Les toilettes sèches

ATTENTION : avant de lire cet article, je t’invite à relire ma page d’accueil  en suivant le lien suivant :

ça va mieux en le disant

Petit avertissement aux âmes sensibles, dans cet article il va être question de caca, de pipi, d’odeurs, et autres sujets que l’on évite habituellement d’aborder entre gens bien élevés. Alors si vous craignez d’être choqués, passez votre chemin, je continue pour les autres.

L’eau est une ressource précieuse, il nous faut l’économiser et éviter de la polluer. Nous avons vu dans un précédent article (le brossage de la peau, des cheveux et des dents), comment utiliser moins d’eau pour sa toilette et éviter de la polluer avec des cosmétiques aux compositions douteuses.

Sur ce que l’on peut et ne peut pas mettre sur sa peau et pourquoi, pour sa santé (physique et psychique et pour maintenir ou retrouver son poids de forme), celle de l’eau, de la planète et in fine celle de nos congénères humains (voir : quoi mettre sur sa peau).

D’autre part,  lorsqu’on est crudivore (voir : l’alimentation physiologique) et qu’on se nourrit essentiellement de fruits et légumes crus et de jus frais de légumes, on boit beaucoup moins d’eau puisque l’eau des végétaux nous suffit et elle est de bien meilleure qualité (car filtrée par les végétaux) que l’eau du robinet (à condition d’acheter nos fruits et légumes bios, bien sûr, ou mieux, de les produire nous même). Voir : quelle eau boire ?

Lorsque j’ai emménagé dans ma nouvelle maison, j’y ai trouvé des toilettes à eau, comme partout. J’ai commandé (chez L’écopot, voir liens) des toilettes sèches (avec tous les accessoires nécessaires) que j’ai installées dans des salles d’eau qui n’avaient pas de toilettes (une côté pro, une côté perso) et les composteurs que j’ai installés au fond du jardin .

« Toi t’as des actions chez l’écopot ! »

Non, je n’ai ni actions, ni aucun contrat avec l’écopot pour leur faire de la publicité, je suis simplement contente de leurs produits et de leur service. En plus, l’écopot est tout près de chez moi, alors même la livraison n’a pas fait grimper l’empreinte carbone ! Cela dit, voici les liens, mais tu n’es pas obligée d’aller voir si ça ne t’intéresse pas :

https://lecopot.com/fr/toilettes-seches-interieures-artisanales/77-toilette-seche-le-cagarol-douglas.html#/finition-verni

https://lecopot.com/fr/composteurs/71-pack-3-composteurs-toilette-seche-3200-litres.html

https://lecopot.com/fr/seaux-et-accessoires-/8-brass-compost-toilettes-seches.html

« Je suis allée voir par pure curiosité, mais dis donc, c’est vachement cher ! »

Oui, ça peut paraître cher, mais pour l’installation de ces toilettes, pas besoin de plombier, ni de travaux d’aucune sorte, je pense que j’en aurais eu pour au moins aussi cher si j’avais voulu ajouter deux toilettes à eau avec les frais des travaux de plomberie, et là, je rends à la terre tout ce qui est organique au lieu de polluer l’eau qu’il faut ensuite traiter. Et je ne parle même pas des chasses d’eau qui fuient et des factures de plombier pour changer la chasse. Autre avantage, j’ai pu installer les toilettes sèches exactement où j’ai voulu, sans me soucier des impossibilités techniques dues à l’évacuation ou autre.

Et puis, j’ai pris le modèle de toilettes luxe, parce que comme je vais louer des chambres d’hôtes écolo, je voulais faire découvrir les toilettes sèches à des gens qui ne sont pas forcément sensibilisés à la question, alors il fallait qu’elles ressemblent le plus possible à des toilettes à eau avec des matériaux les plus beaux possible. Elles ont bluffé tous ceux de mes amis qui les ont vues jusqu’à présent, même les moins écolos et les plus réticents ont essayé et sont convaincus ! Le modèle de toilettes sèches  que j’ai choisi permet de stocker les copeaux de bois dans le logement habituel de la chasse d’eau, mais tu peux mettre un seau de copeaux à côté des toilettes. Si tu fais un tour sur leur site, tu trouveras des toilettes sèches beaucoup moins chères (voir lien) et peut-être ailleurs sur internet des modèles encore meilleur marché, tu peux même les fabriquer toi-même avec un seau et quelques planches. Cela dit acheter de la qualité pour quelque chose qui doit durer est en général une économie sur le long terme et en ce qui concerne les toilettes sèches, c’est à vie, comme des toilettes à eau (d’ailleurs, si un jour je dois déménager, je les emporterai !).

https://lecopot.com/fr/toilettes-seches-interieures-artisanales/3-toilette-seche-le-block.html

