Pourquoi on grossit ?

ATTENTION : avant de lire cet article, je t’invite à relire ma page d’accueil  en suivant le lien suivant :

ça va mieux en le disant


Article dédié à un de mes cousins qui m’a récemment demandé des tuyaux pour maigrir, il devrait se reconnaître…

Attention le régime physiologique et la régénération des intestins préconisés ici sont à adopter très très progressivement, de façon individualisée et pas dans n’importe quel ordre en fonction de ton état de santé, de l’historique de ta maladie, de ta génétique, de ton histoire médicamenteuse, de la santé de tes intestins, de ton système nerveux, de ton système endocrinien, de ton poids ramené à ta taille, etc… Il est de ma responsabilité de thérapeute de te prévenir qu’il peut-être nécessaire de te faire suivre par un hygiéniste qui connait bien ces pratiques.

Donc, pourquoi on grossit ?

« C’te question, ben c’est obligé de grossir avec l’âge, quand j’étais jeune, j’étais toute mince et puis aussi pour les femmes, on grossit à la ménopause. »

Ca ce sont des idées reçues, grossir n’est une fatalité ni pour les femmes, ni pour les hommes et puis, tu as dû remarquer qu’il y a de plus en plus de jeunes et même d’enfants qui sont trop gros voire obèses.

« C’est parce qu’ils mangent trop ou trop gras »

Pas forcément, je connais des gros qui mangent moins que moi en quantité (je pèse 44 à 45 kg pour 1m60). Toute la différence est la qualité de ce qu’on mange au quotidien.

« Comment ça ? Tu m’intéresses, moi qui ai suivi des régimes amincissants sans réel succès durable toute ma vie, explique ! »

On a vu précédemment (Voir : toutes les maladies partent de l’intestin) que tout ce dont l’organisme ne sait que faire est considéré comme un déchet, s’il ne parvient pas à l’éliminer par les émonctoires (voir : Les émonctoires), il va tenter :

-soit de diluer ce qu’il considère alors comme un poison en retenant de l’eau (c’est un mécanisme d’urgence), tu feras alors de l’oedème et auras les jambes (ou toute autre partie du corps) qui gonflent ,

-soit il va enrober ces résidus acides (voir : aliments acidifiants ou alcalinisants) donc toxiques pour l’organisme par une couche de graisse qu’il déposera à un endroit ou un autre de ton corps selon que tu es un homme ou une femme ou selon ton hérédité (il y a celles qui prennent des fesses et des cuisses et celles qui prennent des seins et des joues par exemple ou encore celles qui prennent harmonieusement de partout),

-soit il va enkyster ces résidus acides et en fonction de ton hérédité, ces kystes iront se loger à tel ou tel endroit de ton corps avec les risques de cancérisation qui s’ensuivent,

-soit il va tamponner ces résidus acides pour pouvoir les éliminer sans brûler les émonctoires, avec des minéraux qu’il va puiser dans les tissus de l’organisme (peau, cheveux, dent, os, tissus de soutien, etc…), d’où, carie dentaire, ostéoporose, peau sèche, chute de cheveux, hernies, etc…


-soit enfin, ces résidus acides vont aller se déposer dans tes articulations, « bouffant » littéralement tes cartilages provoquant arthrose déformante ou pas ou spondylarthrite ankylosante par exemple, ou bien vont déformer tes os (Hallux valgus au niveau du gros orteil, ou scoliose ou toute attaque de la colonne vertébrale par exemple), ou d’autres désordres plus importants encore, parfois au niveau même des intestins (recto colite hémorragique, maladie de Crohn, etc…), ou dans toute autre partie du corps en fonction de tes prédispositions.

Ces dernières stratégies de l’organisme conduisent, de plus, lentement mais sûrement, vers le développement de maladies chroniques handicapantes à l’orée de la cinquantaine.

Mais le plus fréquemment, l’organisme se défend par une combinaison de toutes ces solutions dans des proportions qui varient d’une personne à l’autre, ça n’est pas parce que tu grossis que tu ne développeras pas de maladie, c’est l’accumulation de déchets qui nous fait grossir.

