas mais détruit la santé lentement mais inéluctablement. 

Et puis on a des organismes de plus en plus affaiblis à chaque génération à cause de nos conditions de vie et d’alimentation. Ta grand-mère n’avait pas été élevée aux pesticides (qui attaquent notre immunité intestinale, voir : microbes et microbiote) et au stress actuel.

« Moi je digère très bien le pain »

Quand tu fumes ta première cigarette, tu tousses, tu craches, tu as les yeux qui pleurent, ton corps se défend contre ce poison, puis avec le temps, tu peux fumer un paquet par jour sans présenter aucun symptôme, on dit qu’il y a eu tolérance, ça ne t’empêchera pas de développer un cancer des poumons ou de la gorge quelques trente ou quarante ans plus tard. C’est pareil avec le gluten et même avec tous les poisons que tu ingères à petites doses au début (c’est le principe de la mithridatisation ou de la désensibilisation à un allergène).

« La désensibilisation, je vois ce que c’est, mais la mithridatisation ? »

C’est le roi Mithridate (en Turquie) qui a donné son nom à un processus : Alors qu’il est jeune et accède au pouvoir, il fait l’objet de plusieurs tentatives d’assassinat. De là lui vient l’idée de s’immuniser contre tout poison. Il ingère donc des doses croissantes d’un produit toxique afin d’acquérir une insensibilité ou une résistance vis à vis de celui-ci, et ça marche !

« Mais je n’ai jamais fait de symptômes même la première fois où j’ai mangé du pain ».

Tu avais quel âge la première fois que tu as mangé du pain ? Un an ? Deux ans ? Tu es sûre que tu n’as pas eu la gorge qui pique ou les yeux qui pleurent ou le nez qui coule à ce moment là ? Des plaques sur la peau, peut-être ou mal au ventre ? Tu t’en souviens ?

Depuis que j’ai arrêté le gluten, il m’arrive d’en remanger un petit peu de temps en temps en situation sociale surtt (ou qd je craque, je l’avoue, ça m’arrive encore malgré tt ce que je sais), eh bien, la nuit suivante, j’ai la gorge très sèche au point de tousser et de mal dormir, parfois même, si j’en ai mangé un peu trop, j’ai en plus les yeux qui pleurent et le nez qui coule et de ce fait je ne ferme pas l’œil de la nuit, mais c’est bon signe, cela signifie que mon organisme se défend à nouveau contre une molécule qu’il identifie à présent comme nocive.

Mais le gluten n’est pas seul en cause, notre organisme n’est pas adapté à la quantité de céréales que nous mangeons, nous pourrions à la rigueur en tolérer de très très petites quantités, mais nous n’avons pas de jabot pour pré-digérer ces graines de céréales (voir : Les céréales).

« Non, mais c’est la cuisson qui fournit ce travail de pré-digestion »

Pas du tout, la cuisson (voir : Les modes de cuisson) permet de ramollir les céréales afin que nous puissions les mâcher, les avaler et tenter de les digérer. De plus en ingérant toutes ces céréales, nous transformons notre foie en foie gras, comme l’ont constaté nombre de médecins légistes. Donc désencrasser nos intestins est une priorité, mais à condition de changer nos habitudes alimentaires, sinon le gain sera très minime.

« Tu dis que toutes les maladies partent de la porosité intestinale induite par le gluten, tu peux expliquer comment ? »

Toutes les substances qui passent la barrière intestinale poreuse alors qu’elles auraient dû être éliminées dans les selles si cette barrière était intacte sont considérées comme des déchets. Tout ce dont l’organisme ne sait que faire est considéré comme un déchet, s’il ne parvient pas à l’éliminer par les émonctoires (voir : Les émonctoires), il va tenter :

-soit de diluer ce qu’il considère alors comme un poison en retenant de l’eau (c’est un mécanisme d’urgence), tu feras alors de l’oedème et auras les jambes (ou toute autre partie du corps) qui gonflent ,

-soit il va enrober ces résidus acides (voir : aliments acidifiants ou alcalinisants) donc toxiques pour l’organisme par une couche de graisse qu’il déposera à un endroit ou un autre de ton corps selon que tu es un homme ou une femme ou selon ton hérédité (il y a celles qui prennent des fesses et des cuisses et celles qui prennent des seins et des joues par exemple ou encore celles qui prennent harmonieusement de partout),

-soit il va enkyster ces résidus acides et en fonction de ton hérédité, ces kystes iront se loger à tel ou tel endroit de ton corps avec les risques de cancérisation qui s’ensuivent,

-soit il va tamponner ces résidus acides pour pouvoir les éliminer sans brûler les émonctoires, avec des minéraux qu’il va puiser dans les tissus de l’organisme (peau, cheveux, dent, os, tissus de soutien, etc…), d’où, carie dentaire, ostéoporose, peau sèche, chute de cheveux, hernies, etc…


-soit enfin, ces résidus acides vont aller se déposer dans tes articulations, « bouffant » littéralement tes cartilages provoquant arthrose déformante ou pas ou spondylarthrite ankylosante par exemple, ou bien vont déformer tes os (Hallux valgus au niveau du gros orteil, ou scoliose ou toute attaque de la colonne vertébrale par exemple), ou d’autres désordres plus importants encore, parfois au niveau même des intestins (recto colite hémorragique, maladie de Crohn, etc…), ou dans toute autre partie du corps en fonction de tes prédispositions.

Mais le plus fréquemment, l’organisme se défend par une combinaison de toutes ces solutions dans des proportions qui varient d’une personne à l’autre, ça n’est pas parce que tu grossis que tu ne développeras pas de maladie, c’est l’accumulation de déchets qui nous fait grossir.

Les malades coeliaques et les intolérants au gluten sont des chanceux, leur organisme leur signale qu’ils ne doivent plus en manger, pendant que tous les ceux qui en consomment se préparent des maladies chroniques handicapantes au pronostic souvent funeste.

ATTENTION, de nombreux paramètres sont à changer pour retrouver durablement la santé ou ton poids de forme : adopter l’alimentation physiologique, la gestion du stress (voir : comment le stress actuel impacte notre santé et la composante psychique de toutes les maladies), une hygiène de vie optimale, des pratiques de santé quotidiennes (voir par exemple : les compresses d’huile de ricin) ainsi que des mesures de renforcement de l’organisme (voir par exemple : renforcement par le froid), le tout très individualisé en fonction de ton état de santé général et SURTOUT actualisé au jour le jour en fonction des réponses de ton organisme.

Il est de ma responsabilité professionnelle de te prévenir qu’afin d’éviter certaines catastrophes (voir : ma transition), tu peux avoir besoin de te faire suivre par un coach de santé (ou coach de régénération) qui évaluera ton état de santé général en fonction de l’état de santé de tes systèmes immunitaire, nerveux, endocrinien, circulatoire, digestif, de ton poids rapporté à ta taille, de ton âge, de l’histoire de ta maladie, de ton histoire médicamenteuse, de ta génétique, et de nombreux autres facteurs. 

Tu peux également avoir besoin de te faire suivre par un psychologue pour venir à bout de ton stress. De plus les éliminations provoquées par ces changements d’alimentation et ces pratiques de santé, risquent de faire remonter des sentiments dépressifs pouvant aller jusqu’à des idées noires. Il est conseillé de se faire suivre par un psychologue, d’autant que de plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques consultations par an chez un psychologue. L’idéal serait que ce psychologue soit très au fait de ces pratiques de santé et du mode de vie physiologique.

Je suis psychologue clinicienne, hygiéniste, coach de santé et de régénération et propose notamment des consultations par SKYPE ou téléphone.

De plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques séances de psychologues, renseignes toi auprès de ta mutuelle, je peux envoyer des reçus.

Pour connaitre mon parcours, voir : Qui suis-je

Si tu souhaites davantage de renseignements, n’hésite pas à me contacter à l’adresse suivante : 

osersavie66@gmail.com

ou au 06 87 20 54 58

La médecine ayurvédique

ATTENTION : avant de lire cet article, je t’invite à relire ma page d’accueil  en suivant le lien suivant :

ça va mieux en le disant

Pour garder notre santé physique et psychique et/ou notre poids de forme ou les retrouver durablement (voir : pourquoi on grossit et comment prendre du poids), il nous faut respecter les lois du vivant.

En cela, ce que préconise le mode de vie physiologique rejoint les médecines traditionnelles ancestrales comme la médecine ayurvédique ou la médecine traditionnelle chinoise (MTC) qui sont elles aussi davantage des modes de vie que des médecines. Ma pratique rejoint également ces médecines traditionnelles parce qu’elle propose une prise en charge holistique, corps et esprit (je suis également psychologue clinicienne) et ne cherche pas à combattre le symptôme mais à rétablir le bon fonctionnement de l’organisme. Comme les médecines traditionnelles, ma pratique est une pratique de santé et non de maladie.

Aujourd’hui nous allons parler (très brièvement) de la médecine ayurvédique (bientôt un article sur la MTC) :

Le terme ayurvéda vient du sanscrit “ayur” (la vie) et “veda” (la connaissance), il se traduit donc par “connaissance de la vie”.

C’est un système complet de médecine traditionnelle, fondé sur la diététique, la phytothérapie, le massage ayurvédique, la méditation, la respiration, le yoga ou le chant, L’ayurvéda a pour but de promouvoir la santé et de prévenir les maladies, et non de les soigner. Pour l’ayurvéda le bien-être vient de l’équilibre entre l’esprit et le corps, c’est ce concept d’interconnexion et d’équilibre qui est au cœur de cette médecine. 

L’ayurvéda considère que l’infiniment petit (être humain, molécules) est régi selon les mêmes principes que l’infiniment grand (planètes, galaxies). En observant la nature, les Sages indiens ont découvert cinq éléments : l’éther (ou l’espace),la terre, l’air, l’eau et le feu. Pour eux, ces états de la matière, présents dans la nature, l’étaient également dans l’être humain.

Chez l’homme, ces cinq éléments constituent trois doshas ou humeurs biologiques (vata, pitta, kapha), dont la combinaison est unique pour chaque individu. Chaque dosha est la combinaison de deux des cinq éléments dont l’un est prédominant. Lorsque ces trois doshas sont équilibrés, l’individu est en bonne santé. Tout changement perturbateur dans cet équilibre cause des maladies, qu’il soit question d’anomalies génétiques ou congénitales, de blessures, de changements climatiques et saisonniers, de l’âge et/ou de vos émotions.

Les trois doshas sont responsables de tous les processus physiologiques et psychologiques de notre corps et de notre esprit. L’ayurvéda est une pratique holistique visant à soigner le malade et non la maladie en trouvant les raisons du déséquilibre entre les trois doshas. Attention les doshas décrites ci-dessous sont des doshas pures, autant dire théoriques, on les rencontre rarement sous cette forme, plus souvent sous forme de combinaisons avec un Dosha prépondérant :

Vâta, air et éther (ou espace) :


Léger, froid, sec, rugueux, subtil, mobile, clair, dispersant, erratique, astringent. 

Sur le plan de l’individu, ces tendances donnent : créativité, enthousiasme, liberté, générosité, joie, vitalité. Sur le plan organique, Vâta est lié à la fonction motrice, les battements du cœur, l’inspiration et l’expiration, la stimulation des sucs digestifs.

En déséquilibre, il peut conduire à la peur, l’anxiété, l’asthme, les maladies cardiaques, les problèmes de peau et la polyarthrite rhumatoïde.



Pitta, feu et eau : 


Léger, chaud, huileux, tranchant, liquide, aigre et piquant. 

Sur le plan de l’individu, ces tendances donnent : ambition, concentration, confiance, courage, soif de connaissances, bonheur, intelligence. Sur le plan organique, Pitta est lié à la digestion et l’assimilation de la nourriture, le maintien de la température du corps, l’éclat des yeux et de la peau.

En déséquilibre, il peut mener aux ulcères, maladie de Crohn, colère, maladie cardiaque, hypertension artérielle et infections.



Kâpha, eau et terre : 

Lourd, froid, huileux, lent, visqueux, dense, doux, statique, sucré. 

Sur le plan de l’individu, ces tendances donnent : attention, concentration, com-passion, foi, accomplissement, patience, stabilité, tendresse. Sur le plan organique, Kâpha est lié à la douceur du corps, la distribution de la chaleur, la force et l’endurance, le sommeil et la longévité. 

En déséquilibre, il peut entraîner l’insécurité et la jalousie, des troubles respiratoires, le cancer, le diabète, la nausée et l’obésité.

Même si chaque dosha partage une qualité avec un autre, il existe des différences dans la nature même de ces qualités, par exemple, Vâta et Kâpha sont tous les deux froids mais Vâta est un froid sec et Kâpha humide. 

C’est la raison pour laquelle appliquer une recette toute faite ou même une méthode qui serait la même pour tous risque d’amener à l’échec (d’où les témoignages d’échec de l’alimentation physiologique sur le net). Une transition alimentaire mal conduite peut amener un ou une Vata à une perte de poids trop importante par exemple. Tous les changements, pas seulement d’alimentation, doivent être non seulement adaptés à ta combinaison de doshas, mais également individualisés à toi qui es un être unique. 

ATTENTION, de nombreux paramètres sont à changer pour retrouver durablement la santé ou ton poids de forme : adopter l’alimentation physiologique, la gestion du stress (voir : comment le stress actuel impacte notre santé et la composante psychique de toutes les maladies), une hygiène de vie optimale, des pratiques de santé quotidiennes (voir par exemple : les compresses d’huile de ricin) ainsi que des mesures de renforcement de l’organisme (voir par exemple : renforcement par le froid), le tout très individualisé en fonction de ton état de santé général et SURTOUT actualisé au jour le jour en fonction des réponses de ton organisme.

Il est de ma responsabilité professionnelle de te prévenir qu’afin d’éviter certaines catastrophes (voir : ma transition), tu peux avoir besoin de te faire suivre par un coach de santé (ou coach de régénération) qui évaluera ton état de santé général en fonction de l’état de santé de tes systèmes immunitaire, nerveux, endocrinien, circulatoire, digestif, de ton poids rapporté à ta taille, de ton âge, de l’histoire de ta maladie, de ton histoire médicamenteuse, de ta génétique, et de nombreux autres facteurs. 

Tu peux également avoir besoin de te faire suivre par un psychologue pour venir à bout de ton stress. De plus les éliminations provoquées par ces changements d’alimentation et ces pratiques de santé, risquent de faire remonter des sentiments dépressifs pouvant aller jusqu’à des idées noires. Il est conseillé de se faire suivre par un psychologue, d’autant que de plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques consultations par an chez un psychologue. L’idéal serait que ce psychologue soit très au fait de ces pratiques de santé et du mode de vie physiologique.

Je suis psychologue clinicienne, hygiéniste, coach de santé et de régénération et propose notamment des consultations par SKYPE ou téléphone.

De plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques séances de psychologues, renseignes toi auprès de ta mutuelle, je peux envoyer des reçus.

Pour connaitre mon parcours, voir : Qui suis-je

Si tu souhaites davantage de renseignements, n’hésite pas à me contacter à l’adresse suivante : 

osersavie66@gmail.com

ou au 06 87 20 54 58

Routine soins naturels visage, bouche et cheveux

ATTENTION : avant de lire cet article, je t’invite à relire ma page d’accueil  en suivant le lien suivant :

ça va mieux en le disant

Une bonne routine de soins de la peau, de la bouche et des cheveux est un des outils permettant d’éviter d’ajouter à la charge toxinique de son organisme. En effet, les toxines sont à l’origine de toutes les maladies physiques ou psychiques et peuvent même nous empêcher de retrouver notre poids de forme (voir : pourquoi on grossit et comment prendre du poids) qu’on ait besoin de perdre ou de prendre du poids.

Depuis bien longtemps, je n’utilise plus ni dentifrice, ni démaquillant, ni crèmes de jour ou de nuit, ni shampooing, ni après shampooing, ni gel douche, ni déodorant, ni lait pour le corps, ni rien d’autre qu’un peu d’huile, d’eau (éventuellement d’eau florale) et du savon de Marseille (voir : quoi mettre sur sa peau).

Le fait d’utiliser des produits bruts permet de bénéficier de 100% d’actifs alors que les produits du commerce, même en bio, n’en contiennent que quelques pour cents, le reste étant essentiellement des conservateurs, agents de texture, parfums, etc, pas toujours inoffensifs pour l’organisme. Par exemple démaquillant à l’eau de rose (revitalisante) comprenant 3% d’eau de rose ou dentifrice à l’argile (reminéralisante) comprenant 10% d’argile…

Aujourd’hui trois vidéos, la 1ère d’un peu plus de 10 minutes pour te montrer en pratique ma routine de soins visage, cheveux et bouche. Pour davantage de détails, je te renvoie à mon article : le brossage de la peau des cheveux et des dents. Voir aussi ma vidéo : le brossage du corps en pratique.

La 2ème vidéo dure presque 2 minutes, j’avais oublié de montrer le jet dentaire…

Et la 3ème d’une minute et demie comble un dernier oubli dans le soin de la bouche !

Depuis la parution de ces vidéos, on m’a fait le reproche d’utiliser de l’électricité pour me laver les dents (brosse à dents électrique et jet dentaire).

Je répondrais à cela :

Au niveau financier, que j’ai plusieurs couronnes en bouche, et ai choisi, malgré cela, une mutuelle santé qui ne me rembourse qu’en cas d’hospitalisation (pas de remboursement du dentiste ni des lunettes, ni de quoi que ce soit d’autre), alors que j’ai 59 ans cette mutuelle ne me coûte que 19,90 euros par mois contre 150 euros la précédente (voir : miser sur la santé…), donc au niveau financier, j’y gagne.

Au niveau écologique, je ne mange que cru et ne chauffe jamais chez moi alors que mon appartement est orienté nord, nord-est et situé au dessus des garages, donc humide. Mon empreinte carbone est de ce fait très inférieure à celle d’un culinaire, preuve en est ma facture d’électricité (je n’ai que cela comme source d’énergie, pas de gaz sous quelque forme que ce soit) est de 25 euros par mois alors que je travaille de chez moi et suis donc constamment à la maison (voir : Miser sur la santé plutôt que la maladie et autres trucs éco).

Au niveau santé, il ne faut pas oublier que j’ai exercé le métier de chirurgien dentiste durant quatre ans (voir : qui suis-je), j’en ai gardé le souvenir des énormes dégâts que peuvent occasionner une mauvaise hygiène buccale sur la santé bucco-dentaire…

ATTENTION, de nombreux paramètres sont à changer pour retrouver durablement la santé ou ton poids de forme : adopter l’alimentation physiologique, la gestion du stress (voir : comment le stress actuel impacte notre santé et la composante psychique de toutes les maladies), une hygiène de vie optimale, des pratiques de santé quotidiennes (voir par exemple : les compresses d’huile de ricin) ainsi que des mesures de renforcement de l’organisme (voir par exemple : renforcement par le froid), le tout très individualisé en fonction de ton état de santé général et SURTOUT actualisé au jour le jour en fonction des réponses de ton organisme.

Il est de ma responsabilité professionnelle de te prévenir qu’afin d’éviter certaines catastrophes (voir : ma transition), tu peux avoir besoin de te faire suivre par un coach de santé (ou coach de régénération) qui évaluera ton état de santé général en fonction de l’état de santé de tes systèmes immunitaire, nerveux, endocrinien, circulatoire, digestif, de ton poids rapporté à ta taille, de ton âge, de l’histoire de ta maladie, de ton histoire médicamenteuse, de ta génétique, et de nombreux autres facteurs. 

Tu peux également avoir besoin de te faire suivre par un psychologue pour venir à bout de ton stress. De plus les éliminations provoquées par ces changements d’alimentation et ces pratiques de santé, risquent de faire remonter des sentiments dépressifs pouvant aller jusqu’à des idées noires. Il est conseillé de se faire suivre par un psychologue, d’autant que de plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques consultations par an chez un psychologue. L’idéal serait que ce psychologue soit très au fait de ces pratiques de santé et du mode de vie physiologique.

Je suis psychologue clinicienne, hygiéniste, coach de santé et de régénération et propose notamment des consultations par SKYPE ou téléphone.

De plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques séances de psychologues, renseignes toi auprès de ta mutuelle, je peux envoyer des reçus.

Pour connaitre mon parcours, voir : Qui suis-je

Si tu souhaites davantage de renseignements, n’hésite pas à me contacter à l’adresse suivante : 

osersavie66@gmail.com

ou au 06 87 20 54 58

Pourquoi et comment je peux aider

ATTENTION : avant de lire cet article, je t’invite à relire ma page d’accueil  en suivant le lien suivant :

ça va mieux en le disant

POURQUOI je pense pouvoir t’aider :

Je ne suis pas profession médicale (hors domaine de la chirurgie dentaire) mais psychologue clinicienne, hygiéniste et coach de santé RGNR (voir : qui suis-je ?), je ne fais, dans mes articles et vidéos, que partager mon expérience, il ne s’agit en aucun cas de prescriptions qui ne sauraient s’effectuer à l’aveugle sans questionnaire de santé préalable. 

« Qu’est-ce que c’est un hygiéniste ? »

L’hygiéniste est un praticien de santé. L’hygiénisme ne consiste pas à faire taire les symptômes (Maux de tête, de ventre, frilosité, etc…) par des médicaments ou par des plantes, mais à les considérer comme des signaux d’alarme et des indications à prendre en compte pour changer certains facteurs de vie (alimentation, hygiène de vie, stress, relations humaines, etc…) et à renforcer le terrain par des pratiques d’hormèse, ainsi on lutte à la fois contre toutes les maladies. L’hygiéniste a de plus recours à certaines pratiques de santé, le plus souvent gratuites comme le jeûne ou les lavementsou le brossage de la peau par exemple.

« Qu’est-ce qui t’a menée à l’hygiénisme ? »

Je lis, me documente et me forme sur les rapports entre alimentation et santé, mode de vie et santé depuis un problème médical que j’ai traversé en 2005 (cholécystectomie : ablation de la vésicule biliaire) et du fait de l’incapacité à m’aider de la médecine classique. Ma compréhension de ces travaux et lectures est facilitée par ma formation médicale initiale de chirurgien dentiste et mes quelques années de pratique de ce premier métier.

Depuis 2005, donc, mon alimentation n’a cessé d’évoluer (tâtonnant, revenant parfois en arrière) au fil de ce que j’apprenais sur la santé, par mes lectures puis par mon expérimentation, éviction du sucre, du gluten et des laitages, puis végétarisme, puis végétalisme, jusqu’à en arriver en janvier 2015 à manger cru (voir : l’alimentation physiologique et l’instinctothérapie) et à ne plus être vraiment végétalienne et aujourd’hui à pratiquer au quotidien l’alimentation sensorielle (qui fera l’objet d’un prochain article). J’ai guéri depuis mon changement d’alimentation de nombreuses pathologies (voir : témoignage, évolution de mon état de santé).

COMMENT je pense pouvoir t’aider :

1- par mes articles et vidéos :

Dans mes articles et vidéos, je partage gratuitement et avec grand plaisir, mes 15 ans de recherche et de formation menés avec mes compétences médicales sur les rapports entre santé et alimentation, santé et mode de vie.

« Alors je vais pouvoir guérir en appliquant ce que tu dis dans tes articles ? »

Il ne s’agit pas d’appliquer des recettes, mes articles et vidéos visent uniquement à sensibiliser chacun.e à la gestion de sa santé physique et psychique et de son poids par l’alimentation physiologique, l’hygiène de vie, des pratiques de santé naturelles et de gestion du stress avec très peu de recours à la phytothérapie, l’hygiénisme reste de ce fait une méthode de santé très peu onéreuse.

Par souci de clarté, toutes les notions que j’expose ici sont très très simplifiées, donc partiellement fausses. Il s’agit simplement pour moi de te sensibiliser à certains problèmes et de te donner envie d’en savoir davantage.

Paul Valéry a dit : « Tout ce qui est simple est faux, tout ce qui ne l’est pas est inutilisable. »

Je t’invite donc à approfondir par toi-même les notions abordées ici, à les vérifier aussi, ne me crois jamais sur parole, ni moi, ni personne d’autre d’ailleurs, considère le contenu de mes articles comme un travail de défrichage qui te donne des pistes de recherche et rien de plus. On trouve de très bons articles, sites ou travaux de recherche sur le net traitant de toutes ces notions. Ensuite, tu pourras expérimenter ce qui te paraîtra pertinent (sous la supervision d’un hygiéniste si besoin) et ce n’est qu’au terme de cette expérimentation que tu pourras vraiment te faire une opinion. D’ailleurs, si tu pouvais partager ton opinion (argumentée) en commentaire surtout si elle ne va pas dans le sens de mes articles, ça me serait précieux, c’est de cette façon qu’on avance…

« Quelquefois je trouve tes articles un peu ardus ! »

Je fais mon possible pour que mes écrits soient « tout public », je définis et explique les termes techniques, mais afin de bien comprendre mes articles, qui sont une vulgarisation de savoirs d’assez bon niveau, il peut être nécessaire de lire également tous ceux auxquels ils renvoient, en effet, ils tentent de résumer quinze ans de recherches intensives et de formations effectuées à l’aide de mes connaissances médicales.

« C’est insupportable ces pubs dans tes articles ! »

J’en suis désolée, des messages publicitaires divers peuvent apparaître dans mes articles, je n’en suis pas responsable et suis bien consciente du désagrément qu’ils peuvent te causer, mais il faudrait que je paie l’hébergeur de mon blog pour éviter qu’ils n’apparaissent et n’en ai pour le moment pas les moyens. J’espère que tu parviendras à n’en pas faire cas.

Pour que j’ai plus rapidement les moyens de payer pour ne plus avoir de publicités, n’hésite pas à partager sans modération l’adresse de ce blog si tu l’apprécies ou simplement les articles ou vidéos qui te plaisent, cela m’aidera grandement. Merci à toi.

Tu peux cliquer sur « j’aime » pour les articles ou vidéos (sur Youtube) que tu aimes, ça les rendra plus visibles sur google ou sur youtube, ça m’aiderait beaucoup parce que ce blog est ma seule pub pour mon activité professionnelle. Tu peux aussi les lire, les « aimer », les commenter ou les partager désormais sur Facebook.

Ma page Facebook :

Tu peux rejoindre mes groupe Facebook :

Colopathie fonctionnelle et maladies chroniques (parce que toutes les maladies partent de l’intestin) :

https://www.facebook.com/groups/342028459960327/

Retour durable au poids de forme en santé (que tu aies pris ou perdu du poids) :

https://www.facebook.com/groups/2144964165521821/

Vaincre la dépression, l’anxiété etc… par des moyens naturels (parce que je suis aussi psychologue clinicienne) :

https://www.facebook.com/groups/2203521379862548/

Tu peux t’abonner à mon blog si tu veux recevoir les articles en temps réel, il suffit de cliquer sur le petit encart vert « suivre » en bas de la page d’accueil de mon blog (ça va mieux en le disant) et de renseigner ton adresse mail.

Tu peux aussi poster des commentaires auxquels je répondrai.

2- par des RDV à la demande ou des suivis de coaching santé :

Il est de ma responsabilité d’hygiéniste et de psychologue clinicienne de mentionner que nous sommes tous différents et qu’en fonction de ton état de santé, de l’état de tes intestins, de ton système nerveux, de ton système endocrinien, de ton système immunitaire, de ton système circulatoire, de l’histoire de ta maladie, de ton histoire médicamenteuse, de ton âge, de ton poids ramené à ta taille, de ton hérédité et de nombreux autres facteurs, il peut être nécessaire de beaucoup individualiser la progression vers l’alimentation physiologique et SURTOUT de l’ajuster au jour le jour en fonction des réactions de ton organisme à ce régime et aux pratiques de santé prônées pour certaines dans mes articles et effectuées en parallèle dans un certain ordre, lui aussi très individualisé, cela afin d’éviter certaines catastrophes (voir : ma transition).

Tu peux avoir besoin pour cela de te faire suivre par un hygiéniste, coach de santé très au courant de ce genre d’alimentation et de pratiques, avec l’accord de ton médecin traitant.

Il pourra également être nécessaire de te faire suivre par un psychologue clinicien, parce que la détoxination peut provoquer des remontées d’angoisse, de dépression ou même d’idées noires.

– En tant qu’hygiéniste, je propose d’aider à garder ou retrouver la santé physique et/ou psychique ainsi que le poids de forme durablement par des suivis de coaching très individualisés et l’ajustement permanent de l’alimentation, de l’hygiène de vie, et des pratiques de santé naturelles en fonction des réponses de l’organisme.

– Ayant longtemps été enseignante, mon but, lors des suivis personnalisés, est de t’expliquer le plus clairement possible la raison de chaque phénomène ou difficulté que tu rencontres sur le chemin de la santé afin de te rendre le plus rapidement possible autonome dans la gestion de ta santé et ton poids de forme. 

Je propose aussi des consultations ponctuelles pour celles et ceux, déjà suffisamment autonomes dans le domaine de la santé naturelle, qui n’ont besoin que d’un petit coup de pouce ponctuel.

– En tant que psychologue clinicienne, psychothérapeute, thérapeute familiale, de couple et de groupe, psychodramatiste, je propose de plus :

-d’aider à surmonter les difficultés psychologiques qui accompagnent de nombreux troubles intestinaux et les pathologies qui leur sont associées,

-d’aider à lever certains blocages en rapport avec les difficultés de maintien de poids de forme, avec les difficultés à changer d’alimentation ou avec les résistances au changement par exemple,

-d’aider à surmonter les difficultés psychologiques entravant la mise en place d’une alimentation santé, des mesures permettant un amincissement durable, des mesures permettant de sortir de certaines pathologies telles : côlon irritable, colopathie fonctionnelle, SIBO, maladies auto-immunes, TDAH et autres maladies chroniques, ou permettant l’arrêt de certaines addictions comme le tabac ou d’autres drogues ainsi que la désintoxication,

-d’aider au « lâcher prise » pour dépasser angoisses et blocages et tout ce qui entrave psychiquement la réalisation d’un projet quel qu’il soit,

-d’aider à entendre le sens de certaines pathologies ou accidents, à déterminer et à mettre en œuvre les réformes permettant de s’en libérer,

-d’aider à soutenir sa motivation et à préserver sa vie sociale et son moral lors de la mise en place des changements majeurs tels que les réformes d’alimentation et de mode de vie,

-et bien sûr toute autre aide psychologique dont tu aurais besoin.

Toutes les maladies ayant une composante psychique, le suivi hygiéniste et le suivi psychologique sont en général intimement mêlés.

De plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques séances de psychologues, renseignes toi auprès de ta mutuelle, je peux envoyer des reçus.

Je propose aussi des suivis et consultations par skype ou par téléphone à tarif préférentiel.

Pour davantage de renseignements :

contact : osersavie66@gmail.com

ou : 06 87 20 54 58

Recettes de crusine et de cuisine rapides et inratables

ATTENTION : avant de lire cet article, je t’invite à relire ma page d’accueil  en suivant le lien suivant :

ça va mieux en le disant

La rubrique RECETTES où tu trouveras toutes mes recettes se trouve après la rubrique POURQUOI LA CRUSINE et la rubrique USTENSILES DE CRUSINE.

POURQUOI LA CRUSINE ?

 L’alimentation impacte notre santé physique et psychique et joue un rôle sur notre facilité à maintenir durablement notre poids de forme (voir : pourquoi on grossit et comment prendre du poids). Quand elle est acidifiante (voir : aliments acidifiants ou alcalinisants) elle peut venir ruiner tous nos efforts d’hygiène de vie (voir : l’hygiène de vie optimale) de pratiques de santé (voir : comment guérir… et microbes et microbiote) et de pratiques de renforcement de l’organisme pour renforcer notre immunité.

Il n’est pas facile de passer sans transition de l’alimentation occidentale moderne à l’instincto thérapie ni même à l’alimentation physiologique, alors, pour aider à la transition, j’ai décidé de vous livrer quelques une de mes recettes de crusine.

L’alimentation physiologique respecte la règle des trois V : Verte, Végétale, Vivante. 

« Vivante ? »

Oui, un végétal cru planté en terre poussera, un œuf cru couvé donnera un poussin (s’il a été fécondé, bien sûr), mais un porc ou un poisson mort, un œuf ou un légume cuit n’engendreront jamais la vie.

« Tu vas nous donner des recettes ? Je ne suis pas douée en cuisine et je n’aime pas cuisiner, il me manque toujours un ingrédient ! »

Ca tombe bien, les recettes les plus saines sont les plus simples, celles qui contiennent le moins de mélanges. Mes recettes, que je te livre ici, sont donc très simples à réaliser, inratables, elles contiennent le moins d’ingrédients possibles, elles sont très rapides à mettre en œuvre et surtout les ingrédients sont interchangeables, un légume vert peut se substituer à un autre, la purée d’amandes peut se substituer aux graines de tournesol ou à toute autre source de gras, le cumin peut se substituer au curry ou à une autre épice de ton choix, l’ail à l’échalote, le citron au vinaigre de cidre, l’ail et/ou l’oignon peuvent être remplacés par les fines herbes de ton choix fraiches ou sèches, etc, tout cela selon tes goûts, ton budget ou ce qu’il te reste dans le frigo. 

Ce sont des recettes de tous les jours mais qui avec quelques petites améliorations peuvent devenir des recettes de fête. De la même manière, les recettes de fête livrées en fin d’article peuvent être réalisées tous les jours en simplifiant un peu la mise en œuvre, sauf les desserts qui doivent rester très exceptionnels pour que l’alimentation reste physiologique.

« Mais je ne peux pas me passer de dessert, je suis très « sucré » ! »

Tu verras que tu auras ton compte de sucre avec tous les fruits que tu vas manger en début de repas.

Chaque recette peut se décliner en plusieurs autres avec les mêmes ingrédients, par exemple, le pâté de tournesol, un peu plus dilué (à l’eau ou au Quinton) donne une tartinade à étaler sur des feuilles d’endives ou bien une crème où on peut tremper des bâtonnets de légumes (trempette ou dip) et encore plus dilué avec du citron ou du vinaigre de cidre ou des légumes rapés lactofermentés, il devient une sauce salade… Mes recettes de soupes crues seront des soupes froides avec de l’eau à température ambiante (ou de l’eau sortie du frigo l’été) ou bien des soupes chaudes si l’eau ajoutée vient de la bouilloire.

Les dosages, lorsqu’ils sont précisés, sont très approximatifs parce que je travaille au goût, c’est la meilleure façon de faire quelque chose qui nous plaît, plus ou moins épicé, plus ou moins gras, plus ou moins salé (au sérum de Quinton uniquement), plus ou moins sucré (avec des dattes ou des raisins secs ou du miel), etc… Si c’est trop épicé, il suffit de rajouter du gras comme une purée d’oléagineux par exemple.

Bien sûr, tous les aliments doivent être bios.

Tous (ou presque) les ingrédients doivent être de qualité crue (c’est à dire chauffés à 45°C maximum) pour préserver leurs enzymes qui serviront à leur digestion et éviteront d’utiliser les enzymes digestives de ton organisme pour la digestion du plat.

En effet, les fruits et légumes crus contiennent leurs propres enzymes nécessaires à leur digestion et ne sollicitent donc pas celles de notre organisme.

Chaque fois que j’utilise des graines ou des noix, elles ont été trempées une nuit dans de l’eau de source faiblement minéralisée et bien rincées à l’eau du robinet avant utilisation (voir : les céréales).

Les céréales sont bannies de l’alimentation physiologique, mais les pseudo-céréales (sarrasin et quinoa) crues (pré-germées) ou cuites permettent de faire une transition plus douce, tu trouveras quelques recettes de ces pseudo-céréales crues.

Chaque fois que j’utilise de l’eau dans mes recettes, il s’agit d’eau de source très faiblement minéralisée (Mont Roucous en grande surface, ou rosée de la reine en boutique bio ou Montcalm en boutique bio, vendue en bidon de 5 litres), jamais d’eau du robinet, sauf pour le rinçage des aliments trempés (voir : quelle eau boire).

Dans mes recettes salées, le sel est toujours remplacé par du sérum de Quinton hypertonique (voir liens ci-dessous), il faut en mettre beaucoup pour obtenir le goût salé auquel on est habitué. Le sel même le plus brut (sel gris de Guérande) est très pro-inflammatoire et doit être évité dans l’alimentation physiologique. Seule exception, tout ce qui doit être déshydraté peut être très faiblement salé avec du sel rose de l’himalaya, ou du sel gris de Guérande.

Lien quinton (69 euros par 20 litres, soit 3,45 euros le litre) :

https://www.biovie.fr/plasma-marin

Ou encore moins cher (45 euros les 20 litres, soit 2,25 euros le litre) :

https://www.facebook.com/groups/537354373496720/

Les chairs et produits animaux peuvent être nécessaires à certaines physiologies au moins pendant la transition, il faudra les choisir au minimum bios et les sécher ou les mariner, mais jamais les cuire (voir : maladies auto-immunes). Après la transition, on peut consommer ces produits, mais très occasionnellement et en très faibles quantités.

Chaque fois que j’ai tourné les vidéos, mes recettes te renverront par un lien vers leur version vidéo.

USTENSILES DE CRUSINE :

Pour réaliser ces recettes, un peu de matériel te facilitera la tâche, mais il n’est pas nécessaire (excepté l’extracteur de jus), je précise que je n’ai aucun contrat de quelque sorte que ce soit avec aucune marque de matériel, je conseille des produits que je connais :

  • un robot genre moulinex lame en S (que tu as sûrement déjà dans tes placards et qui est très bon marché dans toutes les grandes surfaces), pour voir le mien :
  • une mandoline, la mienne :

https://www.greenweez.com/kyocera-mandoline-reglable-avec-lame-ceramique-p70677?gclid=Cj0KCQjwyPbzBRDsARIsAFh15Ja0c-yw-YqYUag-2OEnzlndy_1Gls-D3eUi-Rz5gafmbQBPUt1J6e0aAgtQEALw_wcB

Un coupe légumes qui fait des carrés très petits :

  • un spiraliseur à main pour faire les spaghettis végétaux :
  • un blender professionnel (ça c’est assez coûteux), moi j’ai le vitamix  mais il en existe aujourd’hui de plus abordables, comme celui-ci (mais on peut aussi opter pour un blender ordinaire il suffit de couper les légumes coriaces crus en tout petits morceaux et faire son lait d’oléagineux à partir de purées d’oléagineux plutôt que d’oléagineux entiers) : 

https://www.davidson-distribution.com/blender-mixeur/1766-blender-blendtec-classic-575-noir-849369004379.html

Mais on peut se servir d’un blender ordinaire pour les soupes crues si on utilise des purées d’oléagineux plutôt que des oléagineux entiers et qu’on coupe les légumes coriaces (carottes, courge, etc…) en tout petits bouts, j’ai fait ça pendant des années.

  • un mini blender de qualité, j’ai le tribest : 

https://www.davidson-distribution.com/home/1989-personal-blender-ii-tribest-pb410.html

  • un extracteur de jus de qualité, j’ai le angel (il en existe de plus en plus d’abordables) comme celui-ci, horizontal que je ne connais pas mais qui semble très bien :
  •  

https://regenerescence.com/boutique-fr/extracteur-de-jus-horizontal-f-9600-oligo-by-greenis/

  • un déshydrateur, on en trouve aujourd’hui de très abordables. J’en ai un d’un excellent rapport qualité prix, le Acatama pro de Warmcook : 

https://www.warmcook.com/258-deshydrateur-alimentaire-professionnel-pro-deluxe-atacama-jeu-de-3-feuilles-offert.html

Un cuit vapeur à la vapeur douce genre vitaliseur de Marion pour la transition alimentaire ou pour cuisiner des gâteaux (plutôt qu’au four) pour les enfants, ou pour les légumes vapeur en fin de repas :

https://vitaliseurdemarion.fr/officiel/vitaliseur-de-marion/

Sinon, ou en plus, des paniers vapeur asiatiques (en épiceries asiatiques) en bambou (moins de 5 euros chaque) adaptables sur les casseroles. J’en ai un petit et un moyen, ce qui m’évite de sortir le gros vitaliseur pour une toute petite quantité de légumes.