« Et ça pue pas trop ? »

Les toilettes sèches sont sans odeur si on prend la peine de déposer avant la première utilisation de chaque seau, au fond du seau, dans le sac biodégradable, une cuillère doseuse de poudre (micro-organismes) qui absorbe les odeurs. Ensuite il suffit de jeter au fond de la cuvette une mesure (tasse en inox de la taille d’un mug vendue par l’écopot, mais tu peux mettre un mug à toi ou simplement utiliser ta main une mesure équivaut à peu près à une grosse poignée) de copeaux de bois après chaque pipi ou caca.

https://lecopot.com/fr/seaux-et-accessoires-/17-seau-inox-base-toilettes-seches-7392244231030.html

https://lecopot.com/fr/seaux-et-accessoires-/9-couvercle-inox-toilettes-seches-7392244232037.html

https://lecopot.com/fr/seaux-et-accessoires-/73-100-sacs-compostables-50-litres.html

https://lecopot.com/fr/seaux-et-accessoires-/74-micro-organismes-pour-toilette-seche.html

https://lecopot.com/fr/seaux-et-accessoires-/5-copeaux-bois-litiere-toilettes-seches.html

https://lecopot.com/fr/seaux-et-accessoires-/72-mesure-a-copeaux-pour-toilette-seche.html

« Dis donc c’est du caca de riches, il faut racheter des copeaux de bois, des granulés de micro-organismes et des sacs biodégradables chez l’écopot, alors que quand on tire la chasse ça ne coûte presque rien. »

C’est comme pour l’agriculture conventionnelle, tu la paie moins cher que l’agriculture bio chez le commerçant, mais il y a des coûts cachés. L’eau est une ressource précieuse qui nous est facturée très peu cher pour l’instant, mais attends qu’elle vienne à manquer et la facture risque d’être prohibitive, ça deviendra un luxe de faire caca dans des toilettes à eau. D’autre part, caguer dans de l’eau potable, dont on paie le traitement avant et après est un non sens. Enfin, il y a des moyens très économiques de se fournir en copeaux ou sciure de bois, il suffit de repérer une scierie pas trop loin de chez toi et d’aller les récupérer, ils seront contents de s’en débarrasser.

En plus, l’écopot m’a livré deux sacs de copeaux de bois (sacs de 20Kg très compressés, ça c’est appréciable !) alors que je n’en avais payé qu’un et cinq paquets de 100 sacs biodégradables alors que je n’en avais payé qu’un ou deux, je ne sais plus, certainement pas cinq. Mais pour les sacs biodégradables aussi, rien ne t’empêche de voir en supermarché (on commence à en trouver) si tu en déniche de moins chers et dans le pire des cas, on peut s’en passer, leur seul intérêt est de rendre plus aisé le lavage du seau, entre deux vidages (c’est à dire lorsqu’il est plein).

Quant aux micro organismes, probablement que ceux que tu utilise pour la litière de ton chat conviendraient, vérifie simplement que ça revient moins cher, parce que ceux que j’ai acheté chez l’écopot fonctionnent très bien avec une toute petite mesure (5 grammes) pour un seau entier.

Et puis comme disait un grand philosophe du XXème siècle, Coluche : « on a un bulletin de vote (dans notre assiette) trois fois par jour » (il parlait des achats alimentaires, mais c’est valable pour tous nos achats). C’est à dire que par les achats qu’on décide d’effectuer, on choisit un modèle de société, petite entreprise ou hypermarché par exemple.

« Et le lavage du seau, ça ne te rebute pas ? »

Pas du tout. Lorsque le seau est plein, je replie le sachet sur le dessus puis pose dessus le couvercle en inox et vais au fond du jardin retourner le seau pour vider le tout (sac et contenu du sac) dans un des composteurs. Au moment, très furtif, où je jette le sac, il y a une odeur désagréable, mais ensuite je referme le composteur. Puis, de retour à l’intérieur (parce que c’est l’hiver, mais l’été ça pourra se faire dehors), je lave mon seau dans la douche avec un nettoyant multi usage de ma composition à base de savon noir, de vinaigre blanc et d’huiles essentielles, dont je donnerai la recette dans un prochain article, puis je rince le seau à l’eau, l’essuie et le replace avec un nouveau sac et une mesure de micro-organismes. Aucune odeur ne persiste…

« Alors c’est autour de tes composteurs que ça doit puer ! »

Pas du tout ! Lorsque j’ouvre le composteur pour jeter le contenu du seau, il n’y a aucune odeur, les odeurs se dégagent uniquement qd je jette le contenu du seau dedans. Je pense que le travail de compostage commence très rapidement.

