En cas de black out

ATTENTION : avant de lire cet article, je t’invite à relire ma page d’accueil  en suivant le lien suivant :

ça va mieux en le disant

Pour garder notre santé physique et psychique et/ou notre poids de forme ou les retrouver durablement (voir : pourquoi on grossit et comment prendre du poids), il nous faut respecter les lois du vivant  et adopter une alimentation physiologique.

Sans vouloir être alarmiste, il nous faut nous préparer à un black-out plus ou moins total.

Au niveau alimentaire, quand on est crudivore et qu’on se nourrit presque exclusivement de produits frais, difficile de faire des réserves sans faire quelques concessions…

En cas d’interdiction aux non détenteurs de pass « sanitaire » de tous les magasins alimentaires, même les petites boutiques bios :

On peut toujours aller sur les marchés bios et en cas d’interdiction, aller directement chez le petit producteur bio en lui téléphonant avant, peu de risque qu’il refuse de vendre dans le contexte actuel, si on a la chance d’être abonné à un panier bio, c’est l’idéal, surtout si le lieu de collecte n’est pas trop loin de chez nous (risques de restrictions de circulation),

En cas de confinement dur avec restriction de circulation à plus de 10 km (voire 1 km) et/ou une heure de sortie par jour : 

Difficile d’aller chez les petits producteurs qui sont souvent à 15 ou 20 km ou davantage selon les régions. Dans ce cas nous pourrons appliquer les consignes décrites ci-dessous en cas de pénurie dans tous les magasins.

En cas de pénurie dans tous les magasins, même pour les détenteurs de pass « sanitaire » : 

On peut commencer à faire des réserves de nourriture. Avis à ceux qui mangent physiologique : nous serons en mode survie donc n’ayant plus de fruits et légumes frais, nous réintroduirons certains aliments que nous ne mangions plus parmi les moins nocifs. Après la pénurie il sera temps de prendre soin de notre organisme par des purges  (en fonction de l’état de santé de chacun) et des jeûnes notamment.

Certains préconisent de faire des réserves pour un an au cas où, chez moi le manque de place m’en empêche, fais comme tu peux.

Si tu achètes en vrac (moins cher) pour protéger tes aliments des mites alimentaires, conserve tout dans des bocaux Le Parfait, si tu achetes dans des paquets, tu peux les garder dans les paquets, mais dès que les paquets sont ouverts les mettre dans les bocaux le plus hermétiques possible.

Liste des réserves à faire : 

Attention pour les produits préparés, bien vérifier la composition, ne doivent figurer dans les ingrédients que légumes, céréales (éviter le soja, j’en parle plus loin, le seitan qui est un concentré de gluten, le gluten sous toutes ses formes, la polenta dans les galettes est acceptable), légumineuses (probablement pas germées, tant pis), concentré de tomates, huile (même si cette graisse concentrée n’est pas idéale surtout chauffée), sel (il faudra veiller alors à ne pas en ajouter dans vos autres plats mangez par exemple un peu de ratatouille préparée avec du sarrasin non salé), eau, herbes et épices. Evitez les plats préparés contenant des laitages même de chèvre, du sucre et tous les additifs. Pour le chocolat, le prendre le plus noir possible (moins de sucre) pâte de cacao, beurre de cacao, sucre, rien de plus (j’en ai trouvé un délicieux de la marque biocoop chez biocoop à 80% de cacao, avec cette composition).

Pour remplacer les fruits frais très rassasiants : Quinoa et sarrasin qui ne sont pas des céréales, mais aussi les céréales les moins mauvaises pour la Santé : millet, amarante, sorgho, fonio et même du riz, mais aussi des légumineuses : lentilles vertes, lentilles corail, pois chiches, haricots blancs, rouges, noirs, pois cassés, etc. Céréales et légumineuses sont à faire germer pour une pré-digestion, ou au minimum tremper une nuit, puis à cuire ou pas ensuite, il est à noter que le quinoa et le sarrasin germés suffisamment peuvent se consommer crus, le riz trempé suffisamment longtemps (2 ou 3 jours) aussi,

Pour ne pas abuser des céréales et légumineuses, pas très sain si ça devait durer, mais être rassasié tout de même : bocaux de légumes : épinards, haricots verts, petits pois-carottes, haricots beurre, asperges, et cuisinés : ratatouille, légumes de couscous (pour la semoule faire germer le quinoa et le consommer cru ou cuit), tagines de légumes, aubergines à la sauce tomate, courgettes cuisinées, etc…

Graines de tournesol, de lin, de sésame (bonnes graisses) de courge (combat les vers intestinaux et bonnes pour la santé de la prostate messieurs), de chanvre décortiquées (plein de vertus et délicieuses saupoudrées sur tous les mets), de chia  et agar-agar (remplacent les œufs pour faire « prendre » une préparation), l’agar agar est une algue, on la trouve en poudre, familiarise toi dès à présent avec son utilisation,

Les graines de lin et de sésame ne sont pas digérées si pas broyées, on les retrouve intactes dans les selles, si tu n’en as pas achète des ustensiles de cuisine à main en cas de coupure de courant, un pilon mortier pour broyer les graines, une râpe à légumes permettant de râper rapidement une grande quantité de légumes sans se fatiguer, un mixeur à main, une mandoline, etc…

Noix de toutes sorte (amandes, noisettes, noix, etc…) elles ont chacune leurs vertus, téguments de psyllium blond pour remplacer les œufs, pour faire « prendre » les préparations, noix et graines seront trempées avant consommation, les plus grosses comme les amandes une nuit, le temps de trempage diminue avec la taille des graines ou noix,

Bien sûr les graines et noix doivent être nature et crues, non salées du fait de la toxicité du sel, non grillées pour ne pas perdre leurs micronutriments,

Bocaux de purée d’amandes complètes (moins chère que celle d’amandes blanches et plus nourrissante pour la même quantité) , purée de sésame (tahin), purée de cacahouètes, purée de noisettes, toutes les purées d’oléagineux qui te tentent, tant qu’elles sont 100% oléagineux, sans sel, sans sucre ni aucun additif et bios bien sûr, à noter, la marque Perlamande garantit la qualité crue,

Miso de riz fermenté un an, non pasteurisé (je ne l’ai trouvé que dans la marque Celnat chez so bio), en effet, le soja s’il n’est pas sous cette forme, peut être toxique si on en abuse, d’ailleurs c’est sous cette forme que les asiatiques le consomment traditionnellement. Le soja fermenté vendu en France n’est en général fermenté que quelques jours ou au mieux quelques semaines, rentabilité oblige ! Le miso vendu en bocaux est pasteurisé, donc a perdu une bonne part de ses vertus. Le miso est très appréciable l’hiver pour faire des soupes, une cuillerée dans un bol d’eau chaude, on peut ajouter champignons séchés, algues séchées, ou tout autre légume qu’on aura fait séché avant la pénurie (voir mes recettes).

Des algues séchées pour l’iode qu’elles contiennent, à saupoudrer sur vos plats ou pour confectionner du tartare d’algues (voir mes recettes),

Des champignons séchés, ou des champignons frais que tu sèches dès à présent au déshydrater à moins de 40 degrés,

Des bocaux (attention pas de boites de conserves ni de bricks très malsains : contact du métal non inox 18/10 ou du plastique) d’olives noires (les vertes ne sont pas mûres, donc acidifiantes, comme les poivrons verts) et cornichons, à bien dessaler en les faisant tremper la veille et en les rinçant longuement dans une passoire sous le robinet, olives et cornichons sont toujours très salés, tu peux rajouter dessus du vinaigre de cidre et de l’eau de mer microfiltrée pour leur redonner du goût, vinaigre de cidre, moutarde (ou bien tu peux fabriquer ta propre moutarde sans sel, voir mes recettes), des bocaux de crème d’ail et de pesto végétarien, sinon tu peux les préparer dès à présent toi même,

Le petit truc : pour un repas qui tienne au corps, surtout si tu ne fais qu’un repas par jour et que tu es active, mettre dans l’assiette 2/3 de légumes et 1/3 de céréales ou légumineuses germées (ou sarrasin germé ou quinoa germé ou patate douce ou pomme de terre). Mais commence toujours ton repas par du cru ou ajoute à ton premier plat cuit (fruits ou légumes séchés, Miso, graines germées, légumes facto-fermentés maison à l’eau de mer) pour éviter d’épuiser tes enzymes digestives.