« Moi, j’élimine très bien, la première chose que je fais au réveil est d’aller aux toilettes »

Tu n’es pas la première à me dire ça, en fait tu élimines les déchets que ton organisme a reconnus comme tels, qui n’ont pas indûment traversé ta paroi intestinale ou qui ne se sont pas collés dessus (ceux-là sont très difficiles à éliminer, mais pas impossible, (voir : Comment régénérer ses intestins).

Ce que tu élimines le matin est constitué des déchets que ton intestin est parvenu à acheminer jusqu’à la porte de sortie qu’est l’anus, ça ne signifie pas qu’il n’en reste pas autant ou davantage collés sur tes parois intestinales ou qui ont passé cette barrière intestinale poreuse et se retrouvent un peu partt dans ton organisme, notamment dans tes bourrelets de graisse (ou dans tes douleurs aux articulations ou dans tes symptômes quels qu’ils soient : douleurs vertébrales, bronchite asthmatiforme, eczéma, conjonctivite, déformation arthritique de tes doigts, allergie ou autre).

Des médecins légistes ont constaté que pas un seul cadavre ne présentait des intestins exempts de dépôts et la plupart présentaient des kilos de dépôts.

Toutes les maladies partent de l’intestin, et la gestion de notre poids aussi, donc de ce que l’on mange ! Une mauvaise qualité d’alimentation (voir : l’alimentation physiologique, aliments acidifiants ou alcalinisants, les modes de cuisson) entraîne un intestin en mauvaise santé avec un microbiote intestinal qui renferme davantage de « mauvaises » bactéries que de bonnes, ce qui conditionne des troubles digestifs qui sont la porte ouverte à tous les problèmes de santé. Un bon microbiote intestinal (voir : microbes et microbiote) aide à lutter contre ttes les maladies, c’est notre première défense immunitaire.

Il ne te viendrait pas à l’idée de mettre du gazoil dans ta voiture à essence pour qu’elle fonctionne correctement, alors ne mets pas dans ton organisme ce qu’il n’est pas apte à digérer (voir : les céréales).

« Moi je digère tout très bien, je n’ai aucun trouble digestif, pas de diarrhée, ni de constipation, ni de vomissements, ni de lourdeur ou d’aigreur d’estomac »

Je comprends ce que tu veux dire, tu ne présentes aucune manifestation digestive bruyante, mais le fait que des résidus restent collés à la paroi intestinale, ou le fait qu’ils passent cette barrière alors qu’ils ne le devraient pas sont des troubles digestifs, qui se développent à bas bruit, jusqu’à éclore vers la cinquantaine en surpoids, en obésité et/ou en maladies chroniques handicapantes dont le cancer fait partie.

On a  vu précédemment (voir :  comment vas-tu ?) qu’il existe un bon baromètre de l’état de santé de tes intestins : si tes selles sont odorantes ( et/ou collantes et/ou difficiles à évacuer), c’est que ta digestion ne se passe pas de façon idéale, si elles sont pestilentielles, c’est qu’elle fait l’objet d’importants désordres. En ce qui me concerne, je vois la différence après des écarts répétés à mon régime alimentaire !

Revenons à la qualité de l’alimentation, on a vu que l’alimentation traditionnelle occidentale majoritairement cuite et à base d’animaux élevés aux OGM et de végétaux déjà vides de micronutriments (et pleins de pesticides) nous apporte trop de macronutriments (protides, lipides, glucides), nous laissant affamés en micronutriments (minéraux, vitamines, oligoéléments, antioxydants, etc…), ce qui fait que nous ne nous sentons jamais vraiment rassasiés, et devenons boulimiques.

L’intérêt de manger bio est d’une part d’éviter d’absorber des toxiques que l’organisme traitera comme décrit plus haut, donc puisqu’on parle ici de grossir, d’éviter de fabriquer de la graisse (qui reste malgré tout le moindre des maux occasionnés par le devenir de ces déchets toxiques), et d’autre part de bénéficier de végétaux qui ne sont pas vides de micronutriments.

On a aussi appris dans les articles précédents (voir : l‘instinctothérapie) que la cuisine (l’élévation de température et les mélanges, assaisonnements et autres apprêts), rend désirables des aliments dont notre organisme n’a pas besoin à ce moment précis.

