Les émonctoires

ATTENTION : avant de lire cet article, je t’invite à relire ma page d’accueil  en suivant le lien suivant :

ça va mieux en le disant

Les émonctoires sont les portes de sortie de l’organisme. Les émonctoires principaux sont : les intestins, les reins, les poumons et la peau, le foie aussi, même s’il n’a pas de porte de sortie, il effectue une grande part du travail préparatoire à l’élimination. Les émonctoires secondaires sont tous les autres orifices de l’organisme : le nez, la bouche, les oreilles, les yeux, les glandes mammaires et l’utérus chez la femme.

« Quel intérêt les émonctoires ? Tu es la seule à en parler, mon médecin ne m’en a jamais parlé. »

Les médecins sont formés à faire disparaître les symptômes des maladies, pas à maintenir la santé. Comme je te le disais dans un précédent article, ce qui sort du corps est plus important que ce qui y entre (voir : comment vas-tu). En effet, dans nos contrées, on est malade physiquement et psychiquement (maladies chroniques handicapantes), on est en sur ou sous poids et on meure plus souvent et plus rapidement du fait d’une accumulation de déchets dans l’organisme que de sous nutrition ou même de malnutrition, c’est pourquoi il est important de s’intéresser aux portes de sortie de l’organisme, à leur fonctionnement et dysfonctionnement.

Le fonctionnement de l’organisme produit des déchets, chacune de nos cellules se renouvelle en permanence. La digestion, la respiration et toutes nos grandes fonctions produisent des déchets. Nos émonctoires doivent éliminer tous ces déchets.

La circulation lymphatique permet d’acheminer les déchets vers les portes de sortie de l’organisme. Tout un réseau lymphatique (dont on ne parle jamais) circule parallèlement au réseau sanguin. Sur le trajet des vaisseaux lymphatiques se trouvent des ganglions lymphatiques qui sont des stations d’épurations où les bactéries et autres microorganismes digèrent les déchets ou les transforment en éléments moins corrosifs (moins acides, au pH plus élevé, voir : aliments acidifiants ou alcalinisants) pour faciliter leur élimination.

C’est pourquoi il est aberrant d’ôter les ganglions lymphatiques que sont les amygdales, les « végétations », l’appendice, etc… dès qu’ils sont enflammés (appendicite = inflammation de l’appendice). L’inflammation d’un ganglion lymphatique témoigne d’une surcharge de travail à son niveau, donc d’un excès de déchets. Une fois le ganglion ôté, ce sont les ganglions adjacents qui devront se répartir la charge de travail qu’assurait ce ganglion dorénavant manquant, il y aura donc d’autant plus facilement surcharge de travail ! Lorsqu’un ganglion est enflammé, la seule chose à faire est d’alléger le travail d’élimination des déchets en faisant en sorte de produire moins de déchets et le meilleur moyen est d’alléger son alimentation (voir : l’alimentation physiologique), voire de jeûner (voir : le jeûne).

Une fois traités dans les ganglions lymphatiques les déchets sont acheminés par voie lymphatique vers les émonctoires. Considérons ces émonctoires les uns après les autres :

Les intestins sont une voie importante d’élimination des déchets, notamment de la digestion, les déchets sont éliminés dans les selles.

Les reins filtrent le sang, et en éliminent les déchets dans l’urine. En cas de surcharge le sang ne peut être épuré normalement, les déchets vont alors s’accumuler dans les tissus organiques.

La peau  élimine la sueur par les glandes sudoripares et le sébum par les glandes sébacées. L’émonctoire cutané est très étendu ce qui permet l’élimination d’une masse importante de toxines. D’où l’importance que la transpiration se fasse correctement.

Les voies respiratoires éliminent principalement les déchets gazeux (gaz carbonique par exemple) qui résultent des combustions organiques. D’où l’importance de l’exercice physique en extérieur dans un air le moins pollué possible. En effet, l’amplitude respiratoire est augmentée pendant l’effort, l’expiration est plus importante, mais l’inspiration aussi et il vaut mieux éviter d’inspirer à fond une grande quantité d’air pollué.

Le foie neutralise les substances toxiques contenues dans le sang, filtre le sang de ses déchets pour les éliminer.

Chaque fois qu’un émonctoire ne travaille pas suffisamment, des toxines s’accumulent dans l’organisme et l’empêchent de se nettoyer correctement, c’est pourquoi il peut être nécessaire de soutenir les émonctoires, surtout si on commence à détoxiner en allégeant son régime alimentaire, ce qui surcharge les émonctoires.

« Ca consiste en quoi soutenir les émonctoires ? »

En fait, il s’agit de les nettoyer, de les désengorger, donc pendant toute la période où on soutient ses émonctoires, on allège son régime alimentaire, sinon ça ne sert à rien. Mais voyons émonctoire par émonctoire :

Pour ce qui est de la peau, c’est le brossage à sec comme détaillé dans l’article : le brossage de la peau, des cheveux et des dents, qui va relancer l’émonctoire peau.

Concernant les intestins, ça a déjà été traité dans mon article : comment nettoyer ses intestins ?  ou Comment guérir du SII et du SIBO ? L’intestin est un émonctoire majeur, la constipation est le pire ennemi de la santé, toutes les maladies partent de l’intestin !

Pour les voies respiratoires, il faut pratiquer régulièrement un exercice physique modéré à l’extérieur (pas en salle de sport !) et dans un environnement le moins pollué possible : jogging ou marche rapide en forêt par exemple ou au moins dans un grand parc plein d’arbres et de plantations (surtout pas en ville !). Attention pas de sport spécialisé à outrance, cela abîme les articulations et tendons sollicités en permanence et de façon exagérée. L’organisme humain a besoin d’exercice varié (sollicitant tous les muscles) et adapté à son état de forme : on doit sauter, courir, marcher, grimper, nager, etc…

Pour le foie et les reins, ce sont surtout les plantes médicinales qui aideront :

Artichaut, boldo, chardon marie, desmodium, par exemple pour le foie.