Si ta santé est ta priorité, fais comme moi, demande les en cadeaux à Noël, à ton anniversaire ou à chaque occasion, quitte à ce que famille et amis se regroupent pour un cadeau, en quelques années, tu auras tout ce qu’il te faut.

Le vitaliseur de Marion ou autre cuit vapeur qui cuit à la vapeur douce (pas ceux électriques !) :

LES RECETTES :

En plus des recettes crues, tu trouveras ici des recettes cuites qui sont très adaptées aux enfants dans le cadre d’une alimentation physiologique majoritairement crue, qui conviennent aussi pour la transition alimentaire des adultes, en fonction de leur état de santé et sont très pratiques quand on reçoit des normo-mangeurs. Ces recettes peuvent être cuites à trop haute température, mais de temps en temps, pour des enfants se nourrissant habituellement de façon physiologique, cela est tout à fait acceptable, les enfants ont un potentiel digestif que la plupart des adultes ont perdus.

J’ai adapté certaines recettes de plats traditionnels pour les rendre physiologiques.

Si tu reviens régulièrement sur cet article, tu constateras que mes recettes changent en fonction des améliorations que je leur apporte à chaque fois que je les réalise et que j’ajoute régulièrement des recettes.

En général je ne donne pas de proportions parce que je cuisine tout au goût…

Tous les oléagineux et toutes les graines auront été trempées dans l’eau de boisson (attention pas d’eau du robinet) au préalable, plus ou moins longtemps en fonction de la taille des noix ou graines afin de les débarrasser de l’acide phytique, par exemple : amandes trempage une nuit, graines de tournesol trempage 2 ou 3 heures, graines de sarrasin trempage 2 heures, graines de quinoa trempage une heure… J’explique pourquoi tremper les graines et noix dans mon article sur les céréales.

Toutes les graines et noix seront choisies entières, non grillées et non salées. Attention toujours choisir le sarrasin décortiqué NON grillé, le sarrasin décortiqué grillé est souvent vendu sous l’appellation Kashka, il ne peut plus germer et n’est plus physiologique puisu’il est grillé.

Jus, soupes, smoothies et « laits » végétaux

Jus de légumes (voir aussi mon article : les jus de légumes) pour tous les goûts et de toutes les couleurs pour l’apéro si on reçoit, au quotidien avant le repas.

Attention jamais plus d’un tiers de fruits en poids (environ, pas la peine de peser) dans les jus pour éviter le pic d’insuline, dans la mesure où les fruits sont privés de leurs fibres dans les jus, pour un bon goût une seule sorte ou bien deux sortes de légumes maximum par jus :

– jus de carottes oranges, 

– jus de betterave carottes pommes, 

– jus d’épinards carottes pommes, 

– jus de blettes peau et trognons d’ananas (tu utiliseras la chair de l’ananas dans ta salade si tu reçois ou au quotidien comme fruit à manger en début de repas tel quel ou dans un repas de fête), 

– jus de fanes de radis carottes raisin,

– jus de feuilles de chou fleurs mandarines, etc…

On peut faire des ajouts dans les jus en fonction de ses besoins : persil, citron entier avec la peau, curcuma, gingembre, ail, piment rouge, etc…

-Lait de coco : verser l’eau d’une jeune coco fraiche dans le blender, y ajouter la chair de la coco fraiche et blender.

-Smoothies : une banane en morceaux pour l’onctuosité, autres fruits frais au choix (penser aux fruits rouges surgelés l’hiver), éventuellement un légume vert à feuilles (épinard, blettes, roquette, etc…) pour l’apport en minéraux, un peu d’eau ou d’eau de coco ou de lait végétal maison (voir ci-dessous) ou éventuellement pour les enfants en pleine croissance, de jus de fruits ou de dattes pour enrichir le smoothie. Blender.

-Laits végétaux maison : oléagineux trempés et rincés (amandes, noisettes, cajou, etc…) ou graines trempées et rincées (tournesol, sésame, etc…) ou plus facile, purée crue d’oléagineux (la marque Perl’amande certifie que ses purées sont réalisées à partir d’oléagineux crus) ou de graine (purée d’amandes, purée de sésame, etc…), eau de source faiblement minéralisée tiède dans le blender (si on part des oléagineux entiers, il vaut mieux un blender professionnel), on peut ensuite ou non filtrer dans un sac à lait végétaux (on peut utiliser comme sacs à laits les sacs en coton bios vendus en boutiques bio pour peser et transporter les légumes),

-Orchata de Chuffa (Orgeat de souchet) : faire tremper le souchet au moins 2 jours et une nuit (les graines de souchet sont très dures), ajouter des dattes dénoyautées (ou du miel) et de l’eau, blender, filtrer ou pas avec un sac à lait végétaux,

-Orgeat :Lait d’amandes maison (voir dans cet article), extrait d’amandes amères, miel, éventuellement eau de fleurs d’oranger, à boire coupée d’eau fraiche,

-Chocolat chaud : purée de noisette, cacao poudre non sucré (de préférence cacao cru), miel, eau chaude de la bouilloire, blender,

-Tisane, décoction réchauffante pour l’hiver (surtout si on mange cru et qu’on ne chauffe pas chez soi) et excellente en cas de symptômes de grippe : mettre dans une grande casserole 3 à 6 cm de racine de gingembre, 3 à 6 cm racine de curcuma, 1 bâton de cannelle, 10 à 20 grains de poivre noir, une gousse d’ail avec sa peau, thym séché, ajouter 1 litre d’eau et faire bouillir 15 minutes. Filtrer et ajouter dans la tasse le jus d’un demi citron et une cuillerée à soupe de miel. On peut se resservir des ingrédients en ajoutant de l’eau au cours de la journée et même le lendemain, mais au bout d’un certains nombre de tisanes, les ingrédients ont perdu toutes leurs vertus.

-Soupes crues chaudes pour l’hiver au blender :

Ma préférée : courge musquée en morceaux, purée d’amandes, quinton, persil, ail, oignon, ajouter au dernier moment de l’eau de la bouilloire, à déguster avec des châtaignes cuites émiettées dessus façon croûtons et une virgule de « crème fraiche » (cajou et un peu d’eau au blender).

Velouté de carottes : carottes en morceaux, poivron rouge épépiné, tomates séchées trempées, raisins secs trempés, piment, eau de mer, graines de sésame trempées & à 2 heures avant et rincées ou bien purée de sésame (tahin), blender, eau de la bouilloire à ajouter au dernier moment, se déguste aussi avec une virgule de « crème fraiche » (voir ci-dessus) et lamelles de poivrons.

D’une façon générale : un légume, très peu d’ail et/ou d’oignon et/ou d’échalote et d’herbe fraiche de votre choix (persil, herbes de Provence, coriandre fraiche, etc…), quinton, une purée d’oléagineux (pour l’onctuosité) ou des graines de tournesol, eau de la bouilloire.

Soupe Miso express : diluer dans de l’eau chaude (pas bouillante pour ne pas « tuer » le miso) le miso de riz fermenté un an et non pasteurisé (marque Celnat, à conserver au frigo après ouverture), ajouter ail gingembre et curcuma râpés, oignon émincé, les restes d’un ou deux légumes émincés (chou, poivron, carotte, céleri, courgette, etc…), algues nori en paillettes (c’est celle qui a le goût le moins fort pour les débutants), un filet de citron, des graines germées, une cas de purée de sésame (tahin) ou un jaune d’oeuf cru. On peut émietter dessus des marrons ou châtaignes cuites en guise de croutons (en bocaux ou sous vide en boutique bio). ATTENTION, le miso est très salé, cette soupe est à consommer avec modération au maximum une fois par semaine…

-Soupe de « poisson » crue chaude, genre bouillabaisse : patates douces en carrés, oignons émincés, tomates en morceaux (ou purée de tomates), curcuma (ou safran si on est riche), paillettes d’algues « salade du pêcheur », huile d’olive, eau de la bouilloire, blender, ajouter dans le bol de l’eau de mer au goût. Rouille : « mayonnaise » de purée d’amandes blanches, voir recette plus haut, huile d’olive, ail, paprika. Croûtons : crackers maison ou à défaut pain des fleurs 100% sarrasin, sans sel sans sucre. Fromage râpé pour mettre sur les croûtons tartinés : noix de cajou râpées.

-Soupes cuites pour l’hiver : mettre les légumes (un seul ou deux légumes pour un meilleur résultat) avec eau de boisson, ail, oignon ou échalote et herbes au choix, faire bouillir. Dans l’assiette ajouter autant d’eau de mer que nécessaire et de la coriandre fraiche ou du persil frais ciselés.

Recettes sucrées :

-Biscrus sucrés, voir à la rubrique en-cas ci dessous.

Je ne cuisine pratiquement pas les fruits frais, je préfère de loin les croquer au naturel lorsqu’ils sont mûrs à point, entiers, de saison et bios bien sûr !

ATTENTION les fruits cuits (même avec la peau) sont des sucres concentrés, au même titre que les fruits secs (dattes, figues sèches, raisins secs, etc…), ne pas en abuser !

Un vrai régal quand il fait très froid :

– Banane coco Quinton : 1 cac d’huile de coco chauffée au bain marie (ou sur laquelle on verse de l’eau bouillante), une grosse banane ou deux petites écrasées dedans à la fourchette (bien mûres les bananes, plus de noir que de jaune sur la peau et chair translucide, c’est ainsi qu’elles sont meilleures au goût et l’amidon indigeste de la banane est à ce moment transformé en sucres simples très digestes, si les bananes ne sont pas assez mûres, on peut les masser avant de les éplucher) et une rasade de Quinton, miam !

et aussi :

-« Confiture » (dite : crufiture) : poires épluchées et trognon ôté (ou autre fruit de ton choix) et quelques dattes deglet Nour (les moins chères) ou de la pâte de dattes (encore moins chère), mixer au mini blender, à confectionner au fur et à mesure de consommation (se garde quelques jours au frigo.

-fraises « à la crème » : crème de fruits : en guise de crème et de sucre, écraser une banane bien mûre ou bien la chair d’une chirimoya appelée aussi anone ou version grasse : chantilly végétale : mixer noix de cajou avec très peu d’eau, dattes en morceaux et un peu de vanille en poudre.

-Salade d’agrumes au miel : fastoche, tu pèles à vif et coupes oranges, citrons, pamplemousses, etc, et tu ajoutes au jus qu’ont lâché les agrumes une bonne cuillerée de miel, tu peux saupoudrer de quelques graines de sésame.

-Grenades à l’eau de fleurs d’oranger : épépiner les grenades en tapant sur la peau de chaque moitié de grenade avec une cuillère en bois et ajouter de l’eau de fleur d’oranger éventuellement mélangée à de l’eau et à une cac de miel,

-Pomme « Rosh Achana » : comme son nom l’indique, tu coupes des quartiers de pomme que tu trempes dans le miel puis dans le sésame, « Rosh Ashana » est une fête juive (la nouvelle année) où chez mes parents on dégustait ainsi les pommes.

-Dattes farcies : farcir des dattes Medjol avec une pâte d’amandes maison non sucrée : 100g d’amandes en poudre, éventuellement 50g de pistaches réduites en poudre, vanille en poudre, jus et zeste de citron, psyllium blond mixé ou graines de lin mixées ou graines de chia, former des boudins dodus qui farciront les dattes,

-Yaourts : Lait de coco maison (chair + eau de cocos fraiches dans le blender) ou une boite de lait de coco à 80% de coco et 20% d’eau ou lait d’amandes maison ou lait d’autre oléagineux maison (voir recette ci-dessus), ajouter pro biotique ou ferment lactique (comme vegaflore pré et pro-biotique ou Copmed pro biotique 10 MD, par exemple, on trouve des pro biotiques pour yaourts en boutique bio), blender, on peut ajouter les fruits frais ou secs de son choix (délicieux aux raisins secs mais aussi aux myrtilles), et laisser fermenter 24 ou 48 heures au frigo.

-Yaourt sans ferment : 400 ml de lait d’amande maison (voir plus haut), poudre de vanille, 2cas1/2 de psyllium mixé, blender. Au fond des pots, mettre des fruits frais en petits morceaux, verser la préparation dessus et laisser prendre quelques minutes ou quelques heures.

-Panna Cotta : lait d’amandes maison (voir recette plus haut), 4 grammes (cad 1 cac bombée)/litre de lait végétal d’agar agar en poudre, chauffer l’agar agar dans 1/2 verre d’eau en remuant au fouet pour éviter les grumeaux, verser dans le blender avec le lait d’amandes, la pâte de dattes, blender (une autre recette de panda cotte dans les recettes de fêtes en fin de cet article),

-Tablette de chocolat maison (sans sucre) : mélanger le cacao cru en poudre à de l’huile de coco liquéfiée (ou beurre de cacao) et à un peu de miel, mettre dans un moule rectangulaire sur une épaisseur d’un centimètre, mettre au congélo une demi-heure, sortir la plaque et creuser des sillons délimitant un quadrillage de la plaque pour former des carrés de chocolat enfin mettre au frigo jusqu’à dégustation.

-Coockies pour les enfants ou en période de transition alimentaire (pour 12 pièces) : 2 bananes mûres, 100g de farine de sarrasin, chocolat noir à plus de 75% de cacao, écraser les bananes, ajouter le sarrasin et les morceaux de chocolat, faire des petits tas avec une cas sur du papier sulfurisé, au four à 170°C pendant 30 minutes davantage si on les aime plus croustillants,

-Muffins au chocolat : éplucher 1 ou 2 kakis allongés, ôter les coeur et les réduire en purée, ajouter 6 cas de poudre de cacao cru non sucré, mettre Dans des moules au frigo au moins 4 heures,

-Flan aux raisins secs : pour le fond de flan, amandes, dattes, un peu d’eau, blender et étaler au fond d’un joli plat. Le flan : lait d’amandes maison (voir plus haut), raisins secs, graines de chia ou psyllium, bien mélanger, verser sur le fond de flan, si vous avez utilisé des graines de chia, mettre à prendre au frigo, si vous avez utilisé du psyllium, attendez que ça prenne à température ambiante,

-Carrot cake : 2 tasses de carottes râpées, 3 cas huile de coco, pâte de dattes, noix de coco râpée, noix de muscade, cannelle, une pincée de sel, mixer jusqu’à ce que ça tienne. Pour le glaçage : noix de cajou, jus de citron, miel,si besoin un petit peu d’eau, blender, laisser prendre sur le gâteau au frigo,

-Cake à la banane (pour les enfants) : 3 bananes bien mûres, 130g de farine de sarrasin, 20g de fécule de pommes de terre, 1 cas de bicarbonate de sodium alimentaire, 1 cas de vinaigre de cidre, 100g d’huile de coco, 2 oeufs, cannelle, dans l’idéal cuire à la vapeur dans le moule à cake du vitaliseur de Marion, sinon au four à 180°C pendant 40 minutes,

-« Boulou » de tata Yvonne revisité pour rendre la recette physiologique (c’est un cake aux fruits secs, tata Yvonne était ma tante préférée et son boulou à tomber) pour les enfants ou en période de transition alimentaire : 125g de farine de riz (ou 85g de farine de riz et 40g de farine de châtaigne), 125g d’amandes en poudre, 2 oeufs (qu’on peut remplacer par des graines de lin ou de chia ou des téguments de psyllium blond dans un peu d’eau), 1 tasse de dattes dénoyautées ou l’équivalent en pâte de dattes, 1/2 tasse d’huile d’olive peu fruitée, 1 cas de bicarbonate de sodium, 1 cas de vinaigre de cidre, vanille en poudre, zeste d’orange ou au de fleur d’oranger, raisins secs, amandes, noix, noisettes, etc… A cuire à four tempéré (110°C).

-Kloug de Pessah : pour la petite histoire lors de Pessah (la Pâque juive qui dure 8 jours), on doit s’abstenir de consommer de la levure et par extension de la farine. J’ai donc tâtonné pour trouver une recette de gâteau qui convienne. Ce gâteau s’était vu attribuer le nom de « Kloug de Pessah » parce que ayant procédé par essais/erreurs, les premiers spécimens de ma fabrication n’ont pas tous été véritablement comestibles, et l’un d’entre eux, de sinistre mémoire « pétait » (il faisait de grosses bulles qui venaient exploser bruyamment à la surface du gâteau) le rendant aussi appétissant que le Kloug du film « le père Noël est une ordure »…

Version cuite (plutôt pour les enfants) :

1 tasse de lait d’amandes blanches maison assez épais

1 tasse ou 1 tasse et demie de raisins secs trempés quelques heures dans du rhum (l’alcool s’évapore à la cuisson) ou dans de l’eau de fleur d’oranger à verser avec le liquide dans la pâte

2 tasses de poudre d’amandes émondées ou pas (maison si possible)

1 tasse de farine de sarrasin pré-germé maison moulue sur le moment

½ tasse d’huile d’olive (peu fruitée)

3 jaunes d’œufs

3 blancs d’œufs montés en neige

1 cas rase de bicarbonate de sodium alimentaire

1cas de vinaigre de cidre

1 pincée de sel

Des fruits pour garnir le fond du moule

On peut aussi faire un glaçage au chocolat (poire au fond et glaçage au chocolat, c’est une tuerie !)

Dans l’idéal, cuire environ 50 minutes à la vapeur dans le moule à cake du vitaliseur de Marion, sinon, enfourner à 110 °C, cuire pendant environ une heure en fonction du four. La cuisson à relativement basse température est moins nocive.

Version crue vegan :

Remplacer la farine de sarrasin par de la farine de coco ou par une 3ème tasse de poudre d’amandes, remplacer les œufs, le bicarbonate et le vinaigre par de l’agar agar, faire des petits gâteaux individuels dans des petits moules ou emportes pièces ou mieux des verrines et laisser prendre au frigo.

-Crumble cru poires-chocolat :

Disposer dans un plat les poires bien mûres coupées en tranches très fines, ajouter dessus le mélange : poudre d’amandes, purée d’amandes, graines sarrasin trempées au moins 4 heures, rincées, égouttées et écrasées au mortier, quelques pattes dénoyautées broyées au mixer ou coupées en morceaux d’un demi centimètre de côté maximum. Recouvrir de chocolat de qualité, sans additif 85% de cacao (marque Biocoop) fondu au bain marie. Laisser refroidir avant dégustation.

-Entremet cru : mélanger lait d’amandes maison (voir plus haut), zeste de citron, vanille en poudre, graines de psyllium, raisins secs, farine de coco, verser dans un joli plat, saupoudrer de cannelle, laisser une heure au frigo, Servir à la cuillère.

-D’autres recettes sucrées en fin d’article dans la rubrique : « recettes de fête ».

Recettes salées :

-Biscrus salés (pour l’apéro) : voir rubrique « en-cas » ci-dessous.

-Produits et chairs animales : toute une rubrique leur est consacrée plus loin.

-Végé-thon, pour remplacer le thon en boites dans les recettes : graines de tournesol trempées, persil, jus de citron, oignon rouge, branche de céleri, salade du pêcheur (mélange de paillettes d’algues en boutique bio), eau de mer, blender mais pas trop pour garder un peu de texture.

-chapelure sans gluten : passer au mixer des cracottes de « pain des fleurs » au sarrasin, sans sel sans sucre (boite bleue). Si vous prenez une autre marque vérifier que le seul ingrédient soit le sarrasin (et l’eau).

– Moutarde maison sans sel : pour les désamériser faire tremper au moins deux jours et une nuit les graines de moutarde (cook en boutiques bio) dans de l’eau de boisson en les rinçant tous les matins et tous les soirs à l’eau du robinet et en changeant l’eau de trempage, après le dernier rinçage très minutieux et l’égouttage, les mettre dans le mini blender, ajouter du vinaigre de cidre et éventuellement un peu de quinton, la texture doit rester celle de la moutarde, on peut ajouter une cuillerée de miel pour une moutarde mi-douce. Mettre en pot en verre et au frigo. Si après confection de cette moutarde vous vous rendez compte qu’elle est amère (les graines n’ont pas été trempées suffisamment longtemps) pas de panique, ajoutez y un peu de miel.

-Harissa maison : mixer des piments rouges séchés avec de l’eau de mer et de l’ail frais haché, mettre en bocager recouvrir d’huile d’olive pour la conservation.

Sauces ou tartinades ou trempettes pour légumes ou pour wraps, au blender :

pour obtenir une sauce salade à partir d’une trempette, diluer à l’eau ou à l’eau de mer et ajouter des légumes lacto-fermentés maison ou du jus de citron ou du vinaigre de cidre.

  • Tatares d’algues : algues nori en paillettes ou mieux, entières séchées, ail, huile d’olive, jus d’un citron et zeste d’un demi-citron, Quinton (eau de mer microfiltrée), robot lame en S fonction pulse (2 ou 3 coups) pour garder un peu de texture, peut être utilisé comme sauce salade,

Labné Libanais revisité : diluer purée d’amandes blanche avec eau de mer, ajouter 1cas de vinaigre de cidre, huile d’olive, monter comme une mayonnaise, ajouter zaotar (épice orientale ou thym frais ou d’ariette hachés, à tartiner,

  • Mayonnaise de cacahouètes : ou d’amandes ou de sésame, etc…, une cas de purée d’oléagineux de ton choix, ½ cac de moutarde maison (recette ci-dessus), monter le tout avec du Quinton (eau de mer microfiltrée) comme une mayonnaise, psyllium mixé pour épaissir si besoin,
  • aïoli : ajouter de l’ail réduit en tous petits morceaux (ou mieux broyé au pilon) à la mayonnaise,
  • Sauces salades grasses : un oléagineux ou graine (tournesol, amande, cajou, etc…) ou purée d’amande blanches ou de cacahuètes ou de sésame ou autre, un acide (légumes lacto-fermentés maison au Quinton, citron, vinaigre de cidre), quinton pour saler, morceaux d’un ou deux légumes au choix (céleri, carotte, patate douce, courge, courgette, etc…), ail, oignon ou échalotes, herbes fraiches (persil, basilic, menthe, ciboulette, etc…) ou sèches (herbes de Provence, thym, etc…),
  • Sauce salade ou tartinade à la courgette : courgette, avocat, ail, aneth haché, eau de mer, blender,
  • Sauce salade ou tartinade au brocoli : brocolis, tahin (purée de sésame), cumin, jus de citron, ail, paprika, nori en paillettes, eau de mer, blender,
  • Sauce salade ou tartinade aux graines de chanvre : graines de chanvre, noix de cajou ou pignons de pin ou autre oléagineux, jus de citron, levure alimentaire sans gluten, paprika, piment, eau de mer, blender,
  • Sauce concombre : concombre en morceaux, purée d’amande blanche, ail, oignon rouge, zeste de citron, aneth fraiche (ou sèche), poivre, eau de mer, blender, psyllium mixé pour épaissir si besoin,
  • Sauce salade sans gras : morceaux de légumes de votre choix (carotte, poireau, radis, autre), ail, oignon, Quinton, dans mini blender, citron ou vinaigre de cidre ou légume facto-fermenté ou jus d’orange,
  • Sauce sucrée salée grasse : un oléagineux ou graine (noisette, cajou,tournesol, etc…) ou purée de noisettes ou d’amandes complètes, jus d’orange frais maison ou dattes ou raisins secs ou miel , quinton, cannelle ou vanille,
  • Sauce tomates (pour les spaghettis de courgette par exemple) : tomates fraiches (en saison, sinon coulis de tomates ou tomates pelées au jus), tomates sèches réhydratées la veille, dattes ou raisins secs ou carotte râpée, très peu d’oignon ou d’échalote, très peu d’ail, basilic ou thym ou herbes de provence, eau de mer, huile d’olive, blender, psyllium mixé pour épaissir si besoin,
  • Pesto : basilic frais ou persil frais ou jeunes feuilles d’épinards frais, ou autres feuilles vertes , graines de tournesol ou cajous ou pignons de pin, ou purée de sésame ou d’amandes ou avocat, quinton, jus de citron et zeste ou ail ou échalote ou cebette, psyllium mixé pour épaissir si besoin,
  • Sauce acide aux légumes lactofermentés : légumes lactofermentés maison au Quinton (eau de mer microfiltrée), purée d’oléagineux, légume frais au choix (carotte, fenouil, chou…),
  • Guacamole maison : avocat écrasé à la fourchette (pour ne pas faire une purée) avec citron et Quinton, on peut ajouter de la poudre de tomates séchées, du gingembre écrasé, de l’ail, du cumin en poudre et/ou du poivron mixé, psyllium mixé pour épaissir si besoin,
  • Guacamole aux algues : avocat, algues wakamé ou nori en paillettes, moutarde, oignon, citron, ail, paprika, eau de mer, écraser à la fourchette.
  • Tsatsiki : tartinade ou sauce pour trempettes grecque : 1 concombre pelé, ôter les graines du milieu et découper en petits morceaux, 350g de yaourt de coco ou d’amandes maison au psyllium, voir recette plus haut, ail, huile d’olive, citron, eau de mer, aneth ou menthe. Laisser 1 heure au frigo.
  • « Beurre » salé : diluer une cuillère à soupe de purée d’amande blanche avec un peu de Quinton. Si on veut obtenir du « beurre » doux, on peut diluer la purée d’amandes à l’eau plutôt qu’au Quinton, psyllium mixé pour épaissir si besoin, on peut ajouter de l’ail haché pour en faire un aïoli,
  • Sauce carottes : carottes crues cumin purée d’amandes blanches et Quinton dans le blender,
  • sauce tartare : moutarde maison (voir recette plus haut), purée d’amandes blanche, monter à l’eau de mer comme une mayonnaise, câpres, cornichons en petits morceaux, ciboulette, estragon, persil, cerfeuil ou coriandre fraiches finement ciselées, échalote en petits morceaux, zeste de citron, psyllium mixé,
  • sauce ou marinade sans oléagineux : 1 yaourt de coco au psyllium maison (voir recette plus haut, jus de citron, 2 cas de concentré de tomates, poivre, paprika, coriandre, cumin, eau de mer, 1cas d’huile d’olive, psyllium mixé pour épaissir si besoin,
  • sauce ou marinade portugaise sans oléagineux : oignon rouge ou ce bettes, beaucoup d’ail, piment doux ou d’espelette, persil plat, huile d’olive, jus de citron vert, jus de citron jaune, miel, poivre 5 baies, eau de mer, paprika, thym, romarin, blender le tout,
  • Houmous de patates douces ou de courgettes : patates douces crues ou courgettes crues, purée de sésame connue sous le nom de tahin, citron, ail, Quinton, dans le blender,
  • Pâté de tournesol : à diluer plus ou moins pour obtenir une tartinade ou une sauce salade : graines de tournesol, Quinton, ail frais, oignon tendre ou doux, 1 ou 2 légumes au choix : carotte, épinard, tiges ou cotes de chou fleur ou de brocolis, blettes, patate douce, ou autre (délicieux avec poivron rouge+tomate+tomate séchée), tu peux remplacer l’ail et/ou l’oignon par les fines herbes de ton choix, fraiches ou sèches (délicieux avec mélange de fines herbes fraiches à la place des légumes : persil, coriandre, ciboulette, etc…), le tout dans mini blender ou dans blender en fonction de la quantité, tu pourras couper des légumes crus en bâtonnets pour tremper dedans, pour transformer cette sauce en sauce salade, ajouter un jus de citron ou du vinaigre de cidre ou du jus de légumes facto fermentés maison ou des légumes facto fermentés maison mixés,

-Sel de céleri : couper des branches (ou les feuilles pour un sel corsé) de céleri en petits morceaux et mettre quelques heures au déshydrateur puis mixer au petit blender, conserver dans un pot hermétique et utiliser à la place du sel lorsque la préparation doit être ensuite déshydratée pour éviter le Quinton qui l’humidifierait,

-Wraps : faire un pâté de tournesol ou une tartinade (voir plus haut) très épaisse (davantage d’oléagineux et moins de liquides) et un mélange de graines germées et de légumes râpés et rouler dans une feuille de laitue,

Wrap à rouler à la place de la feuille de laitue : 1oignon en morceaux, eau de mer, eau, 2 belles poignées d’épinards frais, cumin, blender. Ajouter 2 belles poignées d’épinards, 3 dattes medjol dénoyautées, eau de mer, blender. Ajouter une tasse de graines de lin brun moulues. Blender. Mettre sur les plaques Téflon du déshydrateur, 60° pendant 1h puis 45°C pendant 12 heures. Laisser refroidir avant de garnir et rouler. On peut remplacer les épinards par des poivrons (les épices sont alors : cumin, cannelle, paprika), des courgettes ou autre, adapter les épices à chaque fois.

-Rouleaux de printemps : garnir une feuille de riz trempée dans l’eau chaude de carottes râpées, spaghettis de courgette recoupés, morceaux d’avocats, graines germées, feuilles de menthe, graines de sésame ou cacahouètes concassées. Servir avec une sauce à base de vinaigre de cidre et de miel à laquelle on peut ajouter de la purée de cacahouète.

-Petits farcis :

Champignons farcis crus ou cuits : réserver les têtes de champignons avec eau de mer et citron. Pour la farce : émincer les pieds ds champignons, câpres, olives noires émincées, restes de guacamole ou d’une autre sauce ou bien graines de chia entières ou graines de lin mixées ou de psyllium mixé pour lier. Remplir les chapeaux des champignons. Peut se faire cuire quelques minutes à la vapeur dans un panier asiatique sur une casserole.

Tomates farcies crues ou cuites : couper le chapeau des tomates et les évider, hacher la chair des tomates ainsi recueillie, la mélanger à une sauce tartare (voir recette plus haut), ajouter des graines de chia pour lier et en remplir les tomates, remettre les chapeaux. Peut se faire cuire quelques minutes à la vapeur dans un panier asiatique sur une casserole. On peut faire de la même manière des poivrons rouges ou jaunes farcis, des courgettes (coupées en 3 dans la largeur et en 2 dans la longueur) farcies, etc…

Autres recettes de farce pour les petits farcis et la sauce pour les accompagner :

-oignons nouveaux avec tiges, sarrasin ou quinoa germé, tomates, ail, paprika, persil, poivre 5 baies, psyllium mixé ou graines de lin mixées ou graines de chia, eau de mer sauf si on cuit les farcis à la vapeur, il y aura de l’eau de mer dans la sauce pour farcis,

-mixer ensemble tout ce qu’on a ôté ds différents légumes à farcir (champignons, tomates, poivrons, courgettes, etc…) avec ail, piment, persil, oignon rouge, psyllium mixé,

-cebette, tout ce qu’on a ôté ds différents légumes à farcir, noisettes concassées (pour remplacer la viande hachée), origan, paprika fumé, persil,

sauce pour petits farcis : olives noires dénoyautées et dessalées, fonds d’artichauts, ail, purée d’amandes, jus de citron, mixer,

Taboulé libanais : 1 tasse de quinoa germé ou de fleurettes de chou fleur préparées en couscous avec la fonction « pulse » du mixer (voir recette plus loin), 3 bottes de persil plat émincées, une demi botte de menthe émincée, 4 tomates fermes en petits carrés, 1 concombre en petits carrés, 2 oignons verts en petits carrés, s’ils sont trop forts, on peut mettre un peu de cannelle dessus (les carrés de légumes d’un demi centimètre de côté sont coupés avec l’appareil à main emporte pièce), pignons de pin, le jus de 3 citrons, huile d’olive, poivre, paprika ou piment d’espelette, eau de mer, à déguster tout de suite,

-croquettes de courgettes : râper des courgettes, bien essorer à la main ces légumes râpés, les mettre dans un saladier avec une cas de purée d’amandes, 1 oeuf (ou du psyllium ou des graines de chia ou des graines de lin broyées), des noix de cajou râpées, former des croquettes plates et tremper dans la chapelure sans gluten (voir plus haut la fabrication très rapide de cette chapelure). Poêler rapidement sur les deux faces.

-« moules » marinières vegan : préparer d’abord un Dashi en faisant tremper champignons shitakés séchés et algue kombu séchée ensemble toute la nuit dans l’eau froide, puis ôter les shitakés et faire bouillir 5 min, filtrer. Faire revenir les échalotes dans l’huile, ajouter les pleurotes fraiches (ou des shitakés frais), couper les pleurotes de la taille des moules et les ajouter, ajouter ail, vin blanc sec, le dashi, le bouquet garni, de la purée d’amandes, du persil émincé et des paillettes de laitue de mer, si besoin, épaissir la sauce avec un peu d’arrow root.

-Falafels, leur sauce et la salade d’accompagnement :

Falafels : pois chiches germés suffisamment pour devenir tendres, persil plat haché, coriandre fraiche hachée, oignon rouge ou petits oignons blancs hachés, ail haché, menthe fraiche hachée, cumin, piment ou harissa, cannelle, eau de mer, téguments de psyllium blond, graines de sésame grillées, jus de citron, mixer sur pulse jusqu’à obtenir une pâte grumeleuse, laisser reposer une heure, former des croquettes à faire revenir à la poêle,

Sauce pour tremper les falafels : purée d’amande, menthe déshydratée, cumin, piment ou harissa, ail, jus de citron, eau de mer, huile d’olive,

Salade pour accompagner les falafels ou à déguster sans falafels : couper très finement (1/2 cm de côté, avec coupe légumes voir plus haut) des dés de tomates, de concombre et d’oignons blancs, assaisonner d’ail, citron, eau de mer et huile d’olive,

-Sauce pour rouleaux de printemps : 1/2 tasse de purée de cacahouète, 1 grosse cas de Miso de riz fermenté un an, non pasteurisé (Celnat au rayon épices de la boutique bio), quinton au goût, 3 cas de vinaigre de cidre, 1 gousse d’ail, gingembre, piment ou paprika,2 cas de miel,

-Macédoine de légumes crus avec sa « mayonnaise » : petits pois frais, haricots verts frais, carottes, navets, oignons blancs en botte (ou oignon rouge), patate douce épluchée (pour remplacer la pomme de terre), tous les légumes (sauf les petits pois) sont coupés avec le coupe légume (voir plus haut) en morceaux de 1/2 cm de côté, ce qui permettra de les croquer crus. Voir plus haut la recette de la mayonnaise (purée d’amandes blanche montée à l’eau de mer avec un peu de moutarde maison).

Quiche de légumes crus :

Pour la pâte, graines de sarrasin trempées la veille, rincées (environ 300g), thym, romarin, tomates séchées, poivre, environ 100g de graines de chia, environ 2cas d’huile de coco, eau de mer, mixer, ajuster en ajoutant huile de coco ou eau pour former une pâte à étaler dans un moule.

Pour la crème : graines de tournesol trempées et égouttées, lacto-fermentation maison à l’eau de mer, pas au sel ! (voir recette dans cet article), jus de citron, ail, persil, poivre, éventuellement levure maltée sans gluten. Etaler la crème sur la pâte.

Disposer dessus les légumes de votre choix crus émincés très finement et marinés toute la nuit dans huile d’olive, ail, herbes, citron, ce qui les aura attendri.

-Salade râpée multi-légumes : râper selon la saison et/ou selon le marché, carottes, courge, patates douces, chou rave, courgettes, céleri rave, panais, navets, betteraves, ail, oignon, échalote, etc, émincer persil frais ou coriandre fraiche, assaisonner avec huile d’olive, citron (ou vinaigre de cidre) et Quinton, faire déguster cette salade en conscience et demander aux convives de deviner les différents légumes qui composent cette salade en leur donnant comme seule indication qu’ils sont au nombre de dix par exemple, c’est un excellent exercice de pleine conscience,

-Carottes râpées orientales (délicieux l’hiver, salade réchauffante) : râper les carottes sans les éplucher, émincer un oignon rouge, ajouter des raisins secs sultanines, hachez de l’ail frais dessus, ajouter du cumin ou de la cannelle en fonction des goûts de chacun, le jus d’un citron ou d’une orange, de l’huile d’olive ou de colza et de l’eau de mer. Réserver au frigo quelques heures ou toute la nuit (les raisins vont gonfler et les carottes s’attendrir), une ou deux heures avant de servir, ajouter un oignon rouge en rondelles très fines à la mandoline, de la coriandre fraiche (ou à défaut du persil frais) finement émincée, des graines de tournesol,

-Salade de tagliatelles de courgettes : avec un rasoir à légumes, couperose tagliatelles de courgettes dans des courgettes vertes et dans des jaunes dans le sens de la longueur, ajouter des tomates cerise coupées en deux, de l’huile d’olive, un citron pressé, du basilic et de la menthe émincés, des olives noires dénoyautées dessalées et coupées en morceaux, des pignons de pin, de l’eau de mer,

-Les crudités de mon enfance (à peine adaptées) :

  • Artichauts : éplucher les petits artichauts violets poivrade de façon à ne laisser que le coeur, sans le foin et les premières feuilles tendres étêtées, faire des lamelles les plus fines possibles, couper des oignons rouges en très fines tranches, assaisonner de jus de citron, eau de mer, poivre, huile d’olive, laisser mariner et décorer de persil ciselé avant de servir,
  • carottes : râper les carottes avec le gros côté de la râpe, ajouter jus de citron, eau de mer, une petite pointe d’harissa (voir recette plus haut), huile d’olive,
  • fenouil : couper à la mandoline de très fines lamelles dans le sens de la longueur, réserver les feuilles vertes pour la déco à la fin, ajouter citron, huile d’olive, eau de mer, poivre ou 5 baies,

– Chips de légumes (pour tremper dans les tartinades) : feuilles de chou kale sans les côtes ou autres légumes coupés très fins à la mandoline trempés dans huile de coco chauffée au bain Marie, saupoudrés au choix de : curry, cumin, thym, herbes de provence, romarin, basilic, etc…, exemple : chou kale, coco, curry,

-Chips de courgettes : courgettes crues en tranches fines à la mandoline, saupoudrer de sel de céleri (voir recette plus haut) et d’herbes de Provence, mettre quelques heures au déshydrateur à 45 degrés maximum retourner au bout de deux heures.

-Chips de pommes de terre : pommes de terre nouvelles crues avec la peau en tranches très fines à la mandoline, saupoudrer de sel de céleri et de curry, mettre quelques heures au déshydrateur à 45 degrés maximum retourner au bout d’une heure.

– Crackers maison (pour tremper dans les tartinades) : Tu peux tartiner un peu de foie de morue cru non salé (en boites, en boutique bio) sur des crackers maison (déshydrateur) pour faire des toasts pour un repas de fête. Recette des crackers : ¾ de tasse de graines de lin moulues, ¾ de tasse de graines de tournesol moulues, une pincée de poivre noir moulu, thym, sel rose de l’himalaya, une gousse d’ail, un oignon jaune coupé en lamelles, 2 cas d’huile d’olive, environ une demi tasse d’eau, au mixer puis étaler sur les plaques du déshydrateur.

-pain essène (remplace les biscottes, concentré de vitamine et minéraux) : beaucoup de graines germées de toutes sorte c’est l’ingrédient principal (pour faire germer les graines mucilagineuses, les mélanger avec au moins 50% de graines non mucilagineuses), beaucoup de fibres des jus que vous aurez gardées au frigo sur plusieurs jours et que vous aurez épicées à votre goût, oignon et ail, algues, huile d’olive, eau de mer, psyllium ou chia, olives ou oléagineux, éventuellement moutarde, mélanger le tout à l’extracteur de jus sans le filtre ou mixer au mixeur, ajouter ensuite les graines de tournesol trempées la veille pour le croquant et/ou des raisins secs si on veut un pain sucré, étaler sur maximum un centimètre d’épaisseur, prédécouper, déshydrater à 40-45 degrés maxi pendant environ 24 heures (en fonction du déshydrateur), stocker dans une boite à gâteaux hermétique, se conserve des semaines.