Les aliments originels (cad crus, non mélangés, non assaisonnés, tels que nous les offre la nature) nous attirent en fonction des besoins de notre organisme, par exemple si à un moment donné l’odeur des bananes te fait envie et que leur goût te comble, c’est probablement que tu as besoin de potassium (elles en contiennent beaucoup), par contre même si tu n’as aucun besoin de potassium en ce moment, tu auras du mal à résister à des bananes flambées ou à une « banana split », et manger quelque chose dont l’organisme n’a pas besoin fait grossir puisque le corps ne va pas l’utiliser. Même l’alimentation originelle si elle est prise en excès peut faire grossir, mais il est difficile de dépasser son besoin avec l’alimentation physiologique crue puisque, comme nous l’avons vu, il existe un signal d' »arrêt physiologique » (voir : l’instinctothérapie).

Je me souviens d’un hiver où je me nourrissais d’oranges, l’hiver suivant, seuls les kiwis m’attiraient, puis j’ai eu ma période Chirimoyas (anones), ma période kakis, ma période raisins, ma période figues, pour ne parler que des fruits d’automne et d’hiver. Pendant longtemps ni les pommes ni les bananes ne m’attiraient, et cet hiver j’en mange pas mal, par contre les poires ne m’attirent pas du tout, il est important de s’écouter tant qu’on reste dans un registre  physiologique (si les tartines de Nutella t’attirent, ne t’écoutes pas, ça n’est pas physiologique !).

Concernant les fruits, il est important de garder en tête que les fruits mûrs à point sont alcalinisants et les fruits pas assez mûrs sont acidifiants (cad générateurs de résidus acides qui seront traités comme des déchets par l’organisme, donc qui te feront potentiellement grossir).

D’autre part, les fruits se mangent l’estomac vide, sinon ils fermentent et engendrent des résidus acides qui nous ramènent au problème précédent (le fruit en fin de repas est une erreur, il va fermenter dans l’estomac engendrant des résidus indésirables et pourrait bien te faire grossir).

Enfin, pour une digestion optimale, il convient de manger en premier ce qui se digère le plus rapidement, c’est à dire les fruits acides (agrumes, kiwis, ananas, raisin, etc…), puis les fruits mi-doux (pommes, poires, pêches, cherimoyas aussi appelés anones,etc…) et enfin les fruits doux comme la banane ou la mangue par exemple. Les melons et pastèques se mangent seuls, l’estomac vide parce qu’ils se digèrent très rapidement.

La banane est le fruit de base des crudivores parce qu’elle est très nourrissante et pas chère (elle remplace avantageusement les pâtes). A propos de la banane, elle n’est mûre à point que si sa peau présente beaucoup de taches marrons, ou si elle est toute marron, à l’intérieur elle doit être devenue translucide, elle a ainsi transformé son amidon en sucre et est très digeste (et délicieuse !). Je la préfère qd je ne peux la manger qu’à la petite cuillère, en plus qd elle est mûre à ce point, ma boutique bio préférée la brade. Une banane à peau toute jaune n’est pas mûre, elle est acidifiante.

Si tu achètes des fruits qui ne sont pas mûrs, mets les dans la corbeille de fruits sous les pommes qui dégagent un gaz, l’éthylène, qui fait murir les fruits (bananes, avocats, cherimoyas, ou autres). Attention certains fruits sont non climactériques, cad qu’ils ne murissent plus après cueillette comme les oranges, la pastèque ou les cerises par exemple.

Une liste des fruits climactériques et non climactériques :

http://cespetiteschoses.weebly.com/blog/fruits-climacteriques-fruits-non-climacteriques

Autre phénomène non négligeable, du fait que l’organisme ne se sente pas nourri tant qu’il n’a pas ingéré suffisamment de micronutriments, il nous demande d’ingérer beaucoup trop d’aliments. En d’autres termes, plus on mange des aliments de qualité, moins on a besoin de quantité. Il faut quelques temps pour se déshabituer de ne se lever de table que l’estomac complètement distendu.

« Donc un aliment de qualité est un aliment bio »

Non un aliment de qualité est un aliment originel (cru, non assaisonné, si possible avec la peau, tel que nous l’offre la nature), et au minimum de qualité bio, mieux, que tu auras fait pousser toi même et cueilli à pleine maturité pour qu’il renferme le maximum de micronutriments (même en bio les fruits sont souvent cueillis verts et murissent soit en cale de bateau, soit en chambre de murissement, soit sur les étals).

