Le jeûne

ATTENTION : avant de lire cet article, je t’invite à relire ma page d’accueil  en suivant le lien suivant :

ça va mieux en le disant

« Si on jeûne on perd ses forces, on n’a pas d’énergie ! »

C’est un préjugé, la digestion nécessite une grande dépense d’énergie, tu ne ressens pas un coup de barre ou un état de somnolence après un repas un peu copieux ? D’ailleurs pour retrouver un peu d’énergie, tu bois un café ! Si tu ne manges pas, tu gardes tes forces et ton énergie pour autre chose que la digestion. Moi, lorsque je mange cuit (si je suis invitée, ou bien au restau), je ressens le besoin de prendre un café alors que je n’en bois jamais quand je mange physio.

« Peut-être, mais il n’est pas naturel de jeûner »

Tu crois ? Tous les animaux sauvages jeûnent spontanément des jours ou des semaines dans certaines circonstances : lorsqu’ils n’ont pas faim, lorsqu’ils hibernent, lorsqu’ils sont blessés ou malades, etc, ils jeûnent jusqu’à ce que la faim revienne. Le lion peut boire à la même source que l’antilope sans danger pour elle s’il n’a pas faim. C’est l’homme qui a un comportement non naturel (moi la première !) en mangeant sans faim tous les jours, trois fois par jour, ou même davantage, en buvant ou grignotant à chaque occasion, dès qu’il voit de la nourriture ou sous prétexte de convivialité. L’homme a perdu ses sensations de faim et de satiété (voir : les sensations de faim et de satiété). L’idéal pour moi serait de ré-inventer la convivialité en dehors des repas, se réunir avec plaisir pour débattre de sujets qui nous tiennent à coeur ou pour jouer à des jeux en groupe ou pour réparer, fabriquer ou construire quelque chose ensemble (maisons écologiques en autoconstruction par exemple), ou pour etc… La seule limite est notre imagination.

« De toutes façons, je ne vois pas l’intérêt de jeûner »

Jeûner permet de reposer le système digestif, qui avec nos mode de vie moderne occidentaux, ne se repose quasiment jamais. Le système digestif est actif pendant 6 heures après chaque prise alimentaire, cad en non stop qd on grignote tte la journée ou même en l’absence de grignotage, si on n’espace pas suffisamment les repas.

Lorsque le système digestif est au repos, l’organisme passe du mode digestion au mode nettoyage, cad détoxination, cela à condition que l’énergie qui était consacrée à la digestion ne soit pas canalisée par une autre activité comme la randonnée (par exemple, dans les stages « jeûne et randonnée ») ou même une activité intellectuelle intense. Le jeûne dit thérapeutique se pratique au repos complet physique, mental et même sensoriel.

Jeûner régulièrement t’aidera (en plus d’un mode de vie physiologique) à ne pas développer de maladie chronique handicapante physique ou psychique et à rester à ton poids de forme comme la plupart des occidentaux à partir de cinquante ans.

« Moi je préfère les jeûnes aux jus de légumes »

Il ne s’agit pas de jeûnes, mais de cures de jus de légumes qui ne sont pas aussi détoxifiantes que le jeûne, mais ont de nombreuses vertus santé.

Lors d’un jeûne on doit s’abstenir de tout aliment solide ou liquide, c’est à dire qu’un jeûne peut-être sec ou à l’eau uniquement, ni tisane ni jus (cela déclencherait le mode digestion, même à minima) ni rien et encore moins du solide bien sûr.

« Chaque fois que j’ai essayé de jeûner, j’ai eu envie de vomir et mal à la tête »

C’est parce que tu ne fais aucune préparation à ton jeûne, si tu fais une descente alimentaire, tu n’auras aucun symptôme désagréable.

Les symptômes qui se manifestent durant le jeûne sont dus à la remise en circulation des toxines dans le sang (elles étaient piégées dans la graisse, dans des kystes ou autres formations pathologiques) en quantité telle que les émonctoires (voir les émonctoires) ont du mal à les éliminer suffisamment rapidement. Si tu as suffisamment allégé ton régime alimentaire et pendant suffisamment longtemps avant le jeûne, il y aura moins de toxines à éliminer d’un coup et les émonctoires seront moins débordés, donc les toxines ne séjourneront pas dans le sang et n’auront pas le temps de provoquer des malaises.

On peut aussi voir durant le jeûne la réapparition de symptômes anciens de façon atténuée et très passagère qui témoigne que le corps s’attaque à la guérison complète de l’affection dont témoigne ce symptôme, ce sont des crises de guérison (voir : rechute ou détox).