– Crêpes de sarrasin : tremper le sarrasin une nuit, bien le rincer, l’égoutter puis ajouter un peu d’eau de source, dans le blender. Si on ajoute un tout petit peu d’eau de source, on peut étaler en cercles sur les feuilles téflon du déshydrateur, si on ajoute davantage d’eau jusqu’à obtention de la consistance d’une pâte à crêpes, on peut cuire de vraie crêpes à la poêle. On peut remplacer l’eau de source par du Quinton pour des crêpes salées et par l’eau de trempage des dattes ou des raisins secs ou par du jus de pomme ou d’oranges maison pour les crêpes sucrées. Tartiner de « beurre salé » ou de miel ou de « crufiture » voir les recette de « beurre salé » et de « crufiture » dans cet article.

-Crêpes vertes : feuilles d’épinards (ou de blettes, ou de salade), oeufs ou graines de lin ou de psyllium, sel de mer (ou mieux ajouter dans l’assiette de l’eau de mer), blender, former des crêpes dans la poêle ou déshydrater au déshydrateur.

– Taboulé de quinoa : tremper le quinoa 3 ou 4 heures, lorsqu’on voit sortir le germe, bien rincer et laisser germer toute la journée, le soir confectionner le taboulé en remplaçant la semoule par le quinoa germé. On peut faire toute sorte de salade à laquelle on ajoutera du quinoa germé.

-Coucous en remplacement de la semoule de blé : quinoa germé cru ou cuit sert de semoule en accompagnement d’un tajine cuit par exemple ou d’un couscous, on remplace les pois chiches cuits par des pois chiches germés, ne pas saler le bouillon du couscous, ajouter du quinton dans l’assiette au goût,

– Céleri rémoulade : râper le céleri rave, sauce : purée d’amande blanche avec un peu de moutarde maison non salée (voir recette de la moutarde maison plus haut), à monter en mayonnaise avec du Quinton. Cette sauce peut se faire avec de la purée de sésame, ou autre purée d’oléagineux.

Salade d’été : tomates coupées en fines tranches, oignons rouges émincés en fines lamelles, persil plat coupé très fin, graines de tournesol ou de courge entières. Sauce : poivron, piment, ail, eau de mer, basilic, blender.

– Salade crème de chou fleur : dans le robot lame en S, mettre les fleurettes de chou fleur débarrassées de leurs tiges (valable pour brocolis, chou romanesco) et mixer en mode pulse en surveillant pour arriver à de la semoule, si on va trop vite on obtient de la purée et c’est raté, puis assaisonner avec la sauce décrite plus haut dans sauces et trempettes (graines de tournesol, ail, oignon, eau de mer, mais remplacer les légumes par des tiges de chou fleur), ça donne une crème onctueuse ou une semoule couverte de sauce en fonction de la proportion de semoule et de sauce. On peut aussi se servir de cette « semoule » de chou fleur pour faire du taboulé ou du coucous.

-Salade d’endives : couper les endives avec des pommes, des cerneaux de noix, du persil, sauce salade : jus d’une orange, Quinton, huile de colza, le jus d’orange (plutôt que de citron) contre-balance agréablement l’amertume des endives,

– Salades coriaces : couper en tout petits morceaux ou râper les légumes coriaces (chou frisé, chou kale, ou autre) puis les laisser tremper plusieurs heures dans la sauce salade qui contiendra du citron ou du vinaigre de cidre ou des légumes lacto fermentés maison avec un peu de leur jus au Quinton (voir sauces et trempettes), les masser à la main de temps en temps, ainsi ils s’assoupliront et seront plus digestes.

-Spaghettis végétaux (peuvent s’ajouter dans les soupes comme des « cheveux d’anges ») avec pesto (voir recette plus haut) de légumes verts ou sauce tomate ou sauce bolognaise :

– Spaghettis de courgette, de courge (ou courge butternut), de carottes, de betteraves, de patates douces, de concombre épineux (moins aqueux que le concombre long), etc, dans le spiraliseur, si on épluche les courgettes, les « spaghettis » ont davantage l’apparence des pâtes de blé, pour les attendrir légèrement, les déposer dans une passoire et verser juste avant de servir de l’eau bouillante de la bouilloire dessus, on peut aussi faire bouillir de l’eau dans une casserole puis éteindre le feu et jeter quelques minutes les spaghettis dedans, on peut si on préfère faire des tagliatelles de spaghettis avec l’économe, qu’on recoupe dans la longueur à la largeur désirée,

-« Crumesan » pour mettre au dessus des pâtes : blender dans mini blender (ou dans râpe à manivelle) des noix du brésil ou à défaut des noix de cajou (ou des amandes), de l’ail, sel de l’Himalaya ou de guérande et poivre et saupoudrer sur les pâtes avec la sauce,

-Vermicelles pour la soupe : couper ces spaghettis de légumes en petits morceaux,

-sauce à l’ail pour spaghettis : ail et persil émincés, huile d’olive, eau de mer, éventuellement piment,

-sauce au « beurre » à l’ail pour pâtes : monter de la purée d’amandes à l’eau de mer comme une mayonnaise, ajouter ail et persil plat haché, on peut ajouter un oeuf poché sur les pâtes dans l’assiette,

-Sauce bolognaise pour spaghettis : ajouter dans le blender à la recette de sauce tomate (plus haut) des noisettes concassées, ne pas trop blender pour garder de la texture,

-sauce orientale pour spaghettis :ail, oignon, concentré de tomates ou coulis de tomates, harissa, cumin, clou de girofle mixé, poivre 5 baies mixé, curcuma, carvi, gingembre, pois chiches germés, noisettes concassées, une branche de céleri hachée, une carotte râpée, eau de mer, huile d’olive,

-sauce NERANO crue : ail émincé, basilic frais ou sec, piment ou poivre, huile d’olive, mettre le tout à mariner dans un bocal hermétique au moins une heure ou mieux 24 heures, couper à la mandoline des rondelles très fines de courgettes qu’on pourra recouper en bâtonnets, les mettre à mariner dans un jus de citron et de l’eau de mer, mélanger l’huile marinée filtrée avec les courgettes égouttées, ajouter de la purée d’amandes diluée dans de l’eau de mer, ajouter les spaghettis de patates douces ou de courges ébouillantées quelques minutes dans la casserole d’eau bouillante hors du feu,

-sauce ARABIATA (en colère) pour spaghettis de légumes : piment de Cayenne ou d’Espelette, ail, poivre ou 5 baies, basilic frais écraser le tout au mortier, huile d’olive, laisser mariner dans un bocal hermétique 24 heures ou au moins une heure, filtrer et ajouter de la purée de tomates, ajouter de la purée d’amandes diluée dans de l’eau de mer, on peut râper des noix de cajou sur les pâtes en guise de fromage,

-spaghettis au citron : mélanger jus de citron, zeste de citron, purée d’amande, poivre, eau de mer, psyllium, ajouter dans le plat de spaghettis avec la sauce, du « crumesan » (voir recette juste au dessus et persil et/ou basilic émincés,

-spaghettis de courgette à la puttanesca : ébouillanter les spaghettis de courgette dans la casserole feu éteint, pendant ce temps préparer la sauce : tomates fraiches ou pelées au jus ou coulis de tomate, 1cac de câpres dessalés, 1 cas de salade du pêcheur (algues en paillettes), 1 gousse d’ail émincée, olives noires dénoyautées en morceaux, 1 pincée de piment, 1 pincée de poivre, huile d’olive, eau de mer, persil plat pour la décoration des assiettes,

-Lasagnes végétales : éplucher les courgettes et les passer à la mandoline dans le sens de la longueur, mettre dessus un peu d’huile d’olive pour les attendrir, faire un pesto de feuilles vertes (recette plus haut) et/ou une sauce tomate (recette plus haut), si ces sauces sont trop liquides, ajouter du psyllium ou faire chauffer un peu d’agar agar dans de l’eau et l’ajouter à la sauce pour qu’elle épaississe, étaler l’une des deux sauces sur les courgettes, mixer des noix de cajou avec très peu d’eau de mer pour remplacer la béchamel, verser sur la couche de sauce de légumes, recommencer ainsi (on peut alterner pesto et tomates ou opter pour un seul goût), dernière couche : crumesan (voir recette plus haut),

-Endives béchamel : émincer les endives très finement, les masser avec du jus de citron et de l’huile de colza pour les attendrir, faire un carpaccio de betteraves à la mandoline qu’on cisèlera ensuite en très fines lamelles au couteau, mélanger aux endives avec le citron et l’huile, blender les noix de cajou avec l’eau de mer, ajouter ensuite le psyllium mixé, poivre, muscade et huile de colza. Essorer betteraves et endives les placer dans un plat et déposer la béchamel dessus,

-Galettes de légumes : un reste de légumes crus râpés ou cuits, un reste de quinoa ou sarrasin germé cru ou cuit, épices au goût, fines herbes fraiches ciselées, graines entières (tournesol, courge, sésame, etc…) ou noix grossièrement concassées (amandes, noisettes, etc…), graines de lin trempées dans l’eau ou graines de chia trempées dans l’eau (pour lier et remplacer l’oeuf) ou oeuf, façonner les galettes, les passer dans la farine de coco ou dans la chapelure physiologique (voir recette plus haut), dorer très rapidement à la poêle à l’huile d’olive,

-« Acras » d’algues : mélanger 200g de paillettes d’algues salade du pêcheur, 100g de sarrasin germé, 1cas de bicarbonate de soude et 1cas de vinaigre de cidre, 1cas de purée d’amandes, 1 oeuf ou du psyllium blond ou des graines de chia ou des graines de lin, gousses d’ail, le jus d’un demi citron vert, mixer, ajouter un peu d’eau si besoin, laisser lever 1 heure dans un endroit chaud, ajouter persil, le vert de petits oignons blancs ou de la ciboulette, un petit piment, le tout émincé finement, former des croquettes et les passer à la poêle dans un peu d’huile d’olive.

-Fromage d’amandes (ou de noix de cajou) : récupérer la pulpe restante dans le sac à lait végétaux après avoir fait un lait végétal (voir plus haut) ou mixer les noix et bien les essorer, une gousse d’ail avec sa peau, fines herbes fraiche à votre goût (ciboulette, basilic, persil, etc) une branche de céleri, éventuellement flocons levure nutritionnelle SANS GLUTEN, Bioreal par exemple en boutique bio (sinon pas de levure maltée du tout), jus de choucroute crue maison (pour fermenter), eau de mer, blender, laisser affiner dans le frigo quelques jours,

-Couscous cru : semoule de chou fleur (voir plus haut) ou quinoa germé cru. Légumes : courgettes, brocolis, navets, carottes, patate douce, chou, petits pois, fèves fraiches, etc… les légumes durs seront coupés le plus fin possible à la mandoline, les autres émincés le plus fin possible, la courgette à l’économe dans la longueur puis coupée en morceaux, les petits pois resteront entiers. Bouillon : raz el hanout, eau de la bouilloire, verser ce bouillon sur les légumes, ajouter dans l’assiette de l’eau de mer.

-Petits pains moelleux crus : une tasse de graines de lin moulues, une tasse et demie de carottes râpées, 3 branches de céleri, 1/2 oignon, 3 cas de cumin, 3/4 de tasse d’eau de mer, blender, ajouter 1/4 de tasse de psyllium, blender, laisser gonfler 5 minutes, former des boules de 5 cm de diamètre, poser sur la feuille réflex du déshydrateur, parsemer de graines de sésame, déshydrater à 60°C pendant une heure puis à 42°C pendant 16 heures, retirer la feuille au bout de 2h quand les pains ne collent plus, les pains sont secs à l’extérieur et moelleux mais pas trop humides à l’intérieur, se. conservent quelques jours dans un récipient hermétique au frigo, ce pain peut s’utiliser pour confectionner les hamburgers, recette plus bas,

-Pizza : pour la pâte chou fleur cuit vapeur écrasé à la fourchette, oeuf (on peut le remplacer par du tégument de psyllium blond mixé ou des graines de lin ou des graines de chia), huile d’olive, origan, curcuma, cuire à 180°C pendant 10 minutes. Garnir de tomates et légumes crus, arroser d’eau de mer,

  • Pâte à pizza crue : mixer une courgette, 1/4 de poivron rouge ou jaune, 100g de graines de sarrasin germées ou au moins trempées, 100g de graines de lin, poivre, 1cac de paprika, 1cac de poudre d’ail, 1/2 jus de citron, eau de mer, ajouter origan (ou cumin ou autre…), couper les parts de pizza, déshydrater à 40 degrés (pas plus pour l’eau de mer), pendant 12 à 15 heures, au bout de 3 heures environ, enlever la feuille reflex et retourner la pâte

-galette de sarrasin comme une pizza : voir dans cet article la recette de galette de sarrasin ou les acheter toutes prêtes en boutique bio, mélanger la purée de tomates avec des oignons rouges et du persil plat, du paprika et du poivre ou 5 baies dans le blender, émincer très finement à la mandoline quand c’est possible, sinon au couteau courgettes, champignons, poivrons, oignons rouges, tomates, ail, coeurs d’artichauts, asperges, etc… ajouter olives noires, origan, mettre la galette à réchauffer à feu doux dans la poêle et disposer dessus la purée de tomate puis les légumes et l’assaisonnement, hors du feu, on peut ajouter des noix de cajou (ou amandes blanches) mixées en guise de fromage,

-Hamburger végétalien cru :

Pour le steak : sel de céleri ou eau de mer et psyllium ou graines de chia, cumin, 1 tasse de carottes en morceaux,1 tasse de betteraves en morceaux, 1tasse de tomates réhydratées, mixer, déshydrater un peu si besoin.

Pour le pain : 2 tasses de potiron, 1 pomme, 1 à 3 cas de graines de lin mixées, faire des cercles un peu plus larges que les steaks, déshydrater, on peut aussi utiliser la recette de petits pains moelleux crus ci-dessus.

Pour la sauce : 1 tasse de céleri rave ou de céleri branche, 1 datte ou des raisins secs, 1 cas de graines de chanvre ou de sésame, 1 cas de moutarde maison, jus d’un demi citron, eau de mer, mixer.

Pour le montage : 1 pain, 1 feuille de salade verte, 1 burger, 1 tranche d’oignon rouge, 1 rondelle de tomate, 1 cas de sauce, 1 feuille de salade, 1 pain.

-Escalivade catalane : disposer dans le plat qui entre dans le vitaliseur de Marion ou autre cuiseur vapeur basse température ou un plat allant au four, on cuira alors à basse température (100 degrés max), aubergines en lamelles, les poivrons rouges en lamelles, les tomates en lamelles, les oignons en lamelles, de l’ail haché , de l’huile d’olive. Les lamelles se font à la mandoline, les plus fines possibles. Peut se déguster chaud ou froid, dans l’assiette ajouter de l’eau de mer.

-Caponata sicilienne : cuire à l’étouffée : les aubergines en petits cubes, le céleri en petits cubes et l’oignon rouge en petits cubes Lorsqu’ils commencent à être cuits, ajouter les tomates en cubes, les poivrons en cubes, cuire à l’étouffée, ajouter 35g de câpres dessalés, 50g d’olives noires dessalées, 50g de raisins secs, 30g de pignons de pin, 50g de miel, 50g de vinaigre de cidre, 1 cas de cacao amer, terminer la cuisson à l’étouffée, ajouter le basilic ciselé hors cuisson. Dans l’assiette ajouter huile d’olive et eau de mer.

-Pain au sarrasin germé salé ou sucré : ATTENTION, pas à la farine de sarrasin !

ATTENTION : ce pain a un goût prononcé de sarrasin, il n’a pas le goût du pain de blé, mais ce goût est très agréable, c’est une question d’habitude. Ne le manger que lorsqu’il aura totalement refroidi permet d’atténuer beaucoup ce goût prononcé de sarrasin.

250g de graines de sarrasin entières décortiquées et non grillées trempées la veille ou au minimum 4 à 5 heures et bien rincées,

150g d’eau de boisson (pas d’eau du robinet),

blender, puis mettre dans un saladier en verre et couvrir d’un torchon, laisser fermenter entre 12 heures et 24 heures en fonction de la température ambiante, dans un endroit tiède (environ 25 degrés), quand le mélange précédent est fermenté (mousseux), mélanger délicatement avec une cuillère en bois et ajouter :

20 grammes de psyllium blond,

1 cac rase de sel fin de Guérande ou de sel rose de l’Himalaya,

1 cas de bicarbonate alimentaire,

1 cas de vinaigre de cidre,

et, éventuellement :

-pour une version salée : des graines de courge ou de tournesol, ou des morceaux de noix ou olives ou autre,

-pour une version sucrée : raisins secs, morceaux de pomme, cannelle ou autre,

-pour une version baba au rhum : dans la pâte à pain ajouter quelques cuillerées de miel et des raisins secs trempés dans le rhum avec le rhum de trempage. Sirop à verser sur le baba cuit avant dégustation : mélange rhum et eau porté à ébullition ajouter du miel au rhum refroidi, bien mélanger, arroser le baba refroidit de ce sirop,

-pour une version pain d’épices : miel et épices (cannelle, badiane, girofle, coriandre, anis vert, gingembre, muscade, cardamome, zeste d’orange, etc…),

mélanger, verser très rapidement après l’adjonction du bicarbonate et du vinaigre dans un moule à cake chemisé pour le cuire immédiatement parce que sinon le pain ne lèvera pas,

on peut parsemer dessus des graines de sésame, de lin, de pavot ou autre,

cuire à la vapeur au vitaliseur de Marion 50 minutes ou à défaut enfourner une heure à 170 °C,

-pour une pâte à pizza épaisse, ajouter de l’huile d’olive à la préparation, étaler la pâte dans un moule à tarte ou directement dans la lèche frite sur du papier cuisson, garnir de légumes crus ou décrudis à la vapeur ou à défaut cuits au four sur la pâte, à basse température, pour remplacer le goût du fromage, râper des noix de cajou sur la pizza (ne pas passer au four les noix de cajou),

ATTENTION : bien laisser refroidir avant de découper, les tranches se tiennent très bien, le pain se conserve une semaine dans un torchon au bas du réfrigérateur.

pour un pain plus haut, on peut doubler la recette,

-D’autres recettes salées en fin d’article dans la rubrique : « recettes de fête ».

En cas :

– Oléagineux : amandes, noisettes, noix de cajou, noix de Grenoble, noix de macadamia, graines de tournesol, graines de courge, toutes ces graines et noix seront trempées une nuit dans l’eau (séparément) puis bien rincées, trempées dans du quinton, saupoudrées (ou non) d’épices mais pas de sel (très pro-inflammatoire) et séchées au déshydrateur.

-chips de coco (en boutique bio.

-Algue nori séchée entière de qualité crue, à grignoter comme des chips, très reminéralisant.

Chips de chou kale décrites plus haut dans le chapitre recettes salées.

Biscrus salés ou sucrés avec les fibres des jus : 

– Recette de base : fibre des jus de légumes, graines de tournesol pré germées, téguments de psyllium blond (liant)

– Pour les biscrus salés (d’apéritif) : ajouter huile d’olive, paillettes d’algue nori (c’est celle qui a le goût le moins fort), un peu de sel rose de l’himalaya, mixer et ajouter les graines de sésame et/ou de pavot après mixage,

– Pour des biscrus sucrés : ajouter huile de coco chauffée au bain marie, farine de coco, cannelle ou vanille en poudre (cook boutique bio), ou zeste d’orange, jus de pommes ou d’orange maison, pâte de dattes bien émiettée, mixer et ajouter les raisins secs après mixage,

Pour les deux sortes de biscrus, les former à la main en disques plats et les mettre au déshydrateur,

A noter que les chips de légumes, les crackers maison, ainsi que les noix et graines déshydratées (s’assurer qu’ils soient très bien déshydratés, sinon risques de moisissures) peuvent se réaliser des mois à l’avance et se conserver dans des bocaux en verre bien hermétiques genre « Le Parfait ».

– Chataîgnes ou marrons en bocaux ou sous vide, donc cuits, on peut les croquer en en cas ou bien utiliser en les émiettant sur son bol de soupe en remplacement des traditionnels croûtons, on peut en faire un plat en faisant revenir de l’oignon dans de l’huile d’olive ( on peut y ajouter des rondelles de pomme de terre) et en assaisonnant d’ail et de persil.

Produits animaux :

ATTENTION : Pour être consommés crus les produits animaux doivent être très frais. S’ils ne sont pas de qualité bio, il vaut mieux ne pas en consommer (ni cuits ni crus) ou le moins possible, les animaux ont pu être nourris avec des OGM (en plus de tous les pesticides qu’ils contiennent), c’est un concentré de poisons. Bénéfice secondaire le fait de consommer de la viande bio (beaucoup plus onéreuse) vous amènera à en réduire drastiquement la quantité et la fréquence, ce qui vous évitera un cancer !

La viande et le poisson ne sont pas crus, mais cuits sans chaleur, c’st-à-dire cuits par l’acidité du citron, d’ailleurs la chair change de couleur lorsqu’elle est cuite.

– Steak tartare : steak haché de bœuf cru, persil et ciboulette finement ciselés, moutarde maison (voir plus haut la recette dans tartinades), 1 jaune d’œuf cru, 1 oignon rouge haché, ½ gousse d’ail hachée, un peu de piment fort en poudre (au goût, attention, pas trop !), 1 cac de Quinton, poivre, 2 cas d’huile d’olive.

-Viande en carpaccio : coupée en tranches très fines, la viande est mise à mariner dans du jus de citron, les herbes de ton choix, ail, oignon et de l’huile d’olive, elle « cuit » en quelques minutes ou heures.

-Viande séchée : avec un couteau bien aiguisé trancher un magret de canard avec la peau en très fines tranches (pour accélérer le séchage) et les mettre à sécher au déshydrateur. Les conserver dans un linge propre au frigo. Au moment de les consommer, les tremper dans du Quinton. Peut se réaliser avec toutes les viandes rouges.

– Poisson cru à la japonaise : trancher le poisson (très frais) très fin. Le tremper dans une sauce de soja avec peu de sel pour le consommer.

– Poisson mariné : acheter des sardines fraiches, les vider, laisser l’arête mais ôter la tête, les disposer dans une boite en verre avec couvercle et recouvrir de jus de citron et d’herbes de ton choix, ajouter un peu d’huile d’olive, laisser mariner quelques heures avant consommation. Se conserve 2 ou 3 jours au frigo dans la boite fermée. 

ATTENTION on peut consommer les anchois, sardines, maquereaux, harengs, mais pas de poissons plus gros et certainement pas ceux de bout de chaine alimentaire (comme le thon par exemple) qui concentrent pesticides, métaux lourds et maintenant le plastique !

– Jaune d’œuf cru : à incorporer dans les salades pour jouer le rôle du gras de l’assaisonnement ou à mélanger à du Quinton dans une petite coupe et à manger à la cuillère ou en trempant des crackers maison dedans ou du pain des fleurs au sarrasin sans sel et sans sucre (paquet bleu), tartiné de purée d’amandes blanche montée au Quinton pour un effet mouillettes de beurre salé dans œuf à la coque,

RECETTES DE FETES :

Entrées de fête :

-toasts pour l’apéro : pain des fleurs de sarrasin sans sel sans sucre ou pain de sarrasin (voir recette plus haut) toasté, « beurre salé » (voir recette plus haut), disposer dessus lamelles de truffe noire coupées à l’économe,

-brouillade de truffes : faire des oeufs brouillés dans lesquels on ajoutera de la truffe noire coupées en tous petits morceaux, ne pas faire cuire trop longtemps la truffe,

– Deux ou trois noix de Saint Jacques par personne, coupées en carpaccio (c’est à dire crues émincées très finement, légèrement congelées, elles seront plus faciles à émincer à la mandoline et marinées au citron et aux herbes) ou bien entières juste saisies à la poêle, accompagnées d’une abondante salade de légumes crus avec quelques morceaux de fruits crus dedans assaisonnée à l’huile de truffes, au citron ou au vinaigre de cidre et à l’ail, par exemple ou bien avec des copeaux de truffe dessus : salade de pousses d’épinards, cœurs d’artichauts, poivrons rouges (pas les verts qui ne sont pas mûrs et donc acidifiants pour l’organisme), olives noires, mangues, noix de cajou, ou salade mesclun, têtes d’asperges, oignons rouges en rondelles tranchées très fines à la mandoline, cornichons, noisettes, ananas, ou salade cresson, cœurs de palmiers, courge crue tranchée très fine ou râpée, avocat en morceaux, noix de macadamia concassées, etc…

-écrasé de pommes de terre, cuites à l’étouffée, dans l’assiette on ajoute eau de mer, purée d’amandes blanche et truffe noire coupées en tous petits morceaux,

-spaghettis de courgettes (voir recette plus haut) au caviar : une fois les spaghettis ébouillantés, les mélanger à 1 cas de purée d’amandes blanche, ajouter un filet de citron vert et un peu de zeste de citron vert, poser 20 à 25 g de caviar par personne sur les pâtes dans l’assiette, mélanger avant dégustation,

– Un potage de légumes crus chaud, par exemple : potage de butternut cru avec ail, oignon, persil, sérum de Quinton pour saler (blender), où tu ajouteras de l’eau de la bouilloire au dernier moment, et que tu serviras dans des bols avec des « croutons » de marrons cuits vapeur (on les trouve en bocaux ou moins chers sous vide en boutique bio) concassés avec une virgule de crème (cajou et un peu d’eau au mini blender), tu peux ajouter de l’huile de truffes, tu peux imaginer de nombreuses autres recettes de soupes. Ce potage pourra être accompagné de 2 ou 3 très fines tranches de magret de canard coupées très finement et séchées maison au déshydrateur (les tranches séchées de magret de canard du commerce, même en boutiques bios sont trop salées et souvent chargées d’additifs et les aiguillettes de canard du commerce sont coupées trop épaisses),

-Foie gras végétal et cru : A préparer la veille : mettre dans un blender puissant 300g de graines de tournesol trempées au moins 4 heures, égouttées et bien rincées, 3 cas de Miso blanc, 2cas de tahin (purée de sésame), 1/2 cas de shitaké séché et moulu, 1 cac d’huile de truffe, 1/2 à 1 fève tonka broyée, 2 cas de Quinton, 1 clou de girofle moulu, environ 2 cas d’eau, blender puis ajouter 8 cas d’huile de coco désodorisée, blender à nouveau, verser dans une terrine ou dans une wonder cup (verre doseur américain cylindrique de la taille d’un rouleau de foie gras), fondre de l’huile de coco désodorisée avec du curcuma en poudre et verser dessus, mettre au frais au moins une nuit,

Plat de fête :

Du homard, ou des gambas cuits, ou des huitres crues (si tu aimes ça) ou cuites ou encore un plateau de fruits de mer très digeste et peu calorique, tu pourras remplacer le pain par des crackers maison au déshydrateur et le beurre par de la purée d’amandes blanches montée au quinton facile à tartiner (voir recette de mon » beurre salé » plus haut)

Salade à la truffe : ajouter dans la sauce salade grasse (à base d’avocat, purée d’oléagineux, huile) truffe noire coupées en tous petits morceaux,

Plateau de fromages :

Composé de « faux mages » à base de noix de cajou ou d’amandes fermentées que l’on trouve facilement en boutique bio ou mieux, fabriqués maison (noix de cajou, ail, fines herbes, éventuellement levure maltée si garantie sans gluten, au blender, égoutter sur un bocal puis laisser fermenter, une autre recette à base d’amandes dans la rubrique « recettes salées » dans cet article) quelques semaines à l’avance, et accompagné de crackers maison (voir recettes ci-dessus) eux aussi confectionnés quelques semaines à l’avance (ou à défaut de pain des fleurs au sarrasin sans sel et sans sucre, boite bleue).

Dessert de fête : 

ATTENTION, ces desserts sont à consommer avec modération et à réserver à de grandes occasions, pas à consommer au quotidien, ils sont générateurs de déchets parce que les mélanges oléagineux et fruits secs (dattes ou autres) sont très indigestes…

-Brownie : mettre dans le robot lame en S : 2 tasses d’amandes trempées 2 jours avant (et deux nuits) et émondées (ou d’amandes blanches du commerce, mais il faut le savoir, même en bio elles sont chauffées à haute température pour les émonder et donc plus de qualité crue), 2 tasses de dattes Medjool dénoyautées et ½ tasse de cacao cru non sucré. Mixer jusqu’à obtention d’une boule. Ecraser la boule dans un plat rond (ou en forme de bûche), on doit avoir des morceaux blancs d’amandes. Laisser 1 heure au congélateur puis mettre au frigo jusqu’à consommation.

Il est à noter que cette recette peut aussi servir à confectionner des truffes qu’on roulera ensuite dans le cacao cru, la poudre d’amandes ou de la noix de coco râpée.

– Tarte aux fruits : pour le fond de tarte, amandes (environ 120 g) et pâte de dattes (l’équivalent en poids de 20 dattes deglet nour dénoyautées) dans mixer jusqu’à ce que ça forme une boule, étaler dans le moule, puis mixer des noix de cajou avec la poire épluchée et épépinée et étaler cette crème sur le fond de tarte, puis couper les fruits (pomme ou poire ou fraises ou autre) en lamelles très fines (éventuellement à la mandoline) et les déposer sur la crème de fruit, on peut ajouter dessus la crème « chantilly » décrite ci-dessous,

– Panna cotta : faire un lait d’amande maison à partir de purée d’amandes (voir recette plus haut), y incorporer des graines de chia (ou du tégument de psyllium blond ou des graines de lin long ou brun mixées) et mettre dans des terrines au frigo 2 ou 3 heures, lorsque le mélange est solidifié, mixer un fruit (délicieux avec des fruits rouges) dans le blender et le déposer dans les verrines sur le mélange, décorer avec des fruits frais, tu trouveras une autre recette de Panna Cotta dans la rubrique recettes sucrées plus haut dans cet article,

– Dessert glacé : congèle des bananes bien mûres coupées en trois pendant au moins deux heures, puis mets dans ton blender professionnel ces bananes juste sorties du congélateur, avec le contenu d’un sac de fruits rouges surgelés lui aussi juste sorti du congélateur, répartis dans des coupes et ajoutes la crème « chantilly » décrite ci-dessous,

– Crème « chantilly » : noix de cajou, petites dattes deglet nour mixées (ou pâte de dattes) et une pincée de vanille en poudre (cook en boutique bio). Ajoute cette chantilly sur chaque coupe et décore avec des myrtilles. 

-Dattes à la pâte d’amandes : amandes en poudre, zeste de citron, une datte (pour sucrer et pour lier), jus de betterave pour colorer en rose ou jus d’épinards pour colorer en vert. Bien amalgamer et farcir les dattes.

-Dattes au chocolat : dénoyauter des dattes Medjol et mettre dans chacune une fève de cacao cru non torréfié.

Tu peux aussi choisir de faire un dessert de fruits exotiques frais coupés (ananas, mangues, litchis, etc…) et bien présentés dans une coupe ou dans un demi-ananas évidé, surmontés de la crème chantilly dont j’ai donné la recette ci-dessus. Ou bien de présenter ces fruits découpés pour une fondue au chocolat.

ATTENTION, de nombreux paramètres sont à changer pour retrouver durablement la santé ou ton poids de forme : adopter l’alimentation physiologique, la gestion du stress (voir : comment le stress actuel impacte notre santé et la composante psychique de toutes les maladies), une hygiène de vie optimale, des pratiques de santé quotidiennes (voir par exemple : les compresses d’huile de ricin) ainsi que des mesures de renforcement de l’organisme (voir par exemple : renforcement par le froid), le tout très individualisé en fonction de ton état de santé général et SURTOUT actualisé au jour le jour en fonction des réponses de ton organisme. 

Il est de ma responsabilité professionnelle de te prévenir qu’afin d’éviter certaines catastrophes (voir : ma transition), tu peux avoir besoin de te faire suivre par un coach de santé (ou coach de régénération) qui évaluera ton état de santé général en fonction de l’état de santé de tes systèmes immunitaire, nerveux, endocrinien, circulatoire, digestif, de ton poids rapporté à ta taille, de ton âge, de l’histoire de ta maladie, de ton histoire médicamenteuse, de ta génétique, et de nombreux autres facteurs. 

Tu peux également avoir besoin de te faire suivre par un psychologue pour venir à bout de ton stress. De plus les éliminations provoquées par ces changements d’alimentation et ces pratiques de santé, risquent de faire remonter des sentiments dépressifs pouvant aller jusqu’à des idées noires. Il est conseillé de se faire suivre par un psychologue, d’autant que de plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques consultations par an chez un psychologue. L’idéal serait que ce psychologue soit très au fait de ces pratiques de santé et du mode de vie physiologique.

Je suis psychologue clinicienne, hygiéniste, coach de santé et de régénération et propose notamment des consultations par SKYPE ou téléphone.

De plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques séances de psychologues, renseignes toi auprès de ta mutuelle, je peux envoyer des reçus.

Pour connaitre mon parcours, voir : Qui suis-je

Si tu souhaites davantage de renseignements, n’hésite pas à me contacter à l’adresse suivante : 

osersavie66@gmail.com

ou au 06 87 20 54 58

Publicités

Coronavirus : consultations skype

ATTENTION : avant de lire cet article, je t’invite à relire ma page d’accueil  en suivant le lien suivant :

ça va mieux en le disant

Par ces temps de coronavirus, le seul moyen de se prémunir contre cette épidémie est de renforcer son immunité. Pour t’y aider, je propose des suivis par skype ou par téléphone ainsi que les encadrement de jeûne chez soi (par ailleurs beaucoup moins onéreux que les stages de jeûne), Skype permet d’éviter tout contact lors des consultations, avec ou sans masque, avec ou sans gants.

Je suis coach santé RGNR et psychologue clinicienne, je propose donc 7 jours sur 7, des suivis par skype ou par téléphone, ainsi qu’un un véritable coaching (je réponds 7 jours sur 7, aux mails et sms entre chaque séance skype) ou bien des consultations espacées ou ponctuelles pour garder ou retrouver la santé physique et psychique ou simplement pour garder ou retrouver durablement ton poids de forme en santé que tu aies maigri ou grossi. 

Mes honoraires préférentiels pour des séances par skype ou par téléphone du lundi au dimanche inclus :

C’est dans le cadre d’un suivi que je peux proposer un jeûne à domicile.

En attendant, prends bien soin de toi, j’espère que les articles et vidéos de mon blog t’y aideront.

ATTENTION, de nombreux paramètres sont à changer pour retrouver durablement la santé ou ton poids de forme : adopter l’alimentation physiologique, la gestion du stress (voir : comment le stress actuel impacte notre santé et la composante psychique de toutes les maladies), une hygiène de vie optimale, des pratiques de santé quotidiennes (voir par exemple : les compresses d’huile de ricin) ainsi que des mesures de renforcement de l’organisme (voir par exemple : renforcement par le froid), le tout très individualisé en fonction de ton état de santé général et SURTOUT actualisé au jour le jour en fonction des réponses de ton organisme. 

Il est de ma responsabilité professionnelle de te prévenir qu’afin d’éviter certaines catastrophes (voir : ma transition), tu peux avoir besoin de te faire suivre par un coach de santé (ou coach de régénération) qui évaluera ton état de santé général en fonction de l’état de santé de tes systèmes immunitaire, nerveux, endocrinien, circulatoire, digestif, de ton poids rapporté à ta taille, de ton âge, de l’histoire de ta maladie, de ton histoire médicamenteuse, de ta génétique, et de nombreux autres facteurs. 

Tu peux également avoir besoin de te faire suivre par un psychologue pour venir à bout de ton stress. De plus les éliminations provoquées par ces changements d’alimentation et ces pratiques de santé, risquent de faire remonter des sentiments dépressifs pouvant aller jusqu’à des idées noires. Il est conseillé de se faire suivre par un psychologue, d’autant que de plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques consultations par an chez un psychologue. L’idéal serait que ce psychologue soit très au fait de ces pratiques de santé et du mode de vie physiologique.

Je suis psychologue clinicienne, hygiéniste, coach de santé et de régénération et propose notamment des consultations par SKYPE ou téléphone.

De plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques séances de psychologues, renseignes toi auprès de ta mutuelle, je peux envoyer des reçus.

Pour connaitre mon parcours, voir : Qui suis-je

Si tu souhaites davantage de renseignements, n’hésite pas à me contacter à l’adresse suivante : 

osersavie66@gmail.com

ou au 06 87 20 54 58

La composante psychique de toutes les maladies


ATTENTION : avant de lire cet article, je t’invite à relire ma page d’accueil  en suivant le lien suivant :

ça va mieux en le disant

Nous prendrons, dans cet article, le terme psychique dans son sens le plus large, c’est à dire qu’il balaiera les notions d’émotions, états d’âme, estime de soi, esprit, pensée, psychologie, psychiatrie, etc…

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) définit la santé psychique comme

«un état de bien-être dans lequel une personne peut se réaliser, surmonter des tensions normales de la vie, accomplir un travail productif et contribuer à la vie de sa communauté». 

Pour Freud, était en bonne santé psychique celui ou celle qui était capable d’aimer et de travailler.

Connais-tu bcp de personnes atteintes de maladies chroniques plus ou moins handicapantes (reconnues ou non comme handicapées, ça n’a rien à voir) qui répondent à cette définition ?

Bien souvent la maladie restreint le champs d’action de l’individu et finit par envahir la totalité de la vie de la personne qui ne semble alors vivre que pour combattre les effets de sa pathologie quelle qu’elle soit ou pour en faire diminuer certains symptômes comme la douleur par exemple.

« Oui, tt tourne autour de ma maladie, j’ai tellement de spécialistes et de para-médicaux à consulter et d’examens à faire pratiquer»

La médecine occidentale découpe l’humain en ses organes et il existe un spécialiste pour chaque organe : cardiologue, ophtalmo, dermato, gastro, psycho, etc… qui ne se soucie que de cette petite subdivision d’humain. Nous sommes des individus (indivi-du), ce qui signifie que nous ne pouvons pas être divisés en organes ou en rondelles !

Les examens actuels, sanguins ou autres, plus ou moins invasifs et très lucratifs, même les plus sophistiqués qui reviennent très cher sont bien insuffisants. Lorsqu’on voit une anomalie dans une analyse ou un examen, il est bien souvent déjà trop tard pour agir avec les moyens de la médecine allopathique, au mieux on pourra éviter l’aggravation, ou ralentir un peu la progression de la maladie. Nous verrons dans un prochain article comment surveiller soi-même sa propre santé à l’aide d’outils non invasifs, assez bon marché et simples d’utilisation.

Seule une prise en charge holistique de l’individu (et non de la maladie) pourra lui rendre la santé. La prise en charge de la santé tant somatique que psychique est nécessaire pour que la personne retrouve son bien être et soit à nouveau capable d’aimer et de travailler.

« Un médecin m’a même dit c’est dans votre tête, allez voir un psy, l’air de dire vous êtes une simulatrice ou une hypochondriaque ou une folle ! »

Bien sûr, c’est toujours aussi dans la tête, le cerveau fait partie de l’organisme, il est irrigué par le même sang, desservi par les mêmes vaisseaux lymphatiques, innervé par la même qualité de nerfs, constitué lui aussi de cellules qui sont nourries par la même nourriture que le reste de l’organisme. Et la barrière hémato-encéphalique qui est censée protéger le cerveau est, du fait des modes de vie (téléphones portables, antennes wifi, etc…) et d’alimentation actuels, au moins aussi perméable que la barrière intestinale des occidentaux normo-mangeurs.