Des bocaux de maïs, d’artichauts, de marrons cuits, de purée de tomate ou de tomates pelées au jus, du concentré de tomates en tube ou en pot,

Soupes de légumes en bouteilles : de courgettes, de potiron, de carottes, de légumes, etc… Sans céréales ni légumineuses (on en mangera déjà beaucoup par ailleurs) uniquement légumes, eau, sel, aromates et épices.

Si tu as une cave ou un garage suffisamment sombre et frais, tu peux acheter des pommes de terre qui se conserveront bien, tu peux aussi les emballer dans un sac en papier ou en toile ne laissant pas passer la lumière et les stocker sur ton balcon l’hiver et par terre dans le coin le moins chaud de ton appartement l’été. Choisis des pommes de terre à chair tendre qui seront cuites plus rapidement sur le réchaud de camping et permettront de confectionner écrasé de pommes de terre ou purées (délicieuses avec purée d’oléagineux et eau de mer). Les pommes de terres sont alcalinisantes contrairement aux céréales qui sont acidifiantes, mais comme le riz et les autres céréales, elles viennent se coller aux parois intestinales sur la plaque amorcée par le gluten depuis notre enfance…

Tu peux faire un stock d’eau de mer microfiltrée qui remplacera avantageusement le sel vendue par 20 litres chez Biovie. Elle est très reminéralisante et remplacera aussi les jus de légumes frais.

On peut acheter ail (ail frais à suspendre et à laisser sécher), oignon, racines de gingembre et de curcuma qui se conservent quelques temps et au cas où la pénurie dure : ail, oignon, persil, herbes de provence et autres herbes et épices en poudre, huiles essentielles de citron, et d’orange (attention une goutte suffit dans une préparation), eau de fleurs d’oranger (tu peux la commander au litre sur :

https://www.aroma-zone.com

De l’huile d’olive et de l’huile de colza, ajouter ces deux huiles de préférence dans le plat sur les aliments cuits ou crus, pour faire réchauffer les galettes de légumes et céréales à la poêle, utiliser l’huile d’olive,

Des graines à germer pour les minéraux et vitamines, les aliments cuits n’en contiennent pratiquement pas (acheter un petit germoir en boutique bio, sinon un bocal recouvert d’une gaze tenue par un élastique fait l’affaire) pour les vitamines et les minéraux, en manger un peu tous les jours saupoudrés sur tous vos plats,

On peut faire sécher (dès à présent) au déshydrateur à 45 degrés maximum des lamelles de fruits (pommes, ananas, mangues, etc, sans oublier les tomates) et de légumes (courgettes, carottes, avocats, navets, courges, betteraves, patates douces, champignons, céleri rave, radis long, etc) pour les vitamines ou acheter des fruits et légumes déjà séchés en espérant qu’ils l’aient été à 45 degrés maxi (en général il est mentionné « qualité crue », n’oublie pas ce sont les vitamines qu’on recherche dans ces fruits et légumes séchés et au delà de 45 degrés, les vitamines disparaissent). Les fruits et légumes séchés pourront être ajoutés à des soupes ou plats cuisinés, ou bien croqués comme des chips en début de repas (le cru toujours en début de repas). Tu peux assaisonner les pommes avant séchage avec de la cannelle par exemple. Si pas de déshydrateur, on trouve en boutiques bio des fruits séchés.

Les fruits séchés parce que les fruits secs genre dattes, raisins secs, etc, sont très sucrés et peuvent provoquer un pic glycémique en cas d’abus. Les fruits que tu auras séchés seront à conserver dans un bocal Le Parfait, ce sont des bocaux très hermétiques qui éviteront l’invasion de tes denrées par les mites alimentaire, ils sont un peu cher mais c’est l’assurance de préserver tes stocks très longtemps (je n’ai pas d’actions chez eux…).

Tu peux aussi acheter des purées de fruits 100% fruit (attention pas les compotes qui peuvent contenir des sucres ajoutés), pomme, pomme-rhubarbe, pomme-poire, etc, une marque qui présente un grand choix et chez qui les fruits sont bios et les purées sans sucre ajouté : Côteaux Nantais, si tu ne les trouves pas en boutique bio, tu peux les commander par exemple sur le site :

https://www.pourdebon.com

Contrairement aux fruits séchés, les légumes séchés n’attireront pas les mites alimentaires, tu peux les conserver dans des sacs congélation bien fermés en expulsant le plus possible l’air de ces sacs. Afin d’éviter les moisissures, attends que les fruits et légumes séchés soient bien secs et ne ferme les sacs ou les bocaux que lorsqu’ils sont refroidis. Tu peux assaisonner avant séchage les légumes avec curry, cumin, herbes de Provence, ou autre selon ton goût (le cumin va très bien avec la carotte).

N’oublie pas des pruneaux en cas de constipation et en cas de diarrhée des petits pots pour bébé pomme coings, dans les aliments pour bébé, aucun additif n’est permis (eh oui dans les autres aliments bios il reste encore quelques additifs permis…). Aussi des bocaux de purée de pruneau 100% fruits sans aucun additif (en boutique bio). Diarrhée et constipation peuvent survenir lors des changements alimentaires.

On peut préparer des bocaux de légumes lacto fermentés maison avec de l’eau de mer pas avec du sel qui est un poison, pour les enzymes qu’ils nous apporteront ainsi que pour les bonnes bactéries nécessaires à notre microbiote,

On peut acheter du miel bio même si tu es végétalien (ce sont des conditions exceptionnelles), en bio la récolte du miel doit remplir certaines conditions et nuit moins à la santé des abeilles, c’est un aliment très complet et très énergétique, je me permets cette petite entorse en situation de crise, à toi de voir,

Si tu n’es pas végétarien, boites de sardines, maquereaux, harengs, pots d’anchois,

Tu peux aussi stocker de la farine de noix de coco pour fabriquer des biscrus (voir : mes recettes) et de la farine de riz pour des biscuits salés ou sucrés

Pour se faire plaisir de temps en temps : du pain des fleurs de sarrasin sans sel (tu en mangeras déjà pas mal dans les légumes préparés en bocaux) sans sucre (paquet bleu, existe maintenant en grand format aussi) des galettes de céréales aux légumes toute prêtes à poêler (je sais ça n’est pas le mode de cuisson idéal…) pas vendues au rayon frais mais au rayon épicerie, des pâtes de sarrasin (100% sarrasin, vérifier les ingrédients) des tablettes de chocolat, cacao (cru si possible) en poudre non sucré pour préparer un chocolat chaud, voir mes recettes,

Tu auras toujours aussi la possibilité, si tu n’as pas de jardin à transformer en potager et en verger, de glaner près de chez toi, ci-joint une carte du glanage avec un « mode de bonne conduite » :

Fruits, feuilles et légumes gratuits : plus de 10 000 spots de glanage en France

S’il n’y a pas de black-out, ou s’il dure peu de temps, on pourra consommer tout ça à raison d’une fois par semaine pour le riz et les légumineuses, sur un an ou deux et ajouter les légumes cuits à la fin de nos légers repas crus tous les jours en gardant la santé, rien ne sera perdu, les huiles essentielles ont de nombreuses vertus, on pourra les utiliser par exemple pour parfumer ses produits ménagers maison,

Ne plus acheter de surgelés, risque de panne d’électricité et vide ton congélateur en mangeant ce qui est dedans dès que possible,

Habitue-toi dès à présent à manger moins, on vit très bien (sauf si on est déjà dénutri, bien sûr) sur le long terme avec un seul repas par jour (c’est mon cas depuis longtemps et pourtant je suis très mince depuis toujours) alterne les phases de jeûne avec les phases d’alimentation pour faire durer tes réserves, tout cela en fonction de ta corpulence et de ton état de santé, bien sûr,

Si tu arrives au bout de tes réserves avant la fin de la crise, pas de panique, on trouve toute l’épicerie bio sur internet sur des sites comme Greenweez par exemple (je pense qu’ils auront fait de grosses réserves, notamment de graines à germer, le risque de pénurie commence à être connu de beaucoup de monde), bien sûr, on ne voit pas toujours la composition des plats…

Du fait de cette alimentation non physiologique, on pratiquera tous les soirs les compresses d’huile de ricin sur les intestins pour les aider à rester en bon état, le bain dérivatif le plus longtemps possible dans la journée et la nuit avec une bouteille d’eau de 500 ml gelée dans un gant de toilette (reste plus longtemps fraiche que les poches de gel) pour mieux éliminer les toxines ou en cas de black out électrique bain dérivatif à l’eau et le brossage à sec de la peau matin et soir (voir aussi le brossage en pratique), ce qui permettra en plus de l’élimination des toxines de ne plus avoir besoin de se doucher en cas de coupure d’eau, et puisque les céréales favorisent l’apparition de caries, relire mes articles : comment éviter les caries naturellementcomment prendre soin de ses dents, et la partie de l’article sur le brossage à sec de la peau qui concerne les dents,

Fais un stock des huiles essentielles et herbes pour tisanes essentielles pour te soigner.