Le bain dérivatif peut aider à limiter les symptômes (voir : comment régénérer ses intestins).

« Une descente alimentaire ? »

Oui, elle devra être la plus individualisée possible en fonction de ton état de santé, mais voici une descente alimentaire type : le premier jour tu enlève de tes repas tout ce qui est viande ou poisson, le jour suivant tu enlèves aussi le gluten et les laitages, le troisième jour les céréales et les légumineuses, le quatrième jour le cuit, etc, jusqu’à n’avoir des repas qui ne sont plus composés que de fruits et légumes crus, cad des repas très faciles et rapides à digérer, tu peux finir ta descente par une journée aux jus de légumes et ensuite tu peux passer au jeûne à l’eau ou au jeûne sec. Tu peux faire ta descente alimentaire plus rapidement en ôtant viande et céréales le premier jour puis gluten, laitages et cuit le second jour. Les crudivores (voir : l’alimentation physiologique) n’ont pas besoin de préparation au jeûne, sauf en cas de gros écarts prolongés dans le temps.

« Mais toi qui manges cru et qui es si mince, tu n’as pas peur de maigrir davantage avec un jeûne ? »

On ne maigrit que le temps du jeûne, on reprend rapidement le poids perdu en reprenant son régime habituel, mais un des effets du jeûne est de nettoyer les intestins (voir comment régénérer ses intestins ?) et après un jeûne, on assimile beaucoup mieux de ce qu’on mange, moi qui avais beaucoup de difficultés à prendre du poids, après quelques jeûnes courts, je profite beaucoup mieux de ce que je mange, j’ai besoin de moins de nourriture pour maintenir mon poids. J’ai accru ma capacité d’assimilation. Je dépense moins en alimentation, ce qui est appréciable en ce moment où mon budget est très serré.

Attention, lorsque je ne mange pas physiologique, je tombe, moi aussi, comme tt le monde, dans le travers « boulimique » des normo-mangeurs, cad que mon organisme me pousse à la consommation tant qu’il n’a pas son comptant de micro-nutriments (absents de l’alimentation occidentale moderne) et je ne peux m’arrêter de manger que lorsque mon estomac est (trop) distendu.

« Si ton budget est serré, arrête d’acheter du bio ! »

Relis mon article la bio c’est pas cher, et si mon budget devait être encore plus serré, je continuerai de ne manger que du bio (chez moi au moins), mais en faisant des pauses, un jour de jeûne par semaine, par exemple le lundi (je l’ai déjà expérimenté pendant quelques semaines, mais ça peut se faire aussi longtemps qu’on le souhaite) ou simplement manger un jour sur deux (ça aussi j’ai déjà expérimenté et ça peut se faire aussi de façon prolongée), ou une semaine de jeûne par mois. En ne mangeant que de bons aliments bios, bruts et frais, ça nourrirait correctement mon corps et ces pauses l’aideraient à se maintenir en bonne santé de surcroît. Le seul problème avec ces solution, c’est qu’on fait « maigre », mais nous sommes habitués à des corps beaucoup trop gros.

J’économise plutôt sur ma mutuelle santé puisque je n’ai jamais recours au médecin (Voir : miser sur la santé…).

De plus, acheter bio est pour moi davantage que préserver ma santé, c’est encourager l’agriculture biologique et ne surtout pas apporter un sou à l’agriculture conventionnelle. Comme disait Coluche : « on a un bulletin de vote trois fois par jour dans notre assiette », il disait aussi : « et dire qu’il suffirait qu’on n’achète pas pour que ça ne se vende pas ! ». Quelle sagesse !

« OK, admettons, mais pour mon premier jeûne, comment faire ? »

Le mieux est d’y aller très progressivement, de commencer par un jeûne intermittent ou séquentiel, cad que tu pourrais sauter le petit déjeuner pendant quelques jours pour permettre à l’organisme de prolonger le jeûne de la nuit.

Puis lors d’un jeûne intermittent suivant, tu pourrais sauter en plus du petit déjeuner, le déjeuner pour ne manger qu’au dîner, cela aussi pdt qq jours. Ne mangeant que sur une plage de quatre ou cinq heures dans la journée, laissant le temps à l’organisme après les six heures de digestion, de passer en mode détoxination pour le restant de la nuit et de la journée suivante.

Après ces deux expériences, tu pourras essayer un jeûne court de deux, trois ou quatre jours, jusqu’à une semaine, sans nourriture et/ou sans eau (voir mes vidéos quotidiennes : journal d’un jeûne). Si besoin tu pourras te faire suivre par un professionnel le temps de ton jeûne.

