Zéro déchet

ATTENTION : avant de lire cet article, je t’invite à relire ma page d’accueil  en suivant le lien suivant :

ça va mieux en le disant

Pour garder notre santé physique et psychique et/ou notre poids de forme ou les retrouver durablement (voir : pourquoi on grossit et comment prendre du poids), il nous faut respecter les lois du vivant, cela passe par l’alimentation physiologique(voir aussi : une progression type vers l’alimentation physiologique, aliments acidifiants ou alcalinisantsles modes de cuissonl’instincto-thérapie), par la régénération des intestins  et de tout notre organisme, par la gestion du stress, par le fait de régler tous nos conflits internes avec l’aide d’un psychologue clinicien si besoin, mais cela demande aussi d’adopter une hygiène de vie optimale et le mode de vie zéro déchets y contribue.

« Tout ce qui vit produit des déchets, donc à moins de te retenir de vivre, je ne vois pas comment ne pas produire de déchet »

Je suis d’accord avec toi, tout ce qui vit produit des déchets, mais dans la nature les déchets des uns sont les ressources des autres, comme disait Lavoisier : « rien ne se perd, rien ne se gagne, tout se transforme », ce qui revient au final à zéro déchet.

Par exemple, le gaz carbonique déchet de la respiration humaine est une ressource pour la photosynthèse des végétaux qui rejettent de l’oxygène que les humains utilisent comme ressource pour leur respiration. C’est ce qu’on appelle un cycle. Tout l’univers est organisé en cycles comme le cycle de l’eau pour prendre un autre exemple. La vie est un cycle, organisé en cycles.

Mais l’homme a introduit un grain de sable dans ce fonctionnement millénaire et tout s’est déréglé. Par l’exploitation de ressources fossiles (comme le pétrole) qui mettent des milliers d’années à se reconstituer, par la création de matières non biodégradables ou extrêmement lentement biodégradables (comme le plastique ou les déchets nucléaires) et par des modes de vie aberrants (comme déféquer dans l’eau).

« Tu veux révolutionner toute une civilisation à toi toute seule ? »

Pas à moi toute seule, mais je fais ma part et si chacun faisait sa part, la terre et l’humanité se porteraient beaucoup mieux. Tu connais la légende du Colibris ? C’est un conte amérindien raconté par Pierre Rabhi :

« Un jour, dit la légende, il y eut un immense incendie de forêt. Tous les animaux terrifiés et atterrés observaient, impuissants, le désastre. Seul le petit colibri s’active, allant chercher quelques gouttes d’eau dans son bec pour les jeter sur le feu. Au bout d’un moment, le tatou, agacé par ses agissements dérisoires, lui dit : « Colibri ! Tu n’es pas fou ? Tu crois que c’est avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu ? » « Je le sais, répond le colibri, mais je fais ma part » .

« Alors qu’est ce que tu me suggère pour faire ma part ? »

Je te suggère de tendre vers le zéro déchets, d’autant que ce qui est bon pour la planète est bon pour notre santé physique et psychique et nous aide pour conserver ou retrouver notre poids de forme.

« Tendre vers le zéro déchet, acile à dire »

Facile à faire aussi. Comme le synthétise très bien Béa Johnson dans son livre « zéro déchet », c’est la règle des cinq R (six parce que j’en rajoute un) : Refuser, Réduire, Réutiliser, Réparer (c’est moi qui l’ajoute), Recycler, composter (Rot en anglais).

Refuser ce dont tu n’as pas besoin même si c’est offert, parce que si tu l’acceptes, tu envoie le message qu’il faut en fabriquer à nouveau puisque ça plaît, et ça finira en déchet après utilisation du stylo commercial qui n’écrit pas en passant par le carton publicitaire jusqu’aux échantillons de chambres d’hôtel qui finiront périmés, inutilisés, à la poubelle, etc…

Réduire ce dont tu as besoin, mais que tu ne peux pas refuser. Apprends à vivre avec moins, c’est la simplicité volontaire. Par exemple réduis tes achats, réduis aussi  les emballages en achetant en vrac par exemple.