Tu peux dès à présent confectionner des « lingettes à pipi » et utiliser l’eau et la serviette de toilette après être allée à la selle, si plus de papier toilettes ou pour éviter d’en stocker pour un an,

Tu peux acheter pour te brosser les dents : un petit stock d’argile verte illite micronisé et de l’huile de coco,

Tu peux acheter pour faire ton ménage, du vinaigre blanc, du bicarbonate de sodium, du savon noir, des cristaux de soude des huiles essentielles (lavande, citron ou autres),

N’oublie pas : savon de Marseille multi-usage : toilette, vaisselle (il suffit de frotter l’éponge dessus, c’est comme ça que je fais tous les jours depuis des années), etc…

Tu peux faire un petit stock d’éponges « inusables » et changer tes brosses (vaisselle, balai et balayette, WC, etc…) pour des brosses « inusables » en silicone, acheter un ou deux jeux de couvercles en silicone réutilisables plutôt que de faire des stocks de plastique étirable adhésif polluant…

Tu peux aussi faire un stock d’huile de ricin pour les compresses sur les intestins dont je parle plus loin,

N’oublie pas également papier, stylos, tout ce qui pourra t’être nécessaire,

En cas de coupure d’eau : 

Tu peux dès à présent acheter un filtre Berkey qui fonctionne sans électricité, simplement par la gravité, avec, absolument, j’insiste, les deux jeux de filtre , filtre noir à charbon mais également filtre blanc à fluor etc… Tu pourras aller chercher dans une rivière près de chez toi, cette eau sera potable une fois filtrée, si tu habites près d’une usine ou d’un site nucléaire, tu peux par précaution après filtration saupoudrer de l’argile verte illite micronisée ou surfine et attendre qu’elle se dépose pour boire l’eau, le filtre Berkey te sera utile après la crise pour filtrer l’eau du robinet,

J’ai gardé deux bidons d’eau vide de 5 litres (Montcalm en boutique bio) pour transporter l’eau depuis la rivière.

Tu peux garder toutes tes eaux usées (vaisselle, toilette, ménage) dans un seau pour en faire des chasses pour les toilettes. C’est un de mes nombreux trucs éco).

En cas de coupure d’électricité :

Dès les premières coupures de courant à répétition, même brèves, remplis ta baignoire d’eau parce que nos châteaux d’eau se remplissent la nuit par despotes électriques et une coupure d’électricité prolongée risque d’annoncer une coupure d’eau prolongée au robinet.

Tu peux acheter un réchaud à gaz de camping avec des recharges de gaz (attention, j’ai voulu racheter des recharges et il n’en restait plus qu’une au supermarché alors qu’il y a quelques semaines, le rayon était plein… Nous ne sommes pas les seuls à être informés !),

Certains bocaux, une fois entamés, se conservent au frais, un coin de balcon ou un sac plastique ou tissus accroché à l’extérieur de la fenêtre peuvent faire office de frigo en hiver, en été essaie de trouver l’endroit le plus frais de ton appartement et pose les bocaux au sol (la chaleur monte) et consomme les rapidement,

Si tu utilises habituellement une brosse à dents électrique et un jet dentaire, fais un stock de brosses à dents manuelles et de fil dentaire.

Tu peux acheter dès à présent un stock de bougies et d’allumettes, de briquets jetables, une lampe de poche à manivelle (décathlon), une lampe de poche à piles et des piles non rechargeables bien sûr, une lampe frontale à piles avec des piles non rechargeables (décathlon aussi) très pratique,

Tu peux t’habituer (si ton activité professionnelle te le permet ou en cas de confinement) à vivre au rythme du soleil, à te lever et te coucher avec le soleil afin de ne pas avoir besoin d’éclairage artificiel.

Habitue toi aussi à faire ton ménage au balai, balai-brosse et serpillère (fais un stock de serpillères), oublie l’aspirateur et l’appareil à vapeur. Je te conseille le balai de coiffeur (en supermarché) avec les poils en plastique souple (à laver souvent dans une lessive douce, j’utilise celle que je fabrique pour le linge) ainsi que la balayette identique avec sa pelle, et même la petite brosse étroite pour les recoins difficiles d’accès, très efficaces même sur les cheveux et poils de chats ou chiens sur tout type de sols, même les tapis et moquettes. En plus ça demande davantage d’efforts, on a tous besoin d’un peu plus d’exercice physique surtout en cas de confinement prolongé et/ou répété.

De la même manière, pour le ménage, tu peux acheter des éponges « inusables » plus écologiques et économiques pour la vaisselle (à compléter par des tampons à récurer verts et par des boules en inox ou en silicone), les surfaces (à compléter par des carrés lavettes et chiffons microfibres), le sol, les toilettes, la salle de bains, la poubelle, etc… Elles sont beaucoup plus durables que les éponges grattantes jetables à renouveler en permanence. Prends en une de chaque couleur pour chaque usage.

Si ton appartement est équipé de volets roulants électriques, prends l’habitude de ne plus jamais les fermer, mais de fermer plutôt tes doubles rideaux. Il vaut mieux qu’ils soient coincés ouverts que fermés si la panne de courant dure longtemps…

Tu peux acheter aussi une petite calculette solaire, ça peut toujours servir puisque la calculette de ton téléphone sera HS.

En cas de coupure d’électricité, il y aura par voie de conséquence coupure internet. Voir ci-dessous le paragraphe : « en cas de coupure internet »,

Tu peux aussi acheter dès à présent une petite radio de bonne qualité (cad pas à bande passante) fonctionnant à piles (et des piles non rechargeables) pour ne pas être coupée du monde, Sud Radio est la radio main stream la moins langue de bois, notamment André Berkof (« Berkof dans tous ses états »),

En cas de pénurie d’essence :

S’entrainer dès à présent à faire ses courses à pieds (je sais avec le masque sur la figure c’est épuisant…) ou en vélo.

Si tu as un jardin, sacrifie ta pelouse pour en faire un potager et plante déjà quelques fruitiers. Même si tu n’as pas beaucoup de place, fraisiers, framboisiers, myrtilles, groseilles, cassis, qui donnent tout de suite, etc…

Si tu n’habites pas trop loin d’une forêt, fais un stage de survie en forêt, on peut vivre très longtemps avec les seules ressources de la forêt.

En cas de coupure internet (si coupure d’électricité générale et prolongée) : 

Tu peux faire connaissance avec tes voisins sans attendre,

Tu peux télécharger et imprimer dès à présent tous les documents dont tu auras besoin,

Tu peux acheter les livres dont tu auras besoin même si tu les as déjà en version numérique (livres d’occasion pas chers chez Rakuten), notamment des livres d’homéopathie, d’utilisation des huiles essentielles, de gemmothérapie (parfois on trouve des petits guides gratuits au rayon en boutique bio) un recueil de remèdes de grand-mères et fais toi une pharmacie de secours dès à présent, si tu habites à la campagne, un livre sur les plantes sauvages comestibles et médicinales, par exemple,

Top 5 des applications de messageries gratuites pour discuter sans internet et sans wifi sur Androïd et iPhone. Pense à télécharger dès à présent celles qui sont compatibles avec ton smartphone :

Top 5 Applications de Messagerie Gratuites pour Discuter sans Internet et sans WiFi

En cas de crash des banques :

Tu peux commencer à sortir de l’argent liquide toutes les semaines, ne laisse sur ton compte que ce qui est nécessaire pour les prélèvements automatiques des factures, tu pourras aussi dès la sortie de Onpassive tout transférer sur le Wallet de Onpassive qui n’est pas une banque et où ton argent sera en sécurité et totalement disponible à tout moment.

Tu peux acheter dès à présent le petit livre de Jade Allègre : « Comment survivre en ville quand tout s’arrête ».

Et reviens de temps en temps sur cet article, je complète et remets à jour mes articles au fur et à mesure des idées qui me viennent ou des nouvelles informations que j’apprends.

ATTENTION, de nombreux paramètres sont à changer pour retrouver durablement la santé ou ton poids de forme : adopter l’alimentation physiologique, la gestion du stress (voir : comment le stress actuel impacte notre santé et la composante psychique de toutes les maladies), une hygiène de vie optimale, des pratiques de santé quotidiennes (voir par exemple : les compresses d’huile de ricin) ainsi que des mesures de renforcement de l’organisme (voir par exemple : renforcement par le froid), le tout très individualisé en fonction de ton état de santé général et SURTOUT actualisé au jour le jour en fonction des réponses de ton organisme. 