Lorsque tu auras fait de nombreux jeûnes courts, tu pourras tenter un jeûne long (10 jours ou 2 ou 3 semaines par exemple, selon ton ressenti), mais le jeûne long fera l’objet d’un prochain article.

Le jeûne est le meilleur des remèdes notamment pour les intestins qui sont enfin mis au repos et peuvent commencer à se régénérer. Il ne faut bien sûr pas commencer par un jeûne de deux ou trois semaines, le jeûne intermittent est très bien pour s’acheminer vers des jeûnes plus longs et comme pratique de santé quotidienne. J’ai vu de nombreux bénéfices sur mes intestins depuis que je pratique le jeûne intermittent de 20 heures par jour (je ne mange que sur une plage de 4 heures sur 24). J’ai aussi pratiqué le jeûne un jour par semaine. Il peut-être intéressant de se faire suivre si on a peur de brûler les étapes, mais le but est de pratiquer à terme des jeûnes d’une semaine ou davantage.

« Pourquoi manger uniquement le soir ? Je croyais que le dîner devait être le repas le plus léger pour éviter de grossir ! »

Non, justement, dans le cadre d’une alimentation physiologique, ça ne te fera pas grossir de manger le soir, de plus, la digestion consomme de l’énergie, si tu manges avant d’aller dormir, tu digèreras pendant ton sommeil et gardera tte ton énergie dans la journée.

« Tu parles de jeûne sec, le jeûne à l’eau admettons, mais le jeûne sec, ça me semble dangereux ! »

Non, le jeûne sec n’est pas dangereux tant que tes urines ne sont pas rouge foncé et/ou que tes lèvres ne collent pas à tes gencives et/ou que tu n’as pas des douleurs aux reins. Auquel cas tu peux boire un petit peu d’eau (une gorgée, pas une bouteille !). Si tu as seulement la bouche très sèche, tu peux te contenter de prendre de l’eau dans ta bouche et de la recracher, si ça ne te soulage pas, alors il faut boire un peu d’eau.

De plus le jeûne sec présente de nombreux avantages :

-le jeûne sec est plus facile à mener que le jeûne à l’eau parce que lorsque tu bois de l’eau sans apporter des nutriments à l’organisme, le sang risque d’être dilué, alors afin de maintenir l’isotonie du sang, l’organisme va puiser les minéraux nécessaires dans les cellules de telle sorte que tu te trouves en manque de certains minéraux, ce qui peut provoquer une sensation de faim ou même des malaises.

-le jeûne sec met aussi les reins au repos, ce qui est bénéfique lorsqu’on a les reins surchargés (on ignore souvent que les douleurs lombaires sont le plus fréquemment signe d’une surcharge des reins). L’excès de viande ou de laitages, ou de céréales et légumineuses, notamment, surcharge les reins.

-un jour de jeûne sec équivaut à trois jours de jeûne à l’eau en termes d’efficacité thérapeutique parce qu’il oblige l’organisme à aller chercher l’eau stockée dans les tissus.

-lors d’un jeûne sec on a moins faim, pas de sensation de frilosité non plus.

-on a aussi une sortie de jeûne plus facile après un jeûne sec qu’après un jeûne à l’eau.

Attention, un lavement pratiqué pendant le jeûne sec le transforme en jeûne à l’eau !

« Mais si on prive l’organisme d’eau pendant trois jours, on meurt ! »

C’est une idée reçue, ne pas boire ne prive pas l’organisme d’eau, lors d’un jeûne sec, l’organisme va chercher l’eau dont il a besoin directement dans les tissus et il n’a aucun effort à fournir pour rendre cette eau compatible avec le corps parce que l’eau des tissus est de l’eau métabolique, cad prête à être utilisée par les tissus et les cellules.

De plus lorsque tu jeûnes, tu brûles de la graisse, cette réaction chimique produit de l’eau métabolique.

D’ailleurs tout au long d’un jeûne sec on urine, en faible quantité, soit, mais on urine tout de même.

Par contre, il est fréquent de n’avoir aucune selle pendant toute la durée du jeûne.

« Mais toi qui es si maigre, tu n’as pas de graisse à brûler ! »

Détrompe-toi, j’ai de la graisse, même si je suis mince, mais bien sûr, moins qu’une personne en surpoids.

« Combien de temps doit durer un jeûne pour être efficace ? »

Concernant le jeûne, sa durée, mais aussi sa conduite, le plus important est d’être à l’écoute de tes ressentis, toi seule a la réponse à ces questions. Tant que tu ne présentes pas de troubles du rythme cardiaque répétés, il n’y a pas de danger. Un peu de fatigue les premiers jours est normal.