« Oui, mais avec ton régime alimentaire, tu m’avais dit que tes selles ne sentaient presque rien… »

C’est vrai lorsque je mange chez moi, mais je suis souvent invitée et il m’arrive de manger au restau (voir : comment vas-tu ?) et en plus je t’ai dit que presque tous mes amis ont essayé mes toilettes par curiosité et ils n’ont pas tous le même régime que moi, crois moi. Je pense notamment à l’un d’entre eux qui avait parfumé la salle de bains lors de son passage sur mes toilettes sèches (eh oui, comme dans les toilettes à eau, l’odeur qui se dégage dans l’air au moment de la défécation n’est pas plus absorbée par les copeaux de bois que par la chasse d’eau, il faut aérer).

L’étape suivante sera de faire venir un sourcier et un foreur sur mon terrain qui paraît-il recèle une source, afin d’utiliser cette eau (non potable) pour arroser le jardin dans un premier temps. L’arrosage n’est pas nécessaire en permaculture sauf les premières années en climat méditerranéen. Puis un plombier qui me branchera ensuite l’eau de la source (non potable) sur les chasse d’eau des deux toilettes à eau, ce sera un moindre mal de caguer dans de l’eau non potable.

Concernant l’eau, le plus équitable (et le plus probable à relativement brève échéance) serait qu’un certain volume par personne correspondant à l’eau de boisson et à l’eau nécessaire pour se laver, laver la vaisselle et le linge d’une personne soit totalement gratuit et qu’au delà, chaque litre consommé soit facturé beaucoup plus cher que ce qui se fait actuellement, cela inciterait à une grande économie de cette ressource si précieuse.

Autre alternative, deux circuits d’eau : l’un pour l’eau potable et l’autre pour l’eau non potable, qui servirait à l’arrosage du jardin, aux chasses d’eau, au lavage de la maison et éventuellement du linge. De ttes façons, avec l’augmentation des pollutions notamment médicamenteuses, mais pas que, l’eau du robinet est de moins en moins potable (voir : quelle eau boire ?)…

Quoi qu’il en soit, le modèle actuel avec gaspillage de l’eau « potable » devrait évoluer à court terme.

Après un mois d’utilisation de mes toilettes sèches, j’en suis très contente. Je n’ai malheureusement pas encore pu ouvrir mes chambres d’hôtes ni commencer mes stages résidentiels, la faute aux travaux qui s’éternisent, mais dès que je saurais l’accueil réservé aux toilettes sèches par des non initiés, je vous le ferai savoir. Par précaution j’ai gardé une toilette à eau côté pro au cas où les toilettes sèches soient rédhibitoires pour certains.

ATTENTION, de nombreux paramètres sont à changer pour retrouver durablement la santé ou ton poids de forme : adopter l’alimentation physiologique, la gestion du stress (voir : comment le stress actuel impacte notre santé et la composante psychique de toutes les maladies), une hygiène de vie optimale, des pratiques de santé quotidiennes (voir par exemple : les compresses d’huile de ricin) ainsi que des mesures de renforcement de l’organisme (voir par exemple : renforcement par le froid), le tout très individualisé en fonction de ton état de santé général et SURTOUT actualisé au jour le jour en fonction des réponses de ton organisme. 

Il est de ma responsabilité professionnelle de te prévenir qu’afin d’éviter certaines catastrophes (voir : ma transition), tu peux avoir besoin de te faire suivre par un coach de santé (ou coach de régénération) qui évaluera ton état de santé général en fonction de l’état de santé de tes systèmes immunitaire, nerveux, endocrinien, circulatoire, digestif, de ton poids rapporté à ta taille, de ton âge, de l’histoire de ta maladie, de ton histoire médicamenteuse, de ta génétique, et de nombreux autres facteurs. 

Tu peux également avoir besoin de te faire suivre par un psychologue pour venir à bout de ton stress. De plus les éliminations provoquées par ces changements d’alimentation et ces pratiques de santé, risquent de faire remonter des sentiments dépressifs pouvant aller jusqu’à des idées noires. Il est conseillé de se faire suivre par un psychologue, d’autant que de plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques consultations par an chez un psychologue. L’idéal serait que ce psychologue soit très au fait de ces pratiques de santé et du mode de vie physiologique.

Je suis psychologue clinicienne, hygiéniste, coach de santé et de régénération et propose notamment des consultations par SKYPE ou téléphone.

De plus en plus de mutuelles santé remboursent quelques séances de psychologues, renseignes toi auprès de ta mutuelle, je peux envoyer des reçus.

Pour connaitre mon parcours, voir : Qui suis-je

Si tu souhaites davantage de renseignements, n’hésite pas à me contacter à l’adresse suivante : 

osersavie66@gmail.com

ou au 06 87 20 54 58

6 réflexions sur « Les toilettes sèches »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s