Il est de ma responsabilité professionnelle de te prévenir qu’afin d’éviter certaines catastrophes (voir : ma transition), tu peux avoir besoin de te faire suivre par un coach de santé (ou coach de régénération) qui évaluera ton état de santé général en fonction de l’état de santé de tes systèmes immunitaire, nerveux, endocrinien, circulatoire, digestif, de ton poids rapporté à ta taille, de ton âge, de l’histoire de ta maladie, de ton histoire médicamenteuse, de ta génétique, et de nombreux autres facteurs. 

Tu peux également avoir besoin de te faire suivre par un psychologue pour venir à bout de ton stress. De plus les éliminations provoquées par ces changements d’alimentation et ces pratiques de santé, risquent de faire remonter des sentiments dépressifs pouvant aller jusqu’à des idées noires. Il est conseillé de se faire suivre par un psychologue, d’autant que de plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques consultations par an chez un psychologue. L’idéal serait que ce psychologue soit très au fait de ces pratiques de santé et du mode de vie physiologique.

Je suis psychologue clinicienne, hygiéniste, coach de santé et de régénération et propose notamment des consultations par SKYPE ou téléphone.

De plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques séances de psychologues, renseigne toi auprès de ta mutuelle, je peux envoyer des reçus.

Pour connaitre mon parcours, voir : 

Qui suis-je

Si tu souhaites davantage de renseignements, n’hésite pas à me contacter à l’adresse suivante : 

osersavie66@gmail.com

ou au 06 87 20 54 58

Ayons confiance en la vie

ATTENTION : avant de lire cet article, je t’invite à relire ma page d’accueil  en suivant le lien suivant :

ça va mieux en le disant

J’ai toujours été pressée, toujours envie d’être arrivée avant d’être partie, dans tous les domaines. Envie d’avoir fini mes études avant de les avoir commencées, envie d’être en bonne santé avant d’avoir mis en place tout ce qui devait me permettre d’y arriver (voir : l’hygiène de vie optimale), etc…

C’est épuisant d’avoir ce tempérament impatient, mais si j’en crois les retours de certains d’entre vous, je ne suis pas seule dans ce cas. Combien de ceux que j’aide au quotidien m’ont dit : « je fais tout très bien depuis quinze jours et je vais toujours aussi mal ».

Si tu as mis 20, 50 ou 80 ans à développer une maladie chronique, auto-immune ou pas, plus ou moins handicapante comme la spondylarthrite ankylosante, la recto colite hémorragique, la sclérose en plaques ou le cancer, par exemple, ou simplement une candidose, si commune par les temps qui courent sous nos contrées, une seule chose est sûre, c’est que tu mettras beaucoup moins de temps pour retrouver la santé, mais certainement pas 15 jours ! Ca se chiffrera peut-être en mois, peut-être en années.

Mais qu’est-ce que deux, trois ou même six ans pour retrouver la santé quand on souffre au quotidien depuis si longtemps, quand la médecine classique, incapable à seulement nous soulager, nous prédit pour seul avenir une aggravation des symptômes avec le temps et la mort comme seul horizon.

« Mais moi ça ne fait que 6 mois que j’ai une colopathie fonctionnelle, alors je mettrai moins de 6 mois à retrouver la santé ? »

Non, si tu as 48 ans, tu as mis 48 ans à développer cette pathologie qui n’a été détectée qu’il y a 6 mois, donc tu mettras moins de 48 ans à retrouver la santé. Ca a été détecté par des examens médicaux qui t’ont été prescrits parce que tu avais des troubles de santé.

« Je n’avais des troubles que depuis deux ans »

Donc déjà c’est 2 ans et pas 6 mois, mais toutes les maladies évoluent à bas bruit pendant très longtemps, souvent pendant des décennies.

« Donc je vais continuer à souffrir pendant des années ? »

Non, tu devrais commencer à voir un certain mieux relativement rapidement, après une phase plus ou moins longue de détoxination (suite à la mise en place d’un régime alimentaire adapté) qui pourra, elle, être très pénible.

« Qu’est-ce qu’on peut faire pour éviter cette phase pénible ? »

Rien, c’est un passage obligé, certaines pratiques de santé (voir : huile de ricin et bain dérivatif) soulageront un peu tout de même. Selon ton état, ce passage obligé sera plus ou moins long et plus ou moins pénible. La seule chose que tu puisses faire est de ne pas transformer cette douleur en souffrance

« Et on fait ça comment ? »

La libération de la souffrance c’est l’acceptation de l’inconfort.

C’est avoir confiance en la vie dans ton corps et en tes capacités, savoir que si tu fais tout ce qu’il faut pour aller mieux, les progrès viendront qui t’aidera le plus. Tu t’es déjà épilée les jambes à la cire ou bien avec un genre d’appareil électrique de torture ? Tu supportes la douleur sans te lamenter que tu n’as pas de chance d’avoir mal, parce que tu sais que ça va finir et qu’à la fin tu auras le résultat escompté, des jambes lisses. Là c’est pareil sauf que ça dure plus longtemps.

Et c’est le fait que tu vas avoir du mal, beaucoup de mal à revenir à la santé et que ça va te prendre du temps, beaucoup de temps, qui te retiendra lorsque tu seras tentée de revenir à tes anciennes habitudes alimentaires et d’hygiène de vie qui ont présidé à l’apparition de tes symptômes, les mêmes causes produisent les mêmes effets.

« Donc c’est la confiance en la vie qui m’aidera ? »

Exactement, et c’est vrai dans tous les domaines de la vie, pas seulement pour la santé, c’est même vrai pour la vie en général. Ecoute l’histoire de cet homme qui croyait en la vie et avançait au lieu de se lamenter :

ATTENTION, de nombreux paramètres sont à changer pour retrouver durablement la santé ou ton poids de forme : adopter l’alimentation physiologique, la gestion du stress (voir : comment le stress actuel impacte notre santé et la composante psychique de toutes les maladies), une hygiène de vie optimale, des pratiques de santé quotidiennes (voir par exemple : les compresses d’huile de ricin) ainsi que des mesures de renforcement de l’organisme (voir par exemple : renforcement par le froid), le tout très individualisé en fonction de ton état de santé général et SURTOUT actualisé au jour le jour en fonction des réponses de ton organisme.

Il est de ma responsabilité professionnelle de te prévenir qu’afin d’éviter certaines catastrophes (voir : ma transition), tu peux avoir besoin de te faire suivre par un coach de santé (ou coach de régénération) qui évaluera ton état de santé général en fonction de l’état de santé de tes systèmes immunitaire, nerveux, endocrinien, circulatoire, digestif, de ton poids rapporté à ta taille, de ton âge, de l’histoire de ta maladie, de ton histoire médicamenteuse, de ta génétique, et de nombreux autres facteurs. 

Tu peux également avoir besoin de te faire suivre par un psychologue pour venir à bout de ton stress. De plus les éliminations provoquées par ces changements d’alimentation et ces pratiques de santé, risquent de faire remonter des sentiments dépressifs pouvant aller jusqu’à des idées noires. Il est conseillé de se faire suivre par un psychologue, d’autant que de plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques consultations par an chez un psychologue. L’idéal serait que ce psychologue soit très au fait de ces pratiques de santé et du mode de vie physiologique.

Je suis psychologue clinicienne, hygiéniste, coach de santé et de régénération et propose notamment des consultations par SKYPE ou téléphone.

De plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques séances de psychologues, renseignes toi auprès de ta mutuelle, je peux envoyer des reçus.

Pour connaitre mon parcours, voir : Qui suis-je

Si tu souhaites davantage de renseignements, n’hésite pas à me contacter à l’adresse suivante : 

osersavie66@gmail.com

ou au 06 87 20 54 58

Les compresses d’huile de ricin

ATTENTION : avant de lire cet article, je t’invite à relire ma page d’accueil  en suivant le lien suivant :

ça va mieux en le disant

L’huile de ricin, du fait de ses grandes vertus curatives est appelée « la main du Christ » (Palma Christi), de là à dire qu’elle fait des miracles… Nous pouvons quoi qu’il en soit tirer grand bénéfice de son utilisation en externe, en cataplasmes aussi appelés compresses. 

En interne elle est utilisée en cas d’urgence par certaines personnes et sous bonne supervision.