Toutes les maladies partent des intestins, nous l’avons vu, or l’intestin est relié au cerveau par le nerf vague. Lorsqu’on a commencé à s’intéresser au nerf vague, on pensait qu’il servait à transmettre des informations du cerveau vers les intestins, puis on s’est rendu compte que ces informations circulaient dans les deux sens et même davantage des intestins vers le cerveau, les intestins envoient aussi des impulsions au cerveau.

Certains médicaments censés nous aider à aller mieux (notamment certains psychotropes) nous éloignent de notre poids de forme, nous faisant prendre beaucoup de poids et c’est l’estime de soi qui en prend un coup… Certaines maladies nous font perdre tellement de poids qu’on se voit vieillir deux fois plus vite dans la glace, là aussi le moral est touché.

« C’est normal que je sois dépressive avec toutes les maladies chroniques dont je suis atteinte ! ».

Tu sais, rien n’indique qu’une maladie chronique nous rende dépressive ou angoissée ou nerveuse ou cyclothymique ou autre, qui te dit que ça n’est pas l’inverse ?

« C’est l’éternelle question, qui de la poule ou de l’œuf ? »

Bien sûr, nos émotions jouent un rôle important dans notre état de santé et notre état de santé conditionne nos émotions, états d’âme et sentiments.

En fait ce ne sont ni les maladies physiques, ni les maladies psychiques qui sont les premières, c’est un mauvais état des intestins, cad une mauvaise alimentation (voir : l’alimentation physiologique, les poisons majeurs, aliments acidifiants ou alcalinisants, les modes de cuisson) qui engendre des troubles physiques et/ou psychiques et l’ordre dans lequel ces troubles apparaissent dépend de ton hérédité. La seule conclusion importante à en tirer c’est qu’il faut se soigner de façon holistique, tant au plan somatique qu’au plan psychique.

Le niveau de stress chronique auquel nous soumet la vie actuelle et pour lequel nous ne sommes pas équipés sur le plan endocrinien est un facteur prédisposant à la maladie. Nous sommes faits pour supporter un grand niveau de stress aigu, très ponctuellement, comme par exemple se retrouver face à un tigre affamé en pleine forêt, mais dans ce cas, le stress ne dure que quelques minutes (ou secondes), soit on réussit à échapper au fauve, soit on devient son repas.

Aujourd’hui, le stress est devenu chronique avec ce petit chef qui nous surcharge de travail, nous harcèle de ses récriminations ou cette collègue de travail qui fait tt pour nous pourrir la vie au quotidien parce qu’elle nous envie pour telle ou telle raison et auxquels on ne peut pas échapper puisqu’on a besoin de ce boulot pour payer les factures, ou encore ce conjoint intolérant dont on ne parvient pas à prendre la décision salvatrice de se séparer, qui ne supporte pas que nous n’ayons pas évolués dans le même sens que lui au fil des ans et qui nous complique la vie au quotidien, nous obligeant à lui cacher certains de nos actes ou de nos pensées au lieu de les partager dans la joie et l’amour, ce qui nous éloigne encore davantage. Bref, nous sommes piégés dans un stress chronique que notre système hormonal n’est pas prévu pour gérer, le stress chronique engendré a un rôle inflammatoire et l’inflammation est le premier stade de la maladie…

Enfin, nous avons vus dans de précédents articles que la pensée est créatrice (voir : le sens de la vie). Les pensées négatives attirent à toi le négatif, or les conditions de vie actuelles peuvent nous conduire au pessimisme et donc nous faire entrer dans un cercle vicieux.

ATTENTION, de nombreux paramètres sont à changer pour retrouver durablement la santé ou ton poids de forme : adopter l’alimentation physiologique, la gestion du stress (voir : comment le stress actuel impacte notre santé et la composante psychique de toutes les maladies), une hygiène de vie optimale, des pratiques de santé quotidiennes (voir par exemple : les compresses d’huile de ricin) ainsi que des mesures de renforcement de l’organisme (voir par exemple : renforcement par le froid), le tout très individualisé en fonction de ton état de santé général et SURTOUT actualisé au jour le jour en fonction des réponses de ton organisme. 

Il est de ma responsabilité professionnelle de te prévenir qu’afin d’éviter certaines catastrophes (voir : ma transition), tu peux avoir besoin de te faire suivre par un coach de santé (ou coach de régénération) qui évaluera ton état de santé général en fonction de l’état de santé de tes systèmes immunitaire, nerveux, endocrinien, circulatoire, digestif, de ton poids rapporté à ta taille, de ton âge, de l’histoire de ta maladie, de ton histoire médicamenteuse, de ta génétique, et de nombreux autres facteurs. 

Tu peux également avoir besoin de te faire suivre par un psychologue pour venir à bout de ton stress. De plus les éliminations provoquées par ces changements d’alimentation et ces pratiques de santé, risquent de faire remonter des sentiments dépressifs pouvant aller jusqu’à des idées noires. Il est conseillé de se faire suivre par un psychologue, d’autant que de plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques consultations par an chez un psychologue. L’idéal serait que ce psychologue soit très au fait de ces pratiques de santé et du mode de vie physiologique.

Je suis psychologue clinicienne, hygiéniste, coach de santé et de régénération et propose notamment des consultations par SKYPE ou téléphone.

De plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques séances de psychologues, renseignes toi auprès de ta mutuelle, je peux envoyer des reçus.

Pour connaitre mon parcours, voir : Qui suis-je

Si tu souhaites davantage de renseignements, n’hésite pas à me contacter à l’adresse suivante : 

osersavie66@gmail.com

ou au 06 87 20 54 58

Vidéos : transition cheveux blancs N°2 et repas

ATTENTION : avant de lire cet article, je t’invite à relire ma page d’accueil  en suivant le lien suivant :

ça va mieux en le disant

Ces 2 vidéos ont été tournées le 1er novembre, soit environ 3 mois après ma première vidéo cheveux blancs, ça te donnera une idée du temps où on affiche sa transition sur sa tête…

Je n’ai pas réussi à fusionner les deux vidéos en une seule alors tu verras deux vidéos tournées le même jour, l’une à la suite de l’autre. Une vidéo sur ma transition cheveux blancs et une autre montrant ce que je mange chaque jour.

Tu peux, d’après mon apparence physique (je ne me maquille plus) mesurer, de vidéo en vidéo, l’amélioration de mon état de santé : je ne sais pas si ça se voit, mais mes cernes noirs autour des yeux (signe notamment d’une insuffisance rénale et hépatique) ont régressé depuis ma dernière vidéo fin juillet.

La première vidéo dure un peu plus de 7 minutes, il y est question de :

  • ma transition cheveux blancs (voir ma première vidéo : transition cheveux blancs), c’est ma 2ème transition cheveux blancs puisque j’avais craqué sous la pression sociale la première fois, voilà où j’en étais la première fois avant de craquer et de les recolorer. Et c’est la 2ème vidéo de ma 2ème transition cheveux blancs.
  • mes groupes facebook, que je vous encourage à rejoindre :

Colopathie fonctionnelle et maladies chroniques (parce que toutes les maladies partent de l’intestin) :

https://www.facebook.com/groups/342028459960327/

Retour durable au poids de forme en santé (si tu as grossi ou maigri) :

https://www.facebook.com/groups/2144964165521821/

Je précise pcq certains d’entre vous ont exprimé des craintes sur le fait de devenir trop maigre avec le régime physiologique. Comme on peut peut-être le voir sur cette vidéo, j’ai repris tt le poids que j’avais perdu, je suis aujourd’hui à mon poids de forme, 44 à 45 kg pour 1m60.

Oui, on maigrit au début (on élimine les toxines), alors qd on est déjà mince, on « fait trop maigre » pdt qq temps et si on a plus de 50 ans, on « fait vieille » aussi, d’autant que les toxines qui sortent par la peau, l’assèchent. Mais rassurez vous, ensuite on revient à son poids de forme et on retrouve plus ou moins son apparence d’avant (pas encore tt à fait chez moi) :

-si on était arrondie ou si on se maintenait à un poids plus faible que son poids de forme par des régimes amincissants, on ne devient pas mince lorsque notre poids de forme nous fait une silhouette arrondie (j’ai rencontré des crudivores arrondies),

-si on était trop maigre on prend du poids jusqu’à arriver à son poids de forme,

-si on était plus ou moins à son poids de forme (comme moi), on le retrouve.


La deuxième vidéo dure presque 8 min, il y est question de ce que je mange dans une journée parce qu’on me l’a bcp demandé, même si chacun est différent et qu’on ne mange ni la même chose ni la même quantité en fonction du stade où on en est et de son instinct (voir : l’instinctothérapie).

ATTENTION :

  • Il s’agit de ce que je mange aujourd’hui (voir : l’alimentation physiologique), il y a certains aliments que je ne supportais pas il y a seulement quelques mois.
  • Je parle de l’appétence pour certains aliments qui doit nous guider, mais cela n’est valable que pour des aliments naturels, bruts, bio (pas pour le nutella !) et cela ne fonctionne qu’après qu’on ait suffisamment assaini son terrain (voir : comment régénérer ses intestins), c’est pourquoi il peut être nécessaire d’être suivie auparavant par un hygiéniste.

J’ai oublié de mentionner dans cette vidéo que :

  • j’ajoute une pomme ou deux dans mon jus (en fonction de la taille de la pomme, pour rendre le jus plus doux) et que je n’y mets plus de piment parce que ça me provoquait des palpitations (voir : les jus de légumes),
  •  je remplace quelquefois le jus de citron dans ma salade par du vinaigre de cidre (qui en plus de son bon goût, possède de nombreuses  vertus santé).
  • en ce moment j’ai besoin de beaucoup de citron (les jus de 2 à 3 citrons par jour plus un citron avec la peau dans mon jus de légumes), en effet, j’ai le foie à la peine depuis qu’on m’a ôté la vésicule biliaire (en 2005 !). Nous avons chacun.e des besoins différents qui guident nos appétences pour tel ou tel aliment, il faut écouter nos appétences qui nous guident vers ce dont notre organisme a besoin à un moment donné (voir : l’instinctothérapie).

Finalement j’ai mangé 5 anones (chérimoyas) au lieu des 3 montrées dans la vidéo pcq elles étaient mûres à point (elles auraient été trop avancées demain) et que j’adore ça.

Pour répondre à la demande, je vais essayer de faire davantage de vidéos bien que ce ne soit pas mon truc, je suis bcp plus à l’aise à l’écrit.

ATTENTION, de nombreux paramètres sont à changer pour retrouver durablement la santé ou ton poids de forme : adopter l’alimentation physiologique, la gestion du stress (voir : comment le stress actuel impacte notre santé et la composante psychique de toutes les maladies), une hygiène de vie optimale, des pratiques de santé quotidiennes (voir par exemple : les compresses d’huile de ricin) ainsi que des mesures de renforcement de l’organisme (voir par exemple : renforcement par le froid), le tout très individualisé en fonction de ton état de santé général et SURTOUT actualisé au jour le jour en fonction des réponses de ton organisme. 

Il est de ma responsabilité professionnelle de te prévenir qu’afin d’éviter certaines catastrophes (voir : ma transition), tu peux avoir besoin de te faire suivre par un coach de santé (ou coach de régénération) qui évaluera ton état de santé général en fonction de l’état de santé de tes systèmes immunitaire, nerveux, endocrinien, circulatoire, digestif, de ton poids rapporté à ta taille, de ton âge, de l’histoire de ta maladie, de ton histoire médicamenteuse, de ta génétique, et de nombreux autres facteurs. 

Tu peux également avoir besoin de te faire suivre par un psychologue pour venir à bout de ton stress. De plus les éliminations provoquées par ces changements d’alimentation et ces pratiques de santé, risquent de faire remonter des sentiments dépressifs pouvant aller jusqu’à des idées noires. Il est conseillé de se faire suivre par un psychologue, d’autant que de plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques consultations par an chez un psychologue. L’idéal serait que ce psychologue soit très au fait de ces pratiques de santé et du mode de vie physiologique.

Je suis psychologue clinicienne, hygiéniste, coach de santé et de régénération et propose notamment des consultations par SKYPE ou téléphone.

De plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques séances de psychologues, renseignes toi auprès de ta mutuelle, je peux envoyer des reçus.

Pour connaitre mon parcours, voir : Qui suis-je

Si tu souhaites davantage de renseignements, n’hésite pas à me contacter à l’adresse suivante : 

osersavie66@gmail.com

ou au 06 87 20 54 58

Microbes et microbiote

ATTENTION : avant de lire cet article, je t’invite à relire ma page d’accueil  en suivant le lien suivant :

ça va mieux en le disant

« Pourquoi un article sur le microbiote ? »

Parce que c’est de la qualité de notre microbiote que dépend tout notre état de santé physique et psychique (voir : toutes les maladies partent de l’intestin) ainsi que la régulation de notre poids de forme (voir : pourquoi on grossit et comment prendre du poids).

Tu peux aussi rejoindre mes groupes FB :

Colopathies fonctionnelles et maladies chroniques :

https://www.facebook.com/groups/342028459960327/

Retour durable au poids de forme en santé :

https://www.facebook.com/groups/2144964165521821/

Vaincre la dépression, l’anxiété, etc par des moyens naturels :

https://www.facebook.com/groups/2203521379862548/

Donc, faut-il avoir peur des microbes ?

« C’te question, bien sûr qu’il faut se méfier des microbes, chez moi je nettoie tt à la javel ! »

Dommage, parce que c’est au contact des microbes que notre immunité se renforce, si on vit dans un endroit stérile, on se fragilise !

Sais-tu que notre organisme renferme bcp plus de microbes de tte sorte que de cellules ? On dénombre dans un organisme humain sain, 10 puissance 14 bactéries, 10 puissance 35 virus et on n’a pas dénombré les champignons à ma connaissance, mais ils sont aussi très nombreux, alors que le nombre de cellules du corps humain est estimé autour de 10 puissance 14.

« Dix puissance ??? »

Dix puissance 14 signifie : 10 X 10 X 10 X 10 etc, 14 fois, 10 multiplié 14 fois par 10 (ce serait trop long d’écrire les zéros et on s’y perdrait) ça s’écrit 10 exposant 14, mais je n’ai pas trouvé comment mettre les exposants sur mon ordi… Pour te donner une idée, 10 puissance 6 égale 10 X 10 X 10 X10 X 10 X 10 = 1 000 000.

« Mais pourquoi est-on autant infecté ? On est si faible que ça ? »

Non, au contraire, tous ces microbes ont un rôle très important dans le maintien de notre santé.

«  ??? »

Les microbes sont les grands nettoyeurs de l’organisme.

« C’est le contraire de ce que je croyais, explique ! »

De la même manière que tout un circuit de vaisseaux sanguins parcourt notre corps pour apporter nutriments et oxygène à toutes nos cellules, un circuit de vaisseaux lymphatiques parcourt lui aussi notre organisme récupérant toutes les toxines de nos cellules pour les éliminer.

En chemin ces vaisseaux lymphatiques rencontrent des ganglions lymphatiques, qui sont des petites poches pleines de bactéries dont la fonction est de digérer les toxines trop acides pour être éliminées par les émonctoires. Les microbes rendent ces toxines moins acides, sinon elles brûleraient ttes les portes de sorties (anus, urètre, etc…). Ca te brûle parfois qd tu urines ? Cela signifie que les toxines rejetées sont trop acides.

C’est pourquoi lorsqu’on nous a ôté les amygdales ou les « végétations » ou l’appendice (après une « crise d’appendicite »), qui sont des ganglions lymphatiques, la zone qu’ils nettoyaient est plus exposée qu’auparavant, les ganglions lymphatiques adjacents doivent se répartir le travail de ceux qui ont été ôté. De plus s’il y avait eu inflammation de ces ganglions c’était parce qu’ils étaient surchargés de travail, donc on se retrouve après ablation avec la même surcharge de travail et moins de ganglions pour y faire face, c’est encore une bombe à retardement !

Par exemple on m’a ôté les amygdales à l’âge de deux ans, donc je sais que toute la sphère haute (tête et cou) est chez moi fragilisée, alors j’évite tous les laits et laitages animaux qui engorgent la sphère haute.

« Mais d’où proviennent toutes ces toxines ? »

D’abord du fonctionnement normal de l’organisme, nos cellules sont vivantes, cad qu’elles se nourrissent en nutriment et oxygène par le sang et éliminent les déchets produits par leur fonctionnement pour ne pas s’auto-intoxiquer. Ensuite, nous charrions de nombreuses toxines provenant de l’alimentation moderne occidentale (molécules inconnues du corps comme colorants, conservateurs, adjuvants, etc…), des médicaments et autres substances que nous absorbons (voir : aliments acidifiants ou alcalinisants), ainsi que des substances inconnues de l’organisme humain produites par la cuisson (voir : les modes de cuisson) et considérées comme des déchets.

Il ne sert à rien d’essayer d’éradiquer une candidose ou de tuer les bactéries ou les virus qu’on a « attrapés », s’ils sont arrivés dans notre organisme, c’est qu’il y a du nettoyage à faire.

« Ca ne peut pas être dû à mon alimentation, j’ai cette candidose depuis ma naissance ! »

Pendant le processus de la naissance, le bébé « hérite » de du microbiote intestinal de sa mère (dans le meilleur des cas, cad si accouchement par voie basse) qui, s’il est déséquilibré entrainera un déséquilibre dans la digestion du bébé (voir : l’inné et l’acquis). En fait il ingère la flore vaginale qui est de bonne qualité si la mère a un bon microbiote intestinal, cad une alimentation physiologique. C’est parce que la flore intestinale des mères est déséquilibrée que tant d’enfants développent dans leurs premières années des maladies allergiques, asthmatiques ou autres voire des cancers ou qu’ils prennent trop de poids. Moi la première, j’ai transmis à mes enfants un mauvais microbiote, je ne connaissais pas l’alimentation physiologique à l’époque.

« J’ai les intestins plein de candidas, il faut bien s’en débarrasser ! »

Dis toi que l’organisme n’a jamais tort, il sait ce qui est bon (ou moins mauvais) pour lui. Pose toi la question : pourquoi les candidas ont-ils proliféré ? Les champignons (comme les candidas) ne prolifèrent dans l’organisme que qd il y a trop de déchets à évacuer, cad lorsque la fatigue fait que les glandes surrénales ne sont plus capables de métaboliser le sucre.

Notre microbiote intestinal est fait de bactéries, virus et levures en équilibre, mais si notre intestin contient trop de produits acidifiants, les muqueuses digestives seront enflammées et en milieu acide, les levures se transforment en champignons. Cette acidité traverse la barrière intestinale devenue perméable (par acidité) et les champignons (candidas) peuvent infecter tt l’organisme, tu as peut-être des mycoses sur les orteils ?

Une bonne flore intestinale (ou microbiote intestinal) est une flore en grande quantité et d’une grande diversité, elle empêche tous les microbes pathogènes de nuire à l’organisme. environ 90% de notre immunité est assurée par notre microbiote intestinal, c’est l’immunité mucosale. L’immunité humorale (du sang) et l’immunité cellulaire n’interviennent que pour 10% environ (voir : les vaccins). Avec une barrière intestinale en quantité et de bonne qualité, aucun élément nocif ne peut pénétrer dans le corps. Le stress (voir : l’hygiène de vie optimale et y’a pas que la bouffe dans la vie), l’épuisement (voir : fatigue chronique, intestins et maladies autoimmunes), les pesticides (qui sont des antifongiques et des antibactériens, voir : la bio c’est pas cher), les médicaments fongicides, les antibiotiques vont nuire à la quantité et à la diversité de ta flore intestinale et permettre le développement de microbes opportunistes qui ne seront alors plus maîtrisés. Ces microbes opportunistes rejettent des toxines en grande quantité dans l’intestin, sources de tous les désagréments et symptômes des troubles intestinaux. Les glandes surrénales se fatiguent dès lors à tenter d’éliminer les toxines.

Tu comprends bien que si tu ingères des aliments bourrés de pesticides, ces substances s’attaqueront à tous les microbes de ton microbiote et ton immunité en sera fragilisée, toutes les maladies partent de l’intestin.

Le problème n’est pas le candida, la bactérie ou le virus que tu « attrapes », mais le fait que nos organismes soient de plus en plus affaiblis.

« C’est pour ça que j’ai arrêté les sucres et que je prends des probiotiques »

Les sucres nourrissent les champignons, les bactéries, les virus mais aussi ttes les cellules de notre corps (attention concernant nos cellules, pas n’importe quels sucres, uniquement les sucres des fruits dans le fruit mangé entier et cru).

Et concernant les probiotiques, il en faudrait une quantité énorme pour obtenir un résultat minime.

« Alors comment éradiquer une candidose ? »

Il s’agit de revenir aux conditions de vie idéales et compter sur l’homéostasie pour régénérer ton microbiote intestinal, cad : l’alimentation physiologique avec des jeûnes réguliers, un rythme de vie physiologique, gérer ton stress, t’octroyer suffisamment de temps de repos et de sommeil, la pratique de l’hygiène intestinale. Le combat est perdu sans régénération du terrain.

En attendant la régénération de tes glandes surrénales et la restauration de ton biotope intestinal , tu peux endiguer plus ou moins les symptômes avec de l’ail, de l’huile de coco (acide laurique), des jus verts, de la cannelle, du lapacho, de la griffe du chat et avec des pratiques de santé (voir : comment « guérir » du SII et du SIBO).

« Moi j’ai enlevé de mon régime alimentaire tt ce que je ne supportais pas »

Ca peut aider, mais dans un premier temps seulement parce que les régimes restrictif affaiblissent ton organisme, il est nécessaire de régénérer le terrain et oublier les symptômes. Les minéraux (voir : les jus de légumes) et les bons corps gras (huile de coco, jaune d’œuf cru bio, éventuellement beurre cru de vaches jersiaise) sont antiacides, il faut absolument des produits non transformés et bio disponibles.

« Tu parles de virus dans l’organisme, mais lorsqu’on attrape un virus on est malade ! »

En fait c’est lorsqu’on est malade (ou plutôt en déséquilibre) qu’on attrape un virus. A l’instar des bactéries, les virus sont des agents nettoyants, mais qui n’interviennent en général qu’après les bactéries, si l’organisme est trop affaibli pour se défendre seul, alors le virus lui apporte un complément de matériel génétique pour l’aider à ramener le corps à l’état d’équilibre, cad à l’état de santé (voir : les maladies n’existent pas).

Par exemple si tu es exposée à la bactérie borrélia burgdorferi (de la maladie de Lyme), tu n’attraperas la maladie de Lyme que s’il y a du nettoyage à faire dans ton organisme, et le fonctionnement est le même pour les virus, tu n’attraperas d’herpès par exemple que s’il y a du nettoyage à faire dans ton organisme.

C’est ce qui explique que certains individus ne sont jamais touchés par les épidémies, ils ont un terrain fort.

« Le microbe n’est rien, le terrain est tout » disait le chimiste Antoine Béchamp, contemporain de Louis Pasteur et celui-ci l’aurait reconnu sur son lit de mort !

ATTENTION, de nombreux paramètres sont à changer pour retrouver durablement la santé ou ton poids de forme : adopter l’alimentation physiologique, la gestion du stress (voir : comment le stress actuel impacte notre santé et la composante psychique de toutes les maladies), une hygiène de vie optimale, des pratiques de santé quotidiennes (voir par exemple : les compresses d’huile de ricin) ainsi que des mesures de renforcement de l’organisme (voir par exemple : renforcement par le froid), le tout très individualisé en fonction de ton état de santé général et SURTOUT actualisé au jour le jour en fonction des réponses de ton organisme. 

Il est de ma responsabilité professionnelle de te prévenir qu’afin d’éviter certaines catastrophes (voir : ma transition), tu peux avoir besoin de te faire suivre par un coach de santé (ou coach de régénération) qui évaluera ton état de santé général en fonction de l’état de santé de tes systèmes immunitaire, nerveux, endocrinien, circulatoire, digestif, de ton poids rapporté à ta taille, de ton âge, de l’histoire de ta maladie, de ton histoire médicamenteuse, de ta génétique, et de nombreux autres facteurs. 

Tu peux également avoir besoin de te faire suivre par un psychologue pour venir à bout de ton stress. De plus les éliminations provoquées par ces changements d’alimentation et ces pratiques de santé, risquent de faire remonter des sentiments dépressifs pouvant aller jusqu’à des idées noires. Il est conseillé de se faire suivre par un psychologue, d’autant que de plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques consultations par an chez un psychologue. L’idéal serait que ce psychologue soit très au fait de ces pratiques de santé et du mode de vie physiologique.

Je suis psychologue clinicienne, hygiéniste, coach de santé et de régénération et propose notamment des consultations par SKYPE ou téléphone.

De plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques séances de psychologues, renseignes toi auprès de ta mutuelle, je peux envoyer des reçus.

Pour connaitre mon parcours, voir : Qui suis-je

Si tu souhaites davantage de renseignements, n’hésite pas à me contacter à l’adresse suivante : 

osersavie66@gmail.com

ou au 06 87 20 54 58

Les vaxxins

ATTENTION : avant de lire cet article, je t’invite à relire ma page d’accueil  en suivant le lien suivant :

ça va mieux en le disant

Avec toute la publicité officielle pour la vaxxination contre la grippe et le fait que les vaxxins soient de plus en plus contestés, j’avais envie d’y voir plus clair.

Lorsqu’on a une pathologie chronique, une maladie physique ou psychique ou de grosses difficultés à maintenir ou à retrouver son poids de forme, c’est qu’on a les intestins en mauvais état (voir : toutes les maladies partent de l’intestin), or l’intestin est le siège de notre immunité mucosale (voir : microbes et microbiote) qui est donc affaiblie, on est alors plus ou moins immunodéprimé. Lors de l’accouchement, s’il a lieu par voie basse, la mère transmet son microbiote intestinal à son bébé, si la mère est atteinte d’une pathologie intestinale ou une maladie chronique, le nourrisson sera exposé à un trouble intestinal lui aussi, alors quid de la vaxxination de l’enfant dans ces conditions ?

Ayant travaillé des années à l’hôpital en tant que psychologue clinicienne, j’ai toujours refusé les propositions de vaxxination contre la grippe offertes gratuitement à ses personnels et tout fait pour esquiver les vaxxinations obligatoires que voulait m’administrer la médecine du travail (notamment contre l’hépatite), les miennes n’étant plus à jour. En tant que professionnel de santé (seuls 25% des professionnels de santé acceptent de se faire vaxxiner), de par ma formation, j’avais ma petite idée sur le sujet…

Alors que je commençais à mener des recherches sérieuses de travaux scientifiques afin d’étayer un sujet aussi polémique, je suis tombée sur les vidéos de Thierry Casasnovas sur les vaxxins, neuf vidéos très documentées par des travaux scientifiques sérieux. Je me suis dit que je ne pourrais pas faire mieux, alors j’ai mis, à la fin de cet article, les liens vers ces 9 vidéos qui durent entre 35 minutes et une heure chacune.

Pour ceux qui n’ont pas dans l’immédiat le temps de visionner ces 9 vidéos, je vais donc me contenter d’une  synthèse succinte et partielle de ces vidéos agrémentée de certains ajouts glanés ici ou là (chez Irène Grosjean par exemple), mais je vous encourage à voir et revoir les vidéos de Thierry Casasnovas qui sont de grande qualité et à vous reporter à tous les travaux scientifiques sur lesquels il s’est appuyé. Bien sûr mon résumé risque d’être teinté de mon apriori sur les vaxxins, raison de plus pour vous documenter par vous même, pour ne pas en rester à ce que je vous expose là, comme je vous l’ai toujours recommandé.

ATTENTION : je ne cite pas ici les études scientifiques sur lesquelles s’appuie Thierry Casasnovas, vous trouverez un lien sur youtube sous chacune de ses vidéos qui renvoie à ces très nombreuses études.

Je rajoute en fin d’article des infos supplémentaires glanées ici ou là permettant notamment d’éviter de se faire vaxxiner lorsque les vaxxins sont « obligatoires ».

Mais en guise de préambule, une petite chanson pleine d’humour qui résume bien le problème :

« Mais les vaxxins ont permis d’éradiquer des maladies graves ! »

C’est faux !

C’est le niveau d’hygiène ainsi qu’une stratégie de quarantaine qui avait permis d’éradiquer certaines maladies comme la variole ou la rougeole, et ce bien avant l’apparition de la vaxxination.

Les épidémies de polio étaient dues à l’aspersion par du DDT (pesticide, contre les moustiques), ça n’est pas la vaxxination qui l’a fait régresser, mais l’arrêt de l’aspersion massive par le DDT. La plupart des pesticides ont une action importante sur le système nerveux central (SNC). 90% des polios sont asymptomatiques et le virus polio n’est pas le seul à causer des paralysies « type polio ». Le vaxxin contre la polio cause plus de paralysies que le virus sauvage.

La vaxxination de masse contre la varicelle a abouti à une recrudescence de cas d’herpès (c’est le même virus).

La plupart des maladies infantiles ne sont ni mortelles, ni graves elles l’ont été par le passé du fait des conditions sanitaires déplorables.

« Mais si tu ne vaxxine pas ton enfant, il fait courir un risque à toute la population ! »

C’est faux !

On a noté 6,3 fois plus de charge virale dans la respiration des personnes vaxxinées dans l’année ou l’année suivante, une personne vaxxinée émet donc, pendant deux ans, dans son environnement cette charge virale lors de sa respiration.

L’« immunité » due à un vaxxin est très partielle (quelques souches seulement) alors que l’immunité naturelle est hétérosubtypique (comme défini plus loin : elle immunise contre toutes les souches bactériennes ou virales responsables d’une maladie).

L’« immunité » vaxxinale dure peu de temps, c’est le déclin vaxxinal qui est au maximum de 10 ans, contrairement à l’immunité naturelle qui est à vie. Donc la majorité de la population française n’est pas vaxxinée (mes vaxxins datent de bcp plus que 10 ans), tu as quel âge ? Tes vaxxins datent de plus de 10 ans ? Alors tu crois que tu fais courir un risque à tte la population ?

Les nouvelles épidémies de maladies « anciennes » sont dues à l’inefficacité des vaxxins et non aux personnes non vaxxinées.

A l’instar des antibiotiques, la vaxxination contre une ou quelques souches de virus ou de bactéries cause d’une maladie favorise l’émergence de souches bactériennes ou virales plus virulentes et plus résistantes.

En fait ce sont les vaxxinés qui mettent en danger les non vaxxinés !

« Pourquoi ne pas se vaxxiner, si ça ne fait pas de bien, ça ne peut pas faire de mal ! »

Nous allons examiner le problème méthodiquement :

L’IMMUNITE VAXXINALE :

– La théorie vaxxinale part du principe qu’un taux d’anticorps élevé dans le sang signifie que la personne est immunisée, or corrélation ne signifie pas causalité, de nombreuses études montrent qu’un fort taux d’anticorps dans le sang ne signifie pas qu’il y a immunité.

En effet, le système immunitaire ne se résume pas à la présence dans le sang d’anticorps, il se compose du système immunitaire humoral (du sang), c’est le système antigènes-anticorps, du système immunitaire cellulaire et enfin du système immunitaire mucosal qui constitue l’essentiel de notre système immunitaire, il se situe à la surface des muqueuses et surtt de la muqueuse intestinale.

– Le microbiote a été découvert il y a une vingtaine d’année seulement, l’organisme humain héberge 10 puissance 14 bactéries. Des travaux récents parlent de virobiote (ensemble du patrimoine génétique des virus présents dans notre organisme), il s’élèverait à 10 puissance 35 virus dans notre organisme et serait un co-facteur du fonctionnement métabolique. Les champignons auraient eux aussi un rôle important dans l’organisme humain.

– Les vaxxins engendrent l’adaptation des souches virales ou bactériennes provoquant une maladie, sélectionnant les souches les plus résistantes et les plus virulentes.

-Lorsqu’on est vaxxiné contre une souche virale, on peut être contaminé par une autre souche et attraper tt de même la maladie contre laquelle on a été vaxxiné. Lorsqu’on n’est pas vaxxiné et qu’on attrape la maladie, on développe une immunité naturelle appelée immunité hétérosubtypique, c’est à dire une immunité contre toutes les souches virales responsables de cette maladie. Les vaxxins provoquent une immunodéficience généralisée.

Petite parenthèse personnelle : un de mes amis médecin, me disait il y a bien longtemps (j’exerçais encore ma profession de chirurgien dentiste), que lorsqu’un patient arrivait avec des symptômes grippaux, les recommandations étaient, si le patient n’était pas vaxxiné, de lui dire que c’était une grippe, s’il avait été vaxxiné, de lui dire que c’était un virus !!!

– Le fait de développer les maladies infantiles contribue à la maturation du système immunitaire, le système immunitaire se structure dans l’inconfort. La vaxxination empêche le développement d’une immunité hétérosubtypique. Les enfants qui ont eu la rougeole, par exemple, présentent ensuite moins d’allergies.

Donc, si on a une bonne immunité, on n’a pas besoin de vaxxin et si on a une mauvaise immunité, il faut surtt éviter les vaxxins, les vaxxins sont contre indiqués chez les immunodéprimés.

LES DANGERS DES VAXXINS :

– On observe de nombreux événements indésirables dus aux vaxxins mais qui ne sont que rarement signalés. On compte 3,8 milliards de dollars d’indemnité versés aux victimes des plus graves accidents vaxxinaux aux USA, sachant que seuls 1 à 10% des accidents sont rapportés et que seuls un tiers des accidents rapportés sont indemnisés.

– Des médecins légistes ont rapporté des cas d’asphyxie (cerveau durci) le jour même de la vaxxination avec hexavac. Il y a un effet cumulatif des 6 vaxxins présents dans l’hexavac, ce qui signifie que l’effet de l’injection d’un vaxxin hexavalent est beaucoup plus fort que celui des 6 vaxxins injectés séparément.

-Le fait de vaxxiner des bébés contre l’hépatite B est un non sens du fait du rapide déclin vaxxinal alors que la transmission du virus ne se fait que par voie sexuelle ou par injection (de drogues, puisque les injections médicales sont stériles). Depuis la vaxxination contre l’hépatite B (l’hépatite A étant anodine et ne nécessitant pas de vaxxin), on est passé d’hépatites aigües à des hépatites chroniques. La vaxxin contre l’hépatite B contient 25 microgrammes de mercure, qu’on peut mettre en lien avec les cas d’atteintes neurologiques observés (Sclérose En Plaques par exemple) apparues un an ou deux après vaxxination.

-Le taux de mortalité infantile a été aggravé avec l’augmentation du nombre de vaxxins. Les enfants sans vaxxins sont en meilleure santé que les enfants vaxxinés. On ne prend pas en compte le terrain pour décider de la vaxxination d’un enfant, un enfant de moins de trois ans n’a pas terminé de développer son système immunitaire, il est immunodéficient, un enfant allaité longtemps développe un système immunitaire plus fort qu’un enfant non allaité. C’est l’allaitement qu’il faudrait promouvoir plutôt que les vaxxins et après la fin de l’allaitement un régime fait uniquement de produits bios exempts de pesticides (voir : la bio c’ est pas cher)..

– Les femmes enceintes qui ont reçu le vaxxin contre la grippe, selon les conseils des campagnes de prévention, font dix fois plus de fausses couches et ont un risque accru de donner naissance à un bébé présentant des malformations (du fait de l’exposition de l’embryon ou du fœtus au mercure).

Composition des vaxxins :

– pathogènes atténués : rétrovirus en général,

– adjuvants : pour induire la production de davantage d’anticorps,

– conservateurs :

mercure sous forme de Thimérosal (a un effet mutagène, cad attaque l’ADN, augmente le risque de mutations génétiques, change le code génétique d’un organisme, peut provoquer encéphalite, autisme, dyslexie, dyspraxie, etc…, toxique pour le foie, la rate, les reins, le SNC etc…), a de ce fait été supprimé de la plupart des vaxxins sauf celui de l’hépatite B (injecté aux nouveaux nés) et de la grippe (administré aux femmes enceintes).

formaldéhyde (effet cancérogène par inhalation, neurotoxique),

– éthylène glycol,

phénol (neurotoxique, allergène majeur respiratoire),

aluminium (toxique pour le SNC et provoque de fortes réactions du système immunitaire)

– excipients,

polysorbate 80, utilisé en chimiothérapie, a la propriété d’ouvrir la barrière hémato-encéphalique,

– Triton X 100, détergent, propriété de solubiliser,

glyphosate (composant du round up) dans le vaxxin ROR,

glutamate monosodique, excito-toxine (excitant du SNC).

L’absorption parentérale (cad l’ingestion) d’un produit contenant mercure et aluminium est moins nocive dans la mesure où une partie en sera éliminée dans les selles, qu’une injection en sous cutanée ou en intramusculaire de vaxxin, puisque dans ce cas tout passe dans le sang. Or certains vaxxins (contre l’hépatite, contre la grippe) qui sont injectés ont des taux de métaux lourds beaucoup plus importants que la dose maximale autorisée dans l’eau de boisson par exemple.

De plus les pouvoirs publiques considèrent comme officiellement dangereux le Méthylmercure (contenu dans les poissons) et comme inoffensif l’Ethylmercure contenu dans les vaxxins !

Composition des milieux de culture où on multiplie le virus pour fabriquer les vaxxins :

-reins de singes verts africains,

-cultures de diphtéries,

-tissus humains infectés, qui peut expliquer la prévalence autistique

-cellules animales infectées (singes, cochons, canaris, poulets),

-sang de veau avortés,

-cellules humaines issues de fœtus avortés,

-protéines alimentaires, or depuis environ 25 ans il y a augmentation massive des allergies alimentaires…

La façon dont sont testés les vaxxins :

– la quantité de toxiques cumulée des différents vaxxins n’a jamais été testée.

– dans les études d’un vaxxin contre placébo, le placébo est un vaxxin différent (lui aussi plein de mercure et d’aluminium) le groupe placébo a déjà énormément d’effets secondaires, donc on teste simplement si un vaxxin n’est pas plus dangereux qu’un autre, jamais la dangerosité réelle du vaxxin !

En 2012 la société française de pédiatrie était favorable à la fin de l’obligation vaxxinale. Certains pays du nord de l’Europe qui étaient sortis de l’obligation vaxxinale vont être obligés d’y rentrer à nouveau du fait des directives Européennes.

LE BUSINESS DES VAXXINS :

– Il existe d’importants conflits d’intérêt, c’est l’industrie pharmaceutique qui finance la formation continue obligatoire des médecins à hauteur de 300 à 600 millions d’euros par an.

– La plupart des essais cliniques aux Etats Unis sont financés par l’industrie, l’autorisation de mise sur le marché (AMM) correspond donc au droit de l’industrie pharmaceutique à commercialiser un médicament et c’est donc au « consommateur » de faire la preuve qu’il est nocif.

– Le chiffre d’affaire de l’industrie vaxxinale en 2016 était de 42,3 milliards d’euros contre 20,3 milliards d’euros en 2012, c’est le plus fort taux de croissance de l’industrie du médicament. La marge brute sur les vaxxins est de 62%, ce qui est énorme.

– Un exemple : le ministère de la santé préconise de vaxxiner (avec des vaxxins à 2 ou 4 souches de virus) dès l’âge de 9 ans (!) les filles et contre le papilloma virus (HPV) qui est soit disant responsable du cancer du col de l’utérus, or il existe plus de 200 souches de papilloma virus qui entrainent une verrue génitale (bénigne !). Sur ces 200 souches, 15 souches transmises par contact cutané sont impliquées dans des cancers du col de l’utérus. Il faut 3 injections par vaxxination et chaque injection coûte 150 euros, donc une vaxxination coûte 450 euros avec une marge brute pour le laboratoire supérieure à 60%, soit environ 320 euros par fille vaxxinée.

Ce vaxxin a contribué à sélectionner des souches à haut risque. De plus, le vaxxin HPV peut déclencher des maladies auto-immunes, des crises d’épilepsie (cad atteinte du SNC !) et on a assisté à une épidémie d’insuffisance ovarienne précoce après cette vaxxination.