« Mais après 2 ou 3 jours de jeûne on doit avoir envie de se jeter sur la nourriture ! »

Pas du tt, d’ailleurs il est préférable de commencer ton repas de rupture de jeûne (surtt après 4 ou 5 jours de jeûne) par un jus de légume pour bien réhydrater l’organisme puis de manger un premier repas cru de fruits et légumes, lors des repas suivants tu pourras réintroduire les autres aliments.

Je propose des encadrements de jeûne à domicile.

ATTENTION, de nombreux paramètres sont à changer pour retrouver durablement la santé ou ton poids de forme : adopter l’alimentation physiologique, la gestion du stress (voir : comment le stress actuel impacte notre santé et la composante psychique de toutes les maladies), une hygiène de vie optimale, des pratiques de santé quotidiennes (voir par exemple : les compresses d’huile de ricin) ainsi que des mesures de renforcement de l’organisme (voir par exemple : renforcement par le froid), le tout très individualisé en fonction de ton état de santé général et SURTOUT actualisé au jour le jour en fonction des réponses de ton organisme. 

Il est de ma responsabilité professionnelle de te prévenir qu’afin d’éviter certaines catastrophes (voir : ma transition), tu peux avoir besoin de te faire suivre par un coach de santé (ou coach de régénération) qui évaluera ton état de santé général en fonction de l’état de santé de tes systèmes immunitaire, nerveux, endocrinien, circulatoire, digestif, de ton poids rapporté à ta taille, de ton âge, de l’histoire de ta maladie, de ton histoire médicamenteuse, de ta génétique, et de nombreux autres facteurs. 

Tu peux également avoir besoin de te faire suivre par un psychologue pour venir à bout de ton stress. De plus les éliminations provoquées par ces changements d’alimentation et ces pratiques de santé, risquent de faire remonter des sentiments dépressifs pouvant aller jusqu’à des idées noires. Il est conseillé de se faire suivre par un psychologue, d’autant que de plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques consultations par an chez un psychologue. L’idéal serait que ce psychologue soit très au fait de ces pratiques de santé et du mode de vie physiologique.

Je suis psychologue clinicienne, hygiéniste, coach de santé et de régénération et propose notamment des consultations par SKYPE ou téléphone.

De plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques séances de psychologues, renseignes toi auprès de ta mutuelle, je peux envoyer des reçus.

Pour connaitre mon parcours, voir : Qui suis-je

Si tu souhaites davantage de renseignements, n’hésite pas à me contacter à l’adresse suivante : 

osersavie66@gmail.com

ou au 06 87 20 54 58

40 réflexions sur « Le jeûne »

  1. Excellent résumé de ce mystérieux phénomène du jeûne pour les néophytes 😉

    Encore merci Sophie pour ton temps consacré à tous ces écrits pour aider et guider tout simplement les gens, à trouver la voie de la santé et de l’autonomie 😉

    Bonne fin de journée ! 🙂

    Amitiés, Michel

    J'aime

    1. Merci pour ton commentaire, Michel, oui cet article est un tout premier article sur le jeûne pour les néophytes, d’autres suivront plus approfondis, notamment sur le jeûne long qui est un peu plus délicat.

      Très heureuse que ça t’intéresse, aider ceux qui s’engagent sur la voie de la santé naturelle à y voir un peu plus clair est ma passion après avoir moi-même erré assez longtemps dans le dédale des recommandations de tt poil en matière d’alimentation.

      Bonne journée,
      Amicalement,
      Sophie

      Aimé par 1 personne

      1. Plaisir partagé Sophie, et vivement la suite de tes passionnants écrits pour se ré-énergiser en revoyant et relisant autrement, même pour nous, certains autodidactes passionnés d’hygiénisme depuis longtemps et qui s’émerveillent continuellement devant ceux-ci et en nous motivant constamment dans la régénération 😉

        J'aime

  2. Bonjour,

    Cet article est très instructif et m’apporté des explications que j’ignorais sur ses bénéfices. Je le pratique très souvent, j’applique également le jeûne intermittent.
    Je voulais savoir si le reste du temps il fallait un apport calorique contrôlé afin de ne pas trop stimuler la fonction digestive ?

    J'aime

    1. Bonjour Claire, la remontée alimentaire devra être d’autant plus progressive que tu auras pratiqué un jeûne long, on compte environ un jour de remontée par jour de jeûne. Il ne s’agit pas là de calories, mais de retarder la réintroduction des « poisons majeurs ». L’idéal, bien sûr, étant d’adopter une alimentation physiologique à vie (voir l’article de ce blog intitulé l’alimentation physiologique).

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s