L’huile de ricin contient de l’acide ricinoléïque. Ce principe actif a un effet anti-inflammatoire et augmente la production de globules blancs à l’endroit où on l’applique (pancréas, thyroïde, sein, rein, articulations, etc). L’acide ricinoléïque permet, par cette action, la libération des stases de toxines dans ces parties du corps ainsi que le traitement des déchets sur place. 

En cures prolongées sur les émonctoires (intestins, reins, foie), l’huile de ricin régénère ces voies d’élimination sans demander d’énergie et peut donc être utilisée en massages ou en cataplasmes par les personnes épuisées, sans limites d’âge et même sur les enfants.

On peut commencer par la zone des intestins, bien souvent la plus toxique chez les occidentaux modernes. Chaque cataplasme devra être gardé au moins 45 minutes ou mieux toute la nuit. L’huile de ricin étant très épaisse, il est nécessaire de  l’aider à pénétrer la peau par ouverture de ses pores grâce à la chaleur d’une bouillotte. Il est conseillé de commencer sans bouillotte, de manière à tester les réactions spécifiques de son organisme.

Attention ne pas mettre plusieurs compresses de ricin à différents endroits du corps cela réduirait énormément l’efficacité de chacune des compresses.

Au fil du temps et de ma pratique, j’ai développé une façon de faire très économe en huile de ricin qui permet de ne pas en perdre une goutte, facile à mettre en œuvre quand on est seul.e et qui de plus est « zéro déchet », c’est à dire sans utilisation de plastique alimentaire jetable. 

Il suffit de deux vieilles serviettes de toilettes réservées à cet effet et lavées à part ainsi que de linges propres en coton blanc à laver seuls et à renouveler si besoin (j’ai sacrifié un vieux drap housse) :

Au coucher, disposer une des serviettes de toilette sur le drap housse de votre lit (pour éviter de le tacher), s’allonger sur cette serviette, de préférence nu.e (pour éviter les taches sur le pyjama) ou au minimum toute la zone à traiter bien dénudée, verser un peu d’huile de ricin sur la zone à traiter et  l’étaler avec les doigts.

La première fois verser l’équivalent d’une cuillère à soupe d’huile de ricin pour la zone des intestins par exemple (de sous les dernières côtes en remontant bien sur les côtés, à la zone du pubis), les jours suivants les quantités d’huile nécessaires diminueront progressivement avec l’imprégnation de plus en plus importante du linge de coton.

On pourra s’essuyer grossièrement les doigts sur ses yeux, l’huile de ricin renforce la pousse des cils et des sourcils.

Disposer ensuite un linge en coton blanc propre  sur cette couche d’huile, poser la bouillotte dessus et poser la deuxième serviette de toilette, dans laquelle vous aurez fini de vous essuyer les mains, avant de rabattre les draps qui seront ainsi protégés. 

La bouillotte à eau permet de choisir la température de l’eau (de l’eau du robinet plus ou moins chaude est suffisante, attention pas d’eau de la bouilloire qui risquerait de brûler la peau), elle permet également de déterminer le poids de la bouillotte (c’est la quantité d’eau dans la bouillotte qui en fera varier le poids).

Les serviettes de toilette et le linge blanc seront lavés une fois par semaine isolément. Je fais tremper longuement le linge blanc dans une bassine de lessive et d’eau avant de le laver. Je mets les serviettes de toilette au lave linge avec des chiffons (pas avec des vêtements qui risqueraient d’en sortir poisseux) au moins à 60 °C, mieux, à 90 °C.

Une cure d’huile de ricin en externe sur les intestins aide notamment, conjointement à une réforme alimentaire, à retrouver un transit intestinal régulier, première condition à un retour vers la santé.

Cette façon de faire convient parfaitement à tous les organes de l’abdomen et du thorax ou aux articulations, par contre, pour faire des cataplasmes sur les reins cela risque d’être un peu acrobatique, il peut être nécessaire de se faire aider.

ATTENTION, de nombreux paramètres sont à changer pour retrouver durablement la santé ou ton poids de forme : adopter l’alimentation physiologique, la gestion du stress (voir : comment le stress actuel impacte notre santé et la composante psychique de toutes les maladies), une hygiène de vie optimale, des pratiques de santé quotidiennes (voir par exemple : les compresses d’huile de ricin) ainsi que des mesures de renforcement de l’organisme (voir par exemple : renforcement par le froid), le tout très individualisé en fonction de ton état de santé général et SURTOUT actualisé au jour le jour en fonction des réponses de ton organisme. 

Il est de ma responsabilité professionnelle de te prévenir qu’afin d’éviter certaines catastrophes (voir : ma transition), tu peux avoir besoin de te faire suivre par un coach de santé (ou coach de régénération) qui évaluera ton état de santé général en fonction de l’état de santé de tes systèmes immunitaire, nerveux, endocrinien, circulatoire, digestif, de ton poids rapporté à ta taille, de ton âge, de l’histoire de ta maladie, de ton histoire médicamenteuse, de ta génétique, et de nombreux autres facteurs. 

Tu peux également avoir besoin de te faire suivre par un psychologue pour venir à bout de ton stress. De plus les éliminations provoquées par ces changements d’alimentation et ces pratiques de santé, risquent de faire remonter des sentiments dépressifs pouvant aller jusqu’à des idées noires. Il est conseillé de se faire suivre par un psychologue, d’autant que de plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques consultations par an chez un psychologue. L’idéal serait que ce psychologue soit très au fait de ces pratiques de santé et du mode de vie physiologique.

Je suis psychologue clinicienne, hygiéniste, coach de santé et de régénération et propose notamment des consultations par SKYPE ou téléphone.

De plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques séances de psychologues, renseignes toi auprès de ta mutuelle, je peux envoyer des reçus.

Pour connaitre mon parcours, voir : Qui suis-je

Si tu souhaites davantage de renseignements, n’hésite pas à me contacter à l’adresse suivante : 

osersavie66@gmail.com

ou au 06 87 20 54 58

Les purges 2

ATTENTION : avant de lire cet article, je t’invite à relire ma page d’accueil  en suivant le lien suivant :

ça va mieux en le disant

Dans cet article, je me base sur l’enseignement d’Irène Grosjean et, comme dans tous mes articles, sur mon expérience personnelle.

Dans mon premier article sur les purges, je n’avais pas fait la distinction entre laxatif et purge. Un laxatif vide les intestins alors qu’une purge aide en plus de l’effet laxatif, à décongestionner le système lymphatique. Dans ce premier article, j’avais décrit seulement les effets des laxatifs, n’ayant pas encore expérimenté sur moi-même les purges. Aujourd’hui je vais pouvoir te parler des trois purges que j’ai expérimentées depuis.

Souviens toi, on en a déjà parlé, si tu ne vas pas à la selle autant de fois que tu fais de repas, c’est que tu es constipée.

Il existe deux sortes de purges, les salines ou magnésiennes qui permettent de dissoudre l’acide urique des résidus cristalloïdaux et les huileuses qui servent à éliminer les mucosités des résidus colloïdaux. J’ai expérimenté la purge à l’huile de ricin, celle à la magnésie San Pellegrino et celle au chlorumagène.

« Attends, pourquoi faire des purges ? Ca n’est pas naturel ! »

Mais il n’est pas naturel de manger de telles quantités de produits et chair animale, si on devait attraper nous mêmes, tuer et dépecer ou plumer, le tout à mains nues un animal afin de manger sa chair crue, on en mangerait beaucoup moins. D’ailleurs la longueur de nos intestins de la bouche à l’anus rapportée à notre taille est beaucoup plus longue que celle des animaux carnivores qui ne gardent que très peu de temps avant élimination des résidus, les chairs animales qu’ils ingèrent dans leur organisme et nos mains sont des mains de cueilleurs. Si on devait ne manger ou ne boire que le lait qu’on aurait trait nous même sur des animaux sauvages ou que les œufs qu’on aurait trouvés par nous même dans la nature hors de la vigilance de la mère couveuse, on en mangerait beaucoup moins.

L’organisme humain est équipé pour éliminer les acides que nous fabriquons en temps normal, comme l’acide urique par exemple, résidu des protéines, que nous sommes capables de dissoudre en très petite quantité, mais il est débordé par les quantités énormes que nous ingérons de produits et chairs animales ainsi que de céréales qi elles aussi contiennent des protéines en quantité. Par contre notre organisme n’est pas capable de dissoudre les déchets colloïdaux, résidus des céréales que nous ne sommes pas équipés pour digérer.

Et puis les animaux se purgent, observe ton chat, bien que son instinct ait été perverti puisqu’on le nourrit aussi mal qu’on se nourrit, il se purge régulièrement, c’est naturel pour lui.