Réutiliser ce que tu consommes et ne peux ni refuser ni réduire, mouchoirs et serviettes en tissu plutôt qu’en papier, éponge et chiffon plutôt qu’essuie-tout, piles rechargeables, transformation ou revente ou échange ou don de vieux vêtements, etc…

Réparer tout ce qui peut l’être plutôt que de le changer, ça va du grille pain (il se crée de plus en plus d’ateliers de réparation ou d’aide à la réparation si on le fait soi-même) aux vêtements (à raccommoder) en passant par le vase cassé qu’on recolle.

Recycler  ce que tu ne peux ni refuser, ni réduire, ni réutiliser, ni réparer. En dehors du plastique, carton, papier, canettes et boites métalliques qui sont collectés directement chez toi, rapporte les vieilles piles et ampoules dans bacs à cet effet dans les magasins de bricolage et grandes surfaces, les vêtements et le verre dans les conteneurs spéciaux, etc… Pour tout le reste, si tu ne sais pas où déposer certains objets, vas à la déchetterie, ils te diront comment faire pour recycler chaque type de « déchets ».

Composter (Rot en anglais), le reste. Composter c’est recycler les matières organiques. Si tu as un bout de jardin, c’est très facile, tu rends à la terre ce qui en vient, tous les déchets alimentaires (épluchures, coquilles d’oeuf, noyaux et pépins, etc…), les déchets de tonte de pelouse si tu tonds ta pelouse, etc… Mieux qu’un tas de compost, dépose tes déchets verts au pied de tes arbres ou sur tes buttes de culture, ça servira de paillage et évitera l’échauffement qui se produit dans le compost, ça ira nourrir la terre directement, j’ai appris ça pendant mon stage de permaculture. Si tu vis en appartement, renseigne toi, il se peut qu’il y ait des bacs de compost dans ton quartier, sinon tu as la solution du lombri-compostage, j’avais ça dans ma cuisine quand j’étais en appart, ça ne sent pas du tout (odeur de sous bois quand tu ouvres le couvercle), c’est de la taille d’une grosse poubelle. Celui que j’avais et dont j’étais très contente :

http://www.eco-worms.com/lombricompostage-engrais-naturel/le-lombricompostage/

En pratique, il faut prendre quelques mesures qui permettent aussi de réduire les dépenses et dont voici un premier aperçu :

Réduire les emballages, au niveau alimentaire, acheter en vrac revient moins cher (amandes, raisins secs, graines de tournesol, sarrasin, quinoa, riz, etc…), il te suffira de te munir de bocaux en verre hermétiques pour les conserver au mieux à l’abri des mites alimentaires dans ta cuisine (genre bocaux Le Parfait). Si tu as adopté un mode d’alimentation sain, tu auras déjà beaucoup moins de déchets puisque les fruits et légumes ne se vendent pas emballés (sauf si tu achètes bio en grande surface, ce que je te déconseille vivement, tu l’as bien compris, voir la bio c’est pas cher). Dans les biocoop, on trouve aussi en vrac (il faut rapporter son flacon ou son bocal ou sa bouteille qu’on n’achète qu’une fois : de la lessive pour le linge, du miel, de l’huile d’olive, etc…).

Réduire le gaspillage alimentaire, acheter bio, donc plus cher, oblige à faire attention à ce qu’on achète et à en acheter la juste quantité, pas plus. Les fruits et légumes un peu fanés peuvent se passer dans le juicer et font d’excellents jus.

Si tu appliques déjà les conseils écologiques et économiques de mes précédents articles (le brossage de la peau, des cheveux et des dents, quoi mettre sur sa peau, la simplicité volontaire, comment entretenir sa maison, les toilettes sèches, la bio c’est pas cher, comment nettoyer ses intestins) tu limites déjà beaucoup tes déchets et économises aussi de l’argent.

Dans ma cuisine, j’ai une poubelle de déchets non recyclables que je n’utilise quasiment jamais, un grand cabas pour le recyclage du plastique (pour l’instant papier et cartons aident à allumer le feu de cheminée et je n’utilise pas de canettes en métal), un autre grand cabas pour le verre, mais qui ne se remplit presque jamais et un seau sur lequel j’ai mis un grand couvercle de casserole qui me sert à jeter mes déchets verts, c’est cette poubelle que je remplis régulièrement et vide tout aussi régulièrement (tous les jours) dans mon jardin.

« Et dans la salle de bains, il y a certains incontournables, non ? »

Le seul incontournable que je connaisse est le papier toilette (bien que depuis que je mange physio, je n’ai besoin que d’une feuille par selle et qui ne recueille qu’un peu de mucus non coloré, pas plus que lorsque j’urine), jusqu’à ce que j’ai planté dans mon jardin certaines espèces d’arbres dont les feuilles (d’après mon formateur en permaculture) remplacent avantageusement le papier toilette (je suppose que c’est le cas dans la mesure où une alimentation physiologique produit des selles non collantes). Mais quand j’en serais là, j’écrirai des articles sur la permaculture. Tu peux aussi si tu as des toilettes à eau te laver après être allée aux toilettes avec une petite bouteille d’eau que tu laisseras dans las toilettes et t’essuyer ensuite avec une serviette de toilette qui restera aussi dans les toilettes. Si tu as des toilettes sèches et que tu peux les installer dans ta salle de bains, tu pourras te laver directement dans la douche après être allée aux toilettes.

Quoi d’autre dans la salle de bains ? Eh bien, plus de cotons démaquillants, si vraiment tu veux encore t’en servir, tu peux les acheter lavables en coton bio en boutique bio ou sur le net (voir ma vidéo : mes trucs zéro déchet), mais le mieux est après brossage du visage de le rincer à l’eau (je mets l’eau dans un petit vaporisateur, ce qui m’évite de tremper mes vêtements).

Si tu es une femme, en attendant d’atteindre la « continence des règles » qui fera l’objet d’un prochain article, essaie la coupe menstruelle en lieu et place des tampons hygiéniques qui sont dangereux pour la santé et qui finissent par revenir cher, c’est juste un coup à prendre pour la mettre et l’ôter très facilement, entraîne toi hors périodes de règles. Une démonstration (ne sois pas choquée, ici le sang des règles n’est pas bleu !) :

Si tu dois la garder toute la journée, complète avec un protège slip ou une serviette hygiénique lavables en coton bio (que tu peux confectionner toi même), sinon l’adresse où je me suis fournie pour la coupelle, les serviettes et ils ont même des cotons démaquillants lavables :

https://www.plim.fr/fr/

« Je suis allée voir ce site, dis donc ça fait cher des règles ! »

Tu crois ? Fais le compte du nombre et du prix des tampons et serviettes jetables par an et tu verras que la coupelle et les serviettes sont au contraire très économiques d’autant qu’elles durent de très nombreuses années. Sans parler de la pollution qu’engendre l’incinération de tous ces déchets jetables.

D’une façon générale, essaie de proscrire le jetable, j’ai même trouvé des pailles en métal lavables et réutilisables qui remplacent avantageusement les pailles en plastique. Quel que soit le domaine, le jetable revient à terme beaucoup plus cher que le lavable réutilisable, ce qui permet de substantielles économies.

« Et puis l’idée de mettre mes serviettes hygiéniques dans le lave linge avec le reste du linge, beurk ! »

Moi je les prélavais à la main avant de les mettre dans le lave linge.

Dans les toilettes : si tu as des toilettes à eau, tu peux mettre un seau dans la salle de bains et un dans la cuisine et une bassine dans le lavabo de la salle de bains et une bassine dans l’évier de la cuisine. tu récupères l’eau savonneuse de la vaisselle dans la bassine et tu la verse dans le seau, tu récupères l’eau du lavage des mains, du linge lavé à la main et de l’eau qui coule dans la douche avant d’arriver à la bonne température et tt finit dans le seau. Avec un seau plein versé dans les toilettes, tu économises une chasse d’eau potable.

Concernant les vêtements, en général on en a une pleine armoire et on porte toujours nos vêtements préférés, l’idéal serait de ne garder que ceux qu’on porte et de vendre ou donner les autres, mais ça n’est pas si simple, voir mon article : la simplicité volontaire.

Une façon intelligente de recycler soi même vieux collants, vieux leggings, vieilles chaussettes ou manches longues de vieux Tshirts, l’éponge Tawashi :

Au bureau, je suppose que tu réutilise déjà comme brouillon le papier imprimé d’un seul côté et dont tu n’as plus besoin, en ce qui me concerne, lorsqu’il est utilisé des deux côtés et que je n’en n’ai plus besoin, je le froisse et l’utilise pour allumer le feu de cheminée en hiver par exemple, comme les boites d’oeufs, ça marche très bien pour cet usage. Je fais ma liste de course et ma « do list » sur mon iphone (j’ai toujours ma liste de courses avec moi du coup), ce qui permet d’utiliser moins de papier. Et bien sûr j’ai apposé sur ma boîte aux lettres un autocollant : « pas de pub SVP ».

Si tu as des enfants, même petits (surtt petits, ça risque d’être plus difficile pour les ados), implique les dans le zéro déchet en leur expliquant pourquoi, en général ils sont très sensibles aux arguments écologiques et seront probablement plus rigoureux que toi, on peut en faire un jeu, à trouver de nouvelles idées écolo.

Les cadeaux seront davantage appréciés si tu les as fabriqués toi même et ils te reviendront moins cher. Tu peux aussi, comme je le fais, fabriquer le papier cadeau avec des sacs papier de biocoop retournés (ça fait du papier Kraft) et des vieux journaux pour fabriquer le ruban et la rosace (plein d’idées sur internet). Tu peux aussi faire des papiers cadeaux avec un grand tissu (furoshiki), vas voir sur internet, on trouve plein de modèles, que celui qui reçoit le cadeau pourra réutiliser de différentes façons, pas seulement en papier cadeau.

Un exemple de furoshiki :

Tu peux aussi offrir une séance de massage ou de sauna par exemple, ce qui ne produit pas de déchet à recycler ou une entrée à une exposition ou une place de cinéma ou de théâtre ou d’opéra selon tes finances, ou un abonnement à un e-magasine, ou faire un don à une association au nom de quelqu’un.

Le but étant dans un premier temps zéro déchets dans la poubelle non recyclable, mais une fois cette étape atteinte, zéro déchet dans la poubelle recyclable aussi, c’est tout à fait faisable.

Sur le livre de Béa Johnson, tu trouveras plein d’autre tuyaux zéro déchets, sur le net aussi et tu peux t’amuser à en inventer.

Tu peux laisser des ID en commentaire de cet article.

ATTENTION, de nombreux paramètres sont à changer pour retrouver durablement la santé ou ton poids de forme : adopter l’alimentation physiologique, la gestion du stress (voir : comment le stress actuel impacte notre santé et la composante psychique de toutes les maladies), une hygiène de vie optimale, des pratiques de santé quotidiennes (voir par exemple : les compresses d’huile de ricin) ainsi que des mesures de renforcement de l’organisme (voir par exemple : renforcement par le froid), le tout très individualisé en fonction de ton état de santé général et SURTOUT actualisé au jour le jour en fonction des réponses de ton organisme. 

Il est de ma responsabilité professionnelle de te prévenir qu’afin d’éviter certaines catastrophes (voir : ma transition), tu peux avoir besoin de te faire suivre par un coach de santé (ou coach de régénération) qui évaluera ton état de santé général en fonction de l’état de santé de tes systèmes immunitaire, nerveux, endocrinien, circulatoire, digestif, de ton poids rapporté à ta taille, de ton âge, de l’histoire de ta maladie, de ton histoire médicamenteuse, de ta génétique, et de nombreux autres facteurs. 

Tu peux également avoir besoin de te faire suivre par un psychologue pour venir à bout de ton stress. De plus les éliminations provoquées par ces changements d’alimentation et ces pratiques de santé, risquent de faire remonter des sentiments dépressifs pouvant aller jusqu’à des idées noires. Il est conseillé de se faire suivre par un psychologue, d’autant que de plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques consultations par an chez un psychologue. L’idéal serait que ce psychologue soit très au fait de ces pratiques de santé et du mode de vie physiologique.

Je suis psychologue clinicienne, hygiéniste, coach de santé et de régénération et propose notamment des consultations par SKYPE ou téléphone.

De plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques séances de psychologues, renseignes toi auprès de ta mutuelle, je peux envoyer des reçus.

Pour connaitre mon parcours, voir : Qui suis-je

Si tu souhaites davantage de renseignements, n’hésite pas à me contacter à l’adresse suivante : 

osersavie66@gmail.com

ou au 06 87 20 54 58


10 réflexions sur « Zéro déchet »

  1. J’apprécie la démonstration de la Cup mais je suis dérangée par les ongles de la dame en question, je sais pas si c’est sa manucure mais le bouts des ongles bleus/noirs c’est pas top pour la démo (c’est mon point de vue) …

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s