Sans parler du fait que l’examen nécessite un toucher rectal ou vaginal à l’âge de 9 ans !!!

Or le cancer du col de l’utérus est en augmentation importante dans les pays industrialisés, seuls à pratiquer la vaxxination contre le HPV.

– Les laboratoires ne développant plus de vaxxins monovalents, les 3 vaxxins obligatoires en France se retrouvaient uniquement dans des vaxxins hexavalents, combinés avec des vaxxins non obligatoires, mais pour développer à nouveau des vaxxins monovalents, les laboratoires disaient avoir besoin de dix ans, donc en 2017, la ministre de la santé a rendu obligatoires les 11 vaxxins présents dans les vaxxins hexavalents des 3 vaxxins obligatoires jusque là. Or ces vaxxins hexavalents n’ont jamais été testés !!!

– Les gens les moins vaxxinés sont les mieux informés : les professionnels de santé et les CSP + (couches socio-professionnelles les plus élevées).

– Notre système de santé crée de la valeur ajoutée sur la maladie et non sur la santé.

Les pro vaxxination veulent éradiquer les maladies or les virus participent à l’épigénétique, ils aident notre santé, il ne faut pas les éradiquer !

« Les sentinelles » est une association pour le libre choix vaxxinal, ils peuvent vous aider si vous souhaitez que votre médecin fasse un aménagement aux vaxxins.

LOI KOUCHNER :

La loi n° 2002-303 du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé, dite loi « Kouchner » de 2002 stipule que le malade consent à tout acte de soins : « Aucun acte médical, ni aucun traitement ne peut être pratiqué sans le consentement libre et éclairé de la personne et ce consentement peut être retiré à tout moment. »

« Libre » signifie que le patient ne doit faire l’objet d’aucune pression pour donner son consentement,

« Eclairé » signifie que le patient doit être informé par le médecin de tout ce dont il a besoin pour prendre sa décision, ici composition exacte du vaxxin, effets secondaires du vaxxin, pathogénicité de chacun des composants, risques encourus, etc…

MODELE DE LETTRE (très dissuasive) proposé par Irène Grosjean pour le médecin qui veut vaxxiner :

Docteur,

Je suis tout à fait d’accord pour que vous vaxxiniez mon enfant, à condition toutefois que vous me fassiez par écrit un certificat comme quoi vous prenez vos responsabilités sur les conséquences primaires et secondaires qui pourraient découler de ce vaxxin.

Je vous prie d’agréer, Docteur, mes respectueuses salutations.

TRÈS IMPORTANT à partager et surtout à communiquer à celles et ceux qui veulent se vaxxiner. Pour celles et ceux qui ont envie de se faire inoculer les produits couramment appelés « vaxxins » demandez au prescripteur de vous signer le certificat que nous avons rédigé ci dessous. Si le médecin prescripteur ne veut pas le signer, posez vous la question s’il s’agit bien d’un vaxxin que l’on nous injecte ou bien si vous êtes en train de vous faire piquer comme des cobayes. Ce certificat sera fait en Italien, anglais, espagnol, portugais et arabe littéraire :


 https://www.facebook.com/111108933989511/photos/a.111344803965924/278340827266320/

CE QUE DIT LA LOI sur les vaxxinations de masse

9 textes législatifs :

1) Code de déontologie médicale, article 36 :Article R4127-36 du Code de santé publique: « le consentement de la personne examinée ou soignée doit être recherché dans tous les cas. Lorsque le malade, en état d’exprimer sa volonté, refuse les investigations ou le traitement proposé, le médecin doit respecter ce refus après avoir informé le malade de ses conséquences »

2) Code de Nuremberg (1947) : « le consentement du sujet humain est absolument essentiel. Le pacte international relatif aux droits civils et politiques a repris cette interdiction contre toute expérimentation involontaire, dans son texte de 1966 qui stipule : nul ne peut être soumis sans son consentement à une expérience médicale ou scientifique »

3) Déclaration de Genève pour les médecins (1948) : « je respecterai l’autonomieet la dignité de mon patient. Je n’utiliserai pas mes connaissances médicales pour enfreindre les droits humains et les libertés civiques, même sous la contrainte. Je garderai le respect absolu de la vie humaine, dès la conception. Je considérerai la santé de mon patient comme mon premier souci »

4) Déclaration d’Helsinki (1996) signée par 45 pays dont la France :Article 25 : « la participation de personnes capables de donner un consentement éclairé à une recherche médicale doit être un acte volontaire. Aucune personne capable de donner son consentement éclairé ne peut être impliquée dans une recherche sans avoir donné son consentement libre et éclairé »

5) Convention d’Oviedo (1997) signée par 29 pays dont la France) :Article 5 : « une intervention dans le domaine de la santé ne peut être effectuée qu’après que la personne concernée y a donné son consentement libre et éclairé. Cette personne reçoit préalablement une information adéquate quant au but et à la nature de l’intervention ainsi que quant à ses conséquences et ses risques. La personne concernée peut, à tout moment, librement retirer son consentement »

6) Loi Kouchner (4 mars 2002) :Article 1110-4 : « toute personne prend avec le professionnel de santé et compte tenu des informations qu’il lui fournit, les décisions concernant sa santé. Le médecin doit respecter la volonté de la personne après l’avoir informée des conséquences de ses choix. Si la volonté de la personne de refuser ou d’interrompre un traitement met sa vie en danger, le médecin doit tout mettre en œuvre pour la convaincre d’accepter les soins indispensables. Aucun acte médical ni aucun traitement ne peut être pratiqué sans le consentement libre et éclairé de la personne et ce consentement peut être retiré à tout moment »

7) Arrêt Salvetti (2002) : aucun traitement médical n’est obligatoire au sein de l’Union européenne : « en tant que traitement médical non volontaire, la vaxxination obligatoire constitue une ingérence dans le droit au respect de la vie privée, garanti par l’article 8 de la Convention européenne des droits de l’homme et des libertés fondamentales » (arrêt Salvetti c/Italie-CEDH décision du 9 juillet 2002 ; n°42197/98)😎

8) Code civil français :Article 16-1 : « chacun a le droit au respect de son corps. Le corps est inviolable »

9) Résolution 2361 du Conseil de l’Europe (28 janvier 2021) : avis consultatif : l’Assemblée demande instamment aux États membres et à l’Union européenne :Article 731 : « de s’assurer que les citoyennes et les citoyens sont informés que la vaxxination n’est pas obligatoire et que personne ne subit de pressions politiques, sociales ou autres pour se faire vaxxiner, s’il ou elle ne souhaite pas le faire personnellement »Article 732 : « de veiller à ce que personne ne soit victime de discrimination pour ne pas avoir été vaxxiné, en raison de risque potentiel pour la santé ou pour ne pas vouloir se faire vaxxiner »

Télécharger sur Légifrance et imprimer pour avoir toujours sur vous :

-l’article 225-1 du code pénal sur le principe de non discrimination pour raisons de santé (à faire valoir si votre patron exige que vous vous fassiez vaxxiner ou tester par exemple),

-l’article 1110-4 du code de la santé publique qui stipule que les informations sanitaires sont couvertes par le secret médical (à faire valoir si on vous demande un pass sanitaire à l’entrée d’un supermarché ou restau ou autre lieu public).

ATTENTION, de nombreux paramètres sont à changer pour retrouver durablement la santé ou ton poids de forme : adopter l’alimentation physiologique, la gestion du stress (voir : comment le stress actuel impacte notre santé et la composante psychique de toutes les maladies), une hygiène de vie optimale, des pratiques de santé quotidiennes (voir par exemple : les compresses d’huile de ricin) ainsi que des mesures de renforcement de l’organisme (voir par exemple : renforcement par le froid), le tout très individualisé en fonction de ton état de santé général et SURTOUT actualisé au jour le jour en fonction des réponses de ton organisme. 

Il est de ma responsabilité professionnelle de te prévenir qu’afin d’éviter certaines catastrophes (voir : ma transition), tu peux avoir besoin de te faire suivre par un coach de santé (ou coach de régénération) qui évaluera ton état de santé général en fonction de l’état de santé de tes systèmes immunitaire, nerveux, endocrinien, circulatoire, digestif, de ton poids rapporté à ta taille, de ton âge, de l’histoire de ta maladie, de ton histoire médicamenteuse, de ta génétique, et de nombreux autres facteurs. 

Tu peux également avoir besoin de te faire suivre par un psychologue pour venir à bout de ton stress. De plus les éliminations provoquées par ces changements d’alimentation et ces pratiques de santé, risquent de faire remonter des sentiments dépressifs pouvant aller jusqu’à des idées noires. Il est conseillé de se faire suivre par un psychologue, d’autant que de plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques consultations par an chez un psychologue. L’idéal serait que ce psychologue soit très au fait de ces pratiques de santé et du mode de vie physiologique.

Je suis psychologue clinicienne, hygiéniste, coach de santé et de régénération et propose notamment des consultations par SKYPE ou téléphone.

De plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques séances de psychologues, renseignes toi auprès de ta mutuelle, je peux envoyer des reçus.

Pour connaitre mon parcours, voir : Qui suis-je

Si tu souhaites davantage de renseignements, n’hésite pas à me contacter à l’adresse suivante : 

osersavie66@gmail.com

ou au 06 87 20 54 58

LES VIDEOS DE THIERRY CASASNOVAS :

Quelle eau boire ?

ATTENTION : avant de lire cet article, je t’invite à relire ma page d’accueil  en suivant le lien suivant :

ça va mieux en le disant

Nous avons vu dans des articles précédents que la survenue de maladies physiques ou psychiques, et notamment des maladies chroniques handicapantes, ainsi que la difficulté à conserver ou retrouver son poids de forme, qui touchent de plus en plus d’occidentaux à l’orée de la cinquantaine, dépend de notre patrimoine génétique, mais que celui-ci va s’exprimer ou non en fonction des conditions environnementales, cad de la qualité de l’air qu’on respire, de notre alimentation (voir :l’alimentation physiologique, aliments acidifiants ou alcalinisants, l’instinctothérapie, la bio c’est pas cher, pourquoi on grossit, les céréales, les sensations de faim et de satiété, comment prendre du poids, rechute ou détox, les modes de cuisson.), du stress chronique auquel on est soumis (voir : Y’a pas que la bouffe dans la vie), etc… Et de la qualité de l’eau qu’on boit.

Faire attention à la qualité de l’eau de boisson sera d’autant plus nécessaire que nous serons déjà atteint d’une pathologie chronique ou d’une pathologie intestinale (colopathie fonctionnelle, sii, sibo, etc…) qui n’est que la première étape au développement de pathologies chroniques (voir : toutes les maladies partent de l’intestin)

Nous avons vu aussi que la première chose à faire pour retrouver la santé intestinale est de ne pas « en rajouter » (voir : comment nettoyer ses intestins).

Nous savons d’autre part que tout ce que nous mangeons, respirons ou mettons sur notre peau passe dans le sang et peut nous rendre malade, mais qu’en est-il de l’eau de boisson ?

« Difficile de se faire une opinion, on lit tout et son contraire à ce sujet sur le net ! »

En effet, cet article va tenter de contribuer à la réflexion…

L’EAU DU ROBINET

C’est la plus économique et la plus écologique, mais qu’en est-il de sa qualité ?

Les polluants testés

  • Les nitrates

La toxicité des nitrates résiderait dans la production de nitrites qu’ils favorisent. Les nitrites provoqueraient des cas de méthémoglobinémie pouvant provoquer l’asphyxie et la mort !

Les nourrissons de moins de trois mois sont les plus exposés à ce risque, mais pas les seuls !

  • Les pesticides

Le ministère de la Santé précise que “95% des risques liés aux pesticides relèvent du contact du produit avec la peau”, comme c’est le cas pour les agriculteurs. Ce contact peut provoquer : allergies, brûlures, irritations par contact de la peau ou des yeux, maux de tête, vomissements, diarrhée, tremblement, sensation de faiblesse, en cas de contact prolongé : asthme, œdèmes broncho alvéolaire, etc, baisse de la fertilité, malformations congénitales par exposition continue ou prolongée.

Officiellement donc risque minime pour les consommateurs…
  • Le calcaire

La dureté de l’eau, c’est-à-dire sa teneur en calcium et en magnésium, dépend de la nature géologique des terrains qu’elle a traversés et varie selon les régions. En France, il n’existe pas de valeur limite réglementaire.

“Le calcaire est l’une des principales préoccupations des consommateurs mais il s’agit d’une idée reçue”, explique le docteur Philippe Beaulieu. “Le calcaire, c’est du calcium, c’est donc plutôt bon pour la santé.” De plus, l’apport en calcium et en magnésium dans l’eau du robinet correspond à 5 à 10% de la consommation journalière recommandée, précise-t-il.

Or, le calcium, comme tous les minéraux, n’est assimilable par l’homme que s’il est organique, cad transformé par les végétaux puisque l’homme est hétérotrophe et non autotrophe comme le sont les plantes, cad que l’homme ne peut pas tirer ses nutriments de la roche, sinon il nous suffirait de sucer des pierres pour nous nourrir !

« Hétérotrophes ? Autotrophes ? C’est quoi tout ça ??? »

Pour t’éviter d’aller voir toi-même : la définition Wikipédia :

L’hétérotrophie est la nécessité pour un organisme vivant de se nourrir de constituants organiques préexistants. La notion d’hétérotrophie s’oppose à celle  d’autotrophie.

Le mot hétérotrophie est une construction scientifique moderne à partir du grec heteros (autre) et trophê (nourriture). Les hétérotrophes se procurent leur matière organique en la prélevant sur d’autres organismes, vivants (cas des parasites et des commensaux) ou morts (prédateurs, nécrophages) ou encore sur les restes d’autres êtres vivants (saprophytes : feuilles mortes, anciens téguments éliminés, excréments…).

L’humain est ainsi hétérotrophe, tandis que la plupart des plantes sont autotrophes.

  • Le plomb

L’eau distribuée ne contient que très peu de plomb (5 microgrammes/litre environ). Aujourd’hui, il est rare que les canalisations des bâtiments soient encore en plomb.

Si l’eau a stagné dans les tuyaux en plomb, elle a pu se charger un peu plus en plomb.

Bref, si tu habite une vieille maison et que tu ne sais pas de quoi les tuyaux de ta maison sont faits, je te déconseille de boire l’eau du robinet.

Les polluants non testés :

L’eau du robinet est testée régulièrement elle répond aux critères de potabilité définis par les pouvoirs publics. Pourtant, ne sont pas détectés puisque pas recherchés certains résidus médicamenteux comme les hormones femelles des résidus de pilules contraceptives par exemple ou encore les résidus de chimio-thérapie des cancers, mais aussi des antibiotiques, antidépresseurs, antiépileptiques, analgésiques, des résidus de parfums, du bisphénol A, etc…

Les hormones femelles présentes dans les eaux sont la cause de la féminisation des poissons ainsi que de nombreux cancers humains hormono-dépendants. Les résidus des chimiothérapies sont très agressifs pour les tissus sains, inutile d’insister, tu l’auras compris, tous ces résidus ne sont pas sans effets sur la santé.

Les produits de traitement de l’eau :

  • L’aluminium

L’aluminium, comme les sels de fer, sert à éliminer les micro-particules présentes dans l’eau brute. Il s’agit d’un très bon coagulant, principalement utilisé dans l’eau froide, où les sels de fer sont moins efficaces. La norme fixée par l’OMS est de 0,2 mg/l.

Selon un rapport du ministère de la santé, actuellement, le risque lié à l’aluminium est extrêmement faible. Les apports d’aluminium par l’alimentation seraient plus importants. Par ailleurs, aucune relation de cause à effet entre la présence d’aluminium dans l’eau du robinet et la maladie d’Alzheimer n’a été trouvée.

Selon d’autres sources (chercheurs indépendants, vas voir sur le site pubmed, pour publications médicales) il y aurait un lien entre les sulfates d’aluminium (alun) utilisés pour épurer l’eau du robinet et le développement de la maladie d’Alzheimer.

Pour t’aider si tu veux chercher des études sur pubmed, le mode d’emploi de ce site :

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK3827/#pubmedhelp.PubMed_Quick_Start

  • Le chlore

Le chlore est utilisé pour garantir la totale qualité bactériologique de l’eau durant son transport dans les canalisations jusqu’à ton robinet. Il contribue aussi à la « sécurité » de ton eau, car il réagit avec certains polluants.  En France, les pouvoirs publics souhaitent que la teneur en « chlore libre résiduel » soit limitée à 0,1 mg/litre.

La position officielle des pouvoirs publics : en plus d’être contrôlé, le chlore n’est en rien nocif pour la santé, rappelle-t-on chez Veolia. En revanche, il peut donner un goût et une odeur légèrement désagréables à l’eau. Pour éviter cela, il suffit de mettre l’eau dans une carafe ouverte et de la laisser environ une heure au frigidaire. Le froid diminue la solubilité du chlore dans l’eau, transformant ainsi la substance en gaz et qui peut s’échapper dans l’air.

Mon avis : si ton eau a une odeur ou un goût de chlore, je te conseille là aussi de te méfier.

Les contrôles :

L’eau du robinet est soumise à un double contrôle :

Des contrôles officiels sont effectués dans des laboratoires agréés par l’Agence Régionale de Santé (ARS) et sont opérés sous l’autorité du préfet. Les résultats sont communiqués à l’entreprise de l’eau et à l’ARS, puis ce dernier les transmet aux autorités locales. Selon la direction générale de la santé, 16 millions de résultats d’analyses sont expertisés chaque année.

Parallèlement, les entreprises de l’eau contrôlent la qualité des eaux qu’elles distribuent et vérifient qu’elles répondent bien aux normes de qualité. “Tout le long du réseau de distribution, une sonde permet de mesurer le niveau de chlore et de vérifier qu’il n’y a pas de dégradation”, explique Abdel Gaid de Veolia. D’autres outils de contrôle, comme des laboratoires d’analyses, ont été élaborés.

Nous avons vu dans de précédents articles les conflits d’intérêts qui lient les différentes instances gouvernementales aux différentes industries (de la viande, des produits laitiers, des grands céréaliers, des grands laboratoires pharmaceutiques, etc…) qu’en est-il des relations entre instances gouvernementales et distributeurs d’eau ?

Selon une étude de UFC-Que Choisir, 2,8 millions de Français boivent toujours «une eau polluée, notamment par les pesticides, les nitrates ou le plomb». Dans 2271 communes, dans les régions d’agriculture intensive mais aussi dans des villes comme Tremblay en France ou Lens, les pesticides contaminent l’eau desservie à près de 2 millions de consommateurs. Les nitrates (0,8% des réseaux contaminés dans 370 communes) sont aussi présents dans le Loiret, la Seine et Marne, l’Yonne, l’Aube, la Marne, le Pas de Calais et la Somme.

« Mais si on utilise une carafe filtrante, on rend l’eau du robinet pure »

Oui, ces carafes sont censées améliorer les qualités de l’eau en termes de goût et d’odeur. Les fabricants avancent qu’elles permettent notamment d’éliminer le goût de chlore ou encore de réduire la concentration en calcaire ou en plomb.

Elles contiennent un filtre constitué d’une combinaison de résine échangeuse d’ions et de charbon actif (obtenu à partir d’écorce de noix de coco) qui a plusieurs missions. Par exemple, il permet de réduire le calcaire, le chlore ou encore des résidus présents dans certaines canalisations, comme du sable.

Pour que l’eau reste potable, les cartouches doivent être changées régulièrement,  la carafe conservée au réfrigérateur et l’eau consommée dans les 24 heures après filtration. La carafe doit être nettoyée minutieusement.

Selon l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire, ces carafes peuvent contaminer l’eau avec des ions argents, du sodium, du potassium et de l’ammonium. Elles peuvent également être responsables d’un abaissement du pH, voire d’une altération de la qualité microbiologique de l’eau. La filtration de l’eau à l’aide d’une carafe peut amener l’utilisateur à consommer de l’eau de qualité microbiologique altérée (milieu favorable à la prolifération de micro-organismes, et potentiellement de micro-organismes pathogènes), en particulier si une phase de conservation à température ambiante intervient après filtration et avant consommation.

Bref, l’eau filtrée par une carafe filtrante semble douteuse…

« J’ai entendu parler de la filtration par le procédé de l’osmose inverse« 

Le procédé d’osmose inverse utilise une membrane semi-perméable afin de séparer les solides dissous, la matière organique, les virus et bactéries de l’eau. Le procédé est dit « inverse » car il nécessite une pression suffisante pour « forcer » l’eau pure à passer à travers la membrane. Ce procédé aboutit à de très bons résultats, car il peut éliminer de 95 à 99 % des particules solides dissoutes et 99 % des micro-organismes.

Cependant, les cartouches des filtres seraient propices à la multiplication des micro-organismes.

Pour le même résultat, une eau distillée, le distillateur d’eau est beaucoup plus sûr, mais son fonctionnement est très gourmand en électricité.

L’eau distillée est faiblement acide, elle est controversée puisque selon certains, elle pourrait contribuer à la déminéralisation, mais il est facile d’y pallier en ajoutant un peu d’eau de mer microfiltrée à son eau de boisson.

Bref, pour moi, l’eau du robinet est impropre à la consommation, et aucun filtre ne la rendra potable.

LES EAUX DE SOURCE OU MINERALES, EN BOUTEILLE

Ces eaux sont très coûteuses et peu écologiques, examinons leur qualité.

L’eau vaut davantage pour ce qu’elle emporte que pour ce qu’elle apporte. C’est à dire que sa fonction première est de dissoudre, de drainer, d’éliminer les déchets métaboliques de l’organisme via l’urine et la sueur, nous avons vu dans de précédents articles qu’elle n’apporte pas à l’organisme humain les minéraux dont il a besoin.

En effet, puisque l’homme est hétérotrophe, il ne peut assimiler qu’une quantité infime des minéraux contenus dans l’eau, la seule source de minéraux de l’homme est constituée des végétaux qu’il ingère, le reste risque bien de provoquer des calculs rénaux.

De plus, certains composants du plastique des eaux en bouteilles diffusent dans l’eau en fonction des températures auxquelles elles sont exposées lors de leur transport et de leur stockage.

Malgré cela, certaines eaux de source très peu minéralisées sont conseillées par les naturopathes (Rosée de la reine ou Montcalm en boutique bio, Mont Roucous en grande distribution, quoique concernant cette dernière j’avais lu je ne sais plus où qu’elle pouvait être contaminée, à vérifier). Le résidu sec doit être le plus faible possible, quoi qu’il en soit, inférieur à 50mg/l.

Certaines eaux minérales consommées en cures et non sur le long terme auraient des vertus curatives sur certaines maladies.

Les eaux gazeuses sont bonnes pour la santé parce qu’elles contiennent des bicarbonates alcalinisants (voir : aliments acidifiants ou alcalinisants), elles sont aussi excellentes pour la circulation et l’oxygénation du sang, attention cependant à vérifier qu’elles contiennent le moins possible de sodium (Na+).

Quand je suis au café avec des amis, si j’ai envie d’une boisson fraiche, je commande de l’eau gazeuse, si j’ai envie d’une boisson chaude, je commande un thé avec le sachet à part que je n’utiliserai pas pcq j’ai toujours sur moi des sachets de tisane bio, je sais que l’eau de cette tisane ne sera pas idéale, mais je limite les dégâts en n’en buvant qu’occasionnellement.

Attention : eau du robinet en carafe ou eau en bouteille une fois ouverte, ne doivent pas être consommées après un ou deux jours, car elles sont progressivement contaminées par les bactéries présentes dans notre environnement quotidien. Ne bois jamais l’eau retrouvée dans une bouteille entamée, par exemple dans ta voiture !

IMPORTANT : si la seule eau dont tu disposes est très polluée et contaminée par des virus et bactéries (en voyage à l’étranger par exemple) tu peux la dépolluer avant de la boire avec de l’argile verte (en boutique bio). Si elle contient des parasites, il faudra de plus la filtrer. Pour davantage d’infos à ce sujet, tu peux te référer site de Jade Allègre spécialiste de l’argile, en suivant le lien ci-dessous :

Home

Je te conseille d’ailleurs son ouvrage : Survivre en ville quand tout s’arrête.

LA VITALITE DE L’EAU

Quelle que soit l’eau il est nécessaire de la dynamiser.

La bioélectronique de Vincent permet de  déterminer cette qualité dans une eau.

Cette méthode d’analyse des solutions aqueuses a été créée en 1948 par un ingénieur français, Louis-Claude Vincent. À la base de ce concept, se trouve l’idée que la santé dépend des échanges d’énergie dans le corps. Ce mouvement énergétique reposerait en grande partie sur l’eau que l’on boit. Pour transmettre sa « vitalité », l’eau devrait posséder une certaine valeur énergétique (être en mouvement), contenir peu de minéraux et le moins possible de produits chimiques.

Il est possible de faire tester son eau domestique selon la bioélectronique de Vincent. Selon ses principes, une eau bonne pour la santé devrait être légèrement acide (un pH de 6 à 7), avoir un potentiel réducteur plutôt qu’oxydant (un rH2 de 25 à 28) et une résistivité élevée (>6 000 ohms).

Le traitement de l’eau du robinet au chlore la rendrait plutôt alcaline et oxydante, donc compromettrait sa qualité. Le degré d’acidité de l’eau distribuée par les réseaux publics doit respecter les normes établies par l’Organisation mondiale de la Santé et les gouvernements. Il doit se maintenir entre 6,5 et 8,5 ; une eau plus acide entraînerait la corrosion du système de distribution d’eau, tandis qu’une eau plus alcaline réduirait l’effet désinfectant du chlore.

Il se vend des dispositifs de dynamisation de l’eau plus ou moins complexes, il s’agit de créer un vortex. Le vortex qui est le programme de l’Univers (Galaxies, cyclones, tornades, whirlpool…) est de la famille de la dynamique des fluides (liquides et gazeux) où se créent des turbulences (tourbillons). La façon la plus simple et la moins onéreuse de dynamiser l’eau étant de mettre l’eau dans une bouteille en verre (bleu de préférence) et de poser la bouteille au soleil pendant quelques minutes ou quelques heures.

Juste pour avoir une idée des différents dispositifs de dynamisation de l’eau et de leurs coûts respectifs :

CONCLUSION

L’eau c’est l’or de demain !

Une alimentation cuite est déshydratée, le processus de cuisson, fait s’évaporer l’eau des aliments et nous amène à boire de l’eau pour compenser cette perte en eau. Nous buvons beaucoup d’eau en mangeant cuit. De plus, les poisons majeurs de l’alimentation cuite nous conduisent à boire beaucoup d’eau afin de les diluer (voir : les modes de cuisson).

Une alimentation physiologique permet de ne pas avoir besoin de boire d’eau en plus de celle contenue dans les fruits et légumes frais, bios, crus, et dans les jus frais de légumes consommés chaque jour (pour moi environ 75 cl de jus de légume par jour) cette eau est filtrée par les végétaux et donc très pure. Excepté pour les tisanes en hiver ou pour prendre son psyllium ou son argile, on ne boit pratiquement pas d’eau qd on mange physio (voir l’alimentation physiologique).

En ce qui me concerne, j’ai pris la décision (puisque je consomme peu d’eau) d’acheter des bidons de 5 litres (moins de déchets plastiques que les bouteilles d’un litre et demi) d’une eau de source la moins minéralisée possible : Montcalm (en boutique bio). D’autant que dès les premiers froids, je consomme davantage de tisanes.

Dans l’idéal, lorsque j’aurais assez d’argent pour m’offrir un distillateur d’eau et pourrais faire taire mes scrupules à le faire fonctionner (grande consommation électrique), j’adopterai cette solution qui est la meilleure à mon sens pcq je mange uniquement cru (des fruits, légumes, algues, et au moins 75 cl par jour de jus frais maison de légumes et de fruits, un peu de noix et graines) et ne bois que très peu d’eau. A éviter si on boit beaucoup d’eau parce que l’eau distillée en grande quantité peut être déminéralisante à moins d’y ajouter une rasade d’eau de mer microfiltrée.

Le meilleur distillateur d’eau sur le marché actuellement, le Mégahome :

https://regenerescence.com/boutique-fr/distillateur-deau-megahome-en-inox-avec-bec-verseur-porcelaine-et-carafe-en-verre/

Si tu as assez d’argent et/ou accès à l’énergie libre, gratuite et illimitée (voir : l’énergie libre,  tutos : l’énergie libre en pratique et le mouvement perpétuel) c’est la solution à privilégier.

Autre solution : le filtre Berkey qui fonctionne sans électricité, qui est très fiable et ne nécessite pas de lavages ni changements de filtres fréquents, suite à la lecture de nombreuses analyses, j’ai changé d’avis à son sujet, il semblerait qu’il soit suffisant pour filtrer l’eau du robinet à condition de le munir en plus des filtres noirs, des filtres à fluor. Il permet notamment d’éliminer les microplastiques (minuscules fibres de plastique, particules d’une taille allant jusqu’à 0,5 micron) de l’eau :

https://berkey-france-millenium.fr/fr/?gclid=Cj0KCQjw8vqGBhC_ARIsADMSd1D2hOePRsY_tIyi_GJs72RRIm0Kbj8LlHpSqgUQyl0xQkTGSpGic5oaAoQhEALw_wcB

Plus onéreux à l’achat, mais ne consommant pas d’électricité et ne nécessitant pas de changement de filtre, le Naturalizer fournit une eau de source volcanique dynamisée et dure environ 15 ans si utilisé par une famille. On le trouve sur l’excellent site Biovie d’Eric et Aurélie Viard. Davantage de détails :

https://www.biovie.fr/atelier-nature/accessoires-ecologiques/filtres-a-eau/filtre-naturalizer

J’espère que cet article aura contribué à t’aider à te faire une idée sur l’eau de boisson. Si tu as d’autres éléments de réflexion, n’hésite pas à les partager en commentaire, merci !

ATTENTION, de nombreux paramètres sont à changer pour retrouver durablement la santé ou ton poids de forme : adopter l’alimentation physiologique, la gestion du stress (voir : comment le stress actuel impacte notre santé et la composante psychique de toutes les maladies), une hygiène de vie optimale, des pratiques de santé quotidiennes (voir par exemple : les compresses d’huile de ricin) ainsi que des mesures de renforcement de l’organisme (voir par exemple : renforcement par le froid), le tout très individualisé en fonction de ton état de santé général et SURTOUT actualisé au jour le jour en fonction des réponses de ton organisme. 

Il est de ma responsabilité professionnelle de te prévenir qu’afin d’éviter certaines catastrophes (voir : ma transition), tu peux avoir besoin de te faire suivre par un coach de santé (ou coach de régénération) qui évaluera ton état de santé général en fonction de l’état de santé de tes systèmes immunitaire, nerveux, endocrinien, circulatoire, digestif, de ton poids rapporté à ta taille, de ton âge, de l’histoire de ta maladie, de ton histoire médicamenteuse, de ta génétique, et de nombreux autres facteurs. 

Tu peux également avoir besoin de te faire suivre par un psychologue pour venir à bout de ton stress. De plus les éliminations provoquées par ces changements d’alimentation et ces pratiques de santé, risquent de faire remonter des sentiments dépressifs pouvant aller jusqu’à des idées noires. Il est conseillé de se faire suivre par un psychologue, d’autant que de plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques consultations par an chez un psychologue. L’idéal serait que ce psychologue soit très au fait de ces pratiques de santé et du mode de vie physiologique.

Je suis psychologue clinicienne, hygiéniste, coach de santé et de régénération et propose notamment des consultations par SKYPE ou téléphone.

De plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques séances de psychologues, renseignes toi auprès de ta mutuelle, je peux envoyer des reçus.

Pour connaitre mon parcours, voir : Qui suis-je

Si tu souhaites davantage de renseignements, n’hésite pas à me contacter à l’adresse suivante : 

osersavie66@gmail.com

ou au 06 87 20 54 58

Les purges

ATTENTION : avant de lire cet article, je t’invite à relire ma page d’accueil  en suivant le lien suivant :

ça va mieux en le disant

Attention : la mise en œuvre de ces pratiques de santé devra être adaptée à ton état de santé et à l’état de tes intestins, de ton système nerveux, de ton système hormonal, de ton âge, de ta génétique, etc, elles devront être mises en œuvre plus ou moins progressivement et individualisées. Il est conseillé de se faire suivre par un hygiéniste qui est très au fait de ces pratiques.

Les purges effectuent un nettoyage drastique des intestins pour d’autres méthodes, voir : comment « guérir » du SII et du SIBO.  Nous traiterons ici davantage de vidange intestinale et parlerons dans un autre article des purges proprement dites. Nous avons vu ailleurs que toutes les maladies physiques ou psychiques ainsi que la capacité à garder ou à retrouver ton poids de forme avaient leur source dans l’intestin. Chaque normo-mangeur occidental ingère 4,6 kg de produits chimiques par jour dans son alimentation. Il faut savoir que, lorsqu’on n’est pas constipé, séjournent dans les intestins environ quarante jours de matières desséchées. Les purges permettent d’éliminer des toxines stagnantes dans l’intestin parfois depuis plus de 50 ans. Et comme toutes les maladies partent de l’intestin

« Moi je ne suis pas constipée, je vais à la selle tous les matins. »

Tu ne manges qu’une fois par jour ?

« Non je fais trois repas par jour. »

Alors tu es constipée, un transit intestinal normal nous conduit à aller à la selle après chaque repas.

« Alors on est tous constipés »

Oui, tous les normo-mangeurs sont plus ou moins constipés. Certains ne vont à la selle que tous les 3 ou 5 jours ou même moins fréquemment, là il s’agit de constipation sévère, comme dans les pathologies du côlon, le côlon irritable par exemple.

Toutes les pathologies partent de l’intestin qui est notre première barrière contre l’extérieur et le siège de notre immunité mucosale. Certaines pathologies auto-immunes ou maladies chroniques handicapantes sont résolues lorsque l’intestin retrouve sa fonction d’immunité normale.

Tout d’abord, comme pour un jeûne, il faut faire une descente alimentaire (voir : le jeûne) avant une purge pour éviter les symptômes bruyants d’une crise curative. C’est à dire qu’il va falloir commencer par boire un grand verre de jus frais de légumes maison avant chaque repas puis adopter petit à petit une alimentation physiologique (voir : l’alimentation physiologique) pendant quelques semaines. Sauf problème de santé grave et urgent, il est déconseillé de pratiquer une purge du jour au lendemain sans descente alimentaire.

Selon ton état de santé, ton état psychologique,  l’histoire de ta maladie, ton histoire médicamenteuse,  les médicaments que tu prends actuellement, etc,  il peut être plus adapté de faire une purge ou bien un lavement (voir : comment nettoyer ses intestins). Fais toi aider par un professionnel de santé au faîte de ces pratiques pour déterminer ce qui est le plus adapté à ton cas particulier.

En pratique plusieurs sortes de purges s’offrent à nous, mais je ne développerai ici que celles que j’ai déjà expérimentées, je ne m’autorise jamais à parler de quelque chose que je n’ai pas expérimenté :

La purge au chlorumagène (en vente en pharmacie), cible les intestins,

La purge à la Magnésie San Pellegrino, nettoie plus spécifiquement les reins,

La purge au Sel de Nigari (Chlorure de Magnésium), qu’on trouve en boutique bio ou en pharmacie. Très mauvais au goût paraît-il,

La purge à l’huile de Ricin en interne, nettoie plus spécifiquement la lymphe et les poumons, ATTENTION, elle a été utilisée en d’autres temps comme moyen de torture…

Pour ces quatre types de purges que je n’ai pas expérimentés, je te conseille de suivre à la lettre le protocole que préconise Nelly Grosjean  dans son livre cure zen detox tome 1 que tu peux te procurer gratuitement en pdf :

Parlons des purges que j’ai essayées et qui ciblent plus spécifiquement les intestins :

La purge au jus de pruneau, tu achètes une ou plusieurs bouteilles de jus de pruneau en boutique bio et après une descente alimentaire de plusieurs jours ou semaine ou pas de descente alimentaire si tu mange déjà physiologique au quotidien. Le jour de la purge, tu ne manges rien et bois autant de jus de pruneau que nécessaire. Attention, prévois toujours de passer la journée chez toi à proximité des toilettes. Ne rien manger tant que tu n’as pas fini d’éliminer, bien sûr, puis il faudra faire une remontée alimentaire progressive comme pour un jeûne long. Le mieux est de te faire suivre.

J’ai à plusieurs reprises expérimenté cette purge sur trois jours (une bouteille de 750ml par jour), on se vide littéralement, elle est très puissante et très efficace. Cette purge a le mérite de ne pas revenir trop cher.

La purge aux plantes médicinales, il faut utiliser des plantes sauvages (mieux que labellisées bio) et être certain de leur qualité. J’utilise intestinal 3 de la boutique regenerescence, mais je double la dose recommandée, je n’ai jamais fait cela plusieurs jours de suite, uniquement un jour ponctuellement au besoin (souvent après un écart important). Ces mélanges de plante reviennent assez cher. Là aussi, ne rien manger tant que tu n’as pas fini d’éliminer, bien sûr, puis il faudra faire une remontée alimentaire progressive comme pour un jeûne long. Le mieux est de te faire suivre.

Selon ton état de santé, ton âge, ta façon de te nourrir et depuis combien de temps tu te nourris de cette façon, tu peux avoir besoin de commencer par intestinal 1 ou intestinal 2 et ne pas augmenter les doses les premières fois.

Ces plantes fonctionnent d’autant mieux que l’on suit une alimentation physiologique.

Les plantes Regenerescence :

https://regenerescence.com/melanges-de-plantes/#toggle-id-3

Attention les purges doivent rester exceptionnelles, après un gros écart ou une série de petits écarts par exemple, ou bien avant un jeûne long, parce qu’elles sont irritantes pour la muqueuse digestive. Si tu souhaite commencer à pratiquer les purges, il peut être préférable de te faire suivre par quelqu’un ayant déjà pratiqué ce genre de purges.

ATTENTION, de nombreux paramètres sont à changer pour retrouver durablement la santé ou ton poids de forme : adopter l’alimentation physiologique, la gestion du stress (voir : comment le stress actuel impacte notre santé et la composante psychique de toutes les maladies), une hygiène de vie optimale, des pratiques de santé quotidiennes (voir par exemple : les compresses d’huile de ricin) ainsi que des mesures de renforcement de l’organisme (voir par exemple : renforcement par le froid), le tout très individualisé en fonction de ton état de santé général et SURTOUT actualisé au jour le jour en fonction des réponses de ton organisme. 

Il est de ma responsabilité professionnelle de te prévenir qu’afin d’éviter certaines catastrophes (voir : ma transition), tu peux avoir besoin de te faire suivre par un coach de santé (ou coach de régénération) qui évaluera ton état de santé général en fonction de l’état de santé de tes systèmes immunitaire, nerveux, endocrinien, circulatoire, digestif, de ton poids rapporté à ta taille, de ton âge, de l’histoire de ta maladie, de ton histoire médicamenteuse, de ta génétique, et de nombreux autres facteurs. 

Tu peux également avoir besoin de te faire suivre par un psychologue pour venir à bout de ton stress. De plus les éliminations provoquées par ces changements d’alimentation et ces pratiques de santé, risquent de faire remonter des sentiments dépressifs pouvant aller jusqu’à des idées noires. Il est conseillé de se faire suivre par un psychologue, d’autant que de plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques consultations par an chez un psychologue. L’idéal serait que ce psychologue soit très au fait de ces pratiques de santé et du mode de vie physiologique.

Je suis psychologue clinicienne, hygiéniste, coach de santé et de régénération et propose notamment des consultations par SKYPE ou téléphone.

De plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques séances de psychologues, renseignes toi auprès de ta mutuelle, je peux envoyer des reçus.