Si on n’avait pas été médicalisés (voir : les maladies n’existent pas) et vaccinés, nos systèmes urinaires et intestinaux pourraient tout éliminer, la coqueluche permet d’évacuer les glaires et la petite vérole permet d’évacuer les acides, par exemple. Les vaccins, bien plus que par leurs composants toxiques pour l’organisme, sont dangereux parce qu’ils éteignent notre système de défense, ils empêchent le système immunitaire d’éliminer les poisons même si on jeûne. La désinfection permanente de nos maisons, le fait de vivre dans des environnements de plus en plus stériles, vont dans le même sens, souviens toi, un système auquel on pallie s’atrophie, on garde donc en nous tous les résidus de produits toxiques. Ces résidus non éliminés s’accumulent dans le liquide interstitiel dans lequel baignent les cellules. 

Plus on arrête les symptômes (avec des médicaments), plus les cellules baignent dans du poison et plus elles réclament ce poison (envies de pain, de pâtes, de viandes grillées, etc…).

« Je ne me suis jamais purgée et je ne m’en porte pas plus mal »

Tu as des douleurs aux articulations, à la colonne vertébrale, des calculs dans la vésicule biliaire ou des glandes qui fonctionnent moins bien ? Eh bien cela est dû aux cristaux d’acides déposés dans ces endroits qu’ils endommagent. 

Tu « attrapes » des rhumes, des sinusites, des bronchites, tu fais de l’asthme, de la fièvre, tu as une tumeur (ou même un cancer), tu es la proie d’angoisses, d’idées noires et de maladies et troubles pénibles et gênants ? Eh bien cela est dû aux mucosités et aux résidus colloïdaux qui provoquent des troubles non douloureux.

« Mais c’est normal que j’ai mal partout, je vieillis ! »

Vieillissement n’est pas synonyme d’usure, sauf dans nos sociétés occidentales où notre hygiène de vie, notre stress chronique, notre rapport aux autres et notre alimentation sont responsables de tous ces troubles « liés à l’âge ».

« Bon, alors comment faire ? »

Attention, les indications sont données pour un adulte en bonne santé générale, ayant suffisamment d’énergie vitale, pas pour un enfant et pas pour une personne âgée, mais elles sont à individualiser en fonction de nombreux facteurs. Une purge demande d’avoir énormément d’énergie, une personne en épuisement généralisé ne fera pas de purge sans une préparation plus ou moins longue et très individualisée lui permettant de retrouver de l’énergie vitale au risque de voir son état de santé beaucoup s’aggraver. Les purges ne sont pas à pratiquer de façon sauvage, elles ne sont pas adaptées à certaines personnes, à certains moments de leur vie, de façon répétée. L’ordre des purges et la façon de les administrer dépend aussi de l’état de santé de chacun.

Les purges se prennent à jeun le matin ou bien à la place du repas du soir, au moins 6 heures après la dernière prise alimentaire. Moi je les ai prises le soir à la place de mon seul repas de la journée, j’étais donc à jeun depuis 24 heures et ai pu ensuite bénéficier du repos de la nuit pour activer le travail de nettoyage.

Voilà comment j’ai procédé, cette façon de faire s’applique à mon cas, pas à tous les profils ni à tous les niveaux de santé, c’est uniquement pour te donner une idée :

Pour le chlorumagène et pour la magnésie San Pelegrino, j’ai mis deux bonnes cuillerées à soupe dans un verre d’eau et j’ai bu, ça n’a aucun goût. J’ai bu ensuite, 1 à 2 litres d’infusions, de Quinton ramené à l’isotonie additionné d’un citron pressé, de jus de légume lactofermenté maison (fermenté au Quinton) et de bouillon de légumes bien filtré. On peut aussi boire de l’hydrosol. En effet, les cristaux sont solubles dans l’eau. Les sels minéraux de ces breuvages aident au déclenchement de la purge.

Ensuite je n’ai rien mangé avant d’être allée à la selle et d’avoir terminé l’évacuation, ce qui peut prendre quelques heures, pour moi l’évacuation a commencé dans la nuit et s’est poursuivie au réveil le lendemain matin. Il peut s’écouler 10 heures avant le déclenchement de l’évacuation, cela dépend de l’état de ton système immunitaire et de ton état d’énergie. 

Ensuite il vaut mieux ne rien manger pendant 24 heures. A la rigueur, on peut manger une petite quantité de jus de légumes lacto-fermentés, de choucroute crue et de légumes lacto-fermentés si on a tendance à la constipation ou bien, après une purge au chlorumagène, un peu de fruits en les insalivant bien mais on risque une crise d’élimination, et après une purge à la magnésie San Pelegrino, du jus de légumes fraichement pressé.

L’évacuation ne signifie pas la fin de l’élimination qui prend au moins une journée.

Il est possible que ces purges salines n’aient pas sur toi d’effet laxatif, l’élimination se fera alors par les urines qui seront très chargées.

Mais si les reins sont calaminés par des viscosités, ce qui est mon cas, il est recommandé de commencer par une purge à l’huile de ricin afin que les reins soient capables d’éliminer les acides décrochés par les purges salines.

Pour la purge à l’huile de ricin, on peut mettre 3 à 5 cuillerées à soupe d’huile de ricin bio tiédie dans un demi verre de jus de pamplemousse ou d’ananas, puis de se rincer la bouche à l’eau chaude et de prendre 2 gouttes d’huile essentielle de menthe poivrée ou de citron ou autre. Je me suis purgée avec 4 cas d’huile de ricin, la dose nécessaire n’est pas fonction du poids, elle dépend d’autres facteurs comme l’état de santé de la personne. Il vaut mieux éviter d’utiliser le même jus de fruit deux fois d’affilée pour éviter l’ancrage, cad le réflexe qui nous fera détester ce jus par la suite même s’il ne contient pas d’huile de ricin, le mieux est de tourner sur une dizaine de jus différents. Il est préférable de choisir des jus qui émulsionnent facilement l’huile, comme les jus lactofermentés, le pamplemousse, l’ananas, le citron, l’orange ou bien des jus épais comme l’huile de ricin, nectar d’abricot, de poire, etc… Pour les mêmes raisons d’ancrage, il vaut mieux changer régulièrement d’huile essentielle alimentaire.

Il est préconisé de ne rien boire ni manger tant qu’on n’a pas tout éliminé par les selles car les viscosités ne sont pas solubles dans l’eau. Tu élimineras des selles glaireuses ou même seulement des glaires et tes urines risquent d’être chargées de glaires, cela te paraîtra peut être peu en terme de volume de glaires, mais ce sera efficace en terme de nettoyage. Ensuite il est préférable de boire le moins possible pendant 24 heures, on peut éventuellement manger un peu de fruits bien insalivés ou un peu de légumes lacto-fermentés.

Après la purge, il est vivement conseillé de faire un lavement maison ou une irrigation colonique chez un spécialiste afin d’éliminer les résidus restants.

Mon expérience : pour des raisons sociales, j’ai été amenée à manger le lendemain d’une purge et les jours suivants et cela s’est soldé par plus de 48 heures de chasses en continu jour et nuit ! Donc à déconseiller…

Attention, il ne faut pas abuser des purges ! Et elles doivent se faire après une descente alimentaire. Utilisées avec toutes les précaution nécessaires, elles peuvent être d’une grande aide et débloquer des situations difficiles.

Attention avec l’utilisation de l’huile de ricin, elle a été utilisée autrefois comme moyen de torture…

ATTENTION, de nombreux paramètres sont à changer pour retrouver durablement la santé ou ton poids de forme : adopter l’alimentation physiologique, la gestion du stress (voir : comment le stress actuel impacte notre santé et la composante psychique de toutes les maladies), une hygiène de vie optimale, des pratiques de santé quotidiennes (voir par exemple : les compresses d’huile de ricin) ainsi que des mesures de renforcement de l’organisme (voir par exemple : renforcement par le froid), le tout très individualisé en fonction de ton état de santé général et SURTOUT actualisé au jour le jour en fonction des réponses de ton organisme. 

Il est de ma responsabilité professionnelle de te prévenir qu’afin d’éviter certaines catastrophes (voir : ma transition), tu peux avoir besoin de te faire suivre par un coach de santé (ou coach de régénération) qui évaluera ton état de santé général en fonction de l’état de santé de tes systèmes immunitaire, nerveux, endocrinien, circulatoire, digestif, de ton poids rapporté à ta taille, de ton âge, de l’histoire de ta maladie, de ton histoire médicamenteuse, de ta génétique, et de nombreux autres facteurs. 