« Tu n’agrémente même pas ton avocat de sel et de citron ? « 

Dans l’idéal, non, sinon je n’ai pas le signal d’arrêt physiologique qui me notifie que mon organisme n’a plus besoin des composants de l’avocat (je te rassure, dans la pratique il m’arrive de le faire). Ce signal se traduit par un désagrément quelconque : goût moins agréable ou carrément désagréable, ou picotements dans la bouche ou simplement on se mord la joue ou bien on avale de travers. C’est pour la même raison qu’il faut manger les fruits avec leur peau chaque fois que c’est possible.

« Tu ne manges pas la peau des avocats ou des oranges tout de même ? »

Non, bien sûr, mais quelquefois celle de kiwis et souvent celle des cherimoyas si elle n’est pas trop brune ou des mangues. Quant à la peau des pastèques, melons et ananas par exemple, elle peut être l’ingrédient de base de ton jus frais dans l’extracteur de jus  (La peau concentre les minéraux et les vitamines, ça fait un jus gratuit et ça limite les déchets). A propos de jus gratuit  les fanes de radis ou de carottes ou les feuilles des choux fleurs,  par exemple, font aussi de très bonnes bases de jus (voir : les jus frais de légumes).

Attention, la peau et le trognon des fruits concentrent les pesticides, alors les considérations précédentes ne valent que pour des fruits bios. Si tu manges des fruits de l’agriculture conventionnelle ou même de l’agriculture dite « raisonnée », au contraire épluche les soigneusement en ôtant au moins un centimètre de chair sous la peau et autour du trognon pour ingérer moins de pesticides (tu en ingèreras tt de même, mais moins).

« Ca fait cher de la pomme »

Justement la pomme et le raisin sont parmi les fruits les plus traités (pour les légumes, la pomme de terre est dans le peloton de tête). Je mange tout dans mes pommes bios (sauf la petite tige), même le trognon, et c’est bon. Si tu ne veux pas tt acheter bio, voici la liste des fruits et légumes les plus traités qu’il faut absolument éviter en conventionnel :

http://www.lasantedanslassiette.com/au-menu/articles/fruits-legumes-pesticides.html

« Tout ça ne m’explique pas pourquoi on grossit avec l’âge, ou bien tu vas nier cette évidence aussi ? »

On grossit avec l’âge parce que la quantité de poisons s’accumule dans l’organisme avec le temps et que nos intestins se détériorent encore davantage avec le temps et laissent passer dans l’organisme de plus en plus de résidus toxiques qui devraient être éliminés dans les selles si nos intestins étaient en bon état. Une barrière intestinale en parfait état ne devrait laisser passer que les nutriments de base complètement décomposés et donc utilisables par l’organisme. Or la muqueuse de la paroi intestinale est très fine, elle est composée d’une seule couche de cellules séparées par une jonction serrée que les acides des résidus alimentaires mal digérés ou non physiologiques attaquent d’autant plus qu’ils restent longtemps en contact avec cette couche cellulaire par l’intermédiaire de glues (le gluten par exemple, mais pas que, le riz aussi est assez collant à la température du corps de 37 degrés). Voir à ce sujet : les purges. Mais ce n’est pas le seul mécanisme d’attaque des jonctions serrées, il s’agit d’un mécanisme complexe. Je ne peux pas rentrer dans le détail dans cet article, j’ai traité cela dans d’autres articles.


En fait pour éviter de grossir il suffit d’éviter les poisons majeurs.

« Eviter les poisons majeurs, c’est mission impossible »

C’est surtt très long, d’après les témoignages de personnes que j’ai rencontrées qui mangent cru depuis vingt, trente ans ou même davantage, il faut au minimum cinq ans pour se déshabituer du cuit et pour ne plus être tenté par les poisons majeurs, souvent plus de cinq ans.