Pour connaitre mon parcours, voir : Qui suis-je

Si tu souhaites davantage de renseignements, n’hésite pas à me contacter à l’adresse suivante : 

osersavie66@gmail.com

ou au 06 87 20 54 58

Les jus frais de légumes

ATTENTION : avant de lire cet article, je t’invite à relire ma page d’accueil  en suivant le lien suivant :

ça va mieux en le disant

« C’est une mode, depuis quelques temps ils vendent un extracteur de jus dans la boutique bio près de chez moi et on parle même des jus de légumes à la télé ! ».

C’est une bonne chose que ça commence à être connu, ça peut tellement aider à retrouver la santé. Toutes les maladies partent de l’intestin : maladies auto-immunes, pathologies chroniques handicapantes, TDAH, sans parler des maladies de l’intestin : côlon irritable, IBS, colopathie fonctionnelle, bref, toutes les maladies physiques ou psychiques ainsi que les problèmes à garder ou retrouver son poids de forme ont leur origine dans l’intestin.

Tu peux lire le livre de Norman Walker : Votre santé par les jus frais de légumes et de fruits, pour avoir une idée :

Il donne des compositions de jus en fonction des pathologies.

Attention, selon l’état de tes intestins, il faudra peut-être que tu commences très progressivement les jus (une cuillerée à café, puis deux au bout de quelques temps, etc…)

« Je ne vois pas comment un jus de légumes va soigner mon arthrose déformante aux doigts par exemple ».

C’est l’acide qui déforme les doigts ou le gros orteil (hallux valgus) ou qui courbe la colonne vertébrale pour donner une scoliose par exemple. Lorsque nous mangeons trop d’aliments dits « acidifiants » (voir : aliments acidifiants ou alcalinisants). C’est aussi du fait de ces mêmes aliments que nous nous déminéralisons. Tous les aliments acidifiants assèchent (la peau par exemple lorsque leurs résidus sont rejetés par la peau), déminéralisent tous les tissus (pas seulement les os) et déforment les os qu’ils ont déminéralisés.

L’intérêt des jus de légume est qu’ils apportent énormément de minéraux immédiatement assimilables (sans digestion) quel que soit l’état de tes intestins pour reminéraliser l’organisme et combattre l’effet des résidus acides des aliments et des modes de vie acidifiants. Les jus de légumes sont en quelque sorte thérapeutiques, il faut en consommer tant qu’on en a besoin. Plus tu seras déminéralisé et plus tu en auras besoin longtemps.

Le développement des bactéries dans l’intestin grêle (dans le SIBO) est dû au fait que des bactéries du côlon passent la valvule illéo caeacale (prévue pour être étanche dans ce sens), parce que celle-ci est déminéralisée et ne peut plus jouer son rôle de barrière dans ce sens. Il est donc urgent de la reminéraliser et je ne connais rien de plus reminéralisant que les jus de légumes.

Les jus verts de légumes contiennent de la chlorophylle qui est un bon régulateur de la fermentation intestinale et contribue à diminuer la production de gaz (voir aussi comment nettoyer ses intestins). Plus un jus est vert, plus il est nettoyant pour les intestins. Les jus ont de plus une action antibactérienne. Ils aident à diminuer la candidose entre autres, et ont une action cicatrisante par les nombreux minéraux qu’ils contiennent.

Les jus de légumes sont très reminéralisants et l’épithélium intestinal, lorsqu’il est devenu poreux, a un besoin urgent de se reminéraliser. Pour que les jus passent directement dans le sang quel que soit l’état de tes intestins, il est conseillé de les filtrer avec une passoire.

« Je ne vais pas acheter un extracteur de jus si je ne dois boire des jus que quelques temps ».

Le temps nécessaire peut varier entre 10 et 20 ans parfois davantage, surtt si tu commences très progressivement, cela dépend de ton état de santé (à quel point tu es déminéralisée), de ton âge (depuis combien de temps tu ingères des aliments déminéralisants) et de la fréquence des écarts que tu fais à une alimentation physiologique (vitesse de déminéralisation).

« Mais pourquoi ôter les fibres des légumes, je croyais qu’elles étaient nécessaires pour éviter le cancer du côlon ??? »

C’est pour cette raison qu’il faut manger beaucoup de fruits crus et de légumes tendres crus (laitue, jeunes pousses d’épinards, mesclun, pourpier, etc…), ils contiennent des fibres douces, solubles, très bien tolérées par nos intestins d’occidentaux fragilisés par des années de malbouffe. Les fibres des légumes qu’on met dans les jus (carottes, betteraves, chou, chou-fleur, céleri, etc…) sont beaucoup plus coriaces et bcp moins bien supportées si on croque ces légumes crus (voir : l’alimentation physiologique).

« C’est pour ça que j’en mange très peu »

Oui, mais de ce fait tu te passes aussi de tous les minéraux que ces légumes pourraient t’apporter. Si tu croques 4 betteraves, 6 carottes et 2 pommes, tes intestins risquent de ne pas apprécier et de ttes façons vu l’état actuel des intestins des occidentaux, tu n’en assimileras qu’un tt petit pourcentage. De plus il te faudra un certain temps et de très bonnes dents pour croquer tout cela. Par contre si tu bois deux grands verres de jus de légumes tu assimileras la totalité des minéraux présents dans ces fruits et légumes, parce que les jus de légume n’ont quasiment pas besoin de digestion pour passer dans les cellules.

« Peut-être, mais je vais jeter toutes les fibres de ces légumes et s’ils sont bios, ça fait cher du jus. »

Dans l’hypothèse (peu probable) où tu aurais réussi à mastiquer tous ces légumes suffisamment, en insalivant bien, puisque leur digestion commence dans la bouche avec l’amylase salivaire, et que tes intestins soient parvenus à les assimiler à peu près correctement, les fibres (non solubles) de ces légumes se seraient retrouvées dans tes selles. Lis mon article : La bio c’est pas cher.

Quant à la pulpe rejetée par l’extracteur, tu peux en faire :

-des coockies : il suffit de leur ajouter des raisins secs (réhydratés) pour les sucrer, de la purée d’amande (et/ou du psyllium blond) pour lier et de les faire déshydrater à moins de 40 degrés une nuit dans un déshydrateur (ou de les mettre sur une plaque dans ton jardin ou sur ton balcon quelques heures en plein soleil si comme moi tu n’as pas de déshydrateur mais que tu habites dans une région ensolleillée, ou au four à moins de 40 degrés si ton four peut chauffer à moins de 40 degrés, ou encore dans le four éteint juste après cuisson d’un plat au four, ce que je faisais qd je partageais ma vie avec une personne qui mangeait cuit),

-des biscuits salés : en ajoutant les herbes et épices de ton choix, un peu de sel (ou mieux, si tu peux te l’offrir, du sérum de Quinton) et de la purée d’amandes ou du psyllium blond, des graines de tournesol (ou de courge, ou autre), et les faire déshydrater de la même manière.

Si tu ne cuis pas ces cookies mais les déshydrate seulement, enlève auparavant les fibres trop coriaces (céleri par exemple).

Si tu manges encore du cuit ou si quelqu’un en mange encore chez toi, tu peux incorporer cette pulpe à des soupes, à des quiches, à des omelettes, à des purées, etc…

Je ne développe pas davantage, tu trouveras de nombreuses recettes sur le net.

« Je ne peux pas manger ttes ces fibres, je suis atteinte de côlon irritable »

Si tu es atteinte de côlon irritable, privilégie les jus verts, mets des légumes verts dans tes jus : choux, choux de Bruxelles, brocolis, chou chinois, céleri, épinards, laitue, blettes, etc… La chlorophylle de ces légumes contribuera à assainir ton intestin. Adopte l’alimentation physiologique très progressivement, adopte une hygiène des intestins, et une hygiène de vie.

Je te conseille aussi d’adapter ces recettes en fonction de ce que ton intestin peut supporter à un moment donné de ta transition alimentaire, et à adopter ttes les mesures citées précisément dans un certain ordre à déterminer avec la personne qui te suivra.

« Qu’est-ce que je mets dans mes jus ? »

Dans chaque jus, évite de mettre trop de légumes différents, en général au maximum deux sortes de légumes permettent d’avoir un jus agréable au goût, par exemple épinards carottes. Pour obtenir un goût agréable, tu peux ajouter une sorte de fruit mais au maximum un tiers de fruit en poids (environ) pour éviter le pic glycémique et les réactions de détoxination bruyantes. Par exemple épinards carottes pomme ou épinards carottes orange. Pour renforcer l’effet thérapeutique de mes jus je rajoute dans chaque jus :

-un citron avec sa peau : excellent pour le foie, permet aussi de conserver le jus 24h au frigo sans qu’il ne perde trop de ses nutriments,

-du persil frais : excellent pour les reins, commencer progressivement par un ou deux brins pcq très puissant,

-une gousse d’ail : assainit les intestins, commencer aussi très progressivement,

-un peu de racine de gingembre : anti inflammatoire puissant, bon pour la digestion, pour le coeur, limite les nausées, réduit la sensation de fatigue, commencer par un tt petit morceau (1cm pour 1 litre de jus),

-un peu de racine de curcuma : anti-inflammatoire puissant, commencer aussi par 1cm,

je parle des jus de légumes dans de précédents articles :  comment nettoyer ses intestins.

Utilise des fruits et légumes bio et ne les épluche pas. Et lorsque tu auras bien renforcé ton organisme avec les jus et l’alimentation physiologique , tu n’auras même plus trop besoin de rincer les fruits et légumes parce que ton immunité se renforcera au contact des bactéries présentes à leur surface.

Les jus les plus faciles à boire lorsqu’on démarre sont : betterave carotte orange par exemple ou épinards carottes pomme, choisis les légumes les plus doux pour commencer et au début ne charge pas trop (ou évite carrément) en gingembre et en ail. Ne choisis que des ingrédients dont le goût te tente (voir : l’instinctothérapie).

« J’ai une centrifugeuse, ça peut remplacer l’extracteur de jus ? »

La centrifugeuse tourne à grande vitesse et risque donc d’altérer les miconutriments des fruits et légumes, de plus elle n’est pas très efficace pour les feuilles vertes (épinards, blettes, laitues, etc…), mais tu peux commencer avec en passant surtt des légumes racines, c’est toujours mieux que de ne pas consommer du tt de jus de légumes.

« Quelle différence avec le blender ? »

Le blender n’ôte pas les fibres, le processus de digestion sera le même que si tu avais croqué tous ces fruits et légumes et en plus tu risque de ne pas les avoir insalivés suffisamment du fait de la consistance liquide, alors que la digestion des fruits et légumes commence dans la bouche avec l’amylase salivaire. Les jus faits maison au juicer (extracteur de jus) sont immédiatement assimilés quelle que soit l’état de tes intestins puisqu’ils ne nécessitent quasiment pas de digestion.

« Et si j’achète des jus de légumes du commerce ? »

La législation oblige à flash pasteuriser tous les jus du commerce pour des raisons d’hygiène or cette pasteurisation crée des substance dont notre organisme ne sait que faire et qu’il va traiter comme des déchets (voir : les modes de cuisson). Le problème c’est que si tes intestins sont en mauvais état (ce qui est le cas des « normo-mangeurs » occidentaux), ces déchets se retrouvent dans ton organisme et provoquent des amas de graisse, des kystes, des oedèmes comme traité dans de précédents articles.

« Comment choisir mon extracteur de jus ? »

Tout dépend de tes finances, dans la mesure où c’est un investissement pour au moins dix ans et même davantage si tu es atteinte de côlon irritable, si tu as les moyens de le faire achète un juicer de qualité. Le prix des juicers varie de 100 à 1000 euros environ.

Les juicers verticaux (comme sur l’illustration ci-dessus) sont plus fragiles en général, mais prennent moins de place. Il faut pouvoir laisser en permanence ton juicer sur ton plan de travail pcq tu en auras une utilisation quotidienne. Avec un juicer vertical, il faudra couper tes fruits et légumes en tt petits morceaux et bien souvent éviter de passer la peau de pastèque par exemple qui risquerait d’endommager ton appareil.

Les juicers horizontaux à une vis sont assez efficaces, les juicers horizontaux à deux vis sont les plus efficaces, cad que les fibres rejetées sont presque complètement sèches, ils nécessitent moins de fruits et légumes pour donner une même quantité de jus. De plus ces derniers (à deux vis) sont plus solides et supportent bien de broyer la peau de pastèque.

Un bon compromis, le juicer horizontal greenis-f-9600 à une vis vendu par régénérescence :

https://regenerescence.com/boutique-fr/extracteur-de-jus-horizontal-greenis-f-9600/

« Ca revient drôlement cher de faire des jus bios ! »

Pas du tout, moi j’écoule en général tous les fruits et légumes un peu vieux pour être croqués ou mis dans une salade, j’achète les fruits de saison juteux les moins chers pour mes jus, et puis je fais souvent des jus avec des ingrédients gratuits.

 » gratuits ? »

Oui, la peau des pastèques ou des melons remplace souvent les légumes (riches en minéraux), la chair du centre des melons chargée de tous les pépins ou la peau d’ananas remplacent souvent les fruits, les feuilles qui entourent le chou fleur, les fanes de radis ou de carotte, les tiges avec la barbe des fenouils remplacent souvent aussi les légumes, lorsque j’achète des betteraves ou des choux raves à mettre dans le juicer, je les prends avec leurs feuilles, Tu peux demander aussi à ton petit producteur au marché de te garder les fanes des légumes qu’il jetterait et puis toutes les plantes sauvages comestibles que tu peux cueillir lors de balades en forêt ou dans ton jardin s’il n’est pas trop exposé à la pollution (ortie, pissenlit, plantain lancéolé, mauve, trèfle si tu as un excellent juicer, etc…) apprends à reconnaître les plantes sauvages comestibles, elles remplacent avantageusement les légumes pcq elles sont beaucoup plus chargées en minéraux.

ATTENTION, de nombreux paramètres sont à changer pour retrouver durablement la santé ou ton poids de forme : adopter l’alimentation physiologique, la gestion du stress (voir : comment le stress actuel impacte notre santé et la composante psychique de toutes les maladies), une hygiène de vie optimale, des pratiques de santé quotidiennes (voir par exemple : les compresses d’huile de ricin) ainsi que des mesures de renforcement de l’organisme (voir par exemple : renforcement par le froid), le tout très individualisé en fonction de ton état de santé général et SURTOUT actualisé au jour le jour en fonction des réponses de ton organisme. 

Il est de ma responsabilité professionnelle de te prévenir qu’afin d’éviter certaines catastrophes (voir : ma transition), tu peux avoir besoin de te faire suivre par un coach de santé (ou coach de régénération) qui évaluera ton état de santé général en fonction de l’état de santé de tes systèmes immunitaire, nerveux, endocrinien, circulatoire, digestif, de ton poids rapporté à ta taille, de ton âge, de l’histoire de ta maladie, de ton histoire médicamenteuse, de ta génétique, et de nombreux autres facteurs. 

Tu peux également avoir besoin de te faire suivre par un psychologue pour venir à bout de ton stress. De plus les éliminations provoquées par ces changements d’alimentation et ces pratiques de santé, risquent de faire remonter des sentiments dépressifs pouvant aller jusqu’à des idées noires. Il est conseillé de se faire suivre par un psychologue, d’autant que de plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques consultations par an chez un psychologue. L’idéal serait que ce psychologue soit très au fait de ces pratiques de santé et du mode de vie physiologique.

Je suis psychologue clinicienne, hygiéniste, coach de santé et de régénération et propose notamment des consultations par SKYPE ou téléphone.

De plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques séances de psychologues, renseignes toi auprès de ta mutuelle, je peux envoyer des reçus.

Pour connaitre mon parcours, voir : Qui suis-je

Si tu souhaites davantage de renseignements, n’hésite pas à me contacter à l’adresse suivante : 

osersavie66@gmail.com

ou au 06 87 20 54 58

Fatigue chronique, intestins et maladies auto-immunes

ATTENTION : avant de lire cet article, je t’invite à relire ma page d’accueil  en suivant le lien suivant :

ça va mieux en le disant

Nous avons vu que ttes les maladies partent de l’intestin, en d’autres termes, une pathologie intestinale prédispose à plus ou moins long terme à toute sorte de maladie physique ou psychique ainsi qu’à la perte de ton poids de forme (voir : pourquoi on grossit et comment prendre du poids). Nous avons vu aussi l’importance du microbiote intestinal. Alors si tu souffres des intestins, cet article devrait t’intéresser, si de plus tu es en état de fatigue chronique ou en burn-out, cet article est pour toi.

Les maladies auto-immunes ne font pas exception et démarrent elles-aussi dans l’intestin. D’où l’intérêt de traiter son intestin

Cet article est très largement inspiré d’une vidéo de Thierry Casasnovas.

« Quel est le mécanisme qui préside à l’éclosion de maladies auto-immunes ? »

Comme pour toutes les maladies, c’est la perméabilité intestinale qui permet le passage de déchets dans l’organisme. Dans le cas des maladies auto-immunes, ces déchets sont des sucres complexes mal digérés et des protéines mal digérées. Or ces fragments de protéines peuvent avoir des similitudes moléculaires avec des tissus corporels.

Le système immunitaire humoral (du sang) fabrique des antigènes et anticorps qui vont aller attaquer les organes qui ont des similitudes avec les fragments protéiques mal digérés.

« Pourquoi l’intestin devient-il perméable ? »

Nous avons vu dans de précédents articles une des causes de cette perméabilité :  le gluten (voir : les céréales) et d’autres « aliments » inadaptés à la consommation humaine peuvent attaquer (au niveau des jonctions serrées) l’épithélium intestinal (revêtement de la paroi intestinale) qui est très fin, composé d’une seule couches de cellules.

Mais il ne faudrait pas négliger une autre cause très importante aujourd’hui : la fatigue chronique qui se traduit par une hypofonction de tout le système endocrinien et nerveux, ce qui entraine une inflammation importante de tt l’organisme et donc des intestins.

« La fatigue chronique ? »

Oui, nous passons notre temps en adaptation constante à un régime alimentaire non adapté à l’humain et à des conditions de vie trop stressantes. Nous sur-sollicitons donc notre système endocrinien et notamment les glandes thyroïde, surrénales et pituitaire, ainsi que notre système nerveux, le système endocrinien s’épuise et finit pas être en hypofonction (hypothyroïdie par exemple) après une phase d’hyperfonction où il brûle ses dernières cartouches.

Un hypofonctionnement du système endocrinien provoquera faiblesse circulatoire, grande frilosité, dépression généralisée, troubles de la mémoire, défaut d’élimination, insomnies, perte des cheveux, « fausses routes » en mangeant, prise de poids, apathie, etc… (tu peux ne présenter que quelques uns de ces troubles si tu as un hypofonctionnement endocrinien).

La lymphe ne circulant plus du fait du ralentissement de l’organisme, il va y avoir défaut d’élimination (voir : comment vas-tu ?) qui va entrainer une accumulation de déchets dans l’organisme, ce qui déclenchera une inflammation pour traiter tous ces déchets. Le cortisol (secrété par les glandes surrénales) est un immuno régulateur et permet de limiter l’inflammation, or les surrénales étant en hypofonction et ne produisent plus suffisamment de cortisol, l’inflammation s’emballe donc jusqu’à provoquer un épuisement dont les symptômes s’aggravent alors, c’est un cercle vicieux.

Les glandes surrénales épuisées ne produisent plus assez d’aldostérone dont la fonction est de retenir les minéraux au niveau de l’organisme (sauf le calcium retenu par la thyroïde), il y a donc fuite minérale, ce qui explique pourquoi les compléments alimentaires ne servent à rien dans ce cas, ils ne sont pas fixés. La fuite minérale correspond à une déminéralisation. Pour contrer la déminéralisation, voir : les jus frais de légumeset jus au juicer pas cher.

La fuite minérale, couplée à l’inflammation entraine une altération de la paroi intestinale (qui est faite d’un maillage de minéraux), par attaque des jonctions serrées de l’épithélium intestinal, on en arrive à une hyperperméabilité intestinale.

D’autre part, les enzymes digestives et l’acide chlorhydrique de l’estomac sont produits en trop faible quantité du fait de la faiblesse de l’organisme, engendrant un défaut de digestion.

Le défaut de digestion couplé à l’hyperperméabilité intestinale provoque la réaction auto-immune.

Ce qui signifie que la réforme alimentaire n’est pas suffisante puisque tout part de l’épuisement par sursollicitation du système adaptatif, du fait de nos modes de vie (voir aussi : l‘hygiène de vie optimale).

La première chose à mettre en place est le repos. Il faudra solliciter ton système para sympathique (système calme-contact) par le sommeil (autant que nécessaire), des massages (pas besoin de payer pour ça faites vous l’un l’autre des massages ton amoureu.x.se et toi), et des bains de soleil le plus souvent possible, les rayons du soleil sur la glande pinéale (à l’emplacement du 3ème œil) régénère tout le système endocrinien.

Lorsque tu seras bien reposée, il faudra en vertu de la loi de l’hormèse, solliciter à nouveau ton organisme.

« La loi de l’hormèse ? »

Oui, c’est une loi qui dit que tt stress qui ne dépasse pas les capacités d’adaptation du système les renforce.

« Il faut appliquer du stress à son corps ???!!! »

Oui, mais pas un stress chronique, un stress bref suivi d’une période de repos suffisante, un jeûne (voir aussi les vidéos quotidiennes du journal d’un jeûne) adapté par exemple on peut commencer par le jeûne séquentiel.

« Et comment je sais si c’est adapté pour moi ? »

Si tu es épuisée après ton jeûne, c’est que c’était trop pour toi, la prochaine fois vas-y plus progressivement.

Quand on est épuisé, on peut aller vers des bains très chauds, à la limite de ce qu’on peut supporter, ou des saunas ou des bains de soleil. On peut aussi faire de l’exercice de haute intensité, mais toujours aux limites de ce qui nous est possible, pour relancer son système. On peut aussi travailler hypoxie (privation d’oxygène).

Tu peux de plus prendre certaines plantes sauvages adaptogènes qui t’aideront, attention aux plantes que tu choisis, celles vendues dans le commerce et même en pharmacie sont souvent inefficaces parce que pas sauvages, souvent même pas bios ! Je te conseille celles de la boutique régénérescence  :

Le mélange pure élimination aidera à l’élimination et l’ortie piquante à la reminéralisation.

Le lien pour les mélanges de plantes :

Mélanges de plantes

ATTENTION, de nombreux paramètres sont à changer pour retrouver durablement la santé ou ton poids de forme : adopter l’alimentation physiologique, la gestion du stress (voir : comment le stress actuel impacte notre santé et la composante psychique de toutes les maladies), une hygiène de vie optimale, des pratiques de santé quotidiennes (voir par exemple : les compresses d’huile de ricin) ainsi que des mesures de renforcement de l’organisme (voir par exemple : renforcement par le froid), le tout très individualisé en fonction de ton état de santé général et SURTOUT actualisé au jour le jour en fonction des réponses de ton organisme. 

Il est de ma responsabilité professionnelle de te prévenir qu’afin d’éviter certaines catastrophes (voir : ma transition), tu peux avoir besoin de te faire suivre par un coach de santé (ou coach de régénération) qui évaluera ton état de santé général en fonction de l’état de santé de tes systèmes immunitaire, nerveux, endocrinien, circulatoire, digestif, de ton poids rapporté à ta taille, de ton âge, de l’histoire de ta maladie, de ton histoire médicamenteuse, de ta génétique, et de nombreux autres facteurs. 

Tu peux également avoir besoin de te faire suivre par un psychologue pour venir à bout de ton stress. De plus les éliminations provoquées par ces changements d’alimentation et ces pratiques de santé, risquent de faire remonter des sentiments dépressifs pouvant aller jusqu’à des idées noires. Il est conseillé de se faire suivre par un psychologue, d’autant que de plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques consultations par an chez un psychologue. L’idéal serait que ce psychologue soit très au fait de ces pratiques de santé et du mode de vie physiologique.

Je suis psychologue clinicienne, hygiéniste, coach de santé et de régénération et propose notamment des consultations par SKYPE ou téléphone.

De plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques séances de psychologues, renseignes toi auprès de ta mutuelle, je peux envoyer des reçus.

Pour connaitre mon parcours, voir : Qui suis-je

Si tu souhaites davantage de renseignements, n’hésite pas à me contacter à l’adresse suivante : 

osersavie66@gmail.com

ou au 06 87 20 54 58

Pathologies intestinales et vie sociale

ATTENTION : avant de lire cet article, je t’invite à relire ma page d’accueil  en suivant le lien suivant :

ça va mieux en le disant

Lorsqu’on est atteint de côlon irritable, de colopathie fonctionnelle, de SIBO (Small Intestin Bacterial Overgrowth), diagnostiquée comme telle ou pas, la vie sociale devient vite un enfer.

« Je suis très constipée, j’ai souvent mal au ventre et mon ventre gonfle après les repas, mais je n’ai jamais pensé à aller me faire diagnostiquer, et ce parcours du combattant pour avoir un diagnostic, ça me freine un peu »

Même si tu n’es pas diagnostiquée, tu peux avoir une idée de ton état :

Si tu présentes régulièrement plusieurs des symptômes suivants :

Une distension abdominale après un repas, des gaz, des douleurs abdominales et coliques, une alternance de constipation sévère et de diarrhées imprévisibles, des maladies chroniques plus ou moins handicapantes (fatigue chronique, diabète, fibromyalgie, maladies auto-immunes, troubles neuro-musculaires, thyroïdite, troubles psychiques plus ou moins importants, etc…), un moral en berne avec pessimisme et déprime pouvant aller jusqu’à un état dépressif avec idées noires, une déficience en vitamines et minéraux, surtt la vitamine B12, une mauvaise absorption des graisses ou une « intolérance » au gluten, au lactose, à la caféine, au fructose, etc…

Alors tu es probablement atteint de SIBO et/ou de côlon irritable, plus tu présentes de symptômes et plus les risques que tu sois atteint des deux pathologies sont importants (c’est bcp plus fréquent qu’on ne l’imagine).

Ces deux pathologies sont en général accompagnées d’une candidose (Candidas Albicans dans les intestins). Tu peux voir clairement la candidose dans l’iris de tes yeux (voir : Qu’est-ce que l’iridologie ?) tu peux aussi faire le test du verre d’eau (très simple et gratuit) chez toi pour déterminer si tu en abrites une quantité importante :

https://epanews.fr/photo/candidose-teste-du-verre-d-eau-1?context=user#.W54ZtopBpp8

« On m’a dit que j’avais un dolichocôlon, c’est peut-être pour ça ? »

Le syndrôme de l’intestin irritable, comme le SIBO ou d’autres pathologies intestinales provoquent une rétention de matières dans les intestins (même qd on est atteint d’accès de diarrhées, les selles sont alors liquéfiées pr pouvoir passer dans l’intestin tapissé de matières, pcq il est vital d’éliminer au moins une partie des matières). Cette rétention de matières fécales a tendance à boursoufler le côlon soit dans le sens de la longueur, c’est le dolichocôlon, soit dans le sens de la largeur, c’est le mégacôlon, soit dans les deux sens, c’est le dolichomégacolon.

« Comment s’en débarrasser ? »

Je t’expose comment je suis venue à bout des deux pathologies (côlon irritable et SIBO), mais tu peux venir à bout de nombreuses pathologies puisqu’elles partent toutes de l’intestin , (voir aussi : microbes et microbiote) si tu désencombres ton côlon de cette manière, il reprendra sa forme normale, j’ai adopté :

-Une alimentation physiologique très progressivement et en introduisant certains aliments dans un certain ordre en fonction de mon état du moment et de mes réactions,

-Des mesures de régénération de l’intestin, en commençant par celles qui étaient les plus adaptées à mon état de santé du moment et en les introduisant dans un certain ordre, en fonction du stade de ma réforme alimentaire, selon mes réactions.

Des mesures d’hygiène de vie (voir : y’a pas que la bouffe dans la vie).

Un suivi psychologique pour apprendre à lâcher prise et se libérer de son stress et/ou de sa « déprime » chronique qui accompagnent et/ou sont à l’origine de ces troubles intestinaux.

Si tu suis ce protocole, tu te débarrasseras de toutes tes maladies physiques et psychiques et tu retrouveras ton poids de forme.

Ces méthodes de « guérison » des intestins doivent absolument être individualisées en fonction de ton état de santé, de l’histoire de tes troubles, de l’état de tes intestins, de ta façon de te nourrir actuellement et dans le passé et de tes réactions à leurs mises en place. Idem pour les recettes présentées en annexe de cet article, il faudra les adapter à l’état de tes intestins, changer un ou plusieurs ingrédients pour les tolérer au mieux. Afin d’éviter de faire des erreurs qui hypothèqueraient encore davantage ta santé, je te conseille de te faire suivre durant tte la transition par quelqu’un qui s’y connaît bien. A terme, après une transition bien menée et un renforcement de ton terrain (dont il sera question dans un prochain article), tu pourras réintroduire tous les aliments physiologiques et même faire des écarts de temps en temps sans trop de conséquences quel qu’ait été l’état pathologique de tes intestins.

« Alors qu’est-ce que tu proposes pour faciliter la vie sociale ? »

J’ai mis en place au fil des années plusieurs stratégies, ce sont surtt les repas qui posent pb. Cet article propose quelques conseils à mettre en œuvre avant, pendant et après des écarts importants au régime physiologique.

AVANT :

Je m’arrange pour recevoir mes amis chez moi plutôt que d’aller dîner chez eux.

Si je dois aller dîner chez eux, pour limiter les dégâts, je propose de confectionner le dessert qui est ce qui pose souvent le plus problème (sucre, gluten, laitages…) et comme je craque souvent… Je donne quelques recettes en annexe de cet article, mais tt dépend du stade de transition alimentaire où tu en seras. Tu peux de plus faire la surprise d’apporter un jus de légumes fraichement pressé à l’extracteur pour l’apéro prétextant que tu ne supportes pas l’alcool, prévois-en une grande bouteille, tu verras, tt le monde voudra en goûter (en plus de leur verre d’alcool !). Bientôt un article sur les jus de légumes.

Essaie de limiter les dégâts en écartant de ton assiette, ou en mangeant à minima : les céréales à gluten (voir : toutes les maladies partent de l’intestin), les céréales sans gluten, les féculents (pommes de terre, légumineuses), le sucre et tt ce que tu auras identifié comme te provoquant des troubles intestinaux. N’oublies pas que tu n’es pas obligée de terminer ton assiette pour dire que c’était délicieux. Le plus dur est de résister à la tentation parce que les céréales, légumineuses et féculents ne faisant pas partie de l’alimentation normale des humains, l’organisme ne déclenche pas le signal d’arrêt physiologique et on devient tous boulimiques devant un plat de céréales (voir : l’instinctothérapie). En ce qui me concerne, il vaut mieux que je n’y touche pas, sinon je ne m’arrête d’en manger que lorsqu’il n’en reste plus dans mon assiette !

Pour moins te laisser tenter, je te conseille juste avant de partir de chez toi de boire au moins un demi litre de jus de légume qui en plus de te rassasier, t’apportera des minéraux qui permettront de lutter contre l’effet acidifiant des aliments que tu ingèreras chez tes amis. Si tu as peur d’avoir envie d’uriner en buvant un demi litre de jus de légumes (dans la mesure où une vessie enflammée par l’inflammation des intestins contiguë, ne supporte pas même un tt petit remplissage), tu peux manger quelque chose de très nourrissant et de sec que tu aimes (amandes ou autres noix par exemple, n’oublies pas de les avoir fait tremper une nuit et bien rincées auparavant), tu peux aussi faire les deux, l’idée est d’atteindre le signal de satiété avec des aliments physiologiques chez toi ce qui t’évitera de te jeter sur les biscuits d’apéro (sucre, sel, gluten, laitages, additifs, etc…) et sur les plats de céréales, légumineuses, féculents ou sur le dessert sucré.

Tu risques de te faire une réputation de « petit oiseau ». Si tu as quelques kilos en trop on va te demander cent fois si tu es au régime, à toi de voir si tu veux jouer cette carte, si tu es très mince on va te répéter de finir ton plat, que tu peux te le permettre, là tu peux dire que tu n’as plus faim, dans l’esprit des gens très mince signifie petit estomac (même si c’est souvent faux !). A moins, bien sûr, que tu ne sois capable de dire la vérité, d’expliquer ton régime et de survivre aux railleries ou même aux mises en gardes et prédictions funeste s’il y a des médecins à la table.

Au restaurant, si tu as le choix du restau essaie de le choisir bio pour éviter d’ingérer des pesticides, de plus dans les restaus bios ils sont sensibilisés au sans gluten sans laitage. L’été essaie de commander une grande salade repas sans céréales ni légumineuses, ni féculents mais avec un œuf poché éventuellement (rassasiant). Les autres saisons tu peux demander de remplacer les frites ou le riz par des haricots verts ou n’importe quel autre légume. Même conseil que pour un repas chez des amis, essaie d’atteindre la satiété avant de sortir de chez toi pour ne pas finir la corbeille de pain si le service est lent. Aie toujours sur toi des sachets de tisane bio et au moment du café demande un thé avec le sachet à part, tu laisseras leur sachet et utiliseras ta tisane.

Si tu as réussi à recevoir chez toi plutôt que d’aller chez tes amis, essaie le plus souvent possible de recevoir pour le goûter ou l’apéro plutôt que pour le dîner, toujours histoire de limiter les dégâts, parce qu’en compagnie on à tendance à ingérer de beaucoup plus grandes quantités que nécessaire (ce qui entretient les problèmes intestinaux) et tu n’auras pas le signal d’arrêt physiologique parce que tu vas faire de nombreux mélanges en préparant à manger, même avec des aliments de base physiologiques (voir : l’instinctothérapie). Voir les recettes pour chacune de ces occasions en annexe de cet article, mais pour le choix des mets à proposer, tt dépendra du stade où tu en seras de ta transition. Les fruits crus se mangent habituellement à jeun pour éviter les réactions intestinales, mais lorsque je reçois je confectionne des desserts à base de fruits crus, ça limite les dégâts par rapport à une tarte aux pommes (sucre, gluten, laitages)…

PENDANT :

L’idéal serait que ces stratégies deviennent des réflexes pour que ça ne te gâche pas le plaisir de passer du temps avec tes amis (voir : y’a pas que la bouffe dans la vie). Mais si tu craques, surtt ne t’en veux pas, profites du moment avec ceux que tu aimes et du repas, il sera temps de t’en inquiéter après.

APRES :

Si tu as fait un gros écart, essaie de faire en sorte que ces aliments néfastes (pesticides et poisons autres majeurs) séjournent le moins longtemps possible dans tes intestins. Si le lendemain matin tu n’es pas allée à la selle, tu peux :

-soit faire une purge (article à venir sur les purges),

-soit te faire un lavement maison (voir : comment « guérir » du côlon irritable et du SIBO)

-soit pratiquer le bain dérivatif qui active l’élimination par les selles (voir : comment nettoyer ses intestins)

-Tu peux les jours suivants (après avoir été à la selle) faire un ou deux jours de jeûne.

Le jeûne et la purge peuvent être couplées avec le bain dérivatif qui permet d’ailleurs de mieux supporter le jeûne si tu n’en n’as pas l’habitude.

« Mais les repas ne sont pas le seul problème, quelquefois, qd je suis dehors, je dois trouver des toilettes en urgence parce que je sens venir une diarrhée irrépressible, comment faire ? »

Une constipation sévère aboutit souvent à ce genre de réactions pcq vider les intestins est vital, alors lorsque le passage est obstrué par trop de matières, les nouvelles matières fécales sont liquéfiées pour pouvoir passer ce barrage.

Une réforme alimentaire, couplée à une hygiène des intestins bien menées devraient assez rapidement reléguer ce genre de mésaventures au rang de mauvais souvenirs.

Les maladies des intestins ont bien souvent une importante composante psychologique. Selon ton état de santé et ta motivation, tu peux avoir besoin de te faire suivre par un psychologue pour venir à bout de ton stress. De plus, l’élimination de vieux déchets que provoquent l’adoption d’une alimentation physiologique et le nettoyage des intestins, fait souvent remonter des sentiments anciens dépressifs voire même des idées noires, je ne saurais trop te conseiller de te faire suivre par un psychologue, d’autant que de plus en plus de mutuelles remboursent quelques consultations par an chez un psychologue. L’idéal serait que ce psychologue soit très au fait des pathologies de l’intestin et des médecines alternatives et de l’alimentation physiologique.

Je suis psychologue clinicienne, hygiéniste et coach de régénération et propose des consultations par SKYPE ou téléphone.

De plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques séances de psychologues, renseignes toi auprès de ta mutuelle, je peux envoyer des reçus.

Si tu souhaites davantage de renseignements, n’hésite pas à me contacter à l’adresse suivante : 

osersavie66@gmail.com

ou au 06 87 20 54 58

Pour en savoir davantage sur mon parcours, voir : qui suis-je ?

ANNEXE : recettes,

Des recettes de jus de légumes seront intégrées à l’article sur les jus de légumes à paraître bientôt.

Je partage seulement quelques recettes ici, mais tu en trouveras plein sur le net à la rubrique crusine (cuisine crue), je mets l’adresse de deux sites de crusine en fin d’article.

Attention pour réaliser ces recettes à partir de légumes crus, on a besoin de matériel plus ou moins onéreux que j’ai mis des années à acquérir, me faisant offrir à chaque anniversaire ou autre occasion les instruments les moins chers et demandant une participation financière pour les machines les plus chères.

Desserts ou accompagnement d’un café ou de boissons fraiches (pour toi tu accompagneras par une tisane ou un jus de légumes maison):

L’été : glace aux fruits rouges, mettre 2 ou 3 heures au congélo des bananes coupées en trois ou quatre, au moment du dessert, mettre dans le blender professionnel les morceaux de banane gelés et des fruits rouges congelés (fraises, framboises, myrtilles, mûres, etc…) achetés en boutique bio ou congelés par tes soins après cueillette dans ton jardin ou lors de balades. Mettre en verrines et ajouter la chantilly cajou à la poche à douille. Décorer avec des myrtilles fraiches.

Chantilly cajou : mettre dans le petit blender des noix de cajou, une ou deux dattes, de la vanille en poudre, et un peu d’eau.

Les autres saisons : mets dans le petit blender des fruits de saison, à disposer au fond d’une verrine, que tu recouvriras de chantilly cajou et que tu décoreras avec des amandes émincées par exemple.

« Dis donc ces ingrédients ça coûte un bras ! »

Oui, mais ça revient moins cher que de te ruiner en compléments alimentaires qui ne sont plus nécessaires lorsqu’on mange physio.

Je te présenterai à la fin tous les instruments et robots, mais là aussi ils sont très chers…

Entrées ou accompagnements d’un apéro :

L’été  pour l’entrée : salade de légumes, graines germées maison (très facile à faire et pas cher) et feuilles tendres assaisonnée à ton goût.

Les autres saisons : soupe chaude et crue de potiron, mettre dans le blender le potiron épluché et en petits morceaux, la purée d’amandes, le sel, un tt petit peu de persil d’échalotte et d’ail (attention crus ces aromates sont très forts), et un peu d’eau chaude directement de la bouilloire. Je remplace les croûtons par des marrons cuits sous vide que je trouve en boutique bio et que je brise au dessus de chaque bol de soupe, j’ajoute un trait de crème fraiche cajou dans chaque bol (cajous, sel et un tt petit peu d’eau dans le petit blender).

Pour l’entrée ou en apéro ttes saisons : tartinades accompagnées de bâtonnets de légumes tendres comme courgette ou concombres ou de carottes selon l’avancement de ta transition.