Tu peux également avoir besoin de te faire suivre par un psychologue pour venir à bout de ton stress. De plus les éliminations provoquées par ces changements d’alimentation et ces pratiques de santé, risquent de faire remonter des sentiments dépressifs pouvant aller jusqu’à des idées noires. Il est conseillé de se faire suivre par un psychologue, d’autant que de plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques consultations par an chez un psychologue. L’idéal serait que ce psychologue soit très au fait de ces pratiques de santé et du mode de vie physiologique.

Je suis psychologue clinicienne, hygiéniste, coach de santé et de régénération et propose notamment des consultations par SKYPE ou téléphone.

De plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques séances de psychologues, renseignes toi auprès de ta mutuelle, je peux envoyer des reçus.

Pour connaitre mon parcours, voir : Qui suis-je

Si tu souhaites davantage de renseignements, n’hésite pas à me contacter à l’adresse suivante : 

osersavie66@gmail.com

ou au 06 87 20 54 58

Miser sur la santé plutôt que sur la maladie et autres trucs « éco »

ATTENTION : avant de lire cet article, je t’invite à relire ma page d’accueil  en suivant le lien suivant :

ça va mieux en le disant

Pour garder ou retrouver notre santé physique et psychique ainsi que notre poids de forme de façon durable (voir : pourquoi on grossit et comment prendre du poids), il vaut mieux miser sur la santé plutôt que sur la maladie.

« Explique, je ne comprends pas »

Le système de « santé » français est entièrement organisé autour de la maladie et non de la santé. La médecine s’applique à faire taire les symptômes (quitte à enfouir le mal au plus profond de notre être) afin de permettre le retour au travail des individus « malades » (voir : les maladies n’existent pas), pour ne pas entraver la productivité qui ferait baisser la sacro-sainte croissance économique,  cette façon de faire est une véritable bombe à retardement.

« Comment ça ? »

La « maladie » continue d’évoluer à bas bruit, et plus on fait taire le symptôme, plus on empêche l’auto-réparation du corps, plus la gravité des troubles augmente, jusqu’à éclore, le jour où ils ne pourront plus être contenus, en ce que nous nommons une maladie chronique handicapante et/ou mortelle, cad incurable par la médecine classique.

C’est comme si pour éviter de s’arrêter à la pompe à essence alors qu’il pleut et qu’il y a du vent, tu mettais un cache sur le voyant de ta voiture qui clignote, ça ne t’empêcherait pas de tomber en panne d’essence quelques kilomètres plus loin, alors que si, bravant la pluie et le vent, tu avais fait le plein quand ton voyant clignotait, tu évitais la panne !

Nous ne sommes rentables pour le système ni morts, ni en bonne santé, mais atteints de maladies chroniques (qui ne guérissent jamais), si possible handicapantes (et si possible sans être reconnues comme telles et être « indemnisées » par une allocation). As-tu remarqué que les boutiques de matériel médical (fauteuils roulants à vendre ou à louer, etc…) poussent comme des champignons dans les villes ? J’ai même vu des boutiques spécialisées dans le cancer qui font des perruques sur mesure d’a^près anciennes photos, des soutiens gorges avec faux sein dedans à la dimension exacte de ton sein restant, etc…

Nous payons très cher des mutuelles de santé qui nous garantissent de pouvoir nous « soigner » en cas de maladie avec des médicaments qui nous abîmeront le foie ou les reins ou un autre organe. Ne serait-il pas plus judicieux de dépenser notre argent en soins préventifs visant à renforcer notre terrain afin d’éviter de « tomber malade » ?

« Mais c’est très risqué ! »

C’est le choix que j’ai fait.

Depuis mon divorce, j’avais souscrit une mutuelle santé qui me coûtait près de 150 euros par mois, et depuis ce temps là, je n’ai jamais eu besoin de consulter un médecin ni d’acheter de médicaments, ni de lunettes ni de me faire couronner des dents. J’ai fait mon calcul, en trois mois de cotisations je payais une couronne dentaire en céramique, en 6 mois une paire de lunettes progressives, verres et montures.

« Ne me dis pas que tu n’as plus de mutuelle santé ???!!! »

J’y ai pensé figure toi, puisqu’il me serait revenu moins cher de payer si besoin et qd j’en aurais besoin ce genre de soins onéreux. Mais je n’ai pas osé sauter le pas de ne plus avoir aucune mutuelle santé (toujours ce fameux besoin de sécurité qui nous anime tous…), alors j’ai trouvé une mutuelle santé qui ne me garantit qu’en cas d’hospitalisation.

« Oui, on n’est pas à l’abri d’un accident. »

 C’est ce que je me suis dit, bien que je sache que les accidents n’existent pas.

Cette mutuelle me revient à 20 euros par mois alors que je vais sur mes 58 ans ! L’économie réalisée sur ma mutuelle santé me donne la possibilité en cas de besoin d’acheter des plantes médicinales de bonne qualité bio ou mieux sauvages (elles contiennent bcp plus de substances actives) plutôt que des plantes de pharmacie ou pire des médicaments, remboursés par la sécu toxiques pour le foie ou les reins. J’ai aussi eu la possibilité lors d’un soucis de santé récent d’acheter  de l’eau de quinton, des coco fraiches et surtout de continuer de manger des produits bios de qualité. Ainsi mon budget santé et mon budget alimentation sont confondus. Hippocrate disait : « que ton aliment soit ton médicament ».

« Mais alors tu t’auto médique ? Tu sais que c’est très dangereux ! »

Tout d’abord, je te rappelle que je suis formée pour, je suis hygiéniste, auparavant, j’ai été chirurgien dentiste, ensuite je consulte des aides comme par exemple les livres de Michel Dogna : Prenez en main votre santé. Enfin je suis en possession d’outils de surveillance de santé qui me permettent de toujours savoir où j’en suis question santé.

« Tu as bien un médecin traitant, c’est obligatoire. »

Non, je n’ai pas de médecin traitant et n’en aurais besoin que si je dois avoir recours à la médecine allopathique, alors pour le moment je m’en passe très bien.

« Donc tu te soignes avec des plantes ? »

Ca peut arriver, mais au vu de mes finances actuelles, surtt les plantes de mon balcon et les épices que je n’utilise plus depuis que je ne cuis ni ne transforme mes aliments (voir : l’instincto thérapie), mais j’ai en priorité recours à des pratiques de soin gratuites comme le jeûne (voir aussi ttes les vidéos du journal d’un jeûne) qui est le meilleur remède pour tout et qui en plus fait économiser de l’argent, ou d’autres pratiques de santé très peu onéreuses comme les bains dérivatifs, les bains de pieds alcalins, les bains hyperthermiques, argile verte en interne et en externe, huile de ricin en externe, (voir : comment guérir…), etc… Un prochain article sera consacré à ces pratiques de santé très peu onéreuses.

« Le jour où tu auras besoin de te refaire des dents ou des lunettes, tu vas douiller ! »

Oui, je suis myope, astygmate et à présent presbyte, mais je pratique toute seule une ré-éducation pour ma myopie et pour ma presbytie (j’en parlerai dans un prochain article) qui me permettent de ne porter mes lunettes progressives que pour conduire ma voiture, cad très rarement puisque je fais tout à pieds ou à vélo.

En fait je n’ai besoin que de la correction de la myopie pour conduire et à mon âge, la myopie n’évolue plus guère. Mais le jour où j’aurais besoin de refaire des lunettes, si ce jour arrive, je ferais pratiquer la seule correction de la myopie (qui ne revient pas cher) et je ferais monter mes verres sur une de mes anciennes montures qui sont toutes en parfait état et peuvent encore faire de l’usage surtt sachant que je ne les porte que pour conduire. C’est économique et écologique.

Et comme je passe bcp de temps sur mon ordinateur, j’ai à présent une paire de lunettes jaunes anti-lumière bleue, c’est un investissement santé minime (30 euros une fois pour toutes) que je préfère à une mutuelle santé à payer tous les mois.

Pour ce qui est des dents, je te rappelle que j’ai été chirurgien dentiste, j’en ai gardé une hygiène dentaire irréprochable (voir : le brossage de la peau, des cheveux et des dents et routine de soins...), de plus mon régime alimentaire me protège (voir : comment éviter les caries naturellement). Mais ayant déjà des reconstitutions en bouche, je peux avoir besoin à un moment ou à un autre de faire refaire une dent, je mise sur le fait que ce sera suffisamment rare pour que j’aie les moyens de le faire à ce moment précis. Ne t’inquiètes pas, je ne finirai pas « sans dents ».