Reine des prés, persil, barbe de maïs, ortie piquante, canneberge, par exemple pour les reins, boire aussi beaucoup d’eau pour aider le drainage des reins. Achètes tes plantes de qualité bio ou mieux, des plantes sauvages récoltées à des endroits non pollués, sinon tu rajoutes des toxines à éliminer…

Dans l’idéal, pour un organe, ces plantes seront combinées pour agir en synergie.

Ne choisissez pas n’importe quelles plantes, ne consommez que des plantes adaptogènes (qui vont aider l’organisme à jouer son rôle d’autoréparation) plutôt que des plantes stimulantes ou calmantes (on n’est jamais sûr de l’action qui sera bénéfique à tel ou tel moment), bien sûr elles doivent être sauvages et récoltées à des endroits non pollués. Une gamme de plantes de bonne qualité qui respecte tous ces impératifs :

https://regenerescence.com/melanges-de-plantes/

Attention aux plantes vendues en pharmacie ou dans la grande distribution ou sur internet sans aucune garantie, elles peuvent faire plus de mal que de bien. Vérifiez toujours qu’il s’agit de plantes sauvages récoltées dans des endroits non pollués et de plantes adaptogènes qui ne pousseront pas l’organisme dans un sens ou dans l’autre, mais le soutiendront dans son effort de réparation, c’est l’organisme qui doit déterminer si tel ou tel organe a besoin d’être stimulé ou mis au repos à un moment donné. Il s’agit de soutenir les émonctoires, pas de les cravacher !

ATTENTION, de nombreux paramètres sont à changer pour retrouver durablement la santé ou ton poids de forme : adopter l’alimentation physiologique, la gestion du stress (voir : comment le stress actuel impacte notre santé et la composante psychique de toutes les maladies), une hygiène de vie optimale, des pratiques de santé quotidiennes (voir par exemple : les compresses d’huile de ricin) ainsi que des mesures de renforcement de l’organisme (voir par exemple : renforcement par le froid), le tout très individualisé en fonction de ton état de santé général et SURTOUT actualisé au jour le jour en fonction des réponses de ton organisme. 

Il est de ma responsabilité professionnelle de te prévenir qu’afin d’éviter certaines catastrophes (voir : ma transition), tu peux avoir besoin de te faire suivre par un coach de santé (ou coach de régénération) qui évaluera ton état de santé général en fonction de l’état de santé de tes systèmes immunitaire, nerveux, endocrinien, circulatoire, digestif, de ton poids rapporté à ta taille, de ton âge, de l’histoire de ta maladie, de ton histoire médicamenteuse, de ta génétique, et de nombreux autres facteurs. 

Tu peux également avoir besoin de te faire suivre par un psychologue pour venir à bout de ton stress. De plus les éliminations provoquées par ces changements d’alimentation et ces pratiques de santé, risquent de faire remonter des sentiments dépressifs pouvant aller jusqu’à des idées noires. Il est conseillé de se faire suivre par un psychologue, d’autant que de plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques consultations par an chez un psychologue. L’idéal serait que ce psychologue soit très au fait de ces pratiques de santé et du mode de vie physiologique.

Je suis psychologue clinicienne, hygiéniste, coach de santé et de régénération et propose notamment des consultations par SKYPE ou téléphone.

De plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques séances de psychologues, renseignes toi auprès de ta mutuelle, je peux envoyer des reçus.

Pour connaitre mon parcours, voir : Qui suis-je

Si tu souhaites davantage de renseignements, n’hésite pas à me contacter à l’adresse suivante : 

osersavie66@gmail.com

ou au 06 87 20 54 58

Bonne régénération à vous tous.

24 réflexions sur « Les émonctoires »

    1. La mise en place d’une hygiène de vie et d’une alimentation physiologique ainsi que de pratiques de santé, tout cela de façon très individualisée à l’état de votre système endocrinien, de votre système nerveux, de votre système immunitaire, de votre système circulatoire, de votre hérédité, de votre poids ramené à votre taille, et de nombreux autres facteurs, c’est pourquoi je ne peux pas vous aider sans étudier les réponses à un questionnaire de santé de 7 pages que j’adresse auparavant. Pour davantage de renseignements sur mes conditions de consultation, vous pouvez me joindre à : osersavie66@gmail.com

      J'aime

  1. Article super intéressant.
    Je commence seulement les changements dans ma vie . Jeun intermittent, jus de légumes, psyllium…..Je souffle depuis ma naissance d hyperhidrose surtout au niveau des mains et des pieds. Je suis née à 2,7 kg et faisais des diarrhées tous les jours…. jusqu’à aujourd’hui j ai 45 ans je n ai pas trouvé comment normaliser cette transpiration qui est un vrai handicap pour moi et qui m a empêché de faire énormément de choses…. voilà si vous avez une piste je preneuse. Merci de m avoir lue.

    J'aime

    1. Merci, Carole, pour votre intérêt pour mon travail. L’hyperhydrose est due à une accumulation de déchets dans l’organisme et à une saturation des autres émonctoires. Le changement alimentaire seul ne peut pas suffire, peut être nécessaire d’aider les émonctoires, d’aprendre la gestion du stress, mettre en oeuvre une hygiène de vie optimale, des pratiques de santé quotidiennes ainsi que des mesures de renforcement de l’organisme le tout de façon très individualisée en fonction de votre état de santé général et actualisé au jour le jour en fonction des réponses de votre organisme.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s