Les tartinades : mettre dans un blender professionnel : carottes crues purée d’amandes et cumin et/ou houmous cru de courgettes : courgettes, tahin (purée de sésame), ail, citron, et/ou tartare d’algues maison : mettre dans un robot lame en S (genre magimix), des paillettes de dulse, des paillettes de nori en quantités égales, le jus et le zeste d’un citron, une gousse d’ail, un peu d’huile d’olives, ne dis pas à tes invités que c’est des algues, dis leur de devinet, en général ils adorent, c’est la tartinade qui part en premier.

Les plats :

L’été :

-Salades de toute sorte.

-Spaghettis de courgettes à la bolognaise noisettes, tailler les courgettes en spaghettis avec le spiraliseur et faire la sauce bolognaise an blendant les tomates crues, avec des tomates séchées, une datte et du sel, ajouter les noisettes concassées, mélanger. A la dernière minute, les spaghettis peuvent être « décrudis » deux minutes à la vapeur dans le vitaliseur de Marion, et la sauce bonognaise réchauffée au bain marie en mettant le petit doigt dans la sauce, si tu ne ressens pas de brulure, c’est que ta sauce reste à moins de 40 degrés au delà desquels, les micronutriments sont altérés et les vitamines perdues.

Les autres saisons :

Risotto de choux fleur aux champignons séchés, débiter le chou fleur en petites graines avec un couteau (le plus délicat à faire), ajouter purée de cajous (pour le goût de fromage et pour lier), et les champignons réhydratés dans l’eau chaude quelques minutes et coupés en petits morceaux, un petit peu d’échalote et de persil, peut se réchauffer au bain marie de la même façon que les spaghettis de courgettes.

Les instruments que j’utilise (je renvoie sur des liens qui sont commerciaux mais vous pouvez peut-être trouver moins cher ailleurs) :

Spiraliseur : https://www.amazon.fr/Spiraliseur-l%C3%A9gumes-lames-compacte-Twinzee/dp/B01N4D6OMN/ref=sr_1_1_sspa?ie=UTF8&qid=1537098302&sr=8-1-spons&keywords=spiraliseur&psc=1

Le petit blender tribest : https://www.natura-sense.com/blender-tribest-pb-150.html?gclid=Cj0KCQjw_vfcBRDJARIsAJafEnEB784DFxE3JOsQBU2oBXlRHZ3IazUGOXjyuYad6TvJt8xOrwjLEmsaAp8VEALw_wcB

Le vitaliseur de Marion : https://shop.vitaliseurdemarion.fr/petit-robinson?gclid=Cj0KCQjw_vfcBRDJARIsAJafEnFepHYH4YPPQ1pzOACCC7WKjWBUfi_U8VQCdpO1tzKIciTGS4NH8LsaArPpEALw_wcB

Le blender professionnel, j’ai le vitamix qui coûte très cher mais il en existe aujourd’hui d’aussi efficaces moins cher (même si ça reste encore cher) : https://regenerescence.com/boutique-fr/power-blender-greenis-fgr-8830/

Des sites de recettes crues :

https://www.crusineacademie.com/

https://crudivegan.com/

Toutes les maladies partent de l’intestin

ATTENTION : avant de lire cet article, je t’invite à relire ma page d’accueil  en suivant le lien suivant :

ça va mieux en le disant

Que tu sois atteint d’une maladie des intestins (SIBO, côlon irritable ou autre) ou de maladie chronique handicapante (maladie auto-immune, fibromyalgie, troubles psychiques ou psychiatrique, cancer ou autre), ta maladie a débuté dans les intestins. Le fait que tu te sois écartée de ton  poids de forme en prenant ou en perdant du poids est souvent dû également à un déséquilibre du microbiote intestinal (voir : microbes et microbiote).

« Tu peux expliquer ? »

C’est le but de cet article.

Je reprends dans la première partie de cet article, la première partie (enrichie) de mon article : « comment régénérer ses intestins » :

L’intestin est la première barrière de défense de l’organisme, il joue un rôle de défense immunitaire très important (il est le siège de notre immunité mucosale : la plus importante de nos trois sortes d’immunité, mucosale, humorale et cellulaire). La muqueuse de tout l’appareil digestif est un interface entre le milieu extérieur et le milieu intérieur. Tant que le morceau de pomme que tu as avalé n’a pas passé la barrière filtrante de la muqueuse intestinale, il est toujours dans le milieu extérieur.

« Comment ça ? »

Eh bien, l’intérieur du tube digestif communique avec l’extérieur par la bouche et par l’anus, tu as sûrement déjà vu certains composants non digestibles ressortir intacts, non ? Moi, l’été dernier je me nourrissais (et me régalais) de pastèques en avalant tous les pépins que je croquais pour la plupart, j’adore ! Eh bien une partie de ces pépins, ceux que je n’avais pas croqués mais gobés, ressortait comme elle était entrée, intacte.

Je vais faire un parallèle un peu osé, un de mes enfants me disait qu’en informatique, tant qu’on n’a pas enregistré, on n’a rien gagné ni rien perdu, avec l’appareil digestif, c’est pareil, tant que ton morceau de pomme n’a pas passé la barrière intestinale, il ne fait pas encore partie de ton organisme.

« Sauf s’il s’est collé sur les parois de l’intestin… »

S’il est collé sur la paroi de l’intestin,  il n’est pas entré dans l’organisme et il y aura encore moyen de l’éliminer par les méthodes décrites dans en pratique : comment guérir du côlon irritable, mais un morceau de pomme ne se collera pas sur les parois de l’intestin. Ce sont les glues qui collent et notamment le gluten (c’est une protéine constitutive du blé), c’est pour ça que j’ai arrêté le pain même si j’adore ça et qu’il n’est pas facile d’arrêter sa consommation de pain, nous verrons dans un prochain article qu’il y a accoutumance et dépendance au gluten (et aux laitages) comme à une drogue puisque le gluten (et la caséine du lait) sont partiellement décomposés dans l’organisme en substances appelées peptides opioïdes, qui ont une structure chimique semblable à la morphine.

« Mais ma grand mère a toujours mangé du pain en grande quantité, c’était même la base de son alimentation et elle a vécu très âgée et en pleine forme »

Oui, avant les années 50, le blé n’était pas le même que celui d’aujourd’hui. Depuis, on a fait muter la protéine de blé pour l’enrichir le plus possible en gluten afin que la pâte à pain puisse être pétrie mécaniquement, pour qu’elle s’étire dans la machine au lieu de se casser. Comme pour tout, c’est un impératif de rentabilité qui a prévalu, on ne s’est pas soucié des incidences sur la santé humaine qu’auraient ces mutations, et malheureusement le blé ainsi muté n’est pas un poison foudroyant, auquel cas après un ou deux morts, personne n’y toucherait plus même s’il a bon goût, non, c’est un poison à très long terme qui ne tue pas mais détruit la santé lentement mais inéluctablement. Et puis on a des organismes de plus en plus affaiblis à chaque génération à cause de nos conditions de vie et d’alimentation. Ta grand-mère n’avait pas été élevée aux pesticides et au stress actuel.

« Moi je digère très bien le pain »

Quand tu fumes ta première cigarette, tu tousses, tu craches, tu as les yeux qui pleurent, ton corps se défend contre ce poison, puis avec le temps, tu peux fumer un paquet par jour sans présenter aucun symptôme, on dit qu’il y a eu tolérance, ça ne t’empêchera pas de développer un cancer des poumons ou de la gorge quelques trente ou quarante ans plus tard. C’est pareil avec le gluten et même avec tous les poisons que tu ingères à petites doses au début (c’est le principe de la mithridatisation ou de la désensibilisation à un allergène).

« La désensibilisation, je vois ce que c’est, mais la mithridatisation ? »

C’est le roi Mithridate (en Turquie) qui a donné son nom à un processus : Alors qu’il est jeune et accède au pouvoir, il fait l’objet de plusieurs tentatives d’assassinat. De là lui vient l’idée de s’immuniser contre tout poison. Il ingère donc des doses croissantes d’un produit toxique afin d’acquérir une insensibilité ou une résistance vis à vis de celui-ci, et ça marche !

« Mais je n’ai jamais fait de symptômes même la première fois où j’ai mangé du pain ».

Tu avais quel âge la première fois que tu as mangé du pain ? Un an ? Deux ans ? Tu es sûre que tu n’as pas eu la gorge qui pique ou les yeux qui pleurent ou le nez qui coule à ce moment là ? Des plaques sur la peau, peut-être ou mal au ventre ? Tu t’en souviens ?

Depuis que j’ai arrêté le gluten, il m’arrive d’en remanger un petit peu de temps en temps en situation sociale surtt (ou qd je craque, je l’avoue, ça m’arrive encore malgré tt ce que je sais), eh bien, la nuit suivante, j’ai la gorge très sèche au point de tousser et de mal dormir, parfois même, si j’en ai mangé un peu trop, j’ai en plus les yeux qui pleurent et le nez qui coule et de ce fait je ne ferme pas l’œil de la nuit, mais c’est bon signe, cela signifie que mon organisme se défend à nouveau contre une molécule qu’il identifie à présent comme nocive.

Mais le gluten n’est pas seul en cause, notre organisme n’est pas adapté à la quantité de céréales que nous mangeons, nous pourrions à la rigueur en tolérer de très très petites quantités, mais nous n’avons pas de jabot pour pré-digérer ces graines de céréales (voir : Les céréales).

« Non, mais c’est la cuisson qui fournit ce travail de pré-digestion »

Pas du tout, la cuisson (voir : Les modes de cuisson) permet de ramollir les céréales afin que nous puissions les mâcher, les avaler et tenter de les digérer. De plus en ingérant toutes ces céréales, nous transformons notre foie en foie gras, comme l’ont constaté nombre de médecins légistes. Donc désencrasser nos intestins est une priorité, mais à condition de changer nos habitudes alimentaires, sinon le gain sera très minime.

« Alors s’il sont si encrassés, comment nettoyer nos intestins ? »

J’en parle longuement dans l’article : « comment régénérer ses intestins » et dans l’article : en pratique : « comment guérir du côlon irritable « 

Ca peut prendre longtemps, parce qu’il s’agit de renouveler toute la flore intestinale qui est pathogène lorsqu’on a les intestins enflammés. Si tu as le côlon enflammé, tu seras diagnostiquée comme « côlon irritable », si tu as l’intestin grêle enflammé, c’est que tu as un SIBO (Small Intestinal Bacterial Overgrow, cad pullulation de bactéries dans l’intestin grêle, fais le test du verre d’eau pour détecter les candidas qui pullulent dans l’intestin), pas encore très connu en France, dans les deux cas en général il y a perméabilité intestinale. Un prochain article sera consacré à la fatigue chronique et au burn out qui aboutissent toujours à une perméabilité intestinale.

Test du verre d’eau, qui détecte les candidas albicans toujours présents dans le SIBO :

https://epanews.fr/photo/candidose-teste-du-verre-d-eau-1?context=user#.W5uB84pBpp8

Dans le cas d’un SIBO, on préconise en général le régime faible en  fodmaps que j’ai tenté sans succès et que je trouve très contraignant, je n’ai pu guérir du SIBO (pullulation de bactéries dans l’intestin grêle) et de mon côlon irritable qu’avec la mise en place (qui doit être très très progressive en fonction de l’état de tes intestins) de  l’alimentation physiologique et toutes les pratiques de santé (dont la mise en place doit elle aussi être très très progressive et respecter un certain ordre en fonction de l’état de tes intestins) décrites dans mon article : en pratique : comment guérir du côlon irritable ?

« Je ne pense pas avoir les intestins enflammés, je n’ai pas de symptômes »

Pas de maux de ventre ni de gaz ?

« Comme tt le monde »

Tu n’as pas le ventre qui gonfle ou une sensation de ballonnement après un repas, toujours l’impression d’avoir trop mangé même si ça n’est pas le cas ?

« Si, je croyais que c’était normal »

Tu n’as pas envie d’uriner très fréquemment après un repas ?

« Si ça aussi je pensais que c’était normal, il faut bien éliminer ce qu’on a bu et mangé. »

Tu n’es pas constipée ?

« Non je vais à la selle tous les matins »

Tu ne manges qu’une seule fois par jour ?

« Non trois fois par jour »

Un transit normal nous conduit à aller à la selle après chaque repas.

« Je ne connais personne qui y aille si fréquemment ! »

Parce que notre alimentation et nos modes de vie occidentaux sont dénaturés.

Ton ventre enfle après chaque repas parce que tes intestins sont enflammés et c’est l’inflammation des intestins qui, se propageant à ta vessie, l’enflamme et une vessie enflammée ne supporte pas d’être distendue, même légèrement. Une vessie non enflammée devrait pouvoir contenir au moins un litre d’urine sans provoquer d’envie pressante d’uriner (voir : comment « vas-tu » ? ). Tu penses que tu urines un litre à chaque fois que tu urines ?

« Non, beaucoup moins. Mais pourquoi veux-tu que je m’inquiète de mes intestins alors que ces symptômes ne me gênent pas ? »

Parce que toutes les maladies partent de l’intestin, pas seulement les maladies des intestins comme la maladie de crohn, même la maladie de Parkinson ou d’Alzheimer parce que les intestins sont directement en lien avec le cerveau par le nerf vague, mais aussi toutes les autres maladies de l’organisme, notamment les maladies chroniques handicapantes, les maladies auto-immunes, les maladies psychiatriques, etc…

Une flore intestinale pathogène (voir : microbes et microbiote) va entrainer des pathologies en cascade dans tt l’organisme, parce que ton intestin devient perméable et laisse passer des produits toxiques qui devraient être éliminés dans les selles.

L’excès de gluten et de céréales provoque des déchets que l’organisme ne sait pas éliminer alors les candidas et autres champignons normalement présents dans nos intestins se transforment en levures dont les filaments s’insèrent dans la jonction serrée séparant les cellules de la fine paroi intestinale et la rendant poreuse. Lorsque la paroi intestinale n’est plus étanche, certains composants qui ne devraient pas passer la barrière intestinale (comme par exemple les protéines de lait de vache trop grosses, donc mal décomposées ou des chaînes de glucides complexes) la passent et entrent donc dans l’organisme. Il faut bien comprendre que ce qu’on ingère n’entre pas dans l’organisme avant de passer la barrière intestinale, la lumière intestinale fait partie du milieu extérieur.

« La lumière intestinale ? Kesako ???

Désolée, il m’arrive d’aller trop vite. La lumière intestinale c’est l’espace délimité par les parois de l’intestin dans lequel circule le bol alimentaire, l’intérieur du tuyau quoi !

Le corps considère comme un déchet tout ce dont il ne sait que faire, il a alors plusieurs moyens de s’en accommoder : dans l’urgence il peut faire de l’œdème, cad retenir de l’eau pour diluer ce qu’il considère comme un poison (tu as les jambes qui gonflent ?),  il peut aussi, dans son extrême sagesse (même si tu n’es pas d’accord) fabriquer de la graisse pour enrober ce résidu acide afin qu’il ne nuise pas au reste de l’organisme et déposer ce coussin de graisse sur tes fesses ou tes cuisses si tu es une femme ou sur ton ventre si tu es un homme (ce qui est un facteur d’explication du développement de l’obésité dans nos sociétés). Il peut aussi, l’isoler dans un kyste qui ira se loger selon ton hérédité dans les seins, dans le foie ou ailleurs. Et tout ce qu’il n’aura pas réussi à contenir ira se  loger dans tes articulations par exemple, les acides rongeant alors ton cartilage…

Lorsqu’on ne parvient pas à digérer entièrement les protéines (qui ont des similitudes moléculaires avec les tissus corporels) et qu’on présente une perméabilité intestinale, celles-ci passent dans le milieu intérieur, alors le système immunitaire humoral (du sang) fabrique des antigènes et des anticorps qui attaquent les organes avec lesquels ces protéines mal digérées ont des similitudes, on développe alors une maladie auto-immune.

Toutes les maladies partent de l’intestin, donc de ton assiette.

Souviens toi, tt ce dont l’organisme n’a pas besoin et dont il n’a pas pu se débarrasser est considéré comme un déchet et va entraîner des troubles de santé. Les maladies commencent toutes dans l’intestin et donc dans notre assiette (voir : l’alimentation physiologique).

Attention, les réformes alimentaires et les mesures d’hygiène de l’intestin ne sont pas à adopter dans n’importe quel ordre ni avec n’importe quelle progressivité, tt doit être individualisé en fonction de l’état de tes intestins, de l’histoire de ta maladie et des réactions de ton organisme. Une bonne nouvelle, si un aliment brut, non transformé te tente, c’est qu’il est bon pour ta santé à ce moment là (voir : l’instinctothérapie).

« De ttes façons ça sert à rien de changer son régime alimentaire, les pathologies intestinales sont héréditaires »

En tous cas c’est familial, cad que ça peut être héréditaire, mais ça peut aussi être lié aux habitudes alimentaires, on a les habitudes alimentaires de sa famille qui sont en général celles de sa région d’origine, si tu as des origines provençales, tu ne mangeras pas les mêmes plats que si tu as des origines alsaciennes ou bourguignonnes. En général dans une famille on cuisine le même genre de mets de mères en filles, et on a le même genre de pathologies à chaque génération.

Si dans ta famille une personne âgée aujourd’hui de 50 à 75 ans ne présente pas LA pathologie familiale, demande lui comment elle se nourrit au quotidien, il y a fort à parier qu’elle ne se nourrit pas comme la majeure partie de la famille.

L’alimentation intervient dans le cas de prédisposition :

-à une pathologie rénale ou intestinale si par exemple on mange trop de chairs et/ou de produits animaux (les carnivores ont des reins beaucoup plus puissants que les humains et l’intestin beaucoup plus court afin que les résidus de la viande soient éliminés très rapidement) et/ou de céréales (voir : Les céréales), dont les résidus sont traités par les reins,

-à une pathologie au niveau du dos si on a une alimentation trop acidifiante (voir : aliments acidifiants ou alcalinisants) qui induit une déminéralisation (ainsi on voit aujourd’hui des personnes de 30 ans avec des radios osseuses qu’on voyait autrefois chez des gens de 70 ans, des fractures du col du fémur sur des gens très jeunes),

-à une pathologie du foie et de la vésicule biliaire si on mange trop riche et trop de mélanges (ce qui explique l’état de ma vésicule biliaire après de nombreux « régimes grossissants »),

-à une pathologie touchant la zone « tête et cou » (cerveau, yeux, oreilles, nez, bouche, gorge, glande thyroïde, etc…) si on mange trop de laitages, même de brebis ou de chèvre.

etc…

Donc, ceux qui ont un patrimoine génétique protecteur, peuvent tout se permettre en termes de mode de vie, sans risquer la maladie (voir : « L’inné et l’acquis »). Mais cet avantage a tendance à diminuer à chaque génération parce que nous vivons dans un monde de plus en plus pollué, les pesticides n’existaient pas avant les années 1940.

ATTENTION, de nombreux paramètres sont à changer pour retrouver durablement la santé ou ton poids de forme : adopter l’alimentation physiologique, la gestion du stress (voir : comment le stress actuel impacte notre santé et la composante psychique de toutes les maladies), une hygiène de vie optimale, des pratiques de santé quotidiennes (voir par exemple : les compresses d’huile de ricin) ainsi que des mesures de renforcement de l’organisme (voir par exemple : renforcement par le froid), le tout très individualisé en fonction de ton état de santé général et SURTOUT actualisé au jour le jour en fonction des réponses de ton organisme. 

Il est de ma responsabilité professionnelle de te prévenir qu’afin d’éviter certaines catastrophes (voir : ma transition), tu peux avoir besoin de te faire suivre par un coach de santé (ou coach de régénération) qui évaluera ton état de santé général en fonction de l’état de santé de tes systèmes immunitaire, nerveux, endocrinien, circulatoire, digestif, de ton poids rapporté à ta taille, de ton âge, de l’histoire de ta maladie, de ton histoire médicamenteuse, de ta génétique, et de nombreux autres facteurs. 

Tu peux également avoir besoin de te faire suivre par un psychologue pour venir à bout de ton stress. De plus les éliminations provoquées par ces changements d’alimentation et ces pratiques de santé, risquent de faire remonter des sentiments dépressifs pouvant aller jusqu’à des idées noires. Il est conseillé de se faire suivre par un psychologue, d’autant que de plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques consultations par an chez un psychologue. L’idéal serait que ce psychologue soit très au fait de ces pratiques de santé et du mode de vie physiologique.

Je suis psychologue clinicienne, hygiéniste, coach de santé et de régénération et propose notamment des consultations par SKYPE ou téléphone.

De plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques séances de psychologues, renseignes toi auprès de ta mutuelle, je peux envoyer des reçus.

Pour connaitre mon parcours, voir : Qui suis-je

Si tu souhaites davantage de renseignements, n’hésite pas à me contacter à l’adresse suivante : 

osersavie66@gmail.com

ou au 06 87 20 54 58



En pratique, comment se libérer définitivement du côlon irritable et/ou du SIBO et des maladies chroniques

ATTENTION : avant de lire cet article, je t’invite à relire ma page d’accueil  en suivant le lien suivant :

ça va mieux en le disant

Je reprends ici la deuxième partie de mon article (très long) : « comment régénérer ses intestins », en l’enrichissant :

Pour garder notre santé physique et psychique et/ou notre poids de forme ou les retrouver durablement (voir : pourquoi on grossit et comment prendre du poids), il nous faut respecter les lois du vivant. Puisque toutes les maladies partent de l’intestin, si tu veux retrouver une bonne santé physique et psychique et à ton poids de forme, la régénération des intestins est une des pratiques qui t’y aidera.

Je me suis débarrassée de ma colopathie fonctionnelle et de mon SIBO en deux ans et demie d’alimentation physiologique, de pratiques de santé, de gestion du stress, d’une hygiène de vie particulière et pratiques de renforcement de l’organisme.

La colopathie fonctionnelle concerne bien souvent tout ce qui est diagnostiqué comme mégacôlon, mégadolichocôlon, côlon irritable ou autre.

Le SIBO est un acronyme désignant la pullulation de bactéries dans l’intestin grêle (Small Intestinal Bacterial Overgrow en anglais). On devrait parler de côlon irrité et non de côlon irritable. Ainsi que des maladies chroniques qui partent toutes de l’intestin. Ton côlon (comme ton intestin grêle) a été irrité par la façon de manger occidentale moderne. Il suffit de réformer ton alimentation et de restaurer l’état de ton côlon et de ton intestin grêle par certaines pratiques de santé simples, ainsi tes intestins ne seront plus irrités, il seront asymptomatiques, finies les douleurs et la constipation. Bien sûr si tu fais de nombreux écarts à ce régime, il faudra reprendre une alimentation physiologique (voir : l’alimentation physiologique et aliments acidifiants ou alcalinisants) de façon drastique, il s’agit de rémission longue durée (cela peut-être à vie) plutôt que de guérison.

Je ne décris ici que les pratiques de santé visant la régénération des intestins, le reste des pratiques est décrits dans certains autres de mes articles.

Je précise qu’il m’aura fallu deux ans et demie (après plus de 50 ans de malbouffe et de maladie intestinale) pour me débarrasser de mon SII et de mon SIBO. La persévérance est absolument nécessaire pour guérir.

Attention, en fonction de l’état de tes intestins, certaines de ces pratiques ainsi que la mise en place de ce type d’alimentation devront être très très progressives (voir : régime sans FODMAP) et intervenir dans un certain ordre. Il est conseillé de se faire suivre.

Passons tout de suite à la pratique, comment venir à bout d’un côlon « irritable » :

– Tout d’abord en évitant d’en rajouter, cad en supprimant de ton alimentation tous les pesticides et fongicides qui déséquilibrent le microbiote intestinal (voir : microbes et microbiote), tout ce qui peut coller aux intestins : céréales à gluten en premier lieu (blé, épeautre, avoine, etc…), céréales « collantes » sans gluten (riz, maïs, etc…), tout ce qui est incomplètement digéré par l’organisme humain (protéines et sucres complexes de ttes les céréales, de tous les laitages et pas seulement ceux de vache ! Molécules non originelles dues à la cuisson, molécules de Maillard notamment (voir : les modes de cuisson), ou à l’alimentation industrielle : additifs de toute sorte, pesticides, fongicides, etc…), il s’agit de ce qu’on appelle les poisons majeurs (un article à venir sur les poisons majeurs) et qui sont la base de l’alimentation moderne occidentale, expliquant pour une bonne part l’état de santé déplorable des plus de cinquante ans qui pour la plupart sont atteints de maladies chroniques handicapantes, ou même des plus jeunes souvent atteints de maladies auto-immunes, de syndrome du côlon irritable (IBS, colopathie fonctionnelle), ou de TDAH, état qui va en s’aggravant, nos parents vieillissaient mieux que nous et nos enfants vieilliront probablement encore plus mal que nous.

Personnellement l’augmentation de l’espérance de vie ne m’intéresse pas si c’est pour être atteinte de maladie chronique handicapante (dont le cancer fait partie aujourd’hui) pendant des décennies (voir : c’est pas un concours de longévité).

« Mais ne plus ingérer de pesticides, ça signifie manger bio, ça va me coûter un bras ! »

Non, puisqu’en nettoyant tes intestins, tu vas assimiler beaucoup mieux ce que tu ingères, et tu seras étonnée du peu qu’il te suffira de manger pour être rassasiée (à condition de manger tout bio, et physiologique bien sûr). Voir : La bio c’est pas cher et l’alimentation physiologique.

ATTENTION, l’alimentation physiologique est seulement le but à atteindre, pour certaines personnes atteintes de colopathies fonctionnelles, le passage par un régime sans FODMAP peut être nécessaire (bientôt un article sur le régime physiologique sans FODMAP).

– Ensuite, en allégeant ton alimentation, tu laisses à l’organisme le loisir de se nettoyer. En effet, l’organisme peut passer en mode nettoyage seulement lorsqu’il n’est plus en mode digestion (voir : le jeûne) , or avec les aliments complexes et les mélanges d’aliments qui constituent le menu des occidentaux modernes, avec nos trois repas par jour aussi, et nos grignotages, l’organisme passe presque tout son temps en mode digestion. Lorsqu’il est en mode nettoyage, l’organisme choisit ce qu’il nettoie en premier et, vu leur état, ça pourrait bien être les intestins, tant leur rôle est important. Tu peux essayer le jeûne séquentiel, cad sauter le petit déjeuner, ce qui permet de prolonger le jeûne de la nuit et augmente ainsi la plage où le corps se nettoie.

« Mon alimentation est déjà très allégée, le matin je ne mange que des cookies »

Lis la composition de tes cookies, tu compteras le nombre d’ingrédients et te rendras compte que c’est un aliment complexe, donc très long à digérer, sans compter qu’il doit comprendre des poisons majeurs (sucres, farines de céréales, à gluten ou non, laitages, additifs, pesticides, etc…).

Alléger son alimentation c’est ne plus manger que des produits frais, bruts, non transformés : fruits, légumes (qu’on peut transformer soi-même en jus avec un extracteur de jus) , noix et graines trempées, algues, le tout le moins transformé possible, mais tu pourras passer par certaines étapes avant d’en arriver là, en écoutant tes ressentis mais aussi si besoin en étant guidée dans ta transition par un coach pour ne pas faire d’erreurs qui ruineraient tous tes efforts et te démobiliseraient. Pour savoir comment te nourrir de façon saine voir : l’alimentation physiologique.

– Les jus de légumes (notamment de légume verts) ont un pouvoir nettoyant sur l’intestin (voir : les jus de légumes). Consommés quotidiennement ils ramollissent les déchets collés sur la paroi intestinale facilitant ainsi leur élimination. Mon jus vert préféré : épinards, carottes, pommes, mais on peut faire des jus verts avec des blettes (les blettes sauvages ont ma préférence pcq tous les végétaux sauvages renferment davantage de minéraux), avec des graines germées que tu auras fait germer toi même (pas cher), avec les fanes des radis (gratuit), avec les feuilles du chou fleur (gratuit), avec de la peau de pastèque (gratuit), avec les fanes de carottes (gratuit), si on a un jardin ou lors de promenades cueillettes en forêt, jus gratuits avec du trèfle (attention il faut avoir un juicer de très grande qualité pour ne pas le casser), avec de l’ortie, du plantain lancéolé, du pissenlit, de la mauve, des feuilles de vigne, de cerisier, et de tout autre plante sauvage comestible présente autour de nous. A tous ces légumes verts ou plantes sauvages comestibles, pour adoucir les jus on peut ajouter jusqu’à un tiers de fruits juteux (une seule sorte de fruit par jus) : pommes, oranges, raisin ou si on veut que ce soit gratuit, la peau d’ananas par exemple (très douce, compte comme un fruit). Pour ma part, je mets dans mes jus tous mes fruits et légumes un peu fanés, et les plantes sauvages comestibles que je peux trouver, pissenlit, plantain (qui poussent spontanément, ce sont ce qu’on appelle des « mauvaises herbes ») finalement les jus ne reviennent pas si cher.

Les jus verts de légumes contiennent de la chlorophylle qui est un bon régulateur de la fermentation intestinale et contribue à diminuer la production de gaz. Ils ont de plus une action antibactérienne. Ils aident à diminuer les Candidas Albicans entre autres, et une action cicatrisante par les nombreux minéraux qu’ils contiennent.

Les jus de légumes sont très reminéralisants et l’épithélium intestinal, lorsqu’il est devenu poreux, a un besoin urgent de se reminéraliser. Pour que les jus passent directement dans le sang quel que soit l’état de tes intestins, il est conseillé de les filtrer avec une passoire. Plus un jus est vert, plus il est reminéralisant.

Pour un effet thérapeutique renforcé, ajoute à chacun de tes jus : un citron entier avec la peau (ça en permettra aussi une meilleure conservation si tu ne le bois pas dans l’heure, un morceau de racine de gingembre, un morceau de racine de curcuma (très anti-inflammatoire), quelques brins de persil, une gousse d’ail (ail frais en saison). Pour les doses de ces ingrédients aussi fais toi conseiller en fonction de ton état de santé.

Attention de ne pas faire n’importe quoi avec les jus, selon l’état de tes intestins, il faudra peut-être que tu commences très progressivement les jus (une cuillerée à café par jour, puis deux au bout de quelques temps, etc…)

– Ensuite les fruits contiennent des acides faibles qui parviennent à dissoudre de nombreuses toxines dans les tissus et même dans les cellules, donc dans l’intestin aussi. Les fruits acides comme les agrumes ou l’ananas sont ceux qui contiennent le plus d’acides faibles. Mais il vaut mieux y aller progressivement et éventuellement te faire suivre (voir « ma transition« ) pour interpréter correctement les symptômes qui pourraient survenir. Une alimentation physiologique aidera à restaurer la santé de tes intestins, mais aussi à guérir toutes les maladies (voir : témoignage, évolution de mon état de santé). Attention, les fruits doivent être murs à point, sinon ils sont acidifiants cad délétères pour la santé (voir : aliments acidifiants ou alcalinisants).

-Les acides gras polyinsaturés cicatrisants de l’intestin, comme les avocats, l’huile de coco ou les jeunes noix de coco fraiches, le jaune d’oeuf cru, le beurre cru de vache jersiaise (si tu le supportes), attention pas le beurre ordinaire qui est fabriqué à partir de lait pasteurisé (la pasteurisation est très mauvaise pour l’organisme) et provient de vaches Holstein dont les protéines de lait sont absolument indigestes pour l’homme !

-Les légumes lactofermentés maison à l’eau de mer apportent permettent de rétablir une flore intestinale variée et nombreuse, garante de notre immunité mucosale. Attention aux légumes lactofermentés au sel, le sel est très pro-inflammatoire.

– Autre chose que tu connais déjà mais que tu ne mets pas forcément en pratique, le mouvement, pour booster ton transit intestinal, fais de l’exercice (même une demi-heure de marche rapide par jour), ça n’éliminera pas les résidus collés sur ta paroi intestinale, mais ça évitera la constipation et donc la stagnation des matières dans ton intestin, propice à l’adhérence de nouveaux résidus sur ta paroi intestinale.

Attention, je ne parle pas là de sport qui peut être néfaste par l’effet répétitif des tensions sur les mêmes articulations et par l’intensité parfois trop importante par rapport à l’état des muscles et tendons, je parle d’exercice physique varié et adapté (j’en parle dans de nombreux articles), là aussi une aide extérieure te sera utile au moins au début.

– Les téguments de psyllium blond dilués dans une très grande quantité d’eau (je mets une cuillerée à soupe rase ou une cac très bombée dans un mug de 500 ml d’eau, goût très neutre) aideront à nettoyer les diverticules de ton intestin. Je trouve mon psyllium en boutique bio, mais il y en a en vente un peu partt sur le net. Le psyllium n’est pas assimilable, il traverse la lumière intestinale en emportant certains déchets. Bois le éloigné de toute prise médicamenteuse par précaution. Et attention, si tu ne le dilues pas dans suffisamment d’eau, il risque de te constiper !

Les téguments de psyllium blond font dans les intestins un balayage très doux, à condition de le doser en fonction de l’état de tes intestins, cad de commencer très progressivement si besoin par ¼ de cuillerée à café par semaine jusqu’à parvenir à une consommation suffisante en quantité et en fréquence pour vider les diverticules.

« Les diverticules ? »

Oui, ce sont des poches constituées par les replis de l’intestin qui renferment des matières souvent très anciennes parce qu’inaccessibles. Lors du transit, les matières qui passent dans l’intestin peuvent entraîner plus ou moins une petite partie des matières collées à la paroi intestinale, mais celles des diverticules sont impossibles à atteindre. Pour plus d’infos sur le psyllium :

Comment prendre le psyllium ?

Les formidables propriétés du psyllium blond

– L’argile en usage interne peut aussi beaucoup aider. L’argile ingérée va laisser au corps le soin de déterminer les priorités thérapeutiques et là aussi, il y a fort à parier que ce soient les intestins qui passent en premier.

Comment procéder avec l’argile ?

Tout d’abord, achète en boutique bio plusieurs sortes d’argiles vertes  pour les goûter et déterminer laquelle tu préfères au goût (moi, je préfère l’illite). Ensuite dépose à la surface d’un verre d’eau une cuillerée à café (en bois ou en plastique la cuillère, pas de métal au contact de l’argile, le métal perturbe les charges électriques de l’argile) d’argile et laisse la diffuser dans l’eau, dans l’idéal 12 heures, en cas d’urgence 10 minutes, puis remues bien l’argile à l’eau juste avant de boire et ingérer la totalité de l’argile. Tu peux préparer ton verre le soir au coucher et le boire le lendemain matin au réveil, mais si tu es sujette à la constipation, il est préférable de préparer ton verre le matin au réveil et de le boire le soir au coucher. L’argile se boit loin (dans l’idéal à 4 heures, au moins à 2 heures d’écart) de tout médicament qu’elle risquerait d’absorber et d’éliminer. Jade Allègre est La spécialiste de l’argile, son site est Le site de référence sur l’utilisation de l’argile :

http://jade-allegre.com/argiles

  • Pour bien nettoyer les intestins et détoxifier le foie, on peut associer : téguments de psyllium blond, argile verte et charbon végétal activé en quantités égales (par exemple une cac de chaque) à mélanger dans 500 ml d’eau et ne pas hésiter à boire encore un verre d’eau. Attention boire ce mélange à la paille pour ne pas avoir les dents noires !
  • Les plantes médicinales sont en fait des plantes sauvages comestibles qui ont gardé toutes leurs propriétés bénéfiques puisqu’elles n’ont pas été sélectionnées pour leur aspect ou leur rendement. Il s’agit ici d’un remède beaucoup plus onéreux que l’argile ou le psyllium si tu veux être sûre de consommer des plantes de qualité (sans pesticides et avec tous leur micronutriments). Les plantes de mauvaise qualité, au mieux, ne t’apporteront rien mais te ruineront presque autant, c’est devenu un vrai business et celles vendues en pharmacie ne valent pas mieux que celles de supermarchés. Pour des plantes médicinales de qualité :

https://regenerescence.com/melanges-de-plantes/

Dans cette gamme, je recommande notamment « intestinal 3 », tu peux augmenter la posologie ponctuellement pour un effet purge si tu as un côlon irritable, mais fais toi suivre par quelqu’un qui connait ces produits et ton état de santé. En ce qui me concerne, je le couple au bain dérivatif les lendemains d’écarts, le but est que ces aliments restent le moins longtemps possible dans les intestins. Attention, ces plantes fonctionnent d’autant mieux que ton régime alimentaire est proche du régime physiologique.

L’ail, la cannelle, l’origan, le lapacho et la griffe du chat, les 3 premiers peuvent être achetés en boutique bio rayon frais pour l’ail à introduire dans les jus de légumes, rayon épices pour la cannelle et l’origan et pour les autres achetées en boutique bio ou à défaut en herboristerie en vue de faire des tisanes, peuvent aider à lutter contre la candidose toujours présente dans la plupart des pathologies intestinale, en attendant la régénération du terrain.

Le miel est un excellent anti-parasitaire, très efficace contre la candidose, donc excellent pour la santé intestinale. Le sucre par contre (autre que celui des fruits dans le fruit consommé entier) est très délétère pour les intestins. Attention au miel, toujours le choisir de qualité bio, en conventionnel, la loi française autorise l’adjonction d’une petite proportion de sirop de sucre dans le miel sans obligation de le mentionner dans les ingrédients sur l’étiquette. On peut ajouter du miel bio dans toutes ses tisanes par exemple.

– L’aloé vera fraiche, est un grand cicatrisant de l’intestin achetée en boutique bio, tu la coupes en tronçons de qq centimètres de longueur, je garde la peau pour la passer sur le visage et/ou le corps matin ou soir, excellent pour la peau et je mets la chair à tremper tte la nuit dans un bocal d’eau, je conserve tous les tronçons au congélo pour les jours suivants. Ensuite je mange la chair qui conserve un résidu d’amertume malgré le trempage, je la passe au mini-blender avec du miel (excellent pour les intestins), le jus d’un citron (très bon pour le foie) et de la poudre d’ortie (très reminéralisante) par exemple ou bien une tisane quelconque. A boire au quotidien. Les jours suivants, tu fais tremper le tronçon congelé dans l’eau quelques heures avant d’enlever la peau et de faire tremper la chair tte la nuit (voir ma vidéo : Gel d’aloe vera, https://osersavie66.wordpress.com/2018/12/21/gel-daloe-vera/).

.

Attention, le miel utilisé doit absolument être bio, pcq en conventionnel, l’ajout de sucre sous forme de sirop de maïs est autorisé, or le miel est un cicatrisant des intestins alors que le sucre attaque les intestins.

– Les compresses d’huile de ricin bio :

A quoi ça sert ? L’huile de ricin contient de l’acide ricinoléïque qui augmente la production de globules blancs à l’endroit où on l’applique ce qui permet la libération des stases de toxines. On peut utiliser l’huile de ricin en massages, ou mieux en compresses. qu’on garde au moins une heure à une heure et demie ou mieux, davantage.

L’huile de ricin en externe, permet en effet d’attirer les globules blancs sous la compresse, cad au niveau des intestins, ceux-ci vont alors s’attaquer aux bactéries qui pullulent dans l’intestin grêle. Cette pratique peut-être commencée très progressivement en fonction de l’état de tes intestins, il peut-être nécessaire de se faire suivre par quelqu’un qui connaît bien ces pratiques.

Comment on fait ? L’huile de ricin est très épaisse, il faut l’aider à pénétrer la peau, on utilise donc la chaleur d’une bouillotte. Cette huile tache le linge, il faut le protéger, j’utilise de vieilles serviettes de toilettes.