Comme pour l’alimentation, pour la santé, on tente pour la santé de faire de nous des consommateurs (à venir un article qui expliquera comment on tente de faire de nous des CONSommateurs).

« Tu parles dans le titre d’autres trucs éco, ça signifie économique ou écologique ? »

Les deux ! Comme pour mes économies en matière de soins de santé ! Souvent les deux vont de pair, on est gagnant sur tous les plans…

Dans ma maison, que j’ai été obligée de quitter, j’avais placé des toilettes sèches (voir : les toilettes sèches) très écologiques. A présent, je vis en appartement et ai retrouvé des toilettes à eau. Tirer la chasse d’eau est une aberration écologique à double titre, on gaspille de l’eau « potable » (voir : quelle eau boire) pour chasser et on envoie nos excréments et notre urine dans l’eau qu’il faudra ensuite assainir ! Alors, j’ai disposé une bassine dans mon évier et un seau au pied de l’évier et une bassine dans mon lavabo et un seau dans ma baignoire. Je transvase dans les seaux l’eau de la vaisselle, celle que je fais couler avant d’avoir la bonne température pour remplir la bouillotte que je mets le soir sur ma compresse d’huile de ricin (voir : comment guérir…), l’eau du lavage de mon linge ou de mes mains, etc… Chaque seau plein me permet de faire une chasse d’eau dans mes toilettes, je ne tire presque plus jamais la chasse d’eau dite potable.

Dans le même esprit, j’arrose mes plantes avec l’eau de rinçage de ma bouteille de jus frais de légumes maison qui est une eau pleine de minéraux qui nourrissent la terre de mes plantes. « Rien ne se perd, rien ne se gagne, tout se transforme » a dit Lavoisier, c’est comme ça dans la nature et ça devrait l’être dans tous les domaines de la vie.

Concernant l’électricité, l’alimentation physiologique et les périodes de jeûne, permettent de grandes économies, du fait qu’on ne cuit rien, elle permet aussi d’avoir une transpiration sans odeur, donc on fait tourner moins souvent le lave linge, ce qui permet de faire des économie d’énergie.

J’ai placé sous ma couette un drap plat et je borde ma couette (glissée dans sa housse de couette), ce qui me permet de laver beaucoup moins souvent ma housse de couette qui prend bcp de place dans le lave linge. Je lave régulièrement le drap housse, le drap plat ainsi que les taies d’oreiller, je me lave le soir afin de toujours rentrer propre dans mon lit, ce qui permet de changer les draps moins souvent et le lave linge tourne moins souvent encore.

Je ne vis ni à l’heure d’été, ni à celle d’hiver (qui sont des aberrations !), mais au rythme du soleil, je me lève avec le soleil et me couche avec lui, en plus d’être un rythme excellent pour la santé, cela me permet de ne pratiquement pas éclairer chez moi (en dehors des pièces aveugles (entrée, salle de bains, toilettes, dressing).

Pour économiser l’électricité, je ne passe jamais l’aspirateur chez moi, mais le balai et la brosse à tapis. Je n’utilise comme produit ménagers que des produits bruts ou de ma fabrication (voir : comment entretenir sa maison) et ne mets aussi sur ma peau au quotidien que des produits bruts (voir : quoi mettre sur sa peau). Ce qui en plus d’être excellent pour la santé humaine et de la planète, est encore un grand facteur d’économie.

Je fais autant que possible mon seul repas de la journée entre 15 heures et 17 heures (heures creuses pour la facture d’électricité), ce qui me permet de faire fonctionner mes appareils électriques (juicer, mini blender, bouilloire) et de tirer de l’eau chaude pour la vaisselle tt cela à moindre frais. Cette mesure n’est pas écologique mais seulement économique.

Je ne chauffe pas chez moi (j’ai posé des rideaux épais sur les fenêtres pour isoler un peu plus et gagner un à deux degrés dans les pièces), mais me couvre bien. Je pense aussi poser un rideau devant la porte d’entrée dans le même but, l’air qui vient du pallier est froid.

« Tu vas tomber malade ! »

Non, au contraire, je renforce mon terrain par la loi de l’hormèse (Voir : les lois du vivant).

« La loi de l’hormèse ? »

Oui, elle postule que tout organisme se renforce s’il est exposé à un stress intense mais bref ne dépassant pas sa capacité adaptative du moment et suivi d’une période de repos suffisante. C’est le fameux : « tout ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort » de Nietzsche.

Chez moi il fait froid, mais je me couvre bien et lorsque je me déshabille pour me brosser le corps, me laver ou dormir, je m’expose brièvement au froid (stress), il fait environ 12 degrés chez moi en ce moment alors qu’on n’est pas encore au plus fort de l’hiver à l’heure où j’écris ces lignes. Toutes ces économie d’énergie ne sont pas négligeables.

« Ca doit à peine compenser tes dépenses en alimentation biologique ! »

Relis mon article : la bio c’est pas cher, je ne dépense probablement pas plus que ceux qui ne mangent pas bio.

Habituellement, j’achète mes fruits et légumes bios au marché bio à des petits producteurs bios et locaux et le reste (aliments exotiques comme la racine de gingembre ou de curcuma, l’épicerie, l’argile, le miel, l’huile, le savon, ou certains fruits et légumes qui sont moins chers en biocoop, etc…) en biocoop. Par périodes, je jeûne un jour par semaine ou, à d’autres périodes, un jour sur deux, ce qui est excellent pour la santé et pour les finances, mais je ne le fais pas trop souvent parce que je suis déjà très mince (44 kg pour 1m60), mais si tu as quelques kilos de marge, tu peux tirer grand avantage de ces pratiques.

A ma biocoop je trouve des « pommes de transformation » cad des pommes qui n’ont pas une belle apparence, mais qui sont très bonnes bcp moins chères (autour de 1,50 euros le kilo), elles sont parfaites pour mettre dans mes jus de légumes. De la même manière lorsque les bananes sont bien mûres avec bcp de taches noires, comme je les aime, elles sont bradées dans ma biocoop sous l(‘appellation : bananes deuxième choix. Une autre boutique bio proche de chez moi propose à 1,20 euros le kilo tous les légumes et fruits un peu défraichis, sous l’appellation : « fin de marché ».

Depuis quelques temps je fréquente davantage ma biocoop et moins le marché, du coup je leur demande de temps en temps s’ils ont des fanes à me donner (feuille du chou fleur, fanes de radis ou de carottes, ou légumes un peu trop moches pour être vendus), ça me fait des jus de légumes gratuits.

ATTENTION, de nombreux paramètres sont à changer pour retrouver durablement la santé ou ton poids de forme : adopter l’alimentation physiologique, la gestion du stress (voir : comment le stress actuel impacte notre santé et la composante psychique de toutes les maladies), une hygiène de vie optimale, des pratiques de santé quotidiennes (voir par exemple : les compresses d’huile de ricin) ainsi que des mesures de renforcement de l’organisme (voir par exemple : renforcement par le froid), le tout très individualisé en fonction de ton état de santé général et SURTOUT actualisé au jour le jour en fonction des réponses de ton organisme. 

Il est de ma responsabilité professionnelle de te prévenir qu’afin d’éviter certaines catastrophes (voir : ma transition), tu peux avoir besoin de te faire suivre par un coach de santé (ou coach de régénération) qui évaluera ton état de santé général en fonction de l’état de santé de tes systèmes immunitaire, nerveux, endocrinien, circulatoire, digestif, de ton poids rapporté à ta taille, de ton âge, de l’histoire de ta maladie, de ton histoire médicamenteuse, de ta génétique, et de nombreux autres facteurs. 

Tu peux également avoir besoin de te faire suivre par un psychologue pour venir à bout de ton stress. De plus les éliminations provoquées par ces changements d’alimentation et ces pratiques de santé, risquent de faire remonter des sentiments dépressifs pouvant aller jusqu’à des idées noires. Il est conseillé de se faire suivre par un psychologue, d’autant que de plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques consultations par an chez un psychologue. L’idéal serait que ce psychologue soit très au fait de ces pratiques de santé et du mode de vie physiologique.

Je suis psychologue clinicienne, hygiéniste, coach de santé et de régénération et propose notamment des consultations par SKYPE ou téléphone.

De plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques séances de psychologues, renseignes toi auprès de ta mutuelle, je peux envoyer des reçus.

Pour connaitre mon parcours, voir : Qui suis-je

Si tu souhaites davantage de renseignements, n’hésite pas à me contacter à l’adresse suivante : 

osersavie66@gmail.com

ou au 06 87 20 54 58