« Et le stress ça fait grossir non ? Moi ça me fait grignoter tte la journée »

Le stress provoque la formation de radicaux libres qui sont neutralisés par les antioxydants des fruits et légumes crus que nous ingérons (pas des cachets d’antioxydants qui au mieux ont un effet placebo). Les radicaux libres non neutralisés sont des déchets et seront traités comme tels, cad qu’ils peuvent nous faire grossir, nous faire vieillir aussi, de nombreux facteurs entrent en jeu dans la santé comme dans le fait de prendre du poids (voir : l’hygiène de vie optimale et « y’a pas que la bouffe dans la vie« ).

Mais tu as raison, l’alimentation a souvent une fonction de compensation par rapport au stress, à l’ennui, à la solitude, ou autre. Il y a le plus souvent une composante psychologique au grignotage ou aux accès boulimiques. Parfois il est nécessaire de travailler certaines blessures d’enfance avec un psychologue pour surmonter cette compulsion qui nous pousse à manger pour se « consoler ».

En bref, c’est la malbouffe qui fait grossir et la malbouffe n’est pas seulement le coca et les frites, mais tous les poisons majeurs qui sont mal digérés.

En ce qui concerne le grignotage, tu peux peut-être l’organiser, aies toujours sur toi des noix, noisettes, amandes raisins secs, figues sèches etc, faciles à emporter ou des pommes, des bananes ou autre fruit facile à transporter et à manger ou si tu préfères, des carottes, du céleri pour éviter d’aller t’acheter un éclair au chocolat. Tu peux aussi croquer comme des chips des feuilles de laitue iceberg ou des pousses de haricot mungo que tu auras fait germer.

Si les accès boulimiques persistent, il faudra te faire suivre par un psychologue.

Mais la réforme alimentaire n’est pas suffisante, il est bien souvent nécessaire de nettoyer ses intestins.

D’autres facteurs entrent en ligne de compte dans la prise de poids (variation des taux d’insuline), mais nous les développerons dans un prochain article, celui-ci est déjà bien long.

ATTENTION, de nombreux paramètres sont à changer pour retrouver durablement la santé ou ton poids de forme : adopter l’alimentation physiologique, la gestion du stress (voir : comment le stress actuel impacte notre santé et la composante psychique de toutes les maladies), une hygiène de vie optimale, des pratiques de santé quotidiennes (voir par exemple : les compresses d’huile de ricin) ainsi que des mesures de renforcement de l’organisme (voir par exemple : renforcement par le froid), le tout très individualisé en fonction de ton état de santé général et SURTOUT actualisé au jour le jour en fonction des réponses de ton organisme. 

Il est de ma responsabilité professionnelle de te prévenir qu’afin d’éviter certaines catastrophes (voir : ma transition), tu peux avoir besoin de te faire suivre par un coach de santé (ou coach de régénération) qui évaluera ton état de santé général en fonction de l’état de santé de tes systèmes immunitaire, nerveux, endocrinien, circulatoire, digestif, de ton poids rapporté à ta taille, de ton âge, de l’histoire de ta maladie, de ton histoire médicamenteuse, de ta génétique, et de nombreux autres facteurs. 

Tu peux également avoir besoin de te faire suivre par un psychologue pour venir à bout de ton stress. De plus les éliminations provoquées par ces changements d’alimentation et ces pratiques de santé, risquent de faire remonter des sentiments dépressifs pouvant aller jusqu’à des idées noires. Il est conseillé de se faire suivre par un psychologue, d’autant que de plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques consultations par an chez un psychologue. L’idéal serait que ce psychologue soit très au fait de ces pratiques de santé et du mode de vie physiologique.

Je suis psychologue clinicienne, hygiéniste, coach de santé et de régénération et propose notamment des consultations par SKYPE ou téléphone.

De plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques séances de psychologues, renseignes toi auprès de ta mutuelle, je peux envoyer des reçus.

Pour connaitre mon parcours, voir : Qui suis-je

Si tu souhaites davantage de renseignements, n’hésite pas à me contacter à l’adresse suivante : 

osersavie66@gmail.com

ou au 06 87 20 54 58

J’espère que tu trouveras des pistes dans cet article, cher cousin, et cher lecteur aussi. Comme d’habitude, expérimente ce qui te semble pertinent et faisable dans ton cas et ne retiens que ce qui t’aura convaincu, puis procède par paliers, petits changements par petits changements (commence par ceux qui te semblent les plus accessibles).

76 réflexions sur « Pourquoi on grossit ? »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s