La façon dont je procède (mais à toi de trouver celle qui te convient le mieux) : le soir au coucher (parce que dans la journée je ne dispose pas toujours d’une heure à rester allongée), je dispose une vieille serviette de toilette sur mon drap housse, je m’allonge dessus et verse un peu d’huile de ricin sur ma peau dans la zone des intestins, (attention pas trop, ça ne doit pas couler en dehors du ventre) et l’étale bien, puis je dispose un linge en coton blanc propre sur cette couche d’huile sur lequel je pose ma bouillotte (pleine d’eau très très chaude du robinet) et au dessus de la bouillotte, je pose une deuxième vieille serviette de toilette dans laquelle je me suis essuyée la main pleine d’huile de ricin (sur le côté de la serviette qui touche la bouillotte) avant de rabattre mes draps sur moi. Il m’arrive souvent de m’endormir et de passer la nuit ainsi.

Je ré-utilise serviettes de toilette et linge en coton blanc pdt une semaine, ce qui fait qu’au bout de 2 ou 3 jours, qd le linge est bien imbibé d’huile de ricin bio, je n’en rajoute que très peu à étaler sur la peau.

L’huile de ricin est efficace sur tout organe qui en aurait besoin : foie, reins, pancréas, sein ou autre, pas seulement sur les intestins. Bien sûr, il faut l’acheter de qualité bio (voir : quoi mettre sur sa peau), je prends la mienne chez aroma zone par bouteilles d’un litre :

https://www.aroma-zone.com/info/fiche-technique/huile-vegetale-ricin-bio-aroma-zone

– Le bain dérivatif prôné par France Guillain. Il s’agit de rafraîchir la zone du périnée avec de l’eau très froide pendant au moins 20 minutes (ça dépend de ton poids, plus ton poids est important, plus le temps de « rafraîchissement » s’allonge) en frottant avec un gant de toilette sur les plis de l’aine des deux côtés, en étant suffisamment vêtue et au chaud. C’est la différence de température qui compte. Ce procédé doit avoir lieu à jeun. C’est gratuit et très efficace et ça soigne pas mal d’autres maux. Depuis quelques temps il existe des poches de gel à mettre au congélateur puis dans ta culotte, à porter en faisant le ménage ou même en tapant des articles sur ton ordi, qui permettent d’éviter le temps passé sur la bassine d’eau froide. Pour savoir comment procéder et le principe de fonctionnement de ce « remède miracle », je te renvoie au site de France Guillain :

Bains dérivatifs

– Les lavements : c’est une technique simple, efficace, peu onéreuse et facile à pratiquer chez soi dès qu’on en ressent le besoin. Il suffit d’une poche à lavement et d’un ou deux litres d’eau de source tiédie à la température du corps. On s’installe dans sa salle de bains le plus près possible des toilettes, on suspend la poche à lavements environ un mètre au dessus du sol et on s’allonge sur une serviette de bain posée au sol. Par le petit robinet sur le tuyau de la poche, on contrôle de débit de l’eau.  On fait entrer l’eau en massant ses intestins. On essaie de garder l’eau le plus longtemps possible dans ses intestins en massant. Puis on évacue l’eau avec les matières. Tu trouveras des vidéos d’explication sur Youtube.

Les lavements permettent d’assainir le côlon et l’intestin grêle puisque les bactéries qui se développent dans l’intestin grêle viennent du côlon en passant la valvule iléo-caecale qui, du fait de sa déminéralisation, ne joue plus son rôle de barrière dans le sens côlon/intestin grêle. Ces pratiques sont à mettre en place au moment opportun en fonction de l’état de tes intestins, attendre de diminuer l’inflammation des intestins par l’alimentation et par d’autres pratiques de santé avant de le pratiquer, il peut-être, là aussi, nécessaire de se faire suivre par quelqu’un qui connaît bien ces pratiques.

La poche à lavements :

https://www.robe-materiel-medical.com/Bock-a-lavement-souple-avec-canules-BOCK2L-materiel-medical.htm

Pour des séances de lavement plus confortable, la planche côlon-net permet un nettoyage des intestins sans tous les inconvénients de la poche à lavements. Cela est valable si tu fais assez fréquemment des lavements du fait du coût de cette planche. Tu pourras alors pratiquer des massages du côlon, fais toi conseiller par quelqu’un qui connait bien cette pratique pour que tes massages soient le plus efficaces possibles.

Comment utiliser cette planche :

Où acheter cette planche :

https://www.docteurnature.boutique/home/10-planche-colon-net-irrigation-du-colon.html

Quelques photos des dépôts décollés des parois intestinales qui peuvent sortir lors d’un lavement :

Nettoyage intestinal : le nettoyage profond qui déchaîne les passions

– L’hydrothérapie du côlon :

Bien que les lavements maison puissent être pratiqués beaucoup plus fréquemment (je me suis fait des lavements jusqu’à deux fois par jour à certaines périodes), l’hydrothérapie du côlon peut être extrêmement efficace à condition de trouver un bon praticien et de faire des séances régulières qui ont tout de même un coût…

Je vais me contenter de citer ici l’article à ce sujet, que je trouve très bien fait,  sur le site Régénère :

« L’irrigation colonique ou hydrothérapie du côlon permet d’accélérer le processus de nettoyage et de régénération. Elle permet de nettoyer la paroi du côlon en profondeur, afin de faciliter la sortie des toxines vers le milieu extérieur et l’assimilation des nutriments vers le milieu intérieur, et de rééquilibrer la flore intestinale. L’action liée de l’eau et du massage du praticien va en effet chercher dans les replis de la paroi intestinale des déchets et toxines (revêtement muqueux mort, gaz, matières fécales, résidus irritants, toxines et parasites…) depuis longtemps accumulés.

Cette technique ancienne est un outil extraordinaire pour les personnes ayant le côlon extrêmement enflammé et abîmé, ou en cas de forte dysbiose intestinale et malabsorbtion marquée entre autre.

Cette technique est rendue possible grâce à un appareil sophistiqué, qui permet d’obtenir une eau douce, pure, ainsi qu’un débit, une pression et une température stables pendant tout le traitement.

Son coût est parfois élevé, allant de 50 à 150 euros. Il est souvent conseillé de faire une série de 3 ou 5 irrigations en quelques semaines. Sur le long terme, un nettoyage doux (par exemple une combinaison de plantes pour la sphère intestinale + psyllium + compresses d’huile de ricin sur le ventre + jus au quotidien) tout en privilégiant une alimentation propre à notre espèce et un mode de vie physiologique, donne de très bons résultats.

Le choix du praticien est important : expérience et qualité d’écoute et de massage sont des facteurs importants pour la bonne conduite de cette pratique. Un bon massage peut tout à fait décupler l’effet de l’irrigation.

Attention pour les personnes épuisées ou en état de fatigue avancée : les irrigations prennent de l’énergie. »

Personnellement je préfère les lavements maison avec la planche colon-net qui peuvent être effectués aussi souvent que nécessaire et sont très peu onéreux (prix de la planche très vite amorti et prix de l’eau tiède filtrée négligeable).

« Dis donc, ces techniques ne sont pas très naturelles ! »

Il n’est pas naturel non plus de cultiver, cuire et manger des céréales et notamment des céréales à gluten mutées et très enrichies en gluten, ni de consommer du lait à l’âge adulte, et qui plus est du lait d’une autre espèce. Je te présente ici des solutions non naturelles pour pallier à un mode de vie et d’alimentation non naturel. Je continue donc avec la dernière solution :

– Le jeûne est un remède bien connu à toutes les atteintes de l’organisme (très utilisé en milieu hospitalier en URSS à l’époque), donc aussi aux atteintes de l’intestin, mais il est souvent difficile à pratiquer lorsqu’on est « normo-mangeur » (Voir : Le jeûne).

Il est donc préférable dans un premier temps d’alléger son alimentation pendant quelques semaines, mois ou années en fonction de son état de santé. On peut ensuite commencer par un « jeûne séquentiel », cad sauter régulièrement un repas, par exemple le petit déjeuner (d’autant qu’il y a résistance à l’insuline le matin, mais nous y reviendrons dans un prochain article), lorsque tu auras l’habitude de ne plus jamais prendre de petit déjeuner, tu pourras essayer de passer à des jeûnes courts, d’une journée de temps en temps puis de deux jours puis de trois jours lorsque tu seras assez aguerrie, ne commences pas par un jeûne d’une semaine. Le plus efficace étant de ne pas déterminer à l’avance le temps que durera ton jeûne pour mieux écouter ton corps. Si tu as peur de te lancer toute seule, tu peux te faire suivre le temps de ton jeûne. Tu peux aussi décider d’un jour par semaine où tu jeûneras, toutes les semaines.

Si on boit de l’eau pendant un jeûne, il s’agit d’un jeûne à l’eau, si on n’absorbe ni nourriture, ni eau, il s’agit d’un jeûne sec et si on absorbe des jus même de légume faits maison à l’extracteur de jus, il ne s’agit plus de jeûne, mais de cure de jus.

En ce qui me concerne, je trouve le jeûne sec plus aisé à tenir que le jeûne à l’eau, il est aussi beaucoup plus efficace, un jour de jeûne sec équivaut en terme curatif à trois jours de jeûne à l’eau.

Lors d’un jeûne, l’organisme utilise d’abord toutes les réserves de l’organisme (nous accumulons, rien que dans les intestins, au moins trois jours de réserves), puis il s’attaque aux graisses, leur élimination libérant les toxines qu’elles renfermaient, il est important d’avoir bien renforcé ses émonctoires avant tout jeûne (je réitère ici mon conseil de te faire suivre pendant ton premier jeûne). Voir : Les émonctoires.  Enfin lorsqu’il n’y a plus de graisse, l’organisme consomme les tissus anormaux (dont les dépôts adhérent aux parois intestinales, mais aussi les kystes, tumeurs et autres tissus pathologiques), donc en fonction de tes réserves de graisses, le jeûne thérapeutique devra être plus ou moins long.

Amaroli, thérapie par l’urine en interne, très efficace pour activer le travail des intestins, mais également traitement universel pour de très nombreux maux.

– Les purges : Il existe plusieurs produits permettant de se purger (voir : les purges), tu peux essayer le jus de pruneau vendu en boutique bio en dosant en fonction de ce que tu peux supporter. Les purges devraient être utilisées régulièrement, mais elles te seront très précieuses notamment après un gros écart au régime physiologique ou après de nombreux petits écarts, mais plus tu auras suivi longtemps le régime physiologique, moins tu auras de récidives après un écart, même important.

la réflexologie plantaire :  mise en œuvre par un bon praticien et pratiquée suffisamment fréquemment, elle peut aider à réduire la constipation.

– Les consultations psychothérapiques : Le stress chronique ainsi que les émotions violentes et répétées comme la colère, la tristesse, etc, jouent un rôle important dans le développement de certaines maladies comme le côlon irritable, le TDAH, les maladies auto-immunes, etc… C’est parfois même visible : tu as peut-être le ventre qui gonfle après une contrariété, une peur ou un choc affectif ?

ATTENTION, de nombreux paramètres sont à changer pour retrouver durablement la santé ou ton poids de forme : adopter l’alimentation physiologique, la gestion du stress (voir : comment le stress actuel impacte notre santé et la composante psychique de toutes les maladies), une hygiène de vie optimale, des pratiques de santé quotidiennes (voir par exemple : les compresses d’huile de ricin) ainsi que des mesures de renforcement de l’organisme (voir par exemple : renforcement par le froid), le tout très individualisé en fonction de ton état de santé général et actualisé au jour le jour en fonction des réponses de ton organisme. Pour éviter certaines catastrophes (voir : ma transition), tu peux avoir besoin de te faire suivre par un coach de santé (ou coach de régénération).

ATTENTION, de nombreux paramètres sont à changer pour retrouver durablement la santé ou ton poids de forme : adopter l’alimentation physiologique, la gestion du stress (voir : comment le stress actuel impacte notre santé et la composante psychique de toutes les maladies), une hygiène de vie optimale, des pratiques de santé quotidiennes (voir par exemple : les compresses d’huile de ricin) ainsi que des mesures de renforcement de l’organisme (voir par exemple : renforcement par le froid), le tout très individualisé en fonction de ton état de santé général et SURTOUT actualisé au jour le jour en fonction des réponses de ton organisme. 

Il est de ma responsabilité professionnelle de te prévenir qu’afin d’éviter certaines catastrophes (voir : ma transition), tu peux avoir besoin de te faire suivre par un coach de santé (ou coach de régénération) qui évaluera ton état de santé général en fonction de l’état de santé de tes systèmes immunitaire, nerveux, endocrinien, circulatoire, digestif, de ton poids rapporté à ta taille, de ton âge, de l’histoire de ta maladie, de ton histoire médicamenteuse, de ta génétique, et de nombreux autres facteurs. 

Tu peux également avoir besoin de te faire suivre par un psychologue pour venir à bout de ton stress. De plus les éliminations provoquées par ces changements d’alimentation et ces pratiques de santé, risquent de faire remonter des sentiments dépressifs pouvant aller jusqu’à des idées noires. Il est conseillé de se faire suivre par un psychologue, d’autant que de plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques consultations par an chez un psychologue. L’idéal serait que ce psychologue soit très au fait de ces pratiques de santé et du mode de vie physiologique.

Je suis psychologue clinicienne, hygiéniste, coach de santé et de régénération et propose notamment des consultations par SKYPE ou téléphone.

De plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques séances de psychologues, renseignes toi auprès de ta mutuelle, je peux envoyer des reçus.

Pour connaitre mon parcours, voir : Qui suis-je

Si tu souhaites davantage de renseignements, n’hésite pas à me contacter à l’adresse suivante : 

osersavie66@gmail.com

ou au 06 87 20 54 58

L’inné et l’acquis

ATTENTION : avant de lire cet article, je t’invite à relire ma page d’accueil  en suivant le lien suivant :

ça va mieux en le disant

Comme moi, tu connais certainement des quinquagénaires qui vivent comme la plupart des occidentaux d’aujourd’hui, cad qui ne mangent bio que très occasionnellement parce qu’ils trouve la bio trop chère (voir : la bio c’est pas cher), qui se nourrissent de céréales, légumineuses et viandes, de quelques légumes cuits aussi, qui mangent en proportion très peu de fruits et légumes crus (moins de 50%), qui fréquentent beaucoup les restaurants, les traiteurs ou se font livrer des pizzas régulièrement, qui mangent régulièrement des « produits alimentaires » industriels (biscuits salés ou sucrés, glaces, pain, bouillons cubes, etc…), qui vivent à 100 à l’heure, travaillent énormément, dorment peu, font la fête tte la nuit, sont soumis à des stress importants au boulot ou à la maison, font peu d’exercice physique ou bien pratiquent un sport intensif, ne voient jamais le soleil et sont en parfaite santé physique et psychique et à leur poids de forme !

De quoi invalider tout le propos des articles santé de ce blog et te conforter dans l’idée que la maladie frappe au hasard, qu’on tombe (ou qu’on naît) malade par manque de chance…

Nous avons peu parlé d’hérédité. Le nourrisson hérite des gènes de ses parents lors de sa conception et de la flore intestinale (qui constituera sa première barrière immunitaire) de sa mère lors de sa naissance si l’accouchement a lieu par voie basse, s’il naît par césarienne, sa flore intestinale se constituera à partir de la flore de l’air ambiant au moment de sa naissance.

L’embryon puis le fœtus se développent dans l’utérus à partir des minéraux de sa mère qui ne peut donner que ce qu’elle a (et qui doit en garder un peu pour elle pour survivre !). Nous avons vu dans un précédent article que le stock de minéraux de la mère dépend de celui qu’elle a reçu de sa propre mère et de sa façon de se nourrir, plus elle mangera végétal, cru et bio, plus elle rechargera son stock minéral. Concernant la recharge du stock minéral, voir : les jus frais de légumes.

Ainsi une mère qui a peu de stock minéral au départ et ne le recharge que très peu ou pas du tt, donnera la plus grande partie de ses minéraux à ses aînés, les cadets et les benjamins se contenteront de ce qu’il sera resté et auront alors une santé plus fragile, cela d’autant plus que cette mère aura eu ses enfants à un âge avancé (elle aura eu le temps de se déminéraliser davantage avant ses grossesses).

D’ailleurs, lorsqu’un couple a des difficultés à concevoir un enfant, cela signifie que l’un des deux parents ou les deux sont trop faibles. Si la femme ne parvient pas à tomber enceinte, ça peut être indifféremment un des deux parents qui est trop faible, si elle fait des fausses couches à répétition, bien souvent, il s’agit d’une faiblesse de la mère. Elle ne pourra pas mener à terme une grossesse sans mettre sa vie en danger ou alors elle mettra au monde un enfant peu viable d’après les lois de la nature, mais que la médecine parviendra à sauver au prix de graves séquelles comme une pathologie grave (voire mortelle à court ou moyen terme) et/ou chronique handicapante (asthme sévère, pathologie rénale ou autre).

De nombreux médecins et psys peuvent témoigner de l’augmentation, ces dernières années, du nombre de consultations de couples pour infertilité ou de femmes pour fausses couches en série.

Dans le cas de difficultés à concevoir, la meilleure recommandation qu’on puisse faire aux couples est de changer leur environnement (puisqu’ils ne peuvent pas changer leur patrimoine génétique) en adoptant un mode de vie physiologique de la façon la plus rigoureuse possible (voir entre autres : l’alimentation physiologique, y’a pas que la bouffe dans la vie, l’instinctothérapie, quoi mettre sur sa peau, comment entretenir sa maison, la bio c’est pas cher, les modes de cuisson, le jeûne,aliments acidifiants ou alcalinisants). Chacun des membres du couple verra sa santé s’améliorer grandement et ils donneront alors naissance à un bébé en bonne santé sans l’aide de la médecine.

« La part de l’environnement n’est pas si importante que tu le dis, tu ne crois pas que tu minimises la part jouée par la génétique dans l’état de santé ? »

Des observations ont été faites sur des jumeaux homozygotes, cad des jumeaux au patrimoine génétique identique (vrais jumeaux), séparés par la vie à la naissance, la seule variable était donc l’environnement (air, eau, alimentation, stress chronique, soleil, sommeil, exercice physique, relations humaines, etc…). Eh bien l’un développait une maladie que l’autre ne développait pas, alors que de vrais jumeaux élevés dans le même environnement, cad dans leur famille d’origine (qui servaient de témoins) développaient les mêmes maladies sensiblement aux mêmes âges !

« Ma voisine a 95 ans et elle est dans une forme olympique, elle n’a jamais mangé physio ! »

Oui, les générations qui ont grandi (et surtout été embryon puis fœtus) avant guerre, ont été nourris (notamment in utéro) d’aliments sains, sans pesticides (ces derniers sont apparus dans les années quarante), de plus à l’époque l’alimentation industrielle était très peu développée. Alors même s’ils ne mangeaient pas physio, au moins ils limitaient les dégâts. Mais aujourd’hui, du fait de l’affaiblissement des organismes à chaque génération, manger bio ne suffit plus.

« Dans ma famille on a tous de mauvais reins, tôt ou tard, on développe tous des maladies des reins, c’est pas héréditaire ça ? »

En tous cas c’est familial, cad que ça peut être héréditaire, mais ça peut aussi être lié aux habitudes alimentaires et de vie, on a les habitudes alimentaires de sa famille qui sont en général celles de sa région d’origine, si tu as des origines provençales, tu ne mangeras pas les mêmes plats que si tu as des origines alsaciennes ou bourguignonnes. En général dans une famille on cuisine le même genre de mets de mères en filles, et on a le même genre de pathologies à chaque génération.

Si dans ta famille une personne âgée aujourd’hui de 50 à 75 ans ne présente pas LA pathologie familiale, demande lui comment elle se nourrit au quotidien, il y a fort à parier qu’elle ne se nourrit pas comme la majeure partie de la famille.

L’alimentation intervient dans le cas de prédisposition :

-à une pathologie rénale ou intestinale si par exemple on mange trop de chairs et/ou de produits animaux (les carnivores ont des reins beaucoup plus puissants que les humains et l’intestin beaucoup plus court afin que les résidus de la viande soient éliminés très rapidement) et/ou de céréales (voir : Les céréales), dont les résidus sont traités par les reins,

-à une pathologie au niveau du dos ou des os en général, si on a une alimentation trop acidifiante (voir : aliments acidifiants ou alcalinisants) qui induit une déminéralisation (ainsi on voit aujourd’hui des personnes de 30 ans avec des radios osseuses qu’on voyait autrefois chez des gens de 70 ans),

-à une pathologie du foie et de la vésicule biliaire si on mange trop riche et trop de mélanges (ce qui explique l’état de ma vésicule biliaire après de nombreux « régimes grossissants »),

-à une pathologie touchant la zone « tête et cou » (cerveau, yeux, oreilles, nez, bouche, gorge, glande thyroïde, etc…) si on mange trop de laitages animaux (lait, yaourts, fromages, glaces, gâteaux, etc…), même de brebis ou de chèvre.

etc…

Donc, ceux qui ont un patrimoine génétique protecteur, peuvent tout se permettre en termes de mode de vie, pendant un temps plus ou moins long, sans risquer la maladie. Mais cet avantage a tendance à diminuer à chaque génération parce que nous vivons dans un monde de plus en plus pollué, les pesticides n’existaient pas avant les années 1940 (voir la vidéo en fin d’article).

Ceux qui peuvent tt se permettre du fait de leur bonne hérédité ont le plus souvent les yeux bleus très clair (la meilleure hérédité) à dominante blanche, cad qu’ils sont toujours en état aiguë parce que leur organisme a la force de lutter contre toutes les pathologies qu’ils pourraient développer comme expliqué dans mon premier article sur l’iridologie (voir : qu’est-ce que l’iridologie).

Un autre contre exemple, mais dans l’autre sens cette fois, est celui des gens qui ont découvert trop tard le mode de vie physiologique et qui meurent de leur maladie malgré un régime adapté, ou qui ont eu un régime adapté mais ne l’ont pas suivi suffisamment consciencieusement, nous en avons parlé dans un article précédent, citons en exemple le Dr Jean Seignalet, le Dr David Servan Schrebert, etc…

En guise de conclusion, une vidéo d’environ 7 min, la bande annonce du film de Jean Paul Jaud : « Nos enfants nous accuseront » sorti il y a une dizaine d’années déjà. A toi d’essayer de trouver le film entier si ça t’intéresse.

ATTENTION, de nombreux paramètres sont à changer pour retrouver durablement la santé ou ton poids de forme : adopter l’alimentation physiologique, la gestion du stress (voir : comment le stress actuel impacte notre santé et la composante psychique de toutes les maladies), une hygiène de vie optimale, des pratiques de santé quotidiennes (voir par exemple : les compresses d’huile de ricin) ainsi que des mesures de renforcement de l’organisme (voir par exemple : renforcement par le froid), le tout très individualisé en fonction de ton état de santé général et SURTOUT actualisé au jour le jour en fonction des réponses de ton organisme. 

Il est de ma responsabilité professionnelle de te prévenir qu’afin d’éviter certaines catastrophes (voir : ma transition), tu peux avoir besoin de te faire suivre par un coach de santé (ou coach de régénération) qui évaluera ton état de santé général en fonction de l’état de santé de tes systèmes immunitaire, nerveux, endocrinien, circulatoire, digestif, de ton poids rapporté à ta taille, de ton âge, de l’histoire de ta maladie, de ton histoire médicamenteuse, de ta génétique, et de nombreux autres facteurs. 

Tu peux également avoir besoin de te faire suivre par un psychologue pour venir à bout de ton stress. De plus les éliminations provoquées par ces changements d’alimentation et ces pratiques de santé, risquent de faire remonter des sentiments dépressifs pouvant aller jusqu’à des idées noires. Il est conseillé de se faire suivre par un psychologue, d’autant que de plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques consultations par an chez un psychologue. L’idéal serait que ce psychologue soit très au fait de ces pratiques de santé et du mode de vie physiologique.

Je suis psychologue clinicienne, hygiéniste, coach de santé et de régénération et propose notamment des consultations par SKYPE ou téléphone.

De plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques séances de psychologues, renseignes toi auprès de ta mutuelle, je peux envoyer des reçus.

Pour connaitre mon parcours, voir : Qui suis-je

Si tu souhaites davantage de renseignements, n’hésite pas à me contacter à l’adresse suivante : 

osersavie66@gmail.com

ou au 06 87 20 54 58

Comment « vas-tu » ?

ATTENTION : avant de lire cet article, je t’invite à relire ma page d’accueil  en suivant le lien suivant :

ça va mieux en le disant

« Très bien, merci. »

Ca veut dire que tu vas bien à la selle ?

« Non, je suis constipée, mais quel rapport ? »

L’expression complète est « comment vas-tu à la selle ? »

« Tu as toujours des sujets de conversation peu ragoûtant ! »

Je sais, mais il est nécessaire d’en parler pour parler de santé, alors que ce soit clair, dans cet article on va parler urine, selles, menstruations, pertes blanches, sueur, haleine, glaires, sécrétions diverses et variées, odeurs corporelles, consistance et fréquence des différentes excrétions, constipation, diarrhée, etc… Donc les petites natures que ça risque de choquer, passez votre chemin, je continue pour les autres.

Si on veut rester en bonne santé physique et psychique ou même retrouver durablement son poids de forme, il est plus important de s’intéresser à ce qui sort du corps qu’à ce qui y entre parce qu’on s’intoxique plus rapidement en ne parvenant pas à éliminer les déchets laissés par les poisons ingérés que par l’effet direct de ces mêmes poisons sur l’organisme. En effet, le corps parvient plus ou moins à éliminer une partie des substances nocives, mais si nous n’éliminons pas même cette petite portion de poisons, alors nous nous intoxiquons encore plus vite. Voir : toutes les maladies partent de l’intestin.

Autrefois tous les médecins de famille s’intéressaient avant tout aux selles et aux urines de leurs patients, mais cette pratique s’est perdue dans notre société « civilisée » où la plupart des plus de cinquante ans sont dans un état pré-cancéreux ou atteints de maladies chroniques handicapantes (dont le cancer lui-même qui devient une maladie chronique handicapante) et où les jeunes générations sont touchées par ces maux de plus en plus tôt, souvent aux abords de la quarantaine, parfois dès l’enfance !

Une des explications à ce phénomène est que les jeunes générations sont de plus en plus vaccinées, or les vaccins empêchent l’organisme d’éliminer tous les résidus pathogènes qui n’ont pu être éliminés par les émonctoires principaux (voir : les vaccins). Avant les vaccinations, les gens faisaient des abcès pour éliminer ces poisons, depuis les vaccinations de masse, nous faisons des kystes et des tumeurs, cad des abcès qui ne coulent pas, qui ne se vident pas, qui ne débarrassent pas l’organisme des poisons mais les renferment au plus profond de l’organisme jusqu’à les cancériser.

D’autre part, les nouveaux vaccins contre les « maladies infantiles » ROR (rougeole, oreillons, rubéole) par exemple, avec lesquels j’ai moi-même fait vacciner mes enfants à l’époque sans me poser de question, font d’énormes dégâts dans la mesure où les maladies infantiles servent à expulser les poisons transmis au nouveau-né par ses géniteurs. Mais les dangers des vaccins sont bien plus importants que cela (voir : les vaccins).

Pour en revenir aux excrétions, l’aspect, l’odeur, la fréquence de ce qui sort du corps permet de se faire une idée assez précise de son propre état de santé, c’est en quelque sorte un moyen d’auto-diagnostic, et pour cela tu n’es obligé d’en parler à personne, pas même à ton médecin s’il ne te le demande pas (il est d’ailleurs probable qu’il ne saurait quoi en faire, les études de médecine ne forment plus à cela…).

Tout d’abord, des odeurs corporelles fortes sont le signe d’un dysfonctionnement de l’organisme, souvent dû à une nourriture inadaptée. Les selles, l’urine, la transpiration, l’haleine, les règles etc, devraient être quasiment inodores.

En effet, l’homme est un animal et un animal qui laisse un fumet dans son sillage voit sa vie très écourtée par sélection naturelle pcq son odeur attire ses prédateurs. Les seuls animaux qui à l’état sauvage (cad non nourris par l’homme mais selon leur instinct) dégagent une forte odeur dans leur milieu naturel sont ceux de bout de chaîne alimentaire, les carnivores, autrement dit, les fauves (d’où l’expression :  » ça sent le fauve »).

D’ailleurs ceux des humains qui consomment de grandes quantités de viande présentent des odeurs corporelles importantes et tenaces.

Lorsque des déchets anormaux (issus de produits que nous ne sommes pas faits pour digérer) ne sont pas éliminés par les émonctoires principaux, ce sont les émonctoires secondaires qui prennent le relais (voir : les émonctoires), l’appareil le plus puissant d’un individu donné (poumon, appareil génital ou autre) est alors chargé de l’évacuation.

Un des premiers changements repérables après l’adoption d’une alimentation physiologique (voir : l’alimentation physiologique) est la quasi disparition des odeurs corporelles.

Les selles deviennent très peu odorantes après suppression des chairs animales du menu quotidien, elles ne collent plus après suppression des céréales des repas (voir : les céréales), on pourrait alors presque se passer de papier toilette (qui ne recueille alors qu’un peu de mucus blanchâtre après les selles). Des selles normales sont bien moulées, mais souples, inodores et ne collent pas, leur expulsion est aisée. Leur fréquence est d’une selle après chaque repas, en deçà il y a constipation (cad stagnation des résidus dans l’intestin et début de réabsorption de ces déchets avec risque d’intoxication). Après des changements de régime comme des écarts répétés ou un retour au régime physio après de nombreux écarts, il est fréquent de traverser un épisode de constipation ou de diarrhée.

Contrairement à ce qu’on imagine, une mauvaise haleine ne témoigne pas d’un problème dentaire ni même buccal (il faudrait avoir la bouche dans un état de putréfaction difficilement imaginable !), mais d’un problème intestinal (voir : comment régénérer ses intestins). Le tube digestif est un continuum de la bouche à l’anus. Un intestin enflammé ou infesté de bactéries pathogènes sera la source d’odeurs importantes qui se propageront le long du tube digestif jusqu’à la bouche.

Pour les mêmes raisons, les flatulences (comme les selles) seront odorantes. Avec une alimentation physiologique bien menée, il y a d’ailleurs quasi disparition des flatulences. La mauvaise haleine peut être longue à disparaître et nécessite une rigueur importante dans l’application du régime physiologique parce qu’il s’agit de remplacer toute la flore bactérienne inadaptée (et ne prends pas de pro-biotiques vendus très chers en pharmacie, au mieux, ils ne servent à rien pcq inactivés par les acides de l’estomac, mange plutôt des légumes lacto-fermentés maison, pré-biotique naturel qui ira nourrir les bonnes bactéries de l’intestin).

Les urines normales ne doivent pas être claires, contrairement aux idées reçues, des urines claires signifient que les reins ne filtrent pas bien le sang et s’épuisent à n’éliminer que de l’eau au lieu d’éliminer toutes les toxines et résidus qui empoisonnent le sang.

Tu ne peux pas te rendre compte de la couleur de tes urines en urinant dans la cuvette des WC, il faut pour cela uriner dans un bocal (mieux, dans un verre mesureur pour avoir également une idée du volume de tes urines et de la contenance de ta vessie), puis laisser le bocal reposer. Je sais, nous les filles sommes désavantagées à cet exercice.

Des reins qui filtrent bien se reconnaissent à des urines jaune foncé, troubles, pas complètement translucides, avec des dépôts. Il faut souvent des années d’alimentation et de mode de vie physiologique avant d’obtenir ce genre d’urines, en effet, le fonctionnement des reins est très lié à celui des glandes surrénales. Les glandes surrénales sont très affectées par la fatigue et le stress chroniques. C’est pourquoi l’alimentation physiologique n’est pas suffisante pour restaurer la fonction rénale, le repos physique, mental et émotionnel est lui aussi nécessaire à cela. En général des cernes foncés autour des yeux témoignent d’un mauvais fonctionnement rénal. Souvent aussi, les douleurs lombaires ou dorsales témoignent d’un dysfonctionnement rénal.

L’odeur normale des urines, si ton alimentation est physiologique, est une très légère odeur de bouillon de légume ou une odeur fruitée je parle de l’urine au moment où elle est émise, pas de l’urine stagnante plusieurs heures dans la cuvette des WC si tu ne tires pas la chasse la nuit (il se dégage alors une odeur d’ammoniac).

Une vessie doit pouvoir contenir environ un litre d’urine sans provoquer d’envie pressante d’uriner. Souvent de forts besoins de miction très fréquents sont le signe d’une inflammation de la vessie en général due à la propagation de l’inflammation des intestins contigüs, il faut plusieurs années de mode de vie physiologique pour désenflammer les intestins.

Les odeurs de transpiration ne sont pas physiologiques non plus, lorsque tu mange une alimentation vivante (voir : l’alimentation physiologique), ta sueur a une légère odeur de fruit ou même est inodore, l’usage du déodorant (par ailleurs cancérogène notamment s’il contient des sels d’aluminium) n’est pas utile dans ce cas. Lors de gros écarts alimentaire ou bien lors de jeûnes de plusieurs jours, l’odeur de transpiration est plus forte parce que les toxines sortent par la peau.

Les cheveux non lavés depuis des mois, mais brossés matin et soir avec une brosse à picots en bois lavée au savon de Marseille chaque semaine (voir : le brossage de la peau, des cheveux et des dents), ne présentent pas d’odeur si l’alimentation est physiologique, mais lors de nombreux écarts (ou de jeûnes de plusieurs jours), j’ai pu remarquer qu’il se dégage de la chevelure une odeur de « cheveux sales », parce que les toxines sont éliminées (entre autres voies) par les glandes sébacées à la racine des cheveux.

Les menstruations, comme toute élimination du corps (l’utérus est un émonctoire secondaire) ne sont odorantes que si l’alimentation est inadaptée, dans ce cas on élimine de nombreuses toxines par cette voie, elles sont odorantes également si elles stagnent dans une serviette hygiénique ou un tampon. La coupe menstruelle (voir zéro déchets), permet d’éviter les odeurs dues à la stagnation. D’ailleurs l’adoption d’une alimentation physiologique est parfois à l’origine d’une disparition des règles sans perte de fertilité.

Les règles sont douloureuses si on élimine par cette voie de l’acide urique (résidus de la viande et des laitages). Les reins et intestins humains ne sont pas prévus pour digérer les chairs et produits animaux en grande quantité, l’excès d’acide urique donnera des caractères colériques et des maladies douloureuses.

Les règles sont épaisses si on élimine les résidus des « sucres lents » (céréales, légumineuses, farineux). En effet, le foie humain est incapable de digérer les sucres lents qui laissent des viscosités, mucosités, des déchets colloïdaux (on mouche, on crache, les cellules baignent alors dans la colle), les gens qui se nourrissent essentiellement de sucres lents seront timides, peureux, angoissés, atteints de maladies pénibles et gênantes.

Le problème est que lorsqu’on est intoxiqué par l’acide urique ou par les sucres lents, nos cellules exigent qu’on leur fournisse le poison dans lequel elles baignent, exactement comme un alcoolique « a besoin » d’alcool ou un drogué de sa drogue.

On peut retrouver la continence naturelle des règles en portant des robes ou pantalons très amples sans petite culotte dessous et bien sûr sans protection périodique ni coupe menstruelle. En l’absence de vêtements serrés à son niveau, le périnée retrouve sa fonction de sphincter, (une alimentation physiologique y aidera).

Le bain dérivatif (voir lien ci-dessous et voir : comment nettoyer ses intestins) lui aussi aide à cela. A une période où je pratiquais le bain dérivatif quotidiennement, j’avais remarqué que lorsque j’allais uriner, le sang de mes règles s’écoulait dans la cuvette des WC, alors que ma serviette périodique restait propre en permanence.

Bains dérivatifs

« La continence des règles ???!!! »

Oui, l’homme (en l’occurrence la femme) est un animal, si le sang des règles des femmes s’écoulait sans qu’elles ne puissent le contrôler, elles auraient été très facile à suivre à la trace par leurs prédateurs et l’espèce humaine serait aujourd’hui éteinte.

Les règles des guenons sauvages (qui sont frugivores), durent deux heures. Les grands singes ont le même appareil digestif que nous et se nourrissent de fruits crus et de quelques feuilles, à l’occasion d’insectes.

Les règles sont abondantes ou douloureuses lorsque de nombreuses toxines sont à éliminer, cad en cas de gros écarts alimentaires ou de jeûne.

Les pertes blanches sont, elles aussi, un mode d’élimination des toxines par voie vaginale chez la femme qui dispose donc d’un émonctoire secondaire supplémentaire par rapport à l’homme parce qu’elle a besoin de nettoyer la matrice qui doit être en mesure, à chaque cycle, d’accueillir une nouvelle vie. Les pertes blanches sont aussi d’autant plus odorantes, fréquentes et abondantes que l’alimentation est inadaptée, cela, bien sûr, si l’organisme a encore suffisamment d’énergie pour tenter de se détoxiner, d’ailleurs on remarque que lors d’un jeûne (voir : le jeûne), on présente davantage de pertes blanches, la détoxination, alors maximale, emprunte toutes les voies possibles surtt si les émonctoires principaux sont saturés. Par les pertes blanches nous éliminons les résidus des « sucres lents ».

Les personnes en très mauvais état de santé (même non diagnostiqué) dégagent en général une forte odeur très désagréable par tous les pores de leur corps, c’est pourquoi souvent des personnes âgées ayant une hygiène parfaite, mais une alimentation délétère (alimentation moderne occidentale) depuis très longtemps, sentent très mauvais.

D’une façon générale, toute sécrétion corporelle devrait être inodore, indolore et pas trop abondante.

Tu vois, c’est facile, tu peux surveiller l’évolution de ton état de santé en surveillant tes sécrétions. Je présenterai en vidéo dans un prochain article, des outils légers (auto-tensiomètre, glycomètre, iriscope, stéthoscope, balance impédancemètre, papier pH, etc…) permettant également de surveiller l’évolution de son état de santé.

ATTENTION, de nombreux paramètres sont à changer pour retrouver durablement la santé ou ton poids de forme : adopter l’alimentation physiologique, la gestion du stress (voir : comment le stress actuel impacte notre santé et la composante psychique de toutes les maladies), une hygiène de vie optimale, des pratiques de santé quotidiennes (voir par exemple : les compresses d’huile de ricin) ainsi que des mesures de renforcement de l’organisme (voir par exemple : renforcement par le froid), le tout très individualisé en fonction de ton état de santé général et SURTOUT actualisé au jour le jour en fonction des réponses de ton organisme. 

Il est de ma responsabilité professionnelle de te prévenir qu’afin d’éviter certaines catastrophes (voir : ma transition), tu peux avoir besoin de te faire suivre par un coach de santé (ou coach de régénération) qui évaluera ton état de santé général en fonction de l’état de santé de tes systèmes immunitaire, nerveux, endocrinien, circulatoire, digestif, de ton poids rapporté à ta taille, de ton âge, de l’histoire de ta maladie, de ton histoire médicamenteuse, de ta génétique, et de nombreux autres facteurs. 

Tu peux également avoir besoin de te faire suivre par un psychologue pour venir à bout de ton stress. De plus les éliminations provoquées par ces changements d’alimentation et ces pratiques de santé, risquent de faire remonter des sentiments dépressifs pouvant aller jusqu’à des idées noires. Il est conseillé de se faire suivre par un psychologue, d’autant que de plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques consultations par an chez un psychologue. L’idéal serait que ce psychologue soit très au fait de ces pratiques de santé et du mode de vie physiologique.

Je suis psychologue clinicienne, hygiéniste, coach de santé et de régénération et propose notamment des consultations par SKYPE ou téléphone.

De plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques séances de psychologues, renseignes toi auprès de ta mutuelle, je peux envoyer des reçus.

Pour connaitre mon parcours, voir : Qui suis-je

Si tu souhaites davantage de renseignements, n’hésite pas à me contacter à l’adresse suivante : 

osersavie66@gmail.com

ou au 06 87